• Chapitre 6 : L'antre des Amazones (-16)

     

    Chapitre 6 : L'antre des Amazones

     

    Au sein de ce qui était autrefois un des grands immeubles d'autrefois de la ville, un homme se trouvait en train de regarder une vue qui respirait le désert et la désolation. Il était bien pensif par rapport à la situation. Il se sentait coupable de ne pas avoir pu éviter quoi que ce soit, de ne pas avoir vu les prémices de ce qui allait devenir la fin du monde. Il s'appelait Wyatt Colin Jones et c'était un homme d'affaires qui faisait tout pour rendre le monde bien meilleur par des technologies qui rendrait service à tout à chacun. Il pensait à toutes les personnes qui avaient besoin de réconfort, qui méritaient de connaître une vie meilleure en tout point. Il faisait partie d'une famille qui était clairement obnubilée par le pouvoir mais jamais il n'avait voulu suivre cette voie. Alors qu'il était enfant, il faisait la fierté de sa mère qui voyait en lui un jeune homme qui pourrait apporter une grande sérénité à un monde en perdition. Elle pensait qu'il pourrait notamment avec sa musique rendre les personnes heureuses. Rien de mieux à ses yeux que la voix d'un enchanteur pour faire de ce monde un bien meilleur. Alors, tout petit, elle lui avait enseigné tout ce en quoi un tel jeune homme devait connaître. Wyatt était tellement heureux à cette époque, Pour rien au monde, il désirait que ses instants s'arrêtent et il y prenait même un réel plaisir. Par contre, avec son père qui travaillait au sein d'une multinationale de renom, c'était déjà plus tendu. En effet, le patriarche désirait que son fils reprenne la suite. Au lieu d'être présent auprès de lui afin de lui enseigner tout ce qu'il savait mais cela n'en était rien. A chaque occasion, le crétin de patriarche le rabaissait, tentant bien que mal de lui inculquer les valeurs sûres du travail. En plus, l'enfoiré prenait un plaisir fou à insister ce qui avait don d'énerver le bellâtre. Les disputes fusaient à tout va entre les deux. Le crétin était même prêt à passer à une étape bien supérieure. Ainsi, cela voulait dire qu'il désirait le terroriser totalement quitte à se servir de sa femme. Il était prêt à tout pour que son fils puisse comprendre que les affaires étaient ce qu'il y a de plus important. Le beau gosse rêvait qu'enfin son père puisse vivre un enfer et qu'il y ait le retour de bâton digne de ce nom. Il avait d'ailleurs une idée en tête à savoir que sa mère puisse assister à leur discussion houleuse. Il savait à quel instant ils étaient tous les trois à savoir en fin d'après midi juste après l'école. Il connaissait bien le moment où il pourrait agir à savoir l'instant du goûter à proprement parler. Le jour j était grandement arrivé. Sa journée s'était passé au mieux possible. Il voulait prendre le marbré chocolat avec son petit chocolat au lait. Il trouvait que tout était dans de bonnes conditions afin de pouvoir mener le projet à son terme. Il mangeait tranquillement quand le crétin de père rentra à la maison bien excédé par sa journée au boulot. Le fait de voir son fils tranquille et en train de manger son marbré l'énervait au plus haut point. Il ne comprenait pas pourquoi il avait tant d’insouciance alors que le monde était complètement différent et qu'il fallait être un « requin » pour survivre. Il avait conscience que ce monde commençait peu à peu à changer. Avait-il conscience que le monde était déjà en train de sombrer ? C'était le mystère le plus total. En tout cas, pour le crétin, il était temps d'intervenir et de faire un cours accéléré sur l'économie. Il vint directement éloigné le marbré et le chocolat chaud de son fils prétextant qu'il était temps d'enfin connaître le vrai monde. Pour le beau gosse, il était temps enfin de dire ses quatre vérités. Il lui disait ainsi qu'il se foutait royalement de ses leçons et qu'il ne fallait pas le déranger dans son goûter, c'était sacré. Même, il finissait à la fin par dire que jamais il ne l'avait dérangé quand il mangeait alors il devrait rester poli en retour. C'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase pour le patriarche. Alors il était prêt à faire changer la donne en le prenant « entre quatre yeux ». Il commençait à crier intimant à son fils à quel point il n'avait pas le choix et que c'était sa destinée. A ce moment-là, le jeune homme vint à crier pour montrer son mécontentement et ce qu'il représentait à ses yeux. Ainsi, sa mère vint à la rescousse en se mettant en travers de son fils et de son époux. Elle lui intimait que lui et son gros cul d'enfoiré prenne la porte illico presto. Elle finissait par demander le divorce. Le crétin voulait rétorquer mais la mère ne lui donnait en aucun cas l'occasion de le faire. Il finissait par partir laissant la mère et Wyatt au sein d'une nouvelle situation incertaine. Cependant les deux avaient conscience qu'ils seraient nettement plus heureux sans lui. Sa mère avait dû tout faire pour trouver un travail digne de ce nom. Elle voulait que son fils puisse obtenir tout ce dont il désirait, qu'il réalise tous ses rêves. Ce serait tellement injuste qu'il ne puisse pas y arriver. Elle enchaînait bon nombre de petits boulots même si ce n'était pas tellement valorisant. Son fils était ce qu'il y avait de plus précieux à ses yeux. Seulement le jeune homme voulait ce qu'il y avait de mieux pour sa mère. Cela pouvait valoir quelques pics entre les deux mais c'était encore plus adorable. Ils étaient comme les deux doigts de la main et surtout capable de faire face au moindre danger. Wyatt voulait rendre plus que fier sa mère alors avec tout ce qu'elle lui avait enseigné, il suivait des études dans la musique. Il adorait jouer particulièrement de la guitare. Bien sûr, on pouvait entendre aisément les paroles comme quoi cela ferait fondre les filles mais ce n'était pas cela qui l'intéressait. Il voulait tout simplement laisser libre cours à son inspiration, à ses compositions, au fait de voir les gens heureux. Il en profitait pour jouer à chaque occasion spéciale. Tout aurait pu être pour le mieux pour la petite famille qui s'était reconstruite mais voilà, les choses s'étaient bien bouleversées et d'une manière brutale. En effet, alors que la mère rentrait tranquillement, elle se fit braquée par deux inconnus qui voulaient tout ce qu'elle possédait. Elle était terrifiée. Elle était incapable de bouger et l'un d'eux, incapable d'attendre, la tua d'une balle en pleine tête. Pour le beau brun c'était le début de la descente aux enfers. La musique était loin d'être une passion, lui qui avait sans cesse en tête sa mère qui n'était plus de ce monde. Il avait perdu foi en ce qui était le bien. C'était là où son enfoiré de patriarche refit surface dans sa vie. C'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase pour lui, comme si un enfoiré pouvait lui dicter sa manière de vivre. Tout simplement, il décidait de le défier se rendant directement chez l'un des ennemis du crétin. Rapidement, cet ennemi, voyant justement en Wyatt un atout majeur, décida de le prendre sous son aile. C'était une compétition acharnée mais grâce à cela, Wyatt faisait ses armes, devenant quelqu'un de bien réfléchi et surtout stratège. Le crétin lui, se retrouvait pris au dépourvu. Sur le long terme, le beau gosse avait tout fait pour ridiculiser l'enfoiré. Il avait pensé à cet instant à combiner le bienfait du monde mais aussi les affaires en pensant aux technologies qui rendaient service à chacun d'entre nous. Depuis cet instant, cela avait été la guerre entre les deux. Wyatt n'avait pas peur d'aller à la confrontation bien au contraire. Il voulait se venger de lui pour tout le mal qu'il avait causé. Certes, à cause de tout ça, il avait laissé la musique derrière lui mais il s'était promis qu'il y reviendrait aisément. Malheureusement, il n'avait pas pu y revenir comme il le souhaitait mais il avait fait une rencontre qui changea littéralement sa vie. Au détour d'un café, il avait rencontré celle qui était à ses yeux la perfection, entre la douceur et une grande malice. Elle s'appelait Clémentine Sarah Ford et elle était quelqu'un de super athlétique.

     

    En effet, elle était une garde du corps qui avait tout fait pour protéger des personnes influentes. D'ailleurs, de ce métier, elle voulait s'occuper de personnes qui comptaient dans ce monde mais pas de celles qui profitaient des autres et c'était la même chose pour son parcours. En effet, lors de son arrivée, elle faisait la fierté de ses parents qui voyaient en elle quelqu'un qui illuminerait ce monde. Particulièrement, ils se disaient qu'elle pourrait réussir là où finalement ils avaient clairement échoué. Ils n'avaient clairement jamais pu réaliser leur rêve mais pourtant, avec leur petite princesse c'était la seule chose la plus merveilleuse qui comptait. Ils la gâtaient le mieux possible et elle appréciait cela. Elle en voulait bien davantage au point de faire une moue lorsque ses parents étaient présents ou bien de les regarder simplement afin de les faire céder. Elle réussissait d'autant plus qu'elle en avait le double. Seulement, même si ses cadeaux, ses attentions étaient des plus merveilleux pour la belle créature, celle-ci désirait quelque chose que ses parents ne voulaient pas lui donner à savoir de pouvoir effectuer du sport comme elle le souhaitait. En effet, elle avait découvert les joies de la course, celle qui représentait clairement la liberté et d'être au loin des obligations. Elle aimait le fait d'avoir une éducation bien rangée mais jamais elle n'avait souhaité se prêter aux joies de recevoir des personnes de la haute société. Elle n'aimait pas jouer directement aux lèches-cul. Cela avait causé par la suite des tensions au sein des siens mais sa mère avait tendance à vouloir de plus en plus la soutenir. Alors peu importe si sa famille se déchirait, elle accomplissait des prouesses et ses professeurs au fur et à mesure ne disaient que du bien d'elle, se disant qu'elle pouvait atteindre les sommets. La belle splendeur était ravie de tous ses compliments. Elle croyait dur comme fer que son rêve pouvait devenir réalité. Elle était sur un nuage. Alors, elle faisait tout pour réussir à la fois dans ses études mais aussi du côté sportif. Elle était quelqu'un de discipliné. Bien sûr, entre les souhaits et la réalité, il y avait une sacrée différence. En gravissant peu à peu ce qui pourrait lui permettre d'atteindre son but ultime, elle attisait à la fois la convoitise et la jalousie de beaucoup de personnes. Cela ne l'atteignait pas plus que ça. Elle avait comme philosophie qu'il fallait garder une concentration et une volonté optimale pour réussir ce qu'elle voulait entreprendre. Avec un être en particulier, toutes ses convictions étaient parties naïvement en fumée. Cet homme était plutôt charismatique et imposant, même très loin des hommes de son âge qui étaient loin d'être au niveau. Celui-ci, même en étant professeur de sport, avait bien réussi. Elle sentait que finalement la réussite était bien loin de gagner seulement du fric à la pelle mais surtout de se sentir bien dans son élément. Il l'était à la perfection en usant à la fois d'autorité et de gentillesse ce qui le rendait bien attirant à ses yeux. Une part d'elle disait qu'il représentait le danger à l'état brut mais finalement, elle s'en contrefichait. Elle s'en délectait d'avance. Elle s’entraînait durement même qu'un jour, elle ne voyait même pas le temps défiler, Ils se retrouvaient seuls tous les deux. Pour le professeur, le fait de voir la belle était un tel enchantement. Il avait conscience qu'il devait résister, qu'il devait tout faire pour ne pas céder à la tentation car il y avait sa bien-aimée qui l'attendait mais c'était compliqué. Résister à la tentation était un supplice des plus insoutenables. Elle était si belle, si étincelante, si merveilleuse. Il se demandait comment une telle créature pouvait exister. Il avait l'impression de se trouver en plein rêve et qu'il allait se réveiller. Seulement, au moment où il s'approchait d'elle, il se rendait bien compte à quel point la réalité était au-delà de tous les rêves les plus merveilleux. La belle voulait résister, se disant qu'elle ne pouvait vivre une chose pareille mais c'était plus fort qu'elle. Même, elle se surprenait à jouer tournant autour du bellâtre en jouant de son index sur son torse et le regardant avec envie et désir pour mieux le titiller. Elle désirait le faire craquer, le pousser à bout. Elle sentait qu'avec lui, tout un nouveau monde pouvait s'ouvrir à elle. Celui-ci était incapable de résister qu'il lui prenait les mains avec passion l'embrassant ensuite avec une fougue des plus démesurées. L'un comme l'autre savaient qu'ils s'embarquaient dans quelque chose d'intense puis ensuite, pris par le désir, la belle déesse vint à lui arracher le haut de sa chemise le griffant en sang et léchant chaque parcelle pour le mettre au supplice. Elle désirait le pousser à bout. Il était complètement à sa merci, voulant pousser cet interdit le plus loin possible. Il avait conscience qu'il y avait sa dulcinée qui l'attendait patiemment, mais face à la gente féminine, il était bien faible. Il se disait que sa femme ne le saurait probablement jamais. Une partie de lui se sentait bien minable. Finalement les deux passèrent à l'acte dans un moment des plus torrides et intenses. Jamais aucun des deux n'avait vécu une choses pareille auparavant. C'était si déroutant. Leur relation continuait ainsi sur des chapeaux de roue. Ils profitèrent de l'occasion pour se retrouver alors qu'il y avait les entraînements. La belle créature savait pertinemment qu'à un moment donné cette relation allait exploser, qu'il y aurait des conséquences terribles mais auprès de lui, elle vivait le moment présent. Le beau gosse semblait lui être au septième ciel en sa présence découvrant les joies d'un bonheur auquel il ne pensait jamais avoir. Pourtant, c'était dur de tenir cette situation car il y avait sa femme et qu'il ne tenait absolument pas à la laisser. Il se savait que si cette relation était connue du grand public, cela détruirait tout ce qu'il possédait mais il était pourtant là sur le champ à vouloir prendre tous les risques pour la belle brune. Elle l'avait complètement ensorcelé. Mais voilà, cette relation avait une fin qui pouvait se pointer à tout moment et cela fut le cas. En effet, alors que la belle allait se lancer pour la plus importante course qui allait lui ouvrir les portes d'une université bien prestigieuse, elle se blessa lors des quelques mètres. C'était tellement douloureux. Elle aurait aimé pouvoir se relever et reprendre mais c'était trop tard. Elle ne pouvait en aucun cas poser son pied droit. Immédiatement on l'envoyait directement à l'infirmerie où on lui annonçait qu'elle ne pourrait pas courir avant le début de la saison prochaine. Pour la jeune femme c'était littéralement la douche froide voyant son rêve s'envoler. De plus, dans ce genre de discipline, se retrouver pendant longtemps hors jeu n'allait pas lui permettre de revenir comme avant bien au contraire. Cela serait du combat et de la souffrance pour revenir au top. Le pire était que les personnes allaient se souvenir de ce qui lui était arrivé et cela allait grandement la freiner. Elle maudissait son pied et encore plus son genou. Elle avait certes mal mais ce qui la faisait le plus souffrir c'était de ne pas pouvoir courir. Il y avait encore un autre détail qui la rongeait c'était la réaction de son professeur et pour dire que cela la consternait c'était un doux euphémisme. Ainsi, il ne faisait même pas attention à elle, il l'ignorait carrément. Il était devenu bien supérieur et même colérique. Il avait osé lui sortir qu'elle savait parfaitement que jamais il ne quitterait sa femme et que le tout se terminerait d'avance. Il l'avait menacé que si jamais elle insistait, il lui ferait vivre le plus infernal des enfers. Elle était si consternée par la situation et surtout, elle se sentait trahie. Elle lui promettait qu'un jour, peu importe quand, il verrait ce que cela fait de souffrir le martyr. Elle voulait laisser une certaine impression, celle que tout pouvait se passer en un clin d'oeil. Généralement, cela frustrait et c'était fortement jouissif. Le bellâtre était comme déstabilisé et perdu. Il savait pertinemment que la belle diablesse ne plaisantait pas et que le couperet pouvait vite tomber en un claquement de doigts. Cependant, il devait garder une certaine contenance et surtout ne rien lâcher. Il avait dans l'optique de pouvoir retrouver sa femme même si pour cela, il devait se comporter comme un gros connard de bas étage. Leur séparation était plus qu'houleuse. Clementine se retrouvait si perdue après toute cette histoire. Cela l'avait même ébranlée sur son futur. Elle ne croyait plus en rien. Quelques temps plus tard, ignorant ce qu'elle allait pouvoir faire, on lui proposait de venir dans un salon où des professionnels venaient pour rencontrer de futurs collaborateurs. Une grande majorité de métiers était d'ailleurs dans ce lieu. La belle s'était rendue là-bas histoire de trouver sa voie et naturellement, la sécurité était venue naturellement à elle. Elle craignait qu'avec ce qui lui était arrivée, cela mettrait un fin direct à ses ambitions mais c'était loin de là. Elle avait passé un entretien avec une des personnes qui proposait le job. Le courant était plutôt bien passé. D'ailleurs, elle avait proposé de suivre toutes les formations nécessaires comme le fait de passer un test. Pour atteindre son objectif, elle voulait mettre toutes les chances de son côté en montrant à quel point elle désirait faire ses preuves et que ce métier l'intéressait. Le recruteur accepta de lui laisser la possibilité de justement lui montrer ce qu'elle savait faire. Elle réussissait progressivement au fil des entraînements à se faire respecter. Maintenant, il restait à réaliser sa mission le mieux possible. Elle désirait enfin être sur le terrain. Elle avait une certaine appréhension mais elle ne devait absolument rien laisser transparaître. Elle savait qu'elle devait se blinder, arborer une carapace qui ne pouvait pas se briser facilement. La diablesse obtint des petits contrats au départ avec des personnes qui travaillaient dans les affaires mais qui n'avaient pas d'énormes influences. Elle savait que ce n'était pas de fameux boulots où elle monterait rapidement mais petit à petit, elle se ferait une place au soleil. Elle ne devait absolument pas perdre patience. Après ce qu'elle avait vécu, c'était dur de ne pas péter littéralement un câble mais elle avait cette force en elle. Le temps avait fait son oeuvre au point que finalement on lui offrait de belles opportunités. En effet, on lui confiait la grande mission de protéger une personnalité des affaires qui pouvait changer les choses en ville. Elle se sentait plus qu'honorée. Elle savait qu'elle devait tout faire pour que les choses se passent parfaitement. Elle ne pouvait pas rêver mieux au point de rêver d'un poste permanent au sein d'une boite dans la sécurité. Elle commençait à en avoir marre de changer sans cesse de clients sous le prétexte d'un patron qui pensait que de tourner niveau sécurité était le mieux à faire. Elle se disait qu'il fallait enfin se poser, trouver un équilibre. Elle était prête pour être sous les ordres d'un seul et unique patron. L'occasion se présentait alors que justement elle faisait la rencontre de Wyatt, un homme d'affaires qui était bien différent de toutes les personnes influentes qui se sentaient bien supérieures. Elle le trouvait plutôt séduisant et intriguant. Cependant, le fait de se souvenir ce qu'elle avait vécu par le passé l'incitait à de la prudence. Par contre, elle se disait qu'un peu de charme pouvait l'avantager dans cette future prise de poste. Elle avait conscience que c'était s'approcher du danger mais elle voyait l'avenir, le fait d'être un garde du corps et cela l'incitait à continuer. Elle pensait que pour atteindre son objectif rien de mieux que d'être bienveillante et surtout d'anticiper ce qui pourrait se passer. Elle avait conscience que pour être un garde du corps digne de ce nom, il fallait pouvoir être en avance sur les événements. Ainsi, il se sentirait en confiance. Elle se montrera charmante et un brin joueuse pour le dérouter. Dès lors, elle se préparait pour l'entretien arborant un maquillage sobre et une tenue à la fois classe et décontractée. Courir en talons aiguilles avec une robe c'était pas du tout pratique. Elle estimait qu'elle devait mettre toutes les chances de son côté. La rencontre se passait mieux que ce qu'elle ne pouvait espérer. Le bellâtre était de suite charmé par cette belle apparition, n'osant même pas demander comment une si belle déesse pouvait choisir un métier à haut risque. Il essayait tout de même de contenir ses émotions même si c'était au final si compliqué. La belle créature voyait à quel point il était intrigué et cela l'incitait à continuer son plan. Alors, de suite, elle pensait à sa blessure et même sur le professeur qui était froid avec elle sans dévoiler sa liaison avec lui. Le beau gosse était d'autant plus curieux alors qu'il écoutait son histoire. Il trouvait que c'était rare de pouvoir rebondir vers une deuxième carrière alors que la première s'était terminée assez brutalement. Il la trouvait tellement courageuse. Il décida de l'engager. Il sentait qu'avec elle, la collaboration se passerait à merveille. Tout se passait par la suite dans le meilleur des mondes. Le bel apollon se sentait totalement en sécurité auprès d'elle. D'ailleurs, dans tous ses déplacements, il faisait en sorte qu'elle soit présente. Il se sentait au mieux et même plus en confiance de réaliser tout ce qu'il désirait. Elle obtenait tout ce dont elle désirait. Elle était aux anges en effectuant ce travail mais elle voyait bien plus auprès du beau brun. Elle était encore plus attirée par ce bellâtre. Elle désirait être à ses côtés. Elle aimait ce qu'il effectuait dans ce monde, son charme, sa prévenance. Elle n'était pas habituée à cela ayant vécu une relation qui l'avait profondément blessée, au point de se demander s'il existait des hommes bien dans ce monde mais cet homme lui montrait qu'il y avait de l'espoir. C'était difficile d'y croire mais à force d'être auprès de lui, elle se prenait au jeu. Elle voulait être à ses côtés à tout prix. Finalement, Wyatt l'invita pour dîner un samedi soir dans un des endroits les fabuleux dans la ville. Elle était agréablement surprise par cette invitation et elle accepta aussitôt. Ils se rendirent dans une grande tour au sein d'une salle à l'abri des regards. Le beau brun avait sorti le grand jeu pour l'occasion faisant en sorte que ce restaurant select soit vide rien que pour eux. Jamais elle n'avait vu quelqu'un agir avec autant de bienveillance à son égard. Elle adorait cela et en désirait bien davantage. Le dîner était comme dans les plus fabuleux contes de fées. Ils apprenaient mieux à se connaître. Elle vit à quel point Wyatt était un homme comme on n'en faisait plus. Elle était aux anges. Elle pensait que c'était impossible de ne pas vivre un tel moment mais pourtant le bellâtre lui prouvait. Elle se laissait aller à ce qu'elle ressentait. Le beau brun était également charmé par cette déesse brune aux yeux si envoûtants. Il se disait que jamais il n'aurait la possibilité de connaître un tel bonheur vu ce qu'il avait vécu par le passé et de plus en ayant vécu l’événement tragique avec sa mère mais voilà, le destin lui avait fait une très agréable surprise. Il aimerait que ce moment ne s'arrête jamais. La soirée était sous les meilleures auspices. Même, le beau jeune homme invita la belle créature directement dans sa demeure qui se situait non loin du bureau. Cela réussissait à convaincre encore plus la belle que le beau canon était quelqu'un d'impliquer dans le fait de prendre soin des autres. Les deux continuèrent de plus en plus à discuter se découvrant de nombreux points communs puis une chose en entraînant une autre et ils passèrent à l'acte. La suite de leur relation était des merveilleuses. La belle était aux anges. Ils se voyaient les deux dans la plus stricte intimité mais au travail c'était en parfaite harmonie qu'ils s'accordaient sur les décisions à prendre en matière de sécurité. Seulement, les choses étaient loin en réalité de se passer comme prévu. En effet, alors qu'ils travaillaient, le monde est parti littéralement dans l'horreur. Chaque personne courrait dans les rues recherchant désespérément un abri alors que des milliers de rôdeurs, des personnes qui venaient de mourir tentaient de les dévorer même au plus profond de leurs entrailles. A cet instant, les deux se trouvaient dans l'immeuble et c'était encore la grande ferveur au sein du bâtiment. Voyant ce qui se passait et surtout des messages de personne en panique, ils se mirent également à prendre la fuite, enfin essayer, car des rôdeurs vinrent à infester les lieux. On pouvait clairement voir l'horreur se produire sous les yeux, de voir de nombreux rôdeurs se fondre sous leurs victimes déchiquetant avec leurs dents l'estomac de leur victime et leurs entrailles, d'autres mordant les cous jusqu'au sang et détruisant tout ce qu'un être humain pouvait respirer comme humanité. Clementine était la première à se rendre compte de ce qui était en train d'arriver et de l'urgence de la situation. Elle ne voulait en aucun cas perdre son bellâtre et elle était prête à tout pour le protéger. Elle ordonna à ceux survivants d'isoler les étages dans le but de survivre. En effet, son homme se trouvait un peu plus haut. Elle avait conscience que les rôdeurs pouvaient arriver jusqu'à lui. Toute la sécurité se mettait à pied d'oeuvre pour bloquer le moyen pour les rôdeurs et cela fonctionnait à merveille. Malheureusement, c'était le début pour eux d'une vie bien délicate à mener où le danger se trouvait à chaque recoin. La surveillance serait constante, elle le savait parfaitement mais cela ne lui faisait pas peur. Il y avait par contre la question nourriture. Elle avait pensé que de partir en groupe et suffisamment armé était l'idéal pour parvenir à ses fins. Ce jour-là en tout cas, au sein de l'immeuble, c'était une horreur sans nom où on dénombre de nombreuses victimes qui s'étaient à leur tour transformés en rôdeurs. Wyatt s'estimait heureux d'être en vie et d'avoir auprès de lui sa belle mais une part de lui se sentait pleinement coupable. Il aurait voulu aider ses employés, leur sauver la vie mais vue comment sa déesse avait tout fait pour le protéger, il n'avait rien pu faire. Il ne comprenait pas pourquoi aucune force de l'ordre n'était intervenue. Il en voulait au gouvernement et plus particulièrement au président. Le beau gosse pensait que les autorités avaient tout fait pour que ce cataclysme ait lieu. Malheureusement, il ne pouvait le prouver depuis car c'était l'anarchie. Tout le monde essayait de prendre ce qui leur revenait de droit que ce soit l'eau, l’électricité, la nourriture et encore plus un endroit pour dormir. Les endroits étaient particulièrement prisés même qu'il y avait de nombreux assassinats rien que pour prendre l'endroit et y vivre. Le monde n'était plus sûr désormais.

     

    Au fil du temps, une véritable stratégie s'était mise en place pour permettre à un petit groupe de sortir prendre de la nourriture. Ce n'était pas simple car il fallait mettre hors jeu un bon nombre de rôdeurs mais cela ne faisait pas peur. C'était simplement une difficulté à surmonter. Il y avait quand même de la casse pour certains qui ne survivaient pas à ses sorties mais il ne fallait pas pour autant rebrousser chemin. Après, par contre, pour en ramener, c'était aussi compliqué. Les magasins étaient souvent privilégiés dans le cadre des pillages. Etre inventif était le maître mot dans ce monde apocalyptique. Seulement, Wyatt ne sortait pas tellement il était surprotégé par sa belle colombe. Il voulait tellement aider mais voilà, il avait tout simplement engagé la meilleure. Cependant, il n'allait pas pour autant la laisser faire. Il désirait tant contribuer au groupe. Voir ce monde dépérir était pour lui une torture innommable. En tout cas, aujourd'hui semblait être une de ses journées qui étaient comme les autres à savoir dure et éprouvante pour le reste du commun des mortels particulièrement car c'était la sortie pour trouver tout ce que le reste du groupe avait besoin. Clementine s'était chargée de trouver les volontaires susceptibles de réussir dans ce domaine. Jamais aucun d'entre eux n'avait pensé vivre ce qui allait se dérouler aujourd'hui. Le groupe chargé de retrouver les provisions revenait mais bien plus vite que ce qui était prévu. Pour Wyatt, cela voulait dire qu'ils avaient trouvé un petit trésor mais Clémentine sentait clairement un danger parcourir tout son corps et ce n'était pas de simples rôdeurs la cause de tout ça. En effet, des intrus avaient vu le groupe sortir et étaient prêts à investir les lieux. Ils n'avaient peur de rien. Ils étaient lourdement armés et leur nombre serait à leur avis bien suffisant pour mettre les rôdeurs définitivement hors jeu. Ils avaient pris en otage le petit groupe sorti et clamant chaleureusement que tout leur appartenait désormais, qu'ils devaient se référer qu'à un seul chef et travaillaient pour lui. Les ennemis scandaient tous le nom qu'ils étaient tous Negan. Clementine était comme choquée en entendant ce nom. Etait-ce parce qu'il y avait un chef tyrannique tel comme les dictateurs d'avant l'apocalypse ? Etait-ce toute autre chose ? Sa réaction ne pouvait pas laisser transparaître clairement l'une ou l'autre réponse et pour Wyatt présent à ses côtés, c'était horrible. Il sentait que la belle diablesse lui cachait un fait important. Cela pouvait très bien ne rien être d'important mais il n'aimait pas du tout les secrets. Il allait ainsi poser la question quand soudain les ennemis scandaient le nom de la belle pour qu'elle les rejoigne sinon ils feraient plein d'exemples. La situation était encore plus incompréhensible. La tentatrice, elle, ne laissait toujours rien transparaître ou en tout cas on ne pouvait pas deviner si le lien était avant l'apocalypse ou dès maintenant. Wyatt avait peur que la belle se soit mise en danger en ayant défié un fou dangereux avide de sang. Il ne pouvait se douter de l'effroyable vérité. Les ennemis insistaient encore plus en disant que Negan voulait retrouver son cher trésor. Cela en était trop pour elle. Elle trouvait que ses ordures étaient sacrément gonflées. Le pire c'était qu'ils la mettaient en péril et en particulier auprès de son beau brun. Elle avait peur que son beau brun puisse se détourner d'elle. Seulement, elle ne devait pas avoir honte de ce qui s'était passé. Elle savait qu'il n'y avait qu'une seule solution pour s'en sortir à savoir d'affronter ses ordures de la pire espèce. Elle fit signe à son homme de rester au loin, qu'elle allait directement s'en occuper. Pour lui, il n'était pas question qu'elle se mette en danger de cette façon. Il vint quand même lui montrant que peu importe ce qu'elle dirait, il n'était pas question de la laisser seule. Elle connaissait le caractère de son beau prince mais elle lui faisait signe de rester en retrait de cette grande discussion. Il n'avait d'autre choix que d'accepter cette proposition. Tellement ils se connaissaient bien, ils n'avaient pas besoin de prononcer certains mots. C'était comme de la télépathie en somme. Ils se dirigèrent vers les ennemis et comme prévu, Wyatt restait en retrait laissant la belle agir. Il avait conscience de la dangerosité de la situation mais en étant présent, il pouvait facilement intervenir. De plus, étant un homme d'affaires, il avait l'art et la manière de négocier. Le début de l'entretien semblait se passait comme sur des roulettes. Clémentine se montrait telle une femme impitoyable que rien ne pouvait briser. Elle avait appris avec le temps qu'il ne fallait surtout pas montrer ses faiblesses ce qui anéantirait immédiatement ses ennemis dans leurs convictions les plus profondes. La discussion continuait de plus bel avec de bonnes piques jusqu'à ce que l'un d'eux ne prononce le fait qu'il « aimerait tremper le gâteau dans le biscuit comme son chef l'avait fait ». Cela en était trop pour elle qu'elle prit son couteau et trancha la gorge de l'ennemi touchant du premier coup la jugulaire. Du sang s'éparpillait dans tout l'endroit et celui-ci instinctivement se prit le cou afin d'arrêter tout ça. Il était totalement condamné et Clémentine en était satisfaite. Cela ne laissait aucun doute désormais que Negan et elle se connaissaient fortement. Wyatt lui, était tellement choqué par ce qu'elle avait fait. Elle si douce, si prévenante, si protectrice, elle était devenue une prédatrice impitoyable sous ses yeux, quelqu'un qu'il ne fallait jamais défier. Il se disait qu'elle se donnait ce rôle pour ne pas défaillir. Une part de lui était si intriguée par la situation. La belle diablesse savait qu'elle devait donner des explications et elle ne pourrait pas y échapper. Les ennemis ne savaient plus où se donner de la tête. Ils avaient conscience qu'il faudrait éliminer le potentiel rôdeur pour éviter de se faire bouffer mais ils devaient ne rien laisser transparaître pour laisser la belle l'éliminer. Ils désiraient savoir si elle était tout simplement en train de bluffer ou non. Tout le monde se regardait littéralement pour savoir si quelqu'un allait bouger. Alors la belle tentatrice vint tout près du chef mettant son couteau au travers de la gorge pour montrer sa détermination. Elle désirait enfin donner une leçon à Negan pour enfin se sortir de cette impasse et faire que son homme s'en sorte. Cependant, elle n'allait pas laisser son homme penser qu'elle était un monstre comme eux. Elle devait le rassurer. Elle se montrera à la fois impitoyable et tendre pour réussir ses objectifs. Du côté du beau canon, il se devait d'être présent pour sa belle même s'il ne saisit pas encore tout ce qui se trame. Il avait confiance en elle et il saurait en temps et en heure ce qu'il se passe. Il ne devait surtout pas la brusquer.

     

    C (en colère et se montrant impitoyable avec un chantage pour terrasser ses ennemis) : Tu ferais mieux de dégager mon vieux avec ton vieil ami, de l'amener à Negan, sinon je te couperai les couilles, te les faisant bouffer et je te trancherai la gorge (prenant une grande respiration en usant d'ironie pour les dérouter) Après, ce sera directement envoyé vers Negan, notre très cher ami. Alors, cassez-vous les gars et dites-lui bien que le « petit trésor » le bouffera s'il retente une manoeuvre. (se montrant prévenante et attentionnée envers son homme pour le rassurer) Ne t'inquiète pas, on va s'en sortir et reprendre là où on en était. Je sais que tu te poses des questions et j'y répondrai juste après leur départ. (prenant une grande respiration et avouant ses sentiments pour l'émouvoir) Tu comprendras tout après. C'est que cette histoire m'a bouffée tellement de temps. J'ai dû user de toute une rage pour que cela se fasse et voyant à quel point cela revient à la surface, je me dis qu'il faut tout arrêter.

     

    W (soutenant clairement sa belle et faisant du chantage) : Prenez vite vos clics et vos clacs et tirez-vous d'ici illico. Je vous ferai la peau si vous restez une minute de plus et amenez votre ami. On n'aime pas avoir du désordre et surtout quand c'est quelque chose de crade. (s'adressant à sa belle en étant protecteur et attentionné) Ma puce, je sais, j'ai confiance en toi et on pourra discuter. Tu sais à quel point quels sont mes sentiments à ton égard. (prévenant) Je suis là, tu peux tout me dire et jamais je ne te jugerai. »

     

    Le beau canon soutenait sa déesse du mieux possible. Vu le nombre de fois qu'elle lui avait sauvé la mise, il ne pouvait douter de son jugement. Ils étaient en adéquation tous les deux et pour lui rien ne pourrait changer cela même ce que la belle ne lui avait pas dissimulé. Du côté de la belle colombe, finalement, tout se passait pour le mieux même si elle devait montrer une grande part de son côté sombre, celle qu'elle avait enfoui depuis qu'elle avait été humiliée et trahie par son ex. Elle savait qu'elle devait tout raconter par rapport à Negan et aussi au passé. Cependant, une part d'elle craignait que Wyatt ne parte directement en quête de vengeance pour elle. Elle devait donc tout faire pour garder son attention et rien de mieux que la confidence et la tendresse pour arriver à ses fins. Les ennemis semblaient fortement pris au dépourvu face à la diablesse. Negan leur avait donné une mission claire mais jamais ils n'auraient trouvé une femme aussi déterminée et prête à résister. Ils n'avaient d'autre choix que de partir, en tout cas, la majorité le pensait au vu de leurs réactions. Un se démarquait quand même du lot voyant dans ses yeux le macho qu'il était, celui qui n'était pas du tout prêt à obéir à une femme.

     

    Alors la diablesse, agissant selon sa promesse, tua sans aucune hésitation le rebelle en lui tranchant la gorge et le laissa tomber comme une merde. Wyatt était fier d'elle, voyant la personne si déterminée qu'elle était. Cependant, il entendait du bruit et il s'avérait que c'était un rôdeur. Visiblement, quelqu'un du groupe était malade et avait succombé. C'était dur pour lui mais il savait qu'il n'avait pas le choix que de l'éliminer. Il s'avança vers elle lui plantant un couteau entre les deux yeux pour la neutraliser pour de bon et éviter un bain de sang. Les ennemis prirent la fuite et ce avec les deux cadavres sans se retourner. Ils pouvaient se faire dévorer sur le chemin que le couple s'en foutait royalement. Qu'allait-il arriver entre eux désormais ? Clementine avouera-t-elle la vérité sur son passé et ce qu'elle a vécu avec Negan ? Comment réagira Wyatt face à tout ça ? Se mettra-t-il en quête de justice pour sa bien-aimée ? Partiront-ils ensemble désormais en quête de moyen de survie ou de personne ? Les sauveurs reviendront-ils vers eux ? Que comptait faire les sauveurs désormais ?

     

    Chapitre 6 : L'antre des Amazones (-16)

     

    Pendant ce temps, aux alentours du Sanctuaire, la désolation devenait de plus en plus flagrante à mesure que le temps s'écoulait et particulièrement pour l'une des deux jeunes femmes : Taylor. Etre coincée parmi ses rôdeurs était comme pour elle le glas d'une existence bien mouvementée. Seulement, de voir sa soeur après un temps interminable était d'autant plus compliqué. Elle avait eu l'habitude de ne plus la voir alors se dire qu'elle avait été sauvée justement par elle sonnait comme un danger bien grandissant et mystérieux. Elle ne savait pas comment réagir sur le coup entre lui dire tout simplement un « merci » ou bien au contraire d'aller au front et de connaître les raisons de son départ précipité. Pourtant, tout était différent auparavant et cela la rongeait de l'intérieur.

     

    Taylor était née au sein d'une famille plutôt bien rangée. Elle se disait même que d'arriver la deuxième était une bénédiction tellement elle pouvait avoir un guide dans ses premiers instants, appréhender ce monde le mieux possible. Très tôt, elle admirait sa grande soeur qui semblait respirer la joie de vivre, la liberté. C'était un tel bonheur qu'elle vint la chercher lorsqu'elle désirait jouer ou même de pouvoir apprendre ne serait-ce que quelque chose qui la ferait évoluer dans ce monde. Elle était aux anges. Alison était son modèle, une source d'inspiration intarissable. Ses parents n'étaient pas tellement là pour lui venir en aide. A chaque fois, elle se faisait envoyer boulet sous prétexte que le monde avait besoin d'eux. Les Hawkins étaient respectables dans le monde de la politique. Le patriarche Hawkins était un des dirigeants du parti au pouvoir de l'époque. Taylor se foutait de ce monde rempli d'hypocrites en tout genre. Tout ce qui lui importait était de pouvoir vivre pleinement. Elle devait juste bien apprendre ses leçons. Bien sûr, elle devait se montrer convaincante pour atteindre ce monde comme elle le désirait. Elle jouait tout simplement les innocentes en faisant comme si elle n'osait pas demander pour mieux amadouer sa cible à savoir sa soeur. Au moins, Alison ne savait en aucun cas lui dire non. Taylor était d'autant plus satisfaite de la situation qu'elle en profitait un maximum. Par la suite, les choses avaient bien évoluées. En effet, même si Taylor admirait sa grande soeur, même pour ce qu'elle montrait niveau liberté d'expression face à un patriarche devenu bien tyrannique, autoritaire et surtout se repliant sur lui-même pour éviter de montrer toute la tristesse qu'il ressentait. En effet, dans cette famille, il y avait eu une tragédie des plus terribles. Un soir alors que le patriarche était de sortie pour une affaire bien secrète, la maison avait subi une grande attaque et le feu y avait été mis. La mère vint à sauver au début ses deux filles commençant d'abord par Taylor puis Alison, mais il restait encore du monde à l'intérieur. En effet, dans cette fratrie, il y avait aussi le fils qui faisait tout pour le bonheur de sa mère tout en faisant tourner son père en bourrique. Pour cause, jamais il n'avait accepté que le patriarche ne puisse côtoyer ses hommes de pouvoir au point de s'y perdre. Les deux étaient en conflit permanent et Taylor se chargeait de faire tampon pour éviter que cela ne dégénère jusqu'à ce qu'une autre personne ne vienne s'y mêler. Il s'agissait de la plus grande de la famille à savoir June Lizzie. Elle était bien loin des deux soeurs suivant à la lettre les enseignements d'un père qui vouait un culte sans faille à sa protégée. Il lui avait enseigné le fait d'être à la fois ferme et cruel, de côtoyer le respect de toutes les personnes qui l'entouraient et surtout d'obtenir ce qu'elle voulait. Elle était à la fois si innocente et pourtant c'était un véritable démon. Le jour de l'incendie, il restait encore la mère mais aussi les deux autres enfants. Taylor était désemparée d'assister à cette tragédie alors qu'elle était à l'extérieur avec Alison. Elle voulait y retourner pour sortir les membres de sa famille mais Alison l'en empêcha afin de la protéger. Soudain, une explosion eut lieu dévastant la demeure sur son passage. De ce moment, il avait été découvert des traces laissant planer la mort de la mère ainsi que de l’aînée et du fils prénommé Caleb. Pour la belle Taylor, la destruction d'une partie de sa famille l'avait profondément transformée. Elle n'était devenue que l'ombre d'elle-même se recroquevillant et se demandant bien ce qui pouvait l'attendre dans ce monde désormais sans le reste des siens. De plus, l'enfer continuait voyant que son père devenait si froid, cruel et capable des pires souffrances pour la dompter. Elle pensait obtenir toute l'attention possible histoire de se reconstruire mais il n'en était rien. A l'école, elle prit encore plus de recul jusqu'à ce qu'elle croise le regard d'un jeune homme bien intriguant et charmant. De plus, il venait d'une famille à la si bonne réputation que cela la changeait de ce qu'elle pensait de sa famille. Elle sentait qu'elle avait enfin un but dans la vie à savoir d’être auprès de lui et de partir très loin des siens. Elle était certaine que ce bel ange pourrait lui amener une vie plus sereine. Elle était capable de tout pour atteindre son but. Elle s'approcha de lui en prétextant avoir besoin d'aide et particulièrement en laissant planer que son père lui faisait subir d'horribles choses. C'était abominable d'évoquer une chose de ce genre mais rien ne pouvait la dévier de son objectif. Elle se présenta à lui tête baissée et avec de vilaines blessures bien visibles. Cela avait bien fait parler autour d'elle mais elle s'en foutait royalement. Au contraire, cela mettrait son père dans de beaux draps. Le jeune homme au début n'avait pas fait attention à ce qui se passe. Il était préoccupé par la composition de son poème. Il était un littéraire dans l’âme et désirait changer le monde avec les mots. Il trouvait que cela équivalait à bien plus que de la simple violence gratuite. Il pensait clairement qu'il y avait trop de mal présent dans ce monde. La beauté la plus pure qui soit était ce qu'il fallait rechercher à tout prix. Pourtant, le bruit l'avait dérangé. Il allait clairement engueuler les personnes responsables de sa déconcentration mais voilà, il vit que c'était à cause de la belle apparition. Voir cette jolie créature dans une telle détresse le rendait fou de rage. Il ne supportait pas de voir que l'on pouvait faire du mal à une belle déesse. Immédiatement, il vint vers elle l'amenant loin de tout ce spectacle aussi grotesque. Il était fou de rage d'assister à ses spectateurs complètement muets par la situation. Il les considérait comme des moutons au sein d'une humanité qui continuait à s'éteindre petit à petit. Il se prit même à rêver qu'un jour l'humanité toute entière trouverait son ennemi naturel et qu'il ne pourrait rien faire. La belle avait clairement réussi son coup. Elle était aux anges mais elle ne devait rien laisser transparaître pour attirer ce beau gosse. Elle lui montra une telle reconnaissance avec un sourire bien innocent pour mieux le troubler. Il était sous le charme de cette beauté. Il aimait l'innocence qu'elle dégageait et aussi ce teint aussi lumineux qu'elle reflétait dans ce monde. Maintenant que la tentatrice avait attiré son attention qu'il était temps d'être plus proche et naturellement, le fait d'être son amie était le moyen de parvenir à ses fins. Elle eut l'idée de jouer sur le fait qu'elle avait besoin d'aide dans le cours de maths pour réussir son projet. Elle vint à la fin du cours jouant la jeune femme désespérée pour l'amadouer. Celui-ci troublé par la jeune femme vint immédiatement à accepter de l'aider. Ainsi, la belle splendeur lui proposa de venir directement à la maison sachant qu'aucun membre de la famille ne serait présent. Elle avait bien l'intention de profiter de cette opportunité. Elle se disait qu'un dîner ferait accélérer la situation. Le soir en question, elle s'habilla d'une manière classe et sexy avec une jolie robe fendue sur le violette et arborant un maquillage sobre pour le titiller à son arrivée. Lorsque le beau brun arriva, il était même plus que subjugué par l'enchanteresse, c'était de la fascination. Petit à petit, au cous de la soirée, l'aide à un cours devenait une source de confidences et puis ils se rapprochèrent tout naturellement. Ils passèrent ensuite à l'acte dans un moment des plus charnels et torrides qui soit. Seulement le moment idyllique tourna au cauchemar au moment où le patriarche rentra avec le reste de la famille. Il cherchait sa fille et trouva les deux enlacés. C'était l'horreur pour lui. Il ne cautionnait pas que sa fille puisse fréquenter quelqu'un sans autorisation alors qu'en plus elle puisse amener quelqu'un ici c'était le comble. Il était fou de rage. Il mit à la porte le jeune homme avec une telle violence. Il y avait ensuite une grosse discussion animée entre le père et la fille. La belle diablesse avait réussi son coup elle qui désirait montrer à son père qu'il n'était pas celui qui commandait finalement. Entre le père et la fille c'était la guerre. Seulement, elle ignorait à quel point son père était bien cruel. En effet, la belle créature continuait à fréquenter son beau brun et le plus possible. Elle savait que cela attiserait la colère de son père mais cela lui était égal. Elle regrettait son geste le jour où elle se rendit comme les autres jours chez son petit ami. Elle se retrouva devant une scène d'horreur à savoir que celui qu'elle avait réussi à avoir se faisait égorger sous ses yeux par des individus mal famés. Elle était incapable de crier. Elle se disait qu'il n'était pas question de se faire repérer. Elle s'enfuit aussi vite que possible loin de l'horreur. En rentrant, elle se rendit vite aux toilettes pour évacuer l'horreur. Ce qui était arrivé l'avait profondément marqué, plus qu'elle ne l'aurait pensé. Elle aimait cet homme. Elle aurait tant aimé lui avouer ce qu'elle ressentait. Cela lui était tombé dessus, elle ne l'avait pas prévu mais maintenant, elle rêvait d’obtenir justice. Au fil du temps, elle désespérait d'avoir ne serait-ce qu'un indice mais le tout lui sauta aux yeux rien qu'en voyant la mine de son père qui tendait peu à peu à un bonheur sans précédent et mettant en avant son sourire de faux-cul intégral. Elle pensait que le pire était loin derrière elle mais elle se trompait lourdement. Une chose lui traversa l'esprit tel un couteau qu'on pouvait lui planter dans le dos et que l'on pouvait remuer histoire de faire encore plus mal à savoir que son père avait commandité l'assassinat de son petit ami. Il n'était plus question de rester dans ce lieu aussi horrible qu'immonde. Partir était la seule solution afin de préparer grandement sa vengeance. Elle prit rapidement ses affaires et partit avec perte et fracas. Elle ne savait pas trop où aller mais cela lui importait peu vu la situation. Il fallait juste qu'elle ne soit pas dans cette demeure infernale. Elle ne supportait plus cette hypocrisie malsaine. En partant, elle vit une agitation plutôt anormale au niveau de chaque rue. Elle trouvait cela tellement impressionnant. Y avait-il un événement en particulier ? Pourtant, en se souvenant du calendrier, elle savait que c'était un jour comme les autres. Cependant, celui-ci était le jour de l'apocalypse. En effet, elle vit au loin des personnes en train de marcher lentement. C'était tellement bizarre. Elle ne comprenait pas pourquoi ses gens contrairement aux autres étaient comme au ralenti mais elle découvrit avec effroi la vérité. Ce qu'elle vit était bien macabre. Des gens se faisaient massacrer jusqu'au plus profond de leurs entrailles et même ils vinrent à se relever continuant le cycle infernal. Taylor prit aussitôt la fuite tentant bien que mal de se cacher. Puis, elle trouva la sortie de la ville où des hommes de l'armée qui essayèrent tant bien que mal de contenir la foule qui désirait sortir de la ville. Ils étaient complètement dépassés que cela débordait dans tous les coins. La belle trouva un refuge à l'extérieur dans une maison isolée. Il y avait de quoi tenir pendant un longtemps. Avec le temps, elle savait qu'elle devait tout faire pour survivre et donc trouver de la nourriture. Tout ce qui était délicieux et que l'on pouvait faire chauffer avec l’électricité c'était de l'histoire ancienne. Il fallait naturellement revenir aux choses plus naturelles dont les boites de conserve. Elle n'avait pas d'autre choix que de s'y tenir. Il fallait aussi éviter les rôdeurs ou en tout cas les combattre. Au fil des semaines, elle était devenue une combattante face à ses horreurs sans nom. Il y avait par contre quelque chose qui la pesait à savoir le fait d'être seule sans cesse. C'était dans ses instants qu'elle se souvenait de celui qu'elle avait tant aimé. Elle se rendait bien compte que la seule chose qui la faisait tenir c'était l'idée de se venger. Avec l'apocalypse, tout avait été remis en cause mais elle pensait que la vengeance était encore possible vu que l'humanité n'avait plus lieu d'être. Il fallait faire un long travail d'investigation et ratisser les routes mais elle n'avait pas peur. Alors qu'elle sortait, elle croisa les autres groupes et c'était des plus effrayants. Les Sauveurs ? Elle craignait Negan qu'elle voyait finalement comme le fait de ressembler à son propre père. Certains de ce groupe avaient tenté de la convaincre de venir mais elle ne changeait pas d'avis pour autant. Une petite part d'elle était intriguée car son père pouvait très bien se trouver à cet endroit. Elle devait vite chasser cette idée de la tête. Bien sûr, d'autres comme le Royaume, la Coline ou même Alexandria avaient tenté de l'amener dans le groupe mais elle préférait combattre seule. Elle avait perdu la confiance envers les personnes. Son humanité n'était plus qu'un lointain souvenir. Le fait d'avoir retrouvé sa soeur alors qu'elle se promenait et qu'elle s'était retrouvée en danger. Croyait-elle aux coïncidences ? Ce n'était pas trop son genre. Elle comptait bien connaître le fin mot de l'histoire et par la même occasion de savoir si elle était la seule à avoir survécu ou bien au contraire, s'il y en avait d'autres et donc sa cible. Par contre, il était vrai qu'elle ne pouvait pas se comporter comme celle qui était super heureuse de retrouver sa soeur vue leur passé plutôt compliqué. L'idée était de combiner la méfiance et en même temps les retrouvailles pour atteindre son but. Après tout, elle savait que c'était à Alison de faire toutes les démarches nécessaires. Elle estimait qu'elle n'avait aucune excuse à faire par rapport à sa fuite. Elle se montrera méfiante et curieuse pour réussir sa mission.

     

    Alison, elle, était bien moins surprise de voir sa soeur bien au contraire. Elle avait eu l'occasion de la voir à plusieurs reprises mais elle ne l'avait pas approché pour le moment, car elle ne savait pas comment agir ou plutôt elle avait besoin de jauger le pour et le contre par rapport au fait de l'aborder. Elle était loin d'aimer sa soeur bien au contraire mais elle était au fait de se soumettre aux obligations familiales. Maintenant, cette sensation était bien moindre qu'autrefois. A l'époque, de toute la fratrie, elle tentait d'être la petite fille modèle et de pouvoir être bien mieux que son ainée June Lizzie. Elle la jalousait du fait qu'elle ait toutes les faveurs du paternel. Elle se sentait invisible et cela la mettait dans une rage folle. En particulier, on lui donnait le fait de surveiller sa jeune sœur et c'était une torture. Elle considérait Taylor comme un grand boulet et surtout, il fallait à chaque fois donner des conseils ou même jouer. Elle aurait bien aimé avoir l'attention pour elle. Seulement, elle devait se rendre à l'évidence qu'il lui fallait rechercher ce désir bien ailleurs. Elle pensait alors l'obtenir de sa mère. Elle usait de tous les moyens comme une moue ou même en essayant d'apprendre tout en sa présence mais c'était aussi un échec. En effet, la mère préférait de loin s'occuper des autres. Alison était invisible aux yeux des siens et cela la marquera tout au long de son existence. Il lui avait suffi de se rendre à l'école pour enfin trouver ce dont elle cherchait. Au début, elle restait en retrait par rapport aux autres. Elle se disait que tout le monde ressemblait à sa famille, qu'ils ne la verraient même pas. La lecture comme le fait de pouvoir se raconter des histoires pour passer le temps étaient les seules idées pour s'empêcher de tomber dans la plus profonde des déprimes. Avec tout ce qui était arrivé et particulièrement la disparition d'une partie des siens, elle ne savait plus où elle en était et quelle était sa place au sein de l'équation désormais. Un jour, alors qu'elle était en train de lire un des livres chair de poule de l'époque, Elle aimait particulièrement les histoires d'horreur. C'était un moyen pour elle de se libérer d'un poids familial bien lourd et difficile. Un jour, alors qu'elle lisait tranquillement, plusieurs gosses de riches vinrent l'emmerder en se servant clairement de la famille dont elle était issue et accusant son père d'être une personne sans scrupule détruisant bon nombre de familles honnêtes et travailleuses. Elle avait beau essayé de crier son indignation face à tout ça mais rien à faire car ses gosses restaient toujours aussi déterminés à obtenir justice. Un jeune homme avait alors l'idée de venir s'interposer en voyant cette scène sordide. Pour lui, il n'était pas question de venir importuner cette jeune demoiselle. Il vint à remettre les lourds à leur place en leur montrant simplement qui était le boss. Cela se traduisait simplement par de bons coup là où ça se faisait mal. Secrètement, il avait toujours été attiré par la belle colombe mais il n'avait jamais su s'approcher d'elle. Alors il s'était donné pour mission d'être son ange gardien en secret. Tout ce qu'il désirait c'était de la voir sourire. Elle représentait un rayon de soleil. Alors que finalement, il l'avait défendu, il n'avait d'autre choix que de venir à sa rencontre. Il avait tellement le trac, il en perdait ses moyens mais il devait se reprendre en main et venir tout près d'elle. Alors tout naturellement, il lui demandait si ça allait. La belle créature, elle, était assez surprise que quelqu'un vienne l'aborder mais surtout intriguée en voyant ce beau gosse plutôt charmant à ses côtés. Au début, elle se disait que c'était encore quelqu'un qui voulait se moquer d'elle ou qui voulait se servir d'elle pour atteindre le patriarche. Elle restait sur la réserve attendant de voir ce qui pourrait ensuite arriver. Elle laissait faire la discussion. Elle se rendait compte à quel point il était charmant, séduisant, prévenant. Il était une telle perle rare. Elle voulait le connaître davantage. Elle désirait cet homme à un point qu'elle n'aurait jamais imaginé. Elle comptait être à ses côtés et ce par n'importe quel moyen. Elle se disait que le meilleur moyen était un dîner rien qu'entre lui et elle. Après tout, ils étaient déjà des confidents et cela pourrait aller plus loin.

     

     

     

     

     

     

    ....

     


    votre commentaire
  • Félicitations

     

    Félicitations au blog qui a passé les 14500 visiteurs depuis sa venue sur cette plateforme :D :D :D Merci à tous de le suivre infiniment depuis son retour.


    votre commentaire
  • Joyeux anniversaire pour les onze ans

     

    Le blog est actuellement à ses 14200 visiteurs après l'arrivée sur cette plateforme, et j'en suis plus que touchée. Merci de continuer de suivre toutes les fictions, et de faire avancer le blog grâce à vos suggestions. Si vous avez des idées, des suggestions, n'hésitez pas à en faire part, C'est un jour très spécial en ce 7 octobre à savoir les 11 ans du blog où les fics, vos fics restent toujours d'actualité, Je vous remercie d'être présent, de lire ses fictions, de permettre au blog d'être toujours présent après ses onze ans d'histoire et de nouveautés même qui vont bientôt arrivés comme les retours de vos fics préférés avec des suites plus qu'attendues. Merci, merci, merci :D :D :D D'ailleurs, la fic va connaître entièrement le chapitre 6 : L'antre des amazones où des choses plus que difficiles ont été vécus par vos personnages préférés. Bientôt une nouvelle fic s'ajoutera à celle en cours suite à vos votes mais également la fin de la première saison de King Rising qui sera intense. 

     

    Soufflons ses bougies et joyeux anniversaire à FANS DE WEB SERIES !!!!! Vive le blog ! 


    votre commentaire
  • Félicitations

     

    Félicitations au blog qui a passé les 14000 visiteurs depuis sa venue sur cette plateforme :D :D :D Merci à tous de le suivre infiniment depuis son retour.


    votre commentaire
  • Félicitations

     

    Félicitations au blog qui a passé les 13500 visiteurs depuis sa venue sur cette plateforme :D :D :D Merci à tous de le suivre infiniment depuis son retour.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires