• Voici le casting de One Tree Hill : Missing (la liste évoluera....) :

    Lucas Scott
     
    Nathan Scott
     
    Brooke Davis
     
    Haley James Scott
     
    Claire Scott
     
    Elizabeth Sanchez  
     
    Rachel Gattina
     
    Deb Scott
     
     
    Micro  
     
     
     Skills

     

    Logan Lerman One Tree Hill Missing
     
    Bella Thorne One Tree Hill Missing
     
     
    Ebba Zingmark One Tree Hill Missing  
     
     
    Amy Adams One Tree Hill Missing  
     
      
    Chris Evans One Tree Hill Missing
     
      Ashley Greene One Tree Hill Missing
     
      Autumn Reeser One Tree Hill Missing  
     
    Jessica Simpson One Tree Hill Missing  
     
    Robert Downey Jr One Tree Hill Missing
     
     
     
     
    Channing Tatum One Tree Hill Missing  
     
    Penelope Cruz One Tree Hill Missing
     
      Jensen Ackles One Tree Hill Missing  
     
     
      Tyra Banks One Tree Hill Missing

    Casting

    Casting

    Casting

    Casting

    Casting

    Casting

     

    Casting

     

    Casting

     

    Casting

     

     

    Casting

     

    Casting

     


    votre commentaire
  • Caitlin Mitchell
     
    Dan Scott
     
      Ian Somerhalder One Tree Hill Missing
     
     

    Anciens acteurs

     

    Anciens acteurs

     

    Anciens acteurs


    votre commentaire
  • Voici la liste des guest-stars :

    Elizabeth Harnois : Shelly Simon

    Julian McMahon : Ethan Hawkins

    Daniel Gillies : Michael Hawkins


    votre commentaire
  • Voici les titres des épisodes de One Tree Hill : Missing

    épisode 1 : Retour à Tree Hill

    épisode 2 : Un lourd changement

    épisode 3 : L'enfant caché

    épisode 4 : Les portes de la folie

    épisode 5 : Un danger imminent

    épisode 6 : Prisonnières

    épisode 7 : L'enlèvement de Caitlin

    épisode 8 : Un être énigmatique

     épisode 9 : Mensonge ou vérité ? 

    épisode 10 : Faux-semblants

    épisode 11 : Mon nom est Brooke, Brooke Davis

    épisode 12 : Nouvelle menace

    épisode 13 : Sous influence

    épisode 14 : Entre les mains d'une diablesse

    épisode 15 : Jeu de manipulations

    épisode 16 : Tic Tac Boom

    épisode 17 : Une grande surprise

    épisode 18 : Au nom de la vengeance

    épisode 19 : Attrape-moi si tu peux chéri

    épisode 20 : La mort n'est que le commencement 

    épisode 21 : Révélations (1/2)

    épisode 22 : Révélations (2/2)


    votre commentaire
  • 1 an après la fin du lycée, Lucas est dans sa chambre étudiante. Les cours sont terminés et il songe à rentrer chez lui pour voir sa mère et sa petite soeur. Il décide d'appeler Peyton qui lui manque terriblement. Le stage de Peyton à Los Angeles lui prenait du temps, beaucoup de temps. Il l'appelle mais le téléphone sonne occupé. Lucas trouve cela bizarre. Pourquoi Peyton ne lui répondait pas au téléphone ? Il décide d'appeler Brooke qui était en train de créer une nouvelle collection pour une célèbre marque de vêtements. Brooke dit :

    Brooke : "Serait-il possible de m'appeler plus tard parce que je suis occupé là !!!!

    Lucas : Brooke c'est moi !!!!

    Brooke : Mr Lucas Scott en personne !!!!!! Je n'arrive pas à le croire !!!!

    Lucas : Cela fait quand même un an !!!!

    Brooke : Tu aurais pu m'appeler !!!

    Lucas : Je sais.

    Brooke : Comment ça va ?

    Lucas : Je t'appelle parce que je n'arrive pas à joindre Peyton.

    Brooke : Il n'y en a que pour elle !!!

    Lucas : Mais toi tu es plus que ça !!!!!!

    Brooke : Je préfère.

    Lucas : Alors ?

    Brooke : Maintenant que tu m'en parles, je devais la voir ce week-end. Elle avait un congé et devait normalement repasser à Tree Hill.

    Lucas : C'est bizarre !!!!

    Brooke : Oui, je pense que je vais aller la voir histoire de voir si tout va bien.

    Lucas : Bien sûr."

    Lucas raccroche et Brooke part retrouver Peyton. Elle a alors l'idée d'aller voir la maison de disques où elle a eu un stage. Au même moment, Dan est en prison depuis plusieurs mois et personne de sa famille n'est venu le voir. Il a été renié mais soudain un gardien lui dit :

    Le gardien : "Mr Scott, vous avez une visite !!!!

    Dan : Vous devez vous tromper. Ce n'est ni Nathan, ni Lucas, ni Karen, ni Deb, personne !!!!!

    Le gardien : Vous devriez venir voir."

    Dan s'avance dans le couloir pour aller voir qui pourrait bien lui rendre visite. Il voit une jeune femme en train d'attendre. Il ne la connaît pas. Il va la voir. Cette femme dit :

    La femme : "Bonjour, Mr Scott !!!!

    Dan : Mais qui êtes-vous ?

    La femme : Je m'appelle Caitlin Mitchell et je suis venue vous représentez. Vous vous êtes conduit de façon exemplaire en prison. Les autres détenus doivent prendre exemple sur vous.

    Dan : On ne m'avait jamais parlé comme ça depuis longtemps.

    Caitlin : Je ne suis pas là pour flatter votre ego mais je suis là pour vous sortir de prison.

    Dan : Vous n'allez pas être aimé dans cette ville !!!!

    Caitlin : Je suis au dessus des critiques !!!!

    Dan : D'accord pour que vous soyez mon avocate.

    Caitlin : Parfait, c'est ce que je voulais entendre. Vous m'appuyez donc pour une liberté anticipée ?

    Dan : Bien sûr. Mais vous pouvez m'appeler Dan.

    Caitlin : D'accord. Alors à ce moment là appelez moi Caitlin.

    Dan : D'accord. J'espère vous revoir bientôt.

    Caitlin : Je vais déposer la requête dans la journée. Vous aurez de mes nouvelles aujourd'hui.

    Dan : C'est parfait."

    Caitlin part laissant Dan. Il est heureux. Le gardien vient le rechercher. Il dit :

    Le gardien : "Je vous l'avais dit !!!

    Dan : C'est mon avocate d'autant plus assez sexy et déterminée, j'adore ça !!!!! Karen et Deb vous allez en baver !!!!

    Le gardien : A ce point ?

    Dan : Oh, oui. Et croyez moi, je serais avec elle après ma libération."

    Dan retourne en cellule. Brooke est à la maison de disques. Elle parle au responsable et dit :

    Brooke : "Monsieur, bonjour, je recherche une de vos stagiaires !!!

    Le responsable : Vous recherchez qui exactement ?

    Brooke : Peyton Sawyer !!! Je suis son amie Brooke Davis !!!!

    Le responsable : Je me souviens très bien de vous.

    Brooke : Ah, je ne laisse que de bons souvenirs.

    Le responsable : Vous êtes très belle !!!!

    Brooke : C'est ce qu'on me dit toute la journée. Bon, pour Peyton, vous l'avez vu ?

    Le responsable : Non, cela fait depuis le week end dernier que je ne l'ai pas vu. Elle n'est pas venue travailler de toute la semaine.

    Brooke : Merci mais je dois me sauver !!!!"

    Brooke part en courant. Elle appelle Lucas au téléphone et dit :

    Brooke : "C'est moi !!!

    Lucas : Alors ?

    Brooke : Le responsable de Peyton ne l'a pas vu depuis une semaine. Je te propose une chose tout à fait dingue mais il faut retourner à Tree Hill aujourd'hui !!!

    Lucas : Tu es dingue comme fille !!!!

    Brooke : C'est sérieux. Les affaires de Peyton sont dans l'appartement !!!

    Lucas : D'accord. Je vais prévenir les autres. Nous retournons tous à Tree Hill !!!"

    Brooke raccroche. Elle part chez elle pour préparer ses affaires. Lucas de son côté prépare lui aussi ses affaires. Il téléphone à Nathan. Nathan dit :

    Nathan : "Allo !!!!

    Lucas : Salut, c'est moi !!!!

    Nathan : Comment vas-tu ?

    Lucas : Toi d'abord !!!!!

    Nathan : Je vais bien. Mon fils va bien mais je n'arrive pas vraiment à dormir et Haley non plus. Sinon, toi, comment ça va ?

    Lucas : Peyton a disparu.

    Nathan : Quoi ? et depuis quand ?

    Lucas : Je ne sais pas depuis quand. J'ai appelé Brooke et même elle, ne sait pas où elle est. Elle m'a dit par contre que Peyton devait repasser à Tree Hill.

    Nathan : De toute façon, je dois aller là bas avec Haley et James.

    Lucas : Pourquoi ?

    Nathan : Nous allons voir ma mère. Cela fait tout juste un an que je ne l'ai pas vu. C'est depuis l'arrestation de notre père.

    Lucas : Tu es allé le voir ?

    Nathan : Surtout pas et toi ?

    Lucas : Moi non plus. Il a tué notre oncle !!!!

    Nathan : Je sais.

    Lucas : Retrouvons nous à Tree Hill. J'y vais aussi.

    Nathan : Magnifique. Il ne manque plus que le reste de la bande.

    Lucas : Je vais les appeler.

    Nathan : Très bien. A plus.

    Lucas : A plus."

    Lucas raccroche le téléphone. Il compose le numéro de Skills. Skills dit :

    Skills : "Je suis avec pleins de pom-pom girls prêtes à m'admirer comme un dieu !!!! Vous pouvez me rappeler ?

    Lucas : Skills, c'est moi !!!!!

    Skills : Ah, Lucas, mon pote !!!! Comment ça va vieux ?

    Lucas : Tu es où là ?

    Skills : Je vais à Los Angeles là. Pourquoi ?

    Lucas : Tu pourrais revenir à Tree Hill ?

    Skills : Qu'est-ce qui se passe ?

    Lucas : Peyton a disparu et je ne sais pas où elle est. Même Brooke ne sait pas.

    Skills : Elle est à Los Angeles ?

    Lucas : Oui.

    Skills : Super, je la retrouve chez elle !!!!

    Lucas : Dépêche-toi !!! Elle a l'intention aussi de revenir à Tree Hill !!!!

    Skills : Ok, vieux, on se voit à Tree Hill !!!

    Lucas : Ca marche !!!"

    Lucas raccroche le téléphone. Il part de sa chambre quand soudain son téléphone sonne. Il répond et dit :

    Lucas : "Allo !!!

    Micro : Salut, c'est Micro !!!! Je suis en bas.

    Lucas : Cool. J'arrive."

    Lucas raccroche le téléphone et voit Micro. Lucas dit :

    Lucas : "Qu'est-ce que tu viens faire ici ?

    Micro : Encore Rachel !!!

    Lucas : Elle t'en fait voir de toutes les couleurs ?

    Micro : Oui et toi ?

    Lucas : Peyton a disparu.

    Micro : Rachel est revenue à Tree Hill. Tu as proposé à tout le monde de revenir ?

    Lucas : Oui.

    Micro : Ils ont accepté ?

    Lucas : Oui.

    Micro : Il est temps de partir maintenant.

    Lucas (en voyant la voiture de Micro) : Super, tu as enfin une voiture !!!

    Micro : Oui, elle est magnifique. Je l'ai payée avec mes économies.

    Lucas : Cool. On y va."

    Lucas part avec sa voiture. Micro part aussi avec sa voiture. Skills de son côté arrive à Los Angeles. Il se dirige vers l'appartement de Brooke. Il sonne. Brooke ouvre. Elle dit :

    Brooke : "Skills !!!!!!!! Super !!!!

    Skills : Ma Brooke adorée !!!

    Brooke : Mais qu'est-ce que tu fais à Los Angeles ?

    Skills : Je voulais venir te voir jusqu'à ce que Lucas m'appelle.

    Brooke : Il t'a dit pour Peyton ?

    Skills : C'est bizarre.

    Brooke : J'allais repartir à Tree Hill.

    Skills : Justement. Allons-y.

    Brooke : D'accord."

    Brooke part avec sa voiture. Skills en fait de même. De son côté, Caitlin arrive au tribunal et dépose la requête pour faire libérer son client. Le juge dit :

    Le juge : "Sur quelle base déposez-vous cette requête, maître ?

    Caitlin : Mon client est un prisonnier exemplaire. Aucune mise en isolement n'a été retenue contre lui. Certes, ce qu'il a fait est abominable mais il l'a fait sous le coup de la colère. Il n'y a eu aucun incident répertorié dans son casier judiciaire. Mieux encore, on a essayé de le tuer.

    Le juge (s'adressant au procureur) : Monsieur, le procureur, êtes-vous contre cette requête ?

    Le procureur : Je suis contre cette requête bien entendu mais ce qu'a évoqué mon collègue a un sens. En effet, rien n'est noté dans son casier judiciaire à part le meurtre de son frère. Je suis prêt à négocier avec Maître Mitchell.

    Caitlin : Je suis d'accord pour négocier.

    Le juge : Très bien. Que proposez-vous, Monsieur le procureur ?

    Le procureur : Je propose qu'il porte un bracelet électronique pendant 6 mois. Il devra le porter à Tree Hill et ne devra dépasser notre ville. Nous verrons ainsi s'il pense fuir ou non ses responsabilités.

    Caitlin : Cela me va très bien !!!!

    Le juge : Très bien. Alors à ce moment-là, le prisonnier est sous liberté conditionnelle. La séance est levée."

    Le juge part. Caitlin sert la main du procureur et part vers la prison. Nathan va voir Haley et son fils James. Il dit :

    Nathan : "Il faudrait que nous partions à Tree Hill. Il se passe quelque chose de grave. Peyton a disparu !!!

    Haley : Pauvre Lucas.

    Nathan : Je sais.

    Haley : Je suis en train de préparer nos affaires. J'ai bientôt fini.

    Nathan : C'est super.

    Haley : Tu prépares tes affaires ?

    Nathan : D'accord."

    Nathan prépare ses affaires. Il les dépose à l'entrée et va voir son fils. Il est comme en admiration devant lui. Jamais il ne pensait ressentir quelque chose d'aussi fort pour un être si innocent. Haley vient le voir et lui dit :

    Haley : "Vous êtes mignons tous les deux !!!!

    Nathan : Merci.

    Haley : Il ressemble à son père.

    Nathan : Merci mais j'espère n'avoir pas la même relation que j'avais eu avec le mien.

    Haley : Il faudrait que tu ailles le voir.

    Nathan : J'ai promis à Lucas que je n'irais pas le voir et que lui non plus.

    Haley : Je sais. Mais j'aimerais vraiment......

    Nathan (complétant sa phrase) : ..... Que la famille soit unie, je sais.

    Haley : Il faut y aller maintenant.

    Nathan : D'accord."

    Haley prend James dans ses bras. Nathan de son côté prend les affaires. Ils partent. De son côté, Caitlin arrive à la prison. Elle attend Dan dans la salle des visites. Le gardien va le chercher et lui dit :

    Le gardien : "Tu as de la visite !!!!

    Dan : Mais je n'ai pas de visite d'habitude !!!!

    Le gardien : C'est la même fille que la dernière fois.

    Dan : J'arrive."

    Le gardien emmène Dan dans la salle des visites. Celui-ci est surpris de sa venue. Il dit :

    Dan : "Vous ne pouvez plus vous passer de moi !!!!

    Caitlin : J'ai une bonne nouvelle à vous annoncer.

    Dan : Quelle nouvelle ?

    Caitlin : Vous êtes en liberté conditionnelle. Vous devez juste porter un bracelet électronique qui vous permettra de rester qu'à Tree Hill. Il faut prouver au juge que vous êtes quelqu'un de fiable maintenant.

    Dan : Je ferais le nécessaire.

    Caitlin : Gardien, mettez-lui le bracelet.

    Le gardien : D'accord."

    Le gardien retire les menottes de Dan et lui pose un bracelet électronique. Dan est visiblement content. Il dit :

    Dan : "Merci à vous !!!!

    Caitlin : Nous pouvons nous tutoyer.

    Dan : D'accord. Merci à toi. J'aimerais te revoir.

    Caitlin : Prenons un café.

    Dan : D'accord."

    Caitlin part mais cette fois-ci avec Dan qui dit au revoir à la prison. Pendant ce temps, Rachel est au café de Karen. Elle regarde par la fenêtre et voit deux voitures en train d'arriver. Elle sort. Elle regarde attentivement et voit Brooke et Skills. Brooke est en train de se garer de même que Skills. Ils sortent et viennent serrer Rachel dans leurs bras. Skills dit :

    Skills : "Content de te revoir !!!!

    Rachel : Moi de même vieux !!!

    Skills : Ah, ah !!!!

    Brooke : Contente de te revoir.

    Rachel : Tu dois faire des ravages maintenant avec ton métier.

    Brooke : Désolé, je suis célèbre.

    Rachel : Pourquoi vous êtes revenu ?

    Brooke : Tu ne sais pas encore ?

    Rachel : Quoi ?

    Brooke : Peyton a disparu.

    Rachel : Quoi ?

    Brooke : Je te le jure. On ne sait pas où elle est. Tout le monde normalement doit revenir à Tree Hill.

    Rachel : Je vois.

    Skills : A priori, nous sommes les premiers.

    Brooke : Où est Micro ?

    Rachel : J'ai voyagé de mon côté et lui du sien.

    Brooke (géné) : Désolé.

    Rachel : Ce n'est pas grave.

    Brooke : Allons, prenons un café et saluons Karen."

    Ils rentrent dans le café et Karen les remarque. Elle vient les voir. Elle dit :

    Karen : "Contente de te revoir Brooke !!!! Toi aussi Skills !!!!

    Brooke : Merci Karen.

    Karen : Lucas rentre aussi à Tree Hill.

    Brooke : Il devrait arriver.

    Skills : Tout le monde se réunit.

    Karen : Je pouvais revoir tout le monde.

    Skills : Vous n'êtes pas au courant ?

    Karen : Au courant de quoi ?

    Skills : Peyton a disparu. Tout le monde a prévu de revenir ici pour en savoir plus.

    Karen : Mon dieu, c'est inquiétant. Lucas a besoin d'aide.

    Brooke : On lui apportera tous le soutien nécessaire.

    Karen : Merci Brooke !!!! Au fait, cela marche pour toi en ce moment !!!!

    Brooke : Comment ça ?

    Karen : Tu n'as pas vu les publicités à la télévision.

    Brooke : Non.

    Karen : Tu es l'égerie de ta propre marque !!!!!!

    Brooke : Magnifique !!!!!

    Skills : Une créatrice de mode reconnue !!!!

    Brooke : Merci.

    Skills : Mon but, devenir basketteur professionnel et ensuite me marier avec la plus belle des femmes.

    Karen : Quel beau programme."

    Deux voitures arrivent. Ce sont Lucas et Micro. Ils sont en train de garer leurs voitures. Ils descendent et voient les voitures de Brooke et de Skills. Ils entrent dans le café. Tout le monde vient les voir. Cependant, il y a une tension entre Rachel et Micro. Brooke dit :

    Brooke : "Ta mère est au courant pour Peyton !!!

    Karen : Je suis désolé.

    Lucas : Vous êtes tous là, merci à vous tous.

    Rachel : Il ne manque plus que la petite famille.

    Lucas : C'est bizarre. Où sont Nathan, Haley et James ?

    Skills : On est arrivé avant eux alors que nous venons de Los Angeles.

    Lucas : Je sais mais nous aussi, on venait de loin.

    Brooke : Ils sont plus près de Tree Hill que nous tous réunis.

    Lucas : Ce n'est pas normal. Je vais les retrouver.

    Karen : Je ne te laisserais pas y aller tout seul.

    Lucas : D'accord.

    Skills : On reste là au cas où ils arrivent entre-temps.

    Lucas : Merci."

    Lucas et Karen partent. Nathan, Haley et James sont en effet sur la route. Mais soudain, une voiture leur fonce droit dessus. Haley prend James dans ses bras. Nathan ouvre la porte d'un geste héroique. Haley et James sautent à temps. Cependant, Nathan n'a pas le temps de sauter et la voiture lui fonce droit dessus. Il essaye de l'éviter mais la prend sur le côté. Il se retrouve coincé. Haley est un peu sonnée et essaye quand même de savoir qui c'est dans la voiture voisine. Elle dit :

    Haley (sonnée) : "Aidez-nous !!!!!!"

    James pleure. Nathan est inconscient. Il est coincé. La personne voisine regarde la voiture voisine et satisfait des évènements part.

     

    Fin de l'épisode.


    votre commentaire
  • Le reste de la bande dans le café s'inquiète. Brooke dit :

    Brooke : "Ce n'est pas normal. Il y a eu la disparition de Peyton et ensuite ce sont eux. Mais qu'est-ce que nous avons fait pour mériter ça !!!!!!

    Rachel : Je ne sais pas.

    Skills : J'espère en tout cas qu'ils vont bien.

    Micro : Tu as raison."

    Soudain, Dan rentre dans le café suivi de Caitlin. Le groupe est surpris de l'arrivée de Dan. Celui-ci d'ailleurs va les voir et dit :

    Dan : "Tout le monde est de retour à Tree Hill. Je vais pouvoir voir mes fils.

    Brooke : Vos fils ne sont pas là pour l'instant.

    Dan : Vous pouvez peut-être leur passer un message ?

    Micro (en voyant Caitlin) : Je ne sais pas si on le fera. Et vous, comment pouvez-vous être avec ce meurtrier ?

    Caitlin : Bonjour, à vous aussi. Je m'appelle Caitlin Mitchell et je suis avocate. Dan est en liberté conditionnelle.

    Skills : Je ne comprends pas pourquoi vous l'avez défendu.

    Dan : J'aurais penser que toute la bande serait là.

    Brooke (en s'énervant) : Tout ce qui se passe est de votre faute !!!!

    Rachel (en tentant de la calmer) : Calme-toi Brooke sinon il va se douter qu'il se passe quelque chose.

    Dan : Je vais vous laisser et je vais prendre un café.

    Micro : Il faut payer bien sûr !!!!

    Dan : Très drôle."

    Dan et Caitlin prennent un café. Caitlin paye et ils vont s'asseoir. Dan dit :

    Dan : "Quelque chose ne va pas, je le sens !!!!

    Caitlin : J'ai cette impression également. Ils ne t'aiment pas on dirait !!!

    Dan : Je sais. Mais ce que je vois, c'est que mes fils ne sont pas là.

    Caitlin : J'ai remarqué.

    Dan : J'aimerais tellement connaître mon petit-fils.

    Caitlin : Attendons-les."

    Dan et Caitlin prennent leur café rapidement. Karen et Lucas ont pris la voiture de Karen et cherchent où peuvent bien être Nathan, Haley et James quand soudain ils trouvent Haley un peu sonnée avec James qui était en train de pleurer. Haley dit :

    Haley : "Nathan est là-bas, il faut l'aider !!!!!!

    Karen (en prenant James) : Je vais prendre soin de lui.

    Haley : Vous avez laissé votre fille pour moi !!!!

    Karen : Lilly est chez la baby-sitter. Mais toi, tu vas bien ?

    Haley : Je suis juste un peu sonnée. Mais Lucas, sauve-le.

    Lucas : Je vais faire le nécessaire."

    Lucas se dirige vers la voiture. Haley prend le téléphone de la voiture de Karen. Elle compose le numéro des urgences et dit :

    Haley : "Allo, je m'appelle Haley James Scott et mon mari est blessé

    La standardiste : Comment il s'appelle ?

    Haley : Venez vite, il est inconscient.

    La standardiste : Vous êtes où ?

    Haley : Nous sommes près de Tree Hill. Nous allons en plus y rentrer.

    La standardiste : Une ambulance arrive immédiatement.

    Haley : Merci."

    Haley raccroche. La standardiste voit un ambulancier et dit :

    La standardiste : "Il faut aller à la sortie de la ville de Tree Hill. Un certain Nathan Scott a eu un accident de voiture.

    Un ambulancier : J'y vais."

    L'ambulancier fait signe à son collègue de venir. Ils partent. Haley pleure. Lucas quand à lui est devant la voture. Il voit son frère inconscient. Mais de plus, il voit que le choc était plus du côté conducteur que du côté passager. Il va le voir et tente de le réveiller. Il n'y arrive pas. Il n'a pas d'autres choix que de le sortir par les moyens du bord. Justement, près de l'accident, certaines branches d'un arbre sont tombés. Il prend une grosse branche et fait un levier. Il n'a que quelques secondes pour le sortir de là. Il le porte et arrive à le sortir de là. Il s'éloigne de la voiture et va auprès d'Haley, de Karen et de James. Haley dit :

    Haley (en pleurant) : Ne me laisse pas !!!!

    Lucas : Réveille-toi vieux !!!

    Karen : Accroche-toi, les ambulances arrivent.

    Lucas : Vous pouvez rester là toutes les deux ?

    Karen : Oui, pourquoi ?

    Lucas : Je vais prévenir le reste de la bande.

    Karen : Vas-y.

    Haley : Fais attention à toi.

    Lucas : Ne t'inquiète pas."

    Lucas part au moment où les ambulanciers arrivent. Ils portent Nathan sur un brancard. Un ambulancier dit :

    Un ambulancier : "Vous êtes des membres de la famille ?

    Haley : Je suis la femme qui a téléphoné : Haley James Scott.

    Karen : Je suis la mère de son demi-frère.

    Un ambulancier : Qui l'a sorti de la voiture ?

    Karen : C'est mon fils.

    Un ambulancier : Il lui a peut-être sauvé la vie.

    Haley : On peut venir ?

    Un ambulancier : Bien sûr."

    Les ambulanciers mettent Nathan dans l'ambulance. Haley, Karen et James montent dans l'ambulance. Haley dit :

    Haley : "Tu m'as sauvé, chéri. Je te remercie mais en retour reviens !!!!!! Je ne veux pas te perdre."

    L'ambulance part. De son côté, Lucas arrive au café. Brooke regarde par la fenêtre et voit Lucas. Elle voit que quelque chose ne va pas. Lucas rentre. Micro dit :

    Micro : "Vous les avez retrouvés ?

    Lucas : Oui.

    Brooke : Où es ta mère ?

    Lucas : Elle est restée avec Haley.

    Skills : Qu'est-ce qui se passe ?

    Lucas (en pleurant) : Ils ont eu un accident de voiture.

    Rachel : C'est grave ?

    Lucas (en pleurant) : Nathan est inconscient. Je l'ai sorti de la voiture mais il n'a pas repris conscience. Je vais appeler ma mère. (en composant le numéro de téléphone) Allo, c'est moi !!!!

    Karen : Tu les as prévenu ? Ne t'inquiète pas pour lui.

    Lucas : Oui. J'ai le droit. C'est mon frère. Vous êtes où ?

    Karen : L'ambulance est arrivé. Nous nous dirigeons vers l'hôpital.

    Lucas : D'accord. On vous rejoint tous."

    Lucas raccroche. Soudain, il voit Dan assis à une table avec une jolie fille. Il est en colère. Dan voit également son fils qu'il n'a pas vu depuis son incarcération. Lucas va le voir et le frappe. Il dit :

    Lucas (en colère) : "Comme si cela ne suffisait pas de tuer mon oncle, il fallait que tu oses tuer un de tes propres fils !!!!!

    Dan : De quoi tu parles ?

    Lucas (en colère) : De quoi je parle ? De l'accident de Nathan.

    Dan (inquiet) : Il est blessé ?

    Lucas (en colère) : Pire, il n'a pas repris conscience.

    Dan (inquiet) : Je veux aller le voir !!!!

    Lucas (en colère) : Tu as perdu ton droit d'être père le jour où tu as assassiné un membre de notre famille. (en s'adressant au reste de la bande) Vous pouvez aller à l'hôpital, prévenez Deb.

    Brooke : Et toi ?

    Lucas : Je vais empêcher mon père de s'approcher de Nathan."

    Le reste de la bande part. Dan dit :

    Dan : "Tu n'as pas le droit de me faire ça, c'est mon fils !!!!!

    Lucas : Tu lui as fait beaucoup trop de mal.

    Dan : J'ai changé.

    Lucas (en regardant Caitlin) : C'est ce que tu dis toujours. D'ailleurs, qui est cette jeune fille ? Une conquête de plus après ma mère et Deb ?

    Dan : C'est mon avocate.

    Cailtin : Je m'appelle Caitlin Mitchell et j'ai défendu mon père.

    Lucas : Si j'étais vous, je ne m'approcherais pas de lui. Pire, encore, je m'enfuirais loin de lui et de son influence néfaste. Heureusement qu'il n'y en a un qui ne le connaît pas et c'est James.

    Dan : J'aimerais le voir.

    Lucas (en colère) : Je te l'interdis !!!!!

    Caitlin : Qu'est-ce que vous entendez par influence néfaste ?

    Dan : Tu ne vas pas jouer dans son jeu ?

    Caitlin (ignorant les paroles de Dan) : J'écoute.

    Lucas : Il a tué mon oncle que je considérais comme mon propre père. Ensuite, il nous a poussé de façon excessive vers le basket. Il a voulu me séparer de mon propre frère Nathan. Il a fait souffrir son ex-femme Deb mais aussi ma mère Karen. Il ne supporte pas qu'une personne soit heureuse en dehors de lui-même. Il fera la même chose avec vous. Pire, il pourrait vous tuer.

    Caitlin : J'ai bien écouté ce que vous avez dit. Vous vous appelez ?

    Lucas : Je m'appelle Lucas Scott.

    Caitlin : Je serais prudente.

    Lucas : Merci."

    Soudain une jeune fille arrive en voiture, se gare et entre dans le café. Elle dit :

    La jeune fille : "Lucas, c'est toi ?

    Lucas : Oui.

    La jeune fille : Je suis contente de te voir. Tu m'avais dit de passer à Tree Hill un de ses jours et me voilà !!!!

    Lucas : Elizabeth mais je croyais que tu devais partir en Europe ?

    Elizabeth : J'ai changé d'avis. Je voulais visiter le coin.

    Lucas : C'est génial !!!

    Elizabeth : Tu ne me présentes pas ?

    Lucas (résigné) : Si. Alors Caitlin et Dan, voici Elizabeth Sanchez et Elizabeth, voici Caitlin Harper et Dan Scott.

    Elizabeth : Ton père ?

    Lucas : Malheureusement, oui. Tu as intérêt à ne pas bouger d'ici sinon je te jure que je te tue.

    Elizabeth : Ca suffit !!!!! Tu dois aller où ?

    Lucas : A l'hôpital. Mon frère est hospitalisé, il a eu un accident avec sa femme et mon neveu.

    Elizabeth : Je viens avec toi.

    Lucas : D'accord."

    Lucas et Elizabeth partent en prenant la voiture d'Elizabeth. Dan dit :

    Dan : "Pourquoi tu es rentré dans son jeu ?

    Caitlin : Je suis avocate et j'écoute ce que l'on a à me dire d'important.

    Dan : Tu penses m'éviter ?

    Caitlin : Cela ne dépend que de toi.

    Dan : J'aimerais tellement voir Nathan.

    Caitlin : On dirait que tu as plus d'affinités avec Nathan.

    Dan : J'ai abandonné Lucas à la naissance alors que j'ai élevé Nathan.

    Caitlin : Je vois. Mais je vais te donner un conseil.

    Dan : Vas-y.

    Caitlin : Attends-ici patiemment. C'est comme ça que tu pourras retrouver ta famille.

    Dan : Merci à toi d'être là.

    Caitlin : De rien."

    Dan et Caitlin se regardent dans les yeux. Dan s'approche d'elle et l'embrasse. Caitlin ne le repousse pas. Pendant ce temps, sur la route, Brooke s'occupe de prévenir Deb. Elle l'appelle. Deb répond et dit :

    Deb : "Allo !!!!!

    Brooke : Mme Scott, c'est Brooke Davis.

    Deb : Appelle-moi Deb.

    Brooke : D'accord, Deb.

    Deb : Qu'est-ce qui se passe ?

    Brooke : Je n'aime pas vraiment annoncer cela par téléphone mais je n'ai pas le choix.

    Deb : Quoi ?

    Brooke : Votre fils a eu un accident de voiture avec Haley et James.

    Deb : Comment vont-ils ?

    Brooke : Haley et James n'ont rien mais c'est Nathan. Il part pour l'hôpital le plus proche de la ville.

    Deb : J'arrive immédiatement."

    Deb raccroche et part. Haley et Karen arrivent à l'hôpital. Un médecin arrive immédiatement près d'eux et prend Nathan pour l'amener au bloc opératoire. Il dit :

    Le médecin : "On nous a prévenu de votre arrivée. Vous êtes sa femme ?

    Haley : Oui, je m'appelle Haley James Scott et voici mon mari Nathan.

    Le médecin : Votre mari a été gravement blessé. Nous devons l'amener au bloc d'urgence. Qui l'a sorti de la voiture ?

    Haley : Mon beau-frère, Lucas.

    Le médecin : Il lui a sûrement sauvé la vie. Je ne vais pas me prononcer immédiatement mais en vue du résultat de l'opération, il peut y avoir des complications.

    Haley : Sauvez-le.

    Le médecin : Très bien."

    Le médecin accompagné d'infirmières part au bloc opératoire. Haley, Karen avec le petit James vont dans la salle d'attente. Un autre médecin vient les voir. Il dit :

    L'autre médecin : "Je suis venu pour vous examiner.

    Karen : Je ne suis arrivé sur le lieu de l'accident qu'après.

    Haley : D'accord.

    L'autre médecin : Votre enfant doit aussi venir. Nous allons dans la salle de consultation.

    Haley : Très bien. Karen tu me préviens lorsque Nathan sera sorti du bloc ?

    Karen : Bien sûr, compte sur moi !!!!"

    Haley prend James dans ses bras et part avec le médecin dans la salle de consultation. Karen attend lorsqu'elle voit arriver le reste de la bande. Elle dit :

    Karen : "C'est une tragédie !!!!

    Brooke : J'ai prévenu Deb que son fils est à l'hôpital.

    Karen : Elle l'a prise comment ?

    Brooke : Je ne sais pas. Elle a dit qu'elle arrivait.

    Skills : Où sont Haley et James ?

    Karen : Elle est partie dans la salle de consultation pour un examen avec le petit.

    Micro : On a des nouvelles de Nathan ?

    Karen : Un médecin l'a ammené au bloc opératoire. Il dit que Lucas lui a sûrement sauvé la vie mais selon le résultat de l'opération, il peut y avoir des complications.

    Rachel : C'est horrible !!!!!

    Karen : Je sais. Au fait, Lucas garde la boutique ?

    Rachel : Il devait discuter avec quelqu'un d'important.

    Brooke : Ce n'est rien.

    Karen : Dîtes-moi !!!!!!

    Brooke : D'accord. Il est en ce moment avec Dan et sa nouvelle copine avocate Caitlin Mitchell.

    Karen : J'espère qu'il ne fera rien !!!!

    Micro : Je l'espère aussi."

    Lucas et Elizabeth arrivent. Karen va voir son fils et dit :

    Karen : "J'ai appris que tu as vu ton père !!!!!

    Lucas (en colère) : Ce meurtrier est en liberté. Il a essayé de tuer Nathan, Haley et James.

    Karen : Il ne serait pas capable de tuer l'un de ses enfants.

    Lucas (en colère) : Il a tué son propre frère, peut-être qu'il tuera ensuite ses progénitures !!!!!! Mais arrêtons de parler de lui. Où est Nathan ?

    Karen : Il a été amené au bloc.

    Lucas : Où sont Haley et James ?

    Karen : Ils sont dans la salle des consultations.

    Lucas : J'espère que Nathan va s'en sortir.

    Karen : Tu ne nous présentes pas à cette jeune fille ?

    Skills : Tu en oublies les bonnes manières mon pote !!!!!!

    Lucas : D'accord. Elizabeth, je te présente ma mère Karen Roe, mes amis Brooke Davis, Rachel Gattina, Skills et Micro. Les amis, je vous présente Elizabeth Sanchez.

    Skills : Tu l'as trouvé où cette beauté rare ?

    Elizabeth : J'étudie avec lui. J'ai décidé de venir le voir à Tree Hill. Il m'a dit de venir quand je voulais. Alors, j'ai annulé mon voyage et je suis venu.

    Micro : Tu devais aller où ?

    Elizabeth : En Europe ?

    Les garçons : C'est trop beau !!!!!!!

    Brooke : Les mecs, je vous rappelle qu'on est là pour Nathan.

    Elizabeth : Le frère de Lucas ?

    Brooke : Oui.

    Elizabeth : Je suis désolée.

    Brooke : Ce n'est pas grave.

    Rachel : Tu peux rester avec nous pour attendre les résultats.

    Lucas : Je suis content que vous l'acceptiez !!!!!!

    Rachel : Elle a l'air gentille."

    Haley, James et le docteur arrivent dans la salle de consultations. Haley dit :

    Haley : "Je pense que je n'ai rien docteur.

    Le médecin : Vous n'avez aucune douleur ?

    Haley : J'ai juste un peu mal au dos.

    Le docteur (en regardant le dos) : Vous avez une vilaine blessure. Je vais recoudre tout ça.

    Haley : Merci.

    Le médecin (en recousant la plaie) : Et votre enfant ?

    Haley : Je l'avais sur moi quand je suis sortie de la voiture.

    Le médecin (en ayant terminé) : Vous avez senti une douleur ?

    Haley : Je n'ai rien senti.

    Le médecin (en examinant James) : Je ne vois aucune blessure. Il n'y a pas de sequelle apparent.

    Haley : Merci docteur. Je peux rejoindre mes amis et ma famille ?

    Le médecin : Oui, bien sûr."

    Haley et James quittent la salle. Deb arrive à ce moment-là et voit Haley. Elle dit :

    Deb (paniquée) : Comment va mon fils ?

    Haley : Je n'ai pas de nouvelle pour l'instant mais il n'a pas repris connaissance pendant le trajet qui nous a mené à l'hôpital.

    Deb : On va s'en sortir.

    Haley : Merci d'être là pour moi.

    Deb : C'est normal.

    Haley : On se détestait avant mais qu'est-ce qui vous a fait changer d'avis sur moi ?

    Deb : Le fait que Nathan vous aime. Vous l'avez changé en bien et pas comme mon ex-mari.

    Haley : Allons rejoindre les autres."

    Haley, James et Deb partent rejoindre les autres. Pendant ce temps, au bloc, le médecin et les infirmières arrivent avec Nathan. Ils préparent le matériel et commencent à opérer. Le médecin dit :

    Le médecin : "Les jambes sont gravements touchées, il va falloir faire attention !!!!

    L'infirmière : Très bien."

    Le médecin recoud les plaies. Il dit :

    Le médecin : "Attendons le réveil de Mr Scott avant de se prononcer sur l'état de ses jambes.

    L'infirmière : Très bien.

    Le médecin : Mettez-le en salle de réveil."

    Les infirmières mettent Nathan en salle de réveil. Le médecin enlève sa blouse et part rejoindre la famille. Toute la famille attend avec angoisse les résultats de l'opération. Ils voient le médecin arriver. Haley s'approche de lui avec James et dit :

    Haley : "Alors ?

    Le médecin : Il est en salle de réveil. Vous pourrez aller le voir. Mais attention, il ne faut pas trop de monde.

    Haley : Il était inconscient lorsque l'on a ammené ici. Est-ce qu'il va se réveiller ?

    Le médecin : Oui. Mais attention, il peut y avoir des dégâts plus ou moins à long terme.

    Haley : Comment ça ?

    Le médecin : Il ne peut très bien ne pas remarcher pendant un certain temps.

    Haley (en pleurs) : Non !!!!!!!

    Le médecin : Je suis désolé."

    Le médecin part. Karen prend James dans ses bras. Lucas console Haley et dit :

    Lucas : "Tout se passera bien !!!!

    Haley (en pleurs) : Il ne va pas aimer ça !!!!!

    Lucas : On ne sait pas ce que l'opération a donné !!!!

    Haley (en pleurs) : Je veux le voir !!!!

    Lucas : Calme-toi.

    Haley (séchant ses larmes) : D'accord."

    Haley part vers la salle de réveil avec tout le monde. Ils voient Nathan en train d'être transporté dans une chambre. Ils le suivent. L'infirmière installe les perfusions nécessaires et laisse la famille s'approcher. Haley s'approche la première et dit :

    Haley : "Mon chéri, je suis là !!!!!

    Nathan (commençant à se réveiller) : Haley, mais qu'est-ce que je viens faire ici ?

    Haley : Rappelle-toi, on a eu un accident de voiture.

    Nathan : Vous n'avez rien toi et James.

    Haley : On a juste eu besoin de recoudre une plaie. James n'a rien.

    Nathan : Je suis heureux. Je vois que tout le monde est là pour moi.

    Haley : Oui.

    Lucas : Salut, petit frère.

    Nathan (se rendant compte que quelque chose ne va pas) : Salut.

    Haley : Qu'est-ce que tu as ?

    Nathan : Je ne sens plus mes jambes !!!!!!!

    Lucas : Je suis désolé.

    Nathan : Comment je me suis sorti de là ? Je vous ai sauvé James et toi mais pour moi, c'est qui ?

    Lucas : C'est moi !!!!!!!!!!

    Nathan (en colère) : C'est à cause de toi que je suis là !!!!!!!

    Lucas : Non. Ne fais pas ça.

    Nathan (en colère) : Si, je vais le faire. Je ne veux plus te voir. Va t'en !!!!!!

    Lucas part.

     

    Fin de l'épisode.


    votre commentaire
  • Brooke dit :

    Brooke : "Nathan, c'est ton frère !!!!!!

    Nathan (en colère) : Je suis paralysé à cause de lui !!!!!

    Brooke : Mais il t'a sauvé la vie !!!!

    Nathan (en colère) : J'aurais préféré autre chose.

    Haley (en colère) : Tu n'as pas intérêt à penser ça !!!!!

    Nathan : Je suis désolé. Est-ce que vous pouvez me laisser un peu seul ?

    Haley : On va te laisser pour que tu puisses te reposer."

    Haley embrasse Nathan. Le reste de la bande fait un signe disant au revoir à Nathan. Ils sortent de la chambre. Ils ne trouvent pas Lucas. Ils vont voir dans l'entrée de l'hôpital. Soudain, une personne arrive vers la chambre de Nathan. Elle ouvre la porte. Nathan dit :

    Nathan : "Je devais normalement me reposer, chérie !!!!!!

    La personne : Je ne crois pas que ce soit elle, Nathan !!!!!

    Nathan : Qui êtes-vous ?

    La personne : Je m'appelle Claire.

    Nathan : Et votre nom ?

    Claire : Je suis ta soeur.

    Nathan : Je n'ai pas de soeur.

    Claire : Si, du côté de ton père.

    Nathan : Encore un membre de la famille.

    Claire : On dirait que tu es en colère contre quelqu'un !!!!

    Nathan : Je suis en colère contre Lucas.

    Claire : Notre demi-frère !!!!!

    Nathan : Oui. Mais j'ai une question.

    Claire : Pose-la.

    Nathan : Tu es né avant ou après Lucas ?

    Claire : Avant.

    Nathan : Oh.

    Claire : Je sais ce que tu ressens là maintenant.

    Nathan : Comment ça ?

    Claire : J'ai eu moi aussi un accident de voiture il y a 2 ans. J'ai été paralysée mais à force de persuasion, je me suis mise à remarcher. L'entraînement paye. Mais par contre, il ne faut pas que tu stresses.

    Nathan : Aucun risque.

    Claire : On va commencer avec les jambes. On va les chauffer un peu. Il faut que tu essayes de faire des petits tours de jambes même si cela te fait mal.

    Nathan : D'accord. Mais comment tu sais que nous sommes parents ?

    Claire : Je t'expliquerai le moment venu."

    Nathan essaye. Claire le regarde attentivement. Elle avait retrouvé son frère. A l'entrée de l'hôpital, Elizabeth dit :

    Elizabeth : "J'ai oublié mon sac dans la chambre !!!! Tu crois Haley, que Nathan va m'en vouloir ?

    Haley : Non. Aucun souci.

    Elizabeth : Merci."

    Elizabeth retourne dans la chambre de Nathan. Brooke dit :

    Brooke : "Qu'est-ce qui se passe ?

    Haley : Elizabeth a oublié son sac.

    Brooke : C'est un problème.

    Haley : C'est sûr. Attends, je ne vois pas Lucas mais il est parti où ?

    Brooke : Bonne question. Vous restez tous ici, je vais le retrouver.

    Haley : D'accord mais sois prudente.

    Brooke : Ok.

    Skills : On compte sur toi.

    Rachel : Fais attention.

    Karen : Retrouve Lucas.

    Micro : Fais attention.

    Brooke : D'accord."

    Brooke part. Lucas quand à lui est boulversé. Jamais son frère ne lui avait parlé comme ça. Il ne l'avait jamais vu comme ça. Il ne le reconnaissait pas. Il se dit :

    Lucas : "Est-ce vraiment de ma faute s'il est dans cet état ?"

    Soudain, il découvre un endroit sombre, très sombre. Il entre à l'intérieur. Il trouve un interrupteur et appuie dessus. Il voit avec horreur une inscription. Il y a marqué : A mort la famille Scott !!!!! Il est choqué. Qui peut bien lui en vouloir ? Qui peut bien en vouloir à sa famille ? Telle était la question qu'il se posait quand soudain, il voit une marre de sang par terre. Au loin, se trouve une porte. Il l'ouvre et découvre avec horreur le corps de Peyton. Il pleure. Il dit :

    Lucas (en pleurs): "Non !!!!!! Non !!!!!! Non !!!!!!! Peyton !!!!!!!!"

    Elle avait disparu et finalement celui qui la retenait prisonnière venait de la tuer. Une télévision se trouve à côté. Il y a marqué : Regarde attentivement la cassette. Lucas s'exécute. Il allume la télévision et met la cassette dans le magnétoscope. La vidéo se met en route :

    "L'inconnu : Bonjour, Lucas Scott !!!!!! Tu as enfin compris que Peyton ne t'avait pas posé un lapin. Elle a découvert ce que je comptais faire de toi et de ta famille et a voulu m'en empêcher mais en vain. Tu vois, il y a une chose que je déteste dans la vie, c'est ta famille. Je vous déteste tous autant que vous êtes. Lucas, tu es sur ma liste tout comme Nathan, Haley et James. D'ailleurs, je vais commencer par l'un de vous deux : toi ou Nathan !!!!! A toi de voir celui qui devra mourir la prochaine fois. Qui c'est l'accident de Nathan était un avertissement !!!!!!!! Bonne chasse Lucas !!!!!"

    La cassette se termine. Lucas balance la cassette. Il prend son téléphone et téléphone à la police. Un policier répond et dit :

    Le policier : "Ici, la police que puis-je faire pour vous ?

    Lucas : Je m'appelle Lucas Scott. Je vois un corps sur le sol. Peyton Sawyer a été assassinée !!!!!!

    Le policier : Ne bougez pas !!!! Nous arrivons. Où vous êtes ?

    Lucas : Je suis près de l'hôpital dans un entrepôt.

    Le policier : Nous arrivons."

    Lucas raccroche. Les policiers se mettent en route. Il regarde le corps de Peyton sans vie. Il l'aimait par dessus tout. Comment annoncer la nouvelle à tout le monde ? C'est la question. A l'hôpital, Elizabeth rentre dans la chambre de Nathan quand elle voit Claire. Une tension se fait sentir entre les deux jeunes femmes. Nathan dit :

    Nathan : "Il y a quelque chose qui ne va pas ?

    Claire (en regardant d'un drôle d'air Elizabeth) : Tout va bien.

    Elizabeth (en faisant pareil) : C'est pareil.

    Claire : On va te laisser tranquille.

    Nathan : D'accord."

    Claire emmène de force Elizabeth en dehors de la chambre. Elizabeth a juste eu le temps de prendre son sac. Claire dit :

    Claire : "Qu'est-ce que tu fais là Elizabeth ?

    Elizabeth : Je peux te poser la même question Claire !!!!!

    Claire : Je suis venu retrouver ma famille et j'ai trouvé Nathan.

    Elizabeth : Je vois. Tu es sûr de ça ?

    Claire : Oui.

    Elizabeth : Je ne te fais plus confiance depuis longtemps. On était amies pourtant ?

    Claire : Oui mais tout a changé.

    Elizabeth : Tu as changé, Claire. Je ferais en sorte que tu ne t'approches de personne dans cette ville.

    Claire : C'est une menace ?

    Elizabeth : Exactement. Et tu sais très bien pourquoi !!!!!

    Claire : Très bien. Tu l'auras voulu. On aurait pu se comporter correctement mais a priori, tu cherches la guerre !!!!!"

    Claire s'éloigne. Elizabeth n'en revient pas qu'elle soit à Tree Hill. Elle retourne voir le reste de la bande. Claire au loin se dit :

    Claire : "On était les meilleurs amis du monde mais nous n'avions pas le même but dans la vie."

    Claire part. Les policiers arrivent sur les lieux du drame. Ils trouvent Lucas. Il est desespéré. Un policier vient le voir et dit :

    Le policier : "Bonjour, vous êtes la personne qui a appelé le standard ?

    Lucas : Oui. Je m'appelle Lucas Scott.

    Le policier : Vous avez trouvé le corps dans cet état ?

    Lucas : Oui.

    Le policier : Avez-vous touché un objet de particulier quand vous êtes arrivés sur les lieux ?

    Lucas : Il y avait un mot et une cassette vidéo dans la télévision. Vous feriez mieux de regarder la bande. Je crois que le tueur n'en a pas fini avec nous.

    Le policier : Quoi ?

    Lucas : D'après le contenu, il en a après ma famille.

    Le policier : Je vous mettrais sous protection. (en faisant signe à des policiers de se poster devant les lieux de résidence) Ne vous inquiétez pas, nous ferons le nécessaire pour l'arrêter.

    Lucas : Je vous remercie."

    Brooke arrive. Elle voit des policiers. Elle se précipite pour voir ce qui se passe et trouve Lucas en vie. Elle s'approche pour voir ce qui se passe lorsqu'elle voit le corps de Peyton. Elle pleure. Lucas la prend dans ses bras. Brooke dit :

    Brooke (en pleurs) : "Pourquoi elle ? Pourquoi !!!!!!

    Lucas : Je ne sais. C'était pour me faire souffrir.

    Brooke (en séchant ses larmes) : Comment ça ?

    Lucas : Le tueur n'en a pas fini, loin de là. Il en a après ma famille.

    Brooke : Quoi ?

    Lucas : Nathan, Haley, James, Dan, ma mère et moi sommes en danger.

    Brooke : La disparition de Peyton était prémiditée.

    Lucas : Oui, mais je pense aussi que l'accident est aussi un coup prémidité.

    Brooke : Mais pourtant, ils ne sont pas morts.

    Lucas : Je pense que la manière dont a eu lieu l'accident était prémidité.

    Brooke : Comment ça ?

    Lucas : Tu as du remarquer que c'était Nathan le plus touché.

    Brooke : Oui mais il a sauvé sa femme et son fils.

    Lucas : Et si la personne savait à l'avance que Nathan allait faire cela ?

    Brooke : Son but était de te discrediter aux yeux de Nathan afin que celui-ci reste seul.

    Lucas : Voilà. Je propose d'aller au café. Dan et Caitlin sont toujours là-bas.

    Brooke : D'accord."

    Brooke et Lucas repartent vers l'hôpital, prennent leur voiture et partent. Elizabeth retrouve le reste de la bande. Micro dit :

    Micro : "On a l'impression que tu as vu un fantôme !!!!

    Elizabeth (essayant de cacher ses émotions) : Mais non !!!!!"

    Claire n'était pas partie de l'hôpital mais juste de la chambre. Elle voit le reste de la bande. Elle s'approche. Karen dit :

    Karen : "Puis-je vous aider ?

    Claire : Oui, Karen.

    Karen : Comment vous connaissez mon nom ?

    Claire : Je suis quelqu'un du passé du père de Lucas et de Nathan.

    Haley : Quoi ? Une ex ?

    Claire : Oh !!!!!! Mais c'est qu'elle est intelligente Haley !!!!!!

    Micro : Comment vous nous connaissez alors qu'on ne vous connaît pas ?

    Claire : J'ai oublié de me présenter.

    Elizabeth : Ca suffit la comédie !!!!!

    Claire : Voilà, je m'appelle Claire Scott !!!!! Je suis venue pour retrouver ma famille.

    Karen (surprise) : Je ne savais pas qu'il avait eu une fille !!!!!!

    Skills : C'est Lucas qui va être surpris.

    Rachel : C'est sûr.

    Claire : Je suis désolée de vous faire cette peur.

    Karen : Ce n'est pas grave."

    Brooke et Lucas arrivent. Ils ont l'air triste. Karen dit :

    Karen : "Qu'est-ce qui se passe ?

    Lucas : J'ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer.

    Karen : Comment ça ?

    Lucas : Peyton a été tuée.

    Rachel : Je n'arrive pas à y croire.

    Lucas : Pourtant, c'est la vérité.

    Brooke : Nous avons vu son corps.

    Elizabeth : Je suis désolée, Lucas.

    Lucas : Merci, Elizabeth.

    Micro : Désolé.

    Skills : Elle était super !!!!!

    Lucas : Merci. Mais vous, qui êtes-vous ?

    Claire : Je m'appelle Claire Scott, je suis ta demi-soeur.

    Lucas : Mon père n'a que moi et Nathan.

    Claire : Celui que je suis allée voir tout à l'heure. Il est gentil.

    Lucas (en colère) : Comment osez-vous dire que vous êtes de ma famille ?

    Claire : C'est le cas.

    Haley : Calme-toi.

    Lucas (en se calmant) : Je vais essayer de me calmer.

    Haley : Il faut aller au café. Je vais rester là avec Nathan et James.

    Lucas : Je suis d'accord mais tu es sûr que tout ira bien ?

    Haley : Oui, je vais aller le voir.

    Lucas : D'accord.

    Haley : A plus tard !!!!!

    Le reste de la bande : A plus tard."

    Haley part vers la chambre de Nathan. Lucas dit :

    Lucas : "Je sais au moins que je ne vous fais pas confiance !!!!

    Claire : Mais tu peux me tutoyer.

    Lucas : Je ne te fais pas confiance.

    Claire : Tu as le droit mais notre frère m'a cru.

    Lucas : Tu l'as pris dans un moment de faiblesse.

    Karen : Il est temps d'y aller fiston.

    Lucas : D'accord, Maman."

    Le reste de la bande part mais Elizabeth reste quelques instants de plus. Elle dit :

    Elizabeth : "Claire, je te surveille, fais gaffe à toi !!!!!

    Claire : Compte sur moi !!!!!!!!"

    Elizabeth part. Haley arrive vers la chambre de Nathan. Elle entre. Nathan dit :

    Nathan : "Voilà la plus belle femme au monde avec mon fils. Je suis heureux.

    Haley : C'est quoi cette histoire de soeur ?

    Nathan : C'est ma soeur. Elle est venue me voir et me connaître, ce n'est pas sympa ?

    Haley : Si mais en tout cas, Lucas ne croit pas que vous ayez une soeur.

    Nathan (en colère) : Je t'interdis de me parler de Lucas, c'est à cause de lui si je suis là.

    Haley : C'est ton frère et ton ami. Tu penses à James. C'est son oncle quand même !!!!!

    Nathan : Je sais mais n'empêche qu'il m'a trahi. Je ne reviendrais pas là-dessus.

    Haley : J'ai compris. N'empêche qu'il faut vous réconcilier.

    Nathan : J'espère que tu ne tenteras rien.

    Haley : Je déteste vous voir fâcher.

    Nathan : Viens auprès de moi avec James.

    Haley : D'accord.

    Nathan : Je déteste qu'on se dispute.

    Haley : Moi aussi."

    Haley et Nathan s'embrassent sous les yeux de James. Haley cependant dit :

    Haley : "J'ai une mauvaise nouvelle à t'annoncer.

    Nathan : Quoi ?

    Haley : Peyton a été retrouvée. Elle a été assassinée.

    Nathan (en pleurs) : Je ne peux pas le croire, pas elle !!!!!!

    Haley : Je sais."

    Haley console Nathan. Claire quand à elle remonte voir Nathan. Elle rentre dans la chambre et tombe sur Haley et James. Claire dit :

    Claire : "Je coyais que tu faisais de la réeducation ?

    Nathan : Je faisais une petite pose.

    Claire : Ok.

    Haley : Qui vous donne le droit de débarquer à n'importe quel moment ?

    Nathan : Calme-toi !!!!

    Haley : Je ne sais pas ce que vous voulez mais je vous préviens que vous ne l'obtiendrez pas.

    Claire : Je suis juste venue rendre visite à ma famille. Je ne la connais pas. J'ai fait des recherches. Je ne connais même pas mon père. En ce qui concerne ma mère, elle est morte d'un cancer. J'ai décidé de retrouver mes racines. Est-ce un crime que de connaître ses origines ?

    Haley : Non mais avez-vous rencontré Dan ?

    Claire : J'ai peur de l'affronter. Qu'est-ce que je pourrais lui dire ?

    Haley : Bonne question. Commencez par lui dire qui vous êtes.

    Claire : Merci.......

    Haley : Je suis Haley.

    Claire : Je m'appelle Claire. Tu es donc ma belle-soeur et voici mon neveu.

    Nathan : Il s'appelle James et c'est ma plus belle fierté.

    Claire : Je suis heureuse.

    Haley : Allez-les voir. Ils sont partis au café du coin. Il est tenu par Karen, la mère de Lucas. Vous.....

    Claire (en lui coupant la parole) : Tu peux me tutoyer.

    Haley. D'accord. Tu peux les rejoindre là-bas.

    Claire : Merci."

    Claire part. Finalement, Deb retourne sur ses pas et attend dans la salle d'attente qu'Haley revienne lui donner des nouvelles. Brooke, Lucas, Skills, Micro, Karen, Elizabeth et Rachel arrivent au café. Karen dit :

    Karen : "Deb est passée où ?

    Elizabeth : Elle a du faire demi-tour pour voir son fils.

    Lucas : Que pensez-vous de Claire ?

    Rachel : Je n'en sais rien.

    Brooke : Je n'ai pas d'opinion.

    Karen : A première vue, elle paraît gentille.

    Skills : Je ne sais pas si elle est venue uniquement pour en savoir plus sur sa famille. Je suis désolé de te dire ça mais je ne la sens pas cette fille.

    Lucas : Je sais et tu as raison. Ce qui me fait le plus mal c'est que Nathan peut lui faire confiance alors qu'il m'a dit à moi que je l'avais trahi.

    Micro : Je sais que tu as mal Lucas mais tout cela va s'arranger.

    Karen : Rentrons plutôt."

    Tout le monde rentre au café. Dan se précipite pour savoir comment va son fils. Il dit :

    Dan : "Comment va Nathan ?

    Lucas : Très bien sans toi.

    Dan : Mais pourquoi tu n'es pas avec lui ?

    Lucas : C'est une longue histoire. Il m'accuse d'être responsable de sa paralysie temporaire.

    Dan : Paralysie ? Qu'est-ce que tu as fait ?

    Karen : Lucas n'est en aucun cas responsable. C'est le chauffeur de cette stupide voiture. D'ailleurs dès que Haley sortira de l'hôpital, elle devra faire une déposition.

    Caitlin : Je peux aller la voir éventuellement.

    Karen : Merci à vous. Deb est aussi là-bas.

    Dan : Tu m'interdis de voir Nathan alors que cette droguée est là-bas !!!!!!

    Lucas : A la différence de toi, elle n'a pas tué son frère.

    Dan : Mais elle a presque réussi à me tuer !!!!

    Lucas : Presque !!!!"

    Caitlin part en croisant une jeune fille. Cette jeune fille arrive. Elle dit :

    Claire : "J'espère que nous pourrons enfin faire connaissance dans ce café !!!!!!! Je m'appelle Claire Scott et nous avons beaucoup de choses à nous dire."

    Brooke préfère sortir du café. Lucas dit :

    Lucas : "Qu'est-ce qu'elle a ?

    Elizabeth : Cela doit être pour la perte de Peyton. Je vais aller la voir."

    Elizabeth sort et voit Brooke en train de réfléchir. Soudain, une voiture arrive vers les deux filles. Un pistolet sort de la fenêtre. Il vise Brooke. Elizabeth le voit. Elle se précipite soudain vers elle. Le coup de feu part. Elizabeth plaque Brooke au sol. La voiture part ensuite à toute vitesse. Brooke est sonnée. Elizabeth la fait rentrer à l'intérieur. Claire en voyant cela a un petit sourire.

     

    Fin de l'épisode.


    votre commentaire
  • Lucas va voir Brooke et Elizabeth. Il dit :

    Lucas (effrayé) : Ca va ?

    Brooke : Je vais bien. Heureusement qu'Elizabeth m'a sauvée.

    Elizabeth : La personne était dans la voiture.

    Lucas (en voyant son père effrayé) : Je vais aller voir Dan."

    Lucas voit que son père ne va pas bien. Avait-elle raison sur le fait qu'elle était sa soeur ? Dan voit cette fille. Il est tout pâle. Comment a-t'elle réussie à le retrouver ? Comment ?  Lucas le rejoint et dit :

    Lucas : "Tout va bien, Papa !!!!!!

    Dan : C'est la première fois que tu m'appelles Papa depuis ce qui s'est passé entre nous.

    Lucas : Tu sais que j'ai un coeur.

    Dan : Tu me fais mal là !!!!!

    Lucas : Tu vois ce qu'on ressent quand on a des sentiments.

    Dan : J'ai saisi.

    Lucas : Qui est-ce ?

    Dan : C'est ma fille.

    Lucas : Elle avait raison !!!!!! 

    Dan : Oui."

    Claire s'approche de Dan et de Lucas. Elle attendait cet instant depuis longtemps. Ses rêves se réalisent enfin. Dan dit :

    Dan : "Lucas, je te présente ta soeur Claire !!!!

    Claire : On s'est vu à l'hôpital. Je suis allée voir Nathan. J'essaye de l'aider le mieux possible.

    Dan : Je suis fier.

    Claire : Cela faisait longtemps que je voulais te rencontrer.

    Dan : Me voilà.

    Claire : Lucas, j'aimerais savourer mes retrouvailles avec notre père. Peux-tu nous laisser ?

    Lucas : Bien sûr."

    Lucas s'éloigne et retourne vers Brooke et Elizabeth. Dan dit :

    Dan : "Comment tu as fait pour me retrouver ?

    Claire : J'ai suivi les traces de tes exploits.

    Dan : Tu es une fille......

    Claire (lui coupant la parole) : ...Très intelligente, je sais !!!!

    Dan : Je t'interdis de t'approcher de mes fils.

    Claire : Je vois que tu es ravi de me voir en face de Lucas mais a priori, tu as peur que je ternisse encore plus ta réputation. Ne me menace pas sinon tu vas le regretter !!!!!

    Dan : Lucas m'avait déjà menacé mais finalement, il n'a rien fait contre moi !!!!!

    Claire : Je te conseille franchement de te méfier. Je ne suis pas Lucas. Je ne suis pas Nathan non plus. Je me demande comment ils ont fait pour te supporter toutes ses années. Je ne suis pas une fille facile. Tu risques de le payer très cher si tu continues à me menacer."

    Dan ne dit plus rien. Il reste pétrifié par ce qu'il vit en ce moment. Claire dit :

    Claire : "Je te fais peur ?

    Dan : Non. Tu ne pourras rien faire contre moi.

    Claire : J'attends toujours.

    Dan : D'accord."

    Claire et Dan rejoignent les autres. Brooke est encore effrayée. Lucas dit :

    Lucas : "Ne t'inquiète pas, on te protègera de cet individu.

    Brooke (rassurée) : Merci Lucas.

    Elizabeth : Dorénavant, on se protègera les uns des autres.

    Claire : Cela me convient."

    A l'entrée de la ville, une voiture arrive. Elle s'arrête devant le café de Karen. C'est une jeune fille blonde. Elle se dit :

    La jeune fille : "Micro, tu vas être surpris de mon retour !!!!"

    Elle entre dans le café. Micro la voit et reste figée. Rachel dit :

    Rachel : "Qu'est-ce qui se passe ?

    Micro : Regarde."

    Rachel regarde attentivement et découvre que c'est Shelly. Elle dit :

    Rachel : "Je n'aurais jamais pensé qu'elle serait revenue.

    Skills : Moi non plus.

    Shelly : Bonjour, tout le monde.

    Brooke : Où tu étais il y a 5 minutes ?

    Lucas : Brooke ?

    Shelly : Sympa comme accueil. J'étais en voiture. Pour ceux qui me connaissent parce que je vois de nouvelles têtes, je m'appelle Shelly Simon.

    Elizabeth : Moi c'est Elizabeth Sanchez.

    Claire : Je m'appelle Claire Scott. Je suis la demi-soeur de Lucas."

    Shelly reste figée. Micro vient la voir et lui dit :

    Micro : "Cela en a surpris plus d'un !!!!!

    Shelly : Je vois ça.

    Rachel : Que viens-tu faire ici ?

    Shelly : Rachel !!!!!

    Rachel : Bonjour Shelly. Ton numéro de jeune chaste n'a jamais pris avec moi.

    Shelly : Bonjour à toi aussi.

    Micro : Je ne sais pas où me mettre mais ça suffit !!!!! Que veux-tu ?

    Shelly : Je me suis rendue compte qu'il me manquait quelque chose dans la vie et c'était toi.

    Micro : Comme tu le vois, je suis avec Rachel.

    Rachel : Il est avec moi et je le garde !!!!!"

    Shelly n'ose plus rien dire. Rachel dit :

    Rachel : "Je suis et je reste avec Micro que tu le veuilles ou non. Il faudra t'y faire !!!!!!

    Shelly : Je vois.

    Lucas : Est-ce que tu appréciais Peyton quand nous étions au lycée ?

    Shelly : Je ne la connaissais pas vraiment. Je ne vous connais pas vraiment nous plus à part Micro.

    Lucas : Je vois.

    Shelly : Je vais y aller.

    Micro : Je suis désolé.

    Shelly : Ce n'est pas grave mais pourquoi ses questions ?

    Micro : Peyton a été tuée et a priori, ce serait une vengeance contre la famille Scott.

    Shelly : Oh, mon dieu !!!!!

    Micro : Oui, c'est ça.

    Shelly : Je rentre chez moi.

    Micro : A plus tard éventuellement.

    Shelly : Eventuellement."

    Shelly part. Rachel s'approche et lui dit :

    Rachel : "C'est toi que je veux !!!!!! C'est toi !!!!!

    Micro : Tu t'es senti menacée ?

    Rachel (faisant semblant) : Non !!!!!

    Micro : Bien sûr. Tu as des sentiments pour moi, je le sens. Je le sais.

    Rachel : Oui, c'est vrai. J'ai des sentiments pour toi Micro. Je t'aime !!!!!!!!

    Micro : Je t'aime aussi."

    Ils s'embrassent sous les applaudissements du reste de la bande. Micro est gêné. Skills dit :

    Skills : "Et une petite amie pour Micro, une !!!!!!!!!!!!

    Micro : Skills !!!!!

    Skills : Mais quoi ? Je dis ce que tout le monde pense tout bas !!!!!

    Micro : D'accord."

    Tout le monde se sert un café. Pendant ce temps, Caitlin arrive à l'hôpital. Elle trouve Deb. Celle-ci se lève et reconnaît Caitlin. Elle dit :

    Deb : "Que fais-tu ici ?

    Caitlin : Je suis venu voir si tout allait bien pour ton fils !!!!

    Deb : Tu mens !!!!! Tu es venu pour me prendre mon fils !!!!!!

    Caitlin : La dernière fois, tu m'as accusée d'avoir voulu te piquer ton mari.

    Deb : Là, il est libre, tu peux y aller.

    Caitlin : Tu seras heureuse lorsque je vais t'apprendre que je sors avec lui.

    Deb (en colère) : Espèce de......

    Caitlin : Une mère ne doit pas se comporter comme ça. Il faut que tu protèges ton fils.

    Deb : De toi ?

    Caitlin : Non, de toi !!!!! Tu as toujours été folle. Je vais aller voir Nathan.

    Deb : Je te l'interdis.

    Caitlin : Cela doit te faire bizarre de savoir que ton mari a eu un autre enfant avant Lucas.

    Deb (en colère) : Ne m'oblige pas à te donner une gifle. Mon fils est occupé avec sa femme, repasse-plus tard.

    Caitlin : D'accord.

    Deb (en se calmant) : Voilà qui est raisonnable. Au revoir Caitlin !!!!!

    Caitlin : A très bientôt."

    Caitlin sort de l'hôpital et soudain une voiture s'arrête devant. Un inconnu sort et la prend. Elle est portée dans le coffre de la voiture. L'inconnu rentre dans sa voiture et part soudainement. Deb a entendu du bruit et sort quelques instants de l'hôpital. Elle ne voit rien d'anormal. Elle rentre à l'intérieur. En fait, Caitlin a été enlevée. Au café, Lucas dit :

    Lucas : "Je vais aller voir Nathan même s'il m'a dit qu'il ne voulait plus me voir.

    Brooke : Je t'accompagne.

    Elizabeth : Moi aussi.

    Karen : Je récupère ma fille et je rentre à la maison Lucas.

     Lucas : D'accord.

    Dan : Je rentre chez moi également.

    Micro : Avec Skills et Rachel, nous allons chez moi.

    Skills : Tu as décidé quand vieux ?

    Micro : Maintenant.

    Skills : D'accord.

    Claire : Je vais à l'hôtel."

    Lucas, Brooke et Elizabeth partent à l'hôpital. Claire part dans le sens opposé. Skills, Micro et Rachel partent vers la rue d'en-face. Dan part chez lui. Karen ferme le café et récupère sa fille chez la baby-sitter. Elle part ensuite chez elle. A l'hôpital, le médecin vient voir Nathan. Haley se pose des questions. Elle dit :

    Haley : "Tout va bien ?

    Le médecin : Bien sûr. On a l'impression Mr Scott que vous allez mieux.

    Nathan : D'un point de vue de la forme, tout va bien.

    Le médecin : Nous allons faire quelques examens supplémentaires afin de savoir si vous pouvez sortir aujourd'hui.

    Nathan : Merci docteur."

    Le médecin part. Deb quand à elle décide de monter et d'aller voir son fils. Haley dit :

    Haley : "Tout va bien !!!!!!

    Nathan : Oui, cela va mieux. Je suis avec ma femme et mon fils. C'est le plus important.

    Haley : Et ton frère ?

    Nathan : Quel frère ?

    Haley (en comprenant) : Non rien."

    Deb arrive et dit :

    Deb : "Bonjour, mon fils !!!!!

    Nathan : Maman !!!!!

    Deb : On dirait que tu reprends des forces.

    Nathan : Oui, je suis content de te voir.

    Deb (voyant Haley toute pâle) : Tout va bien ?

    Haley (pâle) : Oui, j'ai quelque chose à te dire Nathan qui ne va pas te faire plaisir.

    Nathan : Quoi ?

    Haley : Ton père est sorti de prison.

    Nathan : Quoi ????????

    Haley : Oui."

    Nathan est surpris. Il ne pensait pas que son père était sorti de prison. Il dit :

    Nathan : "Je ne suis pas en sucre !!!!!

    Haley : Je sais. Je suis désolé. J'aurais du te prévenir plus tôt.

    Nathan : Il est au courant pour ce qu'il nous est arrivé ?

    Haley : Bien sûr mais on l'a empêché de venir.

    Nathan : Merci."

    Lucas, Brooke et Elizabeth arrivent à l'hôpital. Brooke dit :

    Brooke : "Tout va bien se passer. Je suis là. Elizabeth est là et même Haley va nous aider.

    Lucas : Tu es sûr ?

    Brooke : Oui."

    Lucas, Brooke et Elizabeth partent vers la chambre de Nathan. Celui-ci est toujours surpris par ses révelations. Haley tente de le rassurer. Soudain, Lucas, Brooke et Elizabeth rentrent dans la chambre. Nathan est déjà sur la défensive. Il dit :

    Nathan : "Sors maintenant de ma chambre !!!!"

    Lucas ne sait pas quoi faire. Il est complètement désemparé. Brooke dit :

    Brooke : "Laisse une chance à Lucas. C'est ton frère !!!!!!!

    Nathan (en colère) : Regarde où je suis. Regarde ce que je suis devenu !!!!!

    Lucas : Je ne te laisserais en aucun cas me chasser de ta vie. Tu es mon frère. J'ai aussi un neveu que j'aime très fort. Je t'aime tu sais.

    Nathan : Tu n'aurais jamais du me faire ça !!!!!!

    Lucas : Je n'aurais jamais pu te laisser mourir. Que serait devenu Haley et ton fils ? Je refuse de les voir souffrir comme nous avons souffert avec nos parents respectifs. Je ne tiens pas à revivre la même chose.

    Nathan : Laisse-moi maintenant.

    Lucas : Je reviendrais te voir que tu le veuilles ou non.

    Haley : C'est ton frère.

    Elizabeth : Tu m'en as tellement parlé Lucas que j'ai l'impression de le connaître. Nathan, tu n'es pas capable de renier ta famille et tu le sais.

    Nathan : Qu'il s'en aille maintenant.

    Lucas : D'accord mais je reviendrais."

    Lucas sort. Elizabeth l'accompagne. Elle dit :

    Elizabeth : "Je vais rejoindre ta mère pour l'aider.

    Lucas : D'accord."

    Elizabeth part. Karen quand à elle récupère sa fille chez la baby-sitter qui est sa voisine. Elle rentre maintenant chez elle. Elle ouvre sa boite aux lettres et trouve du courrier. Elle ouvre une des lettres. Elle lit :

    "Message : Vous êtes la prochaine sur ma liste !!!!"

    Karen prend peur. Qui est-ce qui pouvait envoyer ce message ? Karen se posait la question. Elizabeth arrive à ce moment-là. Karen lui montre le mot. Elizabeth le regarde attentivement et dit :

    Elizabeth : "Je serais là pour vous protéger !!!!!

    Karen : Merci mais je ne sais pas si je serais en sécurité.

    Elizabeth : Peu importe qui est le meurtrier, je serais à vos côtés.

    Karen : Merci.

    Elizabeth : Si on rentrait à l'intérieur ?

    Karen : D'accord."

    Karen rentre avec sa fille et Elizabeth à l'intérieur. Elizabeth stoppe net et voit une silhouette partir au loin. Elle se dit :

    Elizabeth : "Je saurais qui tu es vraiment. Sache que tu ne pourras pas l'approcher."

    Elle rentre chez Karen. L'inconnu au loin dit :

    L'inconnu : "Sache Elizabeth que tu ne me mettras pas des bâtons dans les roues."

    L'inconnu part.

    Fin de l'épisode.


    votre commentaire
  • A l'hôpital, Nathan est en colère. Haley dit :

    Haley : "Il faut que tu ais ta famille autour de toi !!!!!

    Nathan (en colère) : Sauf lui.

    Brooke : Tu ne peux vivre sans ton frère. Vous vous êtes entraidés tous les deux afin de lutter contre votre père. Ce n'est pas le moment de vous séparer. C'est Dan qui gagnera sinon.

    Nathan (en colère) : Pour l'instant, cela me fait mal."

    Le médecin arrive. Il dit :

    Le médecin : "Bonjour Nathan !!!!

    Nathan (en se calmant) : Bonjour !!!!

    Le médecin : Je suis venu faire des examens de contrôle.

    Nathan : Allez-y.

    Le médecin : Avez-vous mal à la jambe quand je tape dessus.

    Nathan : Aie !!!!!

    Le médecin : Cela va beaucoup mieux. Je pense qu'avec du repos, vous pourrez retrouver votre mobilité.

    Nathan : C'est super !!!!!

    Haley : Magnifique !!!!!!

    Brooke : La bande est réunie !!!!!!

    Nathan : Je peux sortir aujourd'hui parce que ce n'est pas pour vous contrarier mais je déteste l'hôpital.

    Le médecin : D'accord, c'est possible pour aujourd'hui. Je vais chercher les formulaires."

    Le médecin part. Nathan est heureux. Il n'aurait jamais pensé pouvoir sortir. Haley lui dit :

    Haley : "Tout va rentrer dans l'ordre. Je t'en fais la promesse.

    Nathan : Je t'aime Haley. J'aime aussi notre fils. La vie va de nouveau suivre son cours."

    Ils s'embrassent. L'inconnu de son côté prend son portable et téléphone. Un homme répond et dit :

    L'inconnu n°2 : "Allo !!!!!

    L'inconnu n°1 : C'est moi.

    L'inconnu n°2 : Alors ?

    L'inconnu n°1 : Tout marche comme sur des roulettes.

    L'inconnu n°2 : Parfait.

    L'inconnu n°1 : Il est temps que tu viennes à Tree Hill. Elizabeth est ici.

    L'inconnu n°2 : Elle est là ?

    L'inconnu n°1 : Oui.

    L'inconnu n°2 : Je viens immédiatement sinon elle va nous causer beaucoup d'ennuis.

    L'inconnu n°1 : D'accord mais à ce moment-là, arrive devant elle.

    L'inconnu n°2 : D'accord mais où elle se trouve ?

    L'inconnu n° 1 : Elle se trouve dans la maison de Karen Roe, la mère de Lucas Scott.

    L'inconnu n°2 : J'arrive."

    L'inconnu n°1 raccroche. Il part. L'inconnu n°2 part également. Il se dit :

    L'inconnu n°2 : "J'espère que tu es prête à me revoir Elizabeth car moi, j'arrive."

    Il se dirige vers la maison de Karen. Celle-ci a d'ailleurs peur. Elizabeth dit :

    Elizabeth : "Je serais là pour vous protéger.

    Karen (effrayée) : Mais contre qui ?

    Elizabeth : Je ne sais pas mais c'est sûrement la même personne qui a tué Peyton.

    Karen (effrayée) : Quoi ?

    Elizabeth : C'est la vérité.

    Karen (effrayée) : Je n'arrive pas à le croire. C'est impossible.

    Elizabeth : Je sais mais c'est la pure vérité."

    A l'hôpital, Lucas est inquiet. Il aimerait tellement que son frère lui parle comme avant. Il aimerait retrouver leur complicité. Claire arrive devant lui. Elle dit :

    Claire : "Nathan va bien ?

    Lucas (en colère) : A priori, visiblement sauf qu'il me déteste. C'est toi qui lui as dit de me détester !!!!! C'est toi !!!!!!

    Claire : Calme-toi et allons parler en privé, veux-tu ?

    Lucas (en colère) : D'accord."

    Claire l'emmène dans une salle d'examen vide. Lucas dit :

    Lucas (en se calmant) : "Tu nous as dit que tu voulais retrouver ta famille mais j'ai comme l'impression que tu essayes de la détruire. Qu'est-ce qui te passe par la tête ?

    Claire (en colère) : Tu crois que j'essaye de détruire la famille ?

    Lucas : Exactement.

    Claire (en colère) : J'ai vécu sans mon père et sans mes deux frères. Cela a été un manque dans ma vie.

    Lucas : Comment as-tu su que Dan Scott a eu 2 fils.

    Claire (en se calmant) : J'ai lu les articles.

    Lucas : Lesquels.

    Claire : Cela parlait de l'ancien joueur de basket des Ravens qui a eu un fils avec Karen Roe la fille qu'il a connu au lycée à savoir donc toi. Ensuite, j'ai lu la suite de l'article. Cela parlait d'un second fils qu'il a eu avec Deb. Là, j'en ai déduit que c'était Nathan. Ensuite, mon but était de vous retrouver. Je n'y peux rien si Nathan t'en veux après l'accident. Tout ce qui m'importe c'est que j'ai retrouvé ma famille. J'ai retrouvé mon père et mes deux frères.

    Lucas : Tu souffriras comme nous.

    Claire : Comment ça ?

    Lucas : Notre père n'est pas un modèle de vertu, crois-moi. Il te fera plus souffrir qu'autre chose.

    Claire : J'ai saisi le message.

    Lucas : Bien. Je m'en vais. Je vais retrouver le groupe.

    Claire : Très bien.

    Lucas : Je découvrirais qui tu es Claire Scott. Je le découvrirais, ne t'inquiète pas.

    Claire : J'ai saisi."

    Lucas part. Claire se dit :

    Claire : "C'est ce qu'on verra Lucas, c'est ce qu'on verra."

    Claire rentre dans la chambre de Nathan. Celui-ci est content de la voir. Il dit :

    Nathan : "Je sors aujourd'hui !!!!!!!

    Claire : Je suis heureuse que tu ailles mieux.

    Nathan : Merci à toi d'être là auprès de moi dans ses circonstances. Je n'aurais jamais pensé trouver une soeur.

    Claire : C'est gentil.

    Nathan : Je suis sincère.

    Haley : Il l'est.

    Brooke : Tu devrais penser à ton frère !!!!

    Nathan : Ce n'est pas le moment."

    Le médecin revient avec les formulaires. Une infirmière est avec lui. Elle retire la perfusion de Nathan et part. Nathan signe les formulaires. Le médecin les prend et dit :

    Le médecin : "Il faut vous ménager.

    Nathan : D'accord."

    Le médecin part. Nathan se lève et s'habille. Il part ensuite avec sa famille chez lui. Brooke de son côté part à la recherche de Lucas. Dans la maison de Karen, celle-ci a toujours peur de ce qui peut lui arriver. Soudain, une personne frappe à la porte. Elizabeth va ouvrir. Mais elle regrette vite son geste quand elle découvre la personne qui a frappé à cette porte. Elle dit :

    Elizabeth : "Mais que fais-tu ici ?

    L'inconnu : Salut chéri.

    Karen : Qui est-ce ?

    Elizabeth : Un élement de mon passé que j'aimerais oublier.

    L'inconnu : Vraiment ? Tu veux m'oublier ?

    Elizabeth : Je te rappelle que nous ne sommes plus ensemble, Ethan."

    Ethan rentre dans la maison sans y avoir été invité. Il voit Karen. Ethan dit :

    Ethan : "Bonjour, je m'appelle Ethan Hawkins. Je suis le petit ami d'Elizabeth.

    Karen : Je m'appelle Karen Roe.

    Ethan : Enchanté.

    Elizabeth : Tu n'es plus mon petit ami depuis longtemps.

    Ethan : Je te rappelle que nous étions sur le point de nous marier avant que tu ne me quittes comme ça sans un mot.

    Elizabeth : Il y avait une bonne raison.

    Ethan (en colère) : Laquelle ? Tu veux bien m'expliquer ?"

    Ethan frappe Elizabeth au visage. Karen dit :

    Karen : "Ca suffit !!!!!

    Ethan : Très bien."

    Elizabeth en profite pour s'eclipser. Elle espère seulement qu'Ethan ne fera rien à Karen. Elle prend son téléphone. Elle compose le numéro de Lucas. Celui-ci se trouve dans la rue en train de réfléchir. Il voit que son portable sonne et répond. Il dit :

    Lucas : "Allo, ici Lucas Scott !!!!

    Elizabeth (à voix basse) : Lucas, c'est Elizabeth.

    Lucas : Pourquoi tu chuchottes ?

    Elizabeth (à voix basse) : Je me trouve dans la maison de ta mère. Nous avons un problème très sérieux. J'ai vraiment besoin de ton aide.

    Lucas : Qu'est-ce qui se passe ?

    Elizabeth (à voix basse) : Mon ex est revenu me chercher.

    Lucas : Qui est-ce ?

    Elizabeth (à voix basse) : Il s'appelle Ethan Hawkins. Fais vite !!! Je ne sais pas ce qu'il compte faire avec nous.

    Lucas : J'arrive. Ne t'en fais pas.

    Elizabeth (à voix basse) : Merci."

    Lucas raccroche le téléphone. Brooke arrive à le trouver. Elle dit :

    Brooke : "Nathan sort de l'hôpital.

    Lucas : Je suis heureux. Je vais pouvoir lui parler dans un environnement normal.

    Brooke : Je sais.

    Lucas : Je dois aller voir ma mère immédiatement.

    Brooke : Qu'est-ce qui se passe ?

    Lucas : Elizabeth est avec elle. Son ex est revenu la chercher. On ne sait pas de quoi il est capable.

    Brooke : Je viens avec toi.

    Lucas : C'est trop dangereux.

    Brooke : Est-ce que j'ai dit qu'il fallait discuter avec moi ?

    Lucas : Non.

    Brooke : Allons-y."

    Lucas et Brooke prennent leurs voitures et partent. Elizabeth revient discrètement mais Ethan l'a repérée. Il dit :

    Ethan : "Qui as-tu appelé ?

    Elizabeth : J'ai appelé la police.

    Ethan : Tu ne serais pas capable de me faire ça. Tu m'aimes trop, tu le sais.

    Elizabeth : Qui t'a fait venir ici ?

    Ethan : Pourquoi je te le dirais ?

    Elizabeth : Si tu m'aimes vraiment, tu me le dirais.

    Ethan : Tu as toujours eu des secrets pour moi Elizabeth. Pourquoi je n'en aurais pas moi aussi ?

    Elizabeth : C'est quelqu'un que je connais qui t'a fait venir ici ?

    Ethan : Tu verras bien."

    Lucas et Brooke arrivent chez Karen. Ils rentrent. Ethan dit :

    Ethan : "Tu les as appelés, Elizabeth !!!!!! C'est une grossière erreur.

    Lucas : Tu vas la laisser tranquille !!!!

    Ethan : Et pourquoi ça ?

    Lucas : Je suis un ami. Je la protège.

    Ethan : Tu sors avec ce type ?

    Elizabeth : C'est un ami.

    Ethan : Je vois.

    Brooke : Vous sortez immédiatement d'ici !!!!!!

    Ethan : Elle a du courage.

    Lucas : Laissez ma famille tranquille !!!!!"

    Lucas lui assène un coup de poing. Ethan s'écroule à terre. Lucas dit :

    Lucas : "Ne revenez plus jamais ici sinon.......

    Ethan (en complétant la phrase) : Vous allez me tuer ?

    Lucas : Je vous ferais arrêter."

    Ethan part. Lucas dit :

    Lucas : "Vous allez bien ?

    Karen : Oui.

    Elizabeth : Oui.

    Lucas : Tu vas maintenant me dire qui est ce sale type ?

    Elizabeth : D'accord."

    Tout le monde va s'asseoir. Elizabeth dit :

    Elizabeth : "Comment m'a-t-il retrouvé ?

    Lucas : Qui est-ce ?

    Elizabeth : Mon ex.

    Brooke : Ton ex ?

    Elizabeth : Il s'appelle Ethan Hawkins. Je l'ai quitté il y a quelques mois.

    Brooke : Pourquoi ?

    Elizabeth : C'était quelqu'un de violent. Je ne voulais pas rester plus longtemps. Mais il vient de revenir dans ma vie et je ne sais pas comment.

    Lucas : Je pense que je vais avoir une petite explication avec celle qui se considère comme ma soeur.

    Karen : Dan a frappé une troisième fois.

    Lucas : Je peux t'assurer que quand il l'a vue, il était effrayé. Il a peur de cette fille. Autant, il n'avait pas cette réaction pour Nathan et moi.

    Karen : Fais attention.

    Lucas : D'accord."

    Lucas part. Chez Nathan, celui-ci est enfin content de retrouver quelque chose qu'il connaît. Haley lui dit :

    Haley : "Je suis content que tu ais pu t'en tirer !!!

    Nathan : Je suis heureux de retrouver ma femme et mon fils. J'ai enfin pu aussi connaître ma soeur."

    Justement, on frappait à la porte. Haley ouvre et voit que c'est Claire. Elle dit :

    Haley : "Justement, on parlait de toi.

    Claire : En bien ?

    Haley : Oui, pourquoi ?

    Claire : Bien. J'avais peur de ne pas être acceptée.

    Haley : Entre."

    Claire rentre mais quand Haley allait fermer la porte, un coursier arrive et lui donne une lettre. Il repart aussitôt sans dire d'où cela pouvait bien provenir. Haley surprise, ferme quand même la porte. Nathan dit :

    Nathan : "Je suis quand même content que tu sois là !!!

    Claire : C'est pareil pour moi.

    Nathan : Si tu n'as pas d'endroit où dormir, je te propose de rester chez nous. 

    Claire : Je serais ravie de passer du temps avec mon frère, sa femme mais aussi avec leur fils.

    Haley : Il s'appelle Jaimie.

    Claire : Je suis heureuse d'être là.

    Nathan : Tu ouvres le paquet du coursier Haley ?

    Haley : Bien sûr."

    Haley ouvre le paquet. Elle découvre des lettres. Il y en a beaucoup. Elle en lit un :

    "La première lettre,

    Cher Nathan,

    Tu sembles avoir une vie formidable. Tu as une femme, un fils, un frère mais aussi une soeur qui t'aime. Ta vie semble être parfaite.

    Mais sache que je suis là pour faire de ta vie un enfer. Tu vas mourir Nathan. Dans les prochains jours, je te tuerais comme j'ai tué Peyton, ton ex. Je te ferais souffrir et je te torturerais jusqu'à ce que tu me supplies de tout stopper. Tu vas mourir et je t'en fais le serment. Ensuite, ce sera au tour d'Haley, de ton fils et ensuite de Lucas.

    Rendez-vous en enfer, Nathan."

    Haley pleure. Claire prend une des lettres. Elle est surprise. Elle dit :

    Claire : "Qui pourrait bien t'en vouloir ?

    Nathan : Je ne sais pas.

    Claire : Je serais là pour te protéger.

    Nathan : Merci mais je protègerais ma famille.

    Claire : Qui va se charger de toi ?

    Nathan : Je saurais me protéger."

    Au même moment, Dan fait signe à tout le monde de sortir. Tout le monde part chacun de son côté. Dan quand à lui décide d'aller voir Nathan. Il se dit :

    Dan : "Je te sortirais de ma vie et de celle de mes enfants. Tu ne les auras pas !!!"

    Dan part. Il réfléchissait sur la route, afin de voir comment sortir sa famille de cet enfer. Jamais il n'aurait pensé que son passé allait revenir à la surface. Il n'était pas aussi méchant que tout le monde le pensait, mais juste un homme qui avait commis de nombreuses erreurs. Chez la famille de Nathan, Claire réussissait à se montrer tellement gentille que Nathan n'y voyait que du feu. Elle souriait, sachant que le tout se passait comme elle l'aurait espéré quand on sonnait à la porte. Haley se dirigeait vers la porte et elle voyait Dan. Il lui demandait d'entrer. Haley regardait Nathan. Il ne désirait pas le voir, et cela se voyait sur son visage mais Claire en souriant le rassurait, l'incitant à le faire rentrer. Dan rentrait et voyait Claire. Il devenait tout pâle mais pensait à son objectif.

    Dan : "Je suis heureux que tu ailles bien Nathan.

    Nathan : Je ne désire pas te voir, mais Claire m'a montré que tu étais quand même mon père. Je t'aurais rayé si elle n'avait pas été là.

    Dan (triste) : Je comprends, mais est-ce qu'il est possible de parler à ta soeur seul à seul ?

    Nathan (froid) : Pour lui faire du mal ?

    Dan : Non, pour la remercier d'être là pour toi."

    Claire voyait bien le jeu de son père mais restait stoique, affichant juste un sourire, se montrant gentille. Elle posa sa main sur l'épaule de Nathan.

    Claire : "Toi et ta famille, vous pouvez me laisser avec lui, je saurais gérer.

    Nathan : Tu es sûr ?

    Claire : Sois rassurée, je saurais mener les choses.

    Nathan : On va vous laisser seuls, nous, on va dehors un instant, j'ai besoin d'air. Disons que l'air est devenu infecte."

    Haley venait vers son mari et ensemble, ils partaient dehors. Claire et Dan se retrouvaient seuls pour une confrontation enfin directe après toutes ses années. Ils se regardaient dans le blanc des yeux, pensant que l'un fera l'ultime erreur. Finalement Dan céda.

    Dan : "Qu'est-ce que je t'ai fait ?

    Claire : Tu oses me poser la question ?

    Dan : Oui.

    Claire : Tu n'as pas pensé à m'élever, à être un père, à aider ma mère.... tu veux que j'ajoute quoi ensuite ?

    Dan : Tes frères par exemple.

    Claire : Malin de ta part, Papa. Tu veux que je cède à la colère et me rendant tellement irrationnelle, je perdrais le droit de voir mes demi-frères. C'est bien joué.

    Dan : Tu es bien plus machiavélique que moi.

    Claire (s'approchant) : Tu as peur, avoue. Tu as peur que je te dépasse et de loin. Que dirais Keith s'il était là ?

    Dan : Laisse mon frère en dehors de ça !

    Claire : Tu l'as tué c'est vrai. Et l'histoire se répète sans cesse.

    Dan (effrayé) : Laisse-les !

    Claire : Pourquoi Nathan se sent-il mieux auprès de moi, qu'envers toi et Lucas ?

    Dan : Je n'en sais rien.

    Claire : Je ne juge personne moi. Et surtout, le mensonge je connais bien, puisque toi très cher père, tu me l'as enseigné, la seule chose d'ailleurs.

    Dan : Je t'en prie !

    Claire : Tu peux toujours me supplier, rien ne changera dans cette vie ni dans aucune autre. Je te hais !!!!!!

    Dan : Je peux tout réparer tu sais.

    Claire : JE TE HAIS !!!!!!!!!!!!"

    Et elle criait, commençant à sortir des larmes ce qui alerta Nathan et Haley qui venaient aussitôt. Nathan venait vers son père et lui donna un coup de poing en plein visage. Dan tentait de parler, mais Nathan le prenait et le jetait dehors.

    Nathan : "C'est terminé Dan, tu ne feras plus jamais de mal à la famille. Dégage !!!!"

    Dan était anéanti et Nathan claqua la porte. Il venait vers sa soeur pour la consoler sans penser un seul instant qu'elle avait tout manoeuvré pour se retrouver dans cette situation. Elle souriait, heureuse de tout cela, quand le téléphone sonna. Nathan décida de la laisser répondre et partait rejoindre sa petite famille qui était dans la chambre. Claire répondait.

    Claire : "C'est moi.

    L'inconnu : Comment ça se passe ?

    Claire : Comme prévu, je suis en place.

    L'inconnu : Parfait. Hâte de passer à la suite et heureusement que j'ai tout fait pour te ramener ici.

    Claire : Oui, maintenant, passons à la phase deux."

    Claire raccrocha, alors qu'une tempête se levait pouvant provoquer les pires dégâts qui soit dans la ville.

     

     

    Fin de l'épisode.


    votre commentaire
  • Claire regardait attentivement le temps qui se détraquait à mesure que le temps se levait. En plus la nuit, ce n'était pas pratique et la pluie tombait abondamment. Alors qu'elle pensait être tranquille, elle recevait un sms d'une personne dont elle ne pensait pas avoir de nouvelles. Intriguée, elle répondait qu'elle viendrait au rendez-vous. Elle était préparée à toute éventualité, quitte même à affronter de vieux démons et partait sans prévenir Nathan et Haley. En faisant ainsi, elle comptait suffisamment bien manipuler Nathan qu'il la rechercherait si elle disparaissait dans d'affreuses circonstances. Elle ne comptait pas que celui-ci renoue avec Lucas. De son côté, Elizabeth était avec Karen, et voyait la tempête par la fenêtre. Elle s'inquiétait pour Lucas. Celle-ci venait vers elle et se montrait plutôt rassurante.

    Karen : "Je suis là, au besoin.

    Elizabeth : C'est gentil.

    Karen : Qu'est-ce qui ne va pas ?

    Elizabeth : J'ai peur pour Lucas, de ce qui pourrait lui arriver avec toute cette histoire.

    Karen : Mon fils se jette à corps perdu dans les histoires, surtout si cela permet de sauver autrui.

    Elizabeth : Il est un être plutôt exceptionnel.

    Karen : Je suis fière de lui.

    Elizabeth : Et il y a de quoi.

    Karen : Il saura se débrouiller, j'ai confiance.

    Brooke (venant vers les filles) : Sachant que je suis son ex, je peux assurer qu'il prend soin des jeunes filles en détresse.

    Elizabeth : C'est gentil, mais j'ai peur qu'il lui arrive quelque chose.

    Brooke : Ca va aller.

    Elizabeth (inquiet) : J'ai vraiment peur. Je ne peux pas rester plus longtemps.

    Brooke : Mais il y a la tempête !

    Elizabeth (inquiet) : Je ne peux plus rester ici, je dois y aller.

    Karen : Attends !"

    Elizabeth partait en courant dans le plus grand désarroi des filles. La tempête faisait tellement rage que la porte claqua derrière Elizabeth alors que Brooke lui courrait après. Elle se trouvait coincer, mais au fond, ce départ précipité pouvait cacher quelque chose. Brooke regardait Karen.

    Brooke : "Elle va revenir.

    Karen : Je l'espère, mais tu peux rester ici pour la nuit. Dans quelques heures, il y aura un enterrement.

    Brooke : J'ai peur de pleurer d'avance rien qu'en y pensant.

    Karen : On aimait tous Peyton.

    Brooke : Elle me manque."

    Brooke pleurait se blottissant contre Karen. La mère de Lucas la consolait du mieux possible pour essayer de lui faire oublier le futur enterrement qui se passerait dans quelques heures. De son côté Nathan désirait dire bonne nuit à sa soeur, mais Haley lui prenait son bras, le caressant tendrement. 

    Haley : "Elle doit être déjà couchée mon amour, viens au lit avec moi.

    Nathan : Tu es sûr ?

    Haley : Mieux vaut la laisser, avec tout ce qu'elle a vécu.

    Nathan : J'aimerais l'aider.

    Haley : Tu la soutiendras au mieux dès qu'on se lèvera.

    Nathan : D'accord.

    Haley : Après tout, il ne faut pas l'étouffer non plus.

    Nathan : C'est certain.

    Haley : Tout ce que je désire est d'être aux bras de mon époux."

    Haley le regardait coquinement. Nathan craquait qu'il l'embrassait fougueusement, laissant transparaître tout ce qu'il ressentait pour la belle.

    Nathan : "Tu es un ange.

    Haley : Et toi donc mon amour.

    Nathan (la prenant dans ses bras) : Allons nous coucher.

    Haley : Je veux rester tout contre toi mon coeur, c'est que j'ai peur de cette tempête.

    Nathan (la rassurant) : Tu le seras et plus encore. Tu me rends fou.

    Haley (le regardant perversement) : J'ai envie de ton corps chéri."

    Haley plaçait ses mains sur le torse de son amant, glissant sous son haut et le relevant, léchant coquinement son nombril. Il était si bien qu'il l'amenait directement dans la chambre, fermant la porte. Il la regardait avec tellement de tendresse et d'amour qu'il retirait les vêtements de sa femme, embrassant son épaule puis le creux de son cou, descendant contre sa poitrine; Haley était heureuse qu'elle glissait sa jambe contre le bas de son corps de son homme remontant à ses fesses et l'embrassant bestialement. Elle le poussait sur le lit, se mettant à califourchon sur lui et griffant le torse de son homme le léchant par endroit. Complètement fou de désir, Nathan la retournait et ensemble, ils passèrent à l'acte dans un moment charnel et de pure passion. La tempête prenait encore plus d'ampleurs que des arbres tombaient par endroit dans les quatre coins de la ville. D'ailleurs Elizabeth arrivait sur les lieux d'un rendez-vous dont elle avait tenu secret à toute personne qu'elle connaissait. Elle s'était rendue dans une maison qu'elle connaissait par le passé. Elle attendait patiemment quand soudain, une autre personne arrivait. Il se trouvait que c'était Claire. Elizabeth s'éloignait de peur que Claire ne fasse quelque chose de stupide, mais celle-ci restait froide, distante.

    Claire : "Alors ma chère, tu n'es pas heureuse de me voir ?

    Elizabeth : Pourquoi tu m'as demandé de venir ?

    Claire : Tu sembles bien distante avec moi, je me trompe ?

    Elizabeth (en colère) : N'essaye pas de jouer avec moi, compris ?

    Claire (joueuse) : Mais ma chère, tu aimais ça dans le temps ?"

    Claire s'approchait dangereusement d'Elizabeth effleurant délicatement sa joue. Elizabeth baissait violemment la main de cette femme qu'elle détestait plus que tout au monde.

    Elizabeth (furieuse) : "Je ferais mieux de partir, je n'ai pas besoin de te voir.

    Claire (tentant de l'en empêcher) : Non, mieux vaut que tu restes.

    Elizabeth : Tu vas me raconter des baratins comme d'habitude."

    La tempête faisait de plus en plus rage au point que lorsqu'Elizabeth tentait d'ouvrir la porte, cela lui était impossible. C'était normal, car en effet, des arbres venaient de tomber au dehors, coinçant les jeunes femmes à l'intérieur. Elizabeth frappait contre le mur, folle de rage. Claire par contre était satisfaite de voir qu'elles étaient coincées car elle aurait l'occasion de manipuler la jeune femme. Elle souriait légèrement.

    Claire : "Ca ne sert à rien de s'énerver, on est coincées ici et pour un bon moment.

    Elizabeth : Et qu'est-ce que tu vas me raconter, que tu es ravie d'avoir retrouver ta famille ?

    Claire (faisant l'innocente) : Bien sûr que je suis ravie.

    Elizabeth : Je sais bien que tu détestes Dan, tu me l'as dit à de nombreuses reprises et même devant mon petit ami à l'époque.

    Claire (voyant l'occasion de l'énerver) : D'ailleurs, comment va-t-il ?

    Elizabeth : Il est toujours aussi violent et il n'est plus mon ami, tu le sais parfaitement.

    Claire : Oh tu sais que je ne sais pas tout de ta vie.

    Elizabeth : Et moi de la tienne ma belle.

    Claire : Tu ne m'as pas appelé comme ça depuis longtemps.

    Elizabeth : Tu as été là quand j'avais besoin.

    Claire : Mais aujourd'hui qu'est-ce qu'on est ?

    Elizabeth : Nos vies se sont séparées.

    Claire : Alors que l'on ne devrait pas, tu ferais mieux de me soutenir.

    Elizabeth : Vu comment tu es, non, je ne peux pas.

    Claire : Tu crois que je suis mauvaise ?

    Elizabeth : Tant que je ne saurais pas quel est ton camp, je ne te ferais pas confiance."

    Elizabeth s'éloignait, cachant son visage pour pleurer. Claire s'approchait d'elle, pour essayer de la consoler, mais Elizabeth était encore sur les nerfs.

    Claire : "On devrait se réconcilier, ne restons pas fâchées.

    Elizabeth (triste) : Je ne sais pas si je peux.

    Claire (essayant de la manipuler) : Tu devrais y penser ma belle. 

    Elizabeth : J'ai changé de vie, et je ne peux pas t'y faire rentrer, c'est comme ça.

    Claire : Alors que l'on a toujours tout partagé et même plus encore.

    Elizabeth (sachant l'allusion) : On avait bu à l'époque.

    Claire : Oh au départ, il y avait quelque chose.

    Elizabeth (rougissant) : Arrête.

    Claire : Pourquoi j'arrêterais voyons ?"

    Claire lui faisait un clin d'oeil mais Elizabeth était comme pétrifiée, ne réagissant pas. Pour Claire, c'était l'occasion d'user de son charme légendaire afin de mettre son ex amie et plus sous son charme. La tempête se calmait alors que le jour pointait le bout de son nez. Elizabeth tentait d'ouvrir la porte, mais rien n'y faisait. Elle était complètement furieuse qu'elle frappait sur la porte. Les filles étaient coincées et personne ne savait qu'elles étaient là. De leur côté, Haley se levait préparant le petit déjeuner pour son petit gars et son homme. Les deux s'étaient endormis après une nuit de passion torride. Elle allait voir si son petit garçon était réveillé mais le voyant toujours endormi, elle allait voir son homme, amenant un plateau repas dans le lit. Celui-ci dormait comme un bébé. Sa dulcinée l'embrassait du bout des lèvres tendrement pour lui offrir un réveil idéal. Nathan se cachait légèrement pour apprécier un peu plus son sommeil, mais Haley lui mordillait la peau de son cou. Nathan était agréablement surpris et prenait sa femme dans ses bras, l'embrassant langoureusement.

    Nathan : "Bonjour belle demoiselle, j'ai bien envie de rester au lit avec une déesse dans ton genre.

    Haley : Oh beau canon, tu me donnes envie là.

    Nathan : Ne sortons pas du lit, j'ai envie de te voir sourire, de voir ce beau visage qui illumine mon existence.

    Haley : Tu sais que j'aimerais mon amour, même plus que tout au monde.

    Nathan : Je sais.

    Haley : C'est un jour triste aujourd'hui.

    Nathan : Profitons de ses instants heureux avant de partir à l'enterrement.

    Haley : Je suis d'accord.

    Nathan : Le petit bout n'est pas réveillé ?

    Haley : Pas encore, mais cela ne saurait tarder.

    Nathan : Tu fais de moi l'homme le plus heureux sur cette Terre.

    Haley : Je t'aime tellement fort.

    Nathan : Je t'aime aussi mon coeur."

    Haley et Nathan s'embrassaient tendrement. Seulement dans l'esprit de Nathan, il pensait à Claire, sa soeur retrouvée et dont il ne voulait en aucun cas la perdre ou que les mensonges ne puissent détruire leur relation comme cela a été le cas avec Lucas, son demi-frère. Il regardait sa femme avec tout l'amour qu'il pouvait ressentir. Haley se posait des questions.

    Haley : "Chéri, ça ne va pas ?

    Nathan : Tu as vu Claire ?

    Haley : Non, mais peut-être qu'elle dort.

    Nathan : C'est possible.

    Haley (connaissant bien son homme) : Mais tu n'en es pas convaincu.

    Nathan : Tu me connais par coeur.

    Haley : Dis-moi ce qui ne va pas.

    Nathan : Si tu n'as pas entendu de bruit, peut-être qu'elle n'est pas là.

    Haley : Tu souhaites que j'aille voir ce qu'il en est ?

    Nathan (faisant une moue) : S'il te plait, pour faire plaisir à ton gentil petit mari.

    Haley : Alors je vais aller voir ce qu'il en est.

    Nathan : Tu es un amour.

    Haley : Et toi ce que j'ai de plus cher dans son monde."

    Haley l'embrassait du bout des lèvres et partait vers la chambre de Claire. Alors qu'elle ouvrait la porte, elle ne voyait personne, même que Claire n'avait pas dormi ici. Elle entendait son fiston pleurait et partait le retrouver le prenant dans ses bras. Elle le calinait et revenait vers son mari avec son fiston. Nathan la regardait.

    Nathan : "Dis-moi ma chérie.

    Haley : Elle n'est pas là.

    Nathan (inquiet) : Quoi ?

    Haley : Elle n'est pas rentrée.

    Nathan : La tempête a dû faire des dégâts, il faut aller la chercher.

    Haley (caressant tendrement l'épaule de son mari) : On va la retrouver.

    Nathan : Je suis d'accord.

    Haley : Je me prépare avec Jaimie, et tu peux prévenir tout le monde.

    Nathan : On fait comme ça.

    Haley : Bon courage mon coeur, tu es si généreux.

    Nathan : Et toi d'une douceur incomparable."

    Nathan l'embrassait fougueusement et partait se changer. Haley faisait de même ainsi que de donner à manger à son fils. De son côté, Lucas avait enquêté toute la nuit pour découvrir des éléments sur Claire. La tempête l'avait coincé un temps dans un hôtel pour se reposer. Il se levait tranquillement du lit regardant par la fenêtre les dégâts causés par cet élément naturel. Il pensait à la femme qu'il aimait et qui n'était malheureusement plus de ce monde. Seulement, il pensait à Claire, à ceette soeur qui causait tant de torts à sa famille. Il partait en direction d'une maison. ll regardait devant la boîte aux lettres et voyait le nom de Claire dessus. Il s'en foutait de savoir si c'était ouvert ou non et décidait de passer par-dessus le portail. Il voyait devant lui une maison visiblement pas touché par la tempête et essayait de voir par la fenêtre s'il y avait quelqu'un. Ne voyant personne, il utilisait le coup de la carte de crédit pour rentrer le plus vite possible et découvrir des preuves compromettantes. A l'intérieur, il voyait une belle demeure, mais il n'y avait pas de photos importantes d'une vie de famille. C'était vraiment curieux sur le coup et augmentait d'autant plus la méfiance que celui-ci avait pour Claire. Il regardait un peu ses affaires jusqu'à ce qu'il entende un bruit assez suspect. Il se dirigeait vers le bruit mais il ne voyait rien jusqu'à ce qu'il entende une voix. Il se tournait et voyait Ethan, l'ex d'Elizabeth qui le frappait en plein visage. Lucas était propulsé contre le sol.

    Ethan : "Ne serait-ce pas entré par effraction très cher ?

    Lucas : Espèce d'enfoiré qui a essayé de me pourrir la vie.

    Ethan (faisant l'innocent) : Oh, mais là, l'enfoiré qui s'introduit dans une demeure c'est toi. Que dirait cette chère Claire si elle était au courant ?

    Lucas (furieux) : Espèce d'ordure alors que tu étais là le premier !

    Ethan (souriant légèrement) : As-tu une preuve d'un méfait que j'aurais commis ici ? Non, je ne crois pas.

    Lucas (furieux) : Je trouverais bien.

    Ethan : Ca m'étonnerait très cher.

    Lucas (curieux) : D'ailleurs toi ici, tu dois connaître Claire ?

    Ethan (tentant de mettre un peu de bordel) : Qui te dit que c'est moi qui connait Claire, et pas quelqu'un que tu connais, qui ne t'a pas avoué la vérité dès qu'elle en avait l'occasion ?

    Lucas : J'en sais rien, dis-moi tout.

    Ethan : Elizabeth connait Claire depuis un moment.

    Lucas (choqué) : Quoi ?

    Ethan (faisant l'innocent) : Elle ne te l'a pas dit ? Elle si droite et si gentille, avec le coeur sur la main, franchement je suis déçue.

    Lucas (tentant de respirer) : Elle ne m'aurait pas fait un truc pareil, je la connais.

    Ethan : Tu n'as qu'à lui poser la question, et elle te dira tout.

    Lucas (en colère) : Tu mens !!!!!!!!!!!!!

    Ethan (satisfait) : Oh, fais attention à ton coeur, tu risques de mourir."

    Ethan était heureux, ayant réussi à semer une future discorde. Lucas reprenait peu à peu sa respiration, pour éviter des problèmes cardiaques. Ethan allait partir, pensant qu'il en avait fini avec ce rebus de Lucas mais celui-ci n'avait pas dit son dernier mot, le prenant par le bras.

    Ethan (surpris) : "Comment tu oses faire ça ?

    Lucas (satisfait) : Je fais ce que je veux.

    Ethan (gardant son calme) : Tu risques d'avoir des problèmes.

    Lucas : Je n'ai pas peur.

    Ethan : Tu devrais.

    Lucas : Je suis certain que tu connais Claire.

    Ethan : Visiblement, tu ne me crois pas, mais je ne la connais nullement. Fis-toi plutôt à Elizabeth qui saura te renseigner.

    Lucas : Tu souhaites faire du mal à ton ex.

    Ethan (semant le trouble) : Qui te dit que ce n'est pas elle qui m'a brisé le coeur ?

    Lucas : Tu es un menteur.

    Ethan : Souviens-toi de ce que je t'ai dit."

    Ethan cachait son léger sourire satisfait et partait laissant Lucas avec plein de doutes et d'interrogations. Celui-ci décidait également de partir pour éviter que l'on ne le surprenne ici. Il réfléchissait au jour que l'on était et c'était en pensant à Peyton qu'il se rendait bien compte qu'on l'enterrait aujourd'hui. Il versait des larmes de tristesse. Au même instant, Brooke se réveillait dans la chambre d'amie que lui avait indiquée Karen avant qu'elle ne parte dormir. En étant dans la demeure de Lucas, cela lui faisait remonter des souvenirs de sa jeunesse au lycée, où elle venait le voir alors qu'elle était amoureuse de lui. Elle regardait les photos qui ornaient les murs de la chambre. Voir Lucas, Peyton et elle jeunes avait sur elle comme un coup de poignard en plein coeur, augmentant sa tristesse. Karen arrivait dans la chambre d'amie, voyant Brooke toute songeuse. Celle-ci avait un plateau repas de petit déjeuner. Elle le déposait sur la table, et venait consoler Brooke.

    Karen : "Je sais que c'est une lourde journée aujourd'hui.

    Brooke : C'est vrai. On ne peut pas oublier une bouille pareille.

    Karen : Ca sera une dure journée aujourd'hui.

    Brooke : C'est vrai, et en plus avec la tempête de la nuit dernière, c'est franchement le bouquet à croire que le destin nous joue un sale tour.

    Karen : Elle était violente en plus.

    Brooke : C'est vrai, et j'espère qu'il n'y a pas trop de dégâts. Où est Lucas ?

    Karen : Je l'ignore.

    Brooke (inquiète) : J'espère qu'il ne lui est rien arrivé.

    Karen : Mon fils est solide et saura se sortir de la moindre encombre.

    Brooke : Tu as raison.

    Karen : Il vaut mieux se préparer pour y aller.

    Brooke : Tu as raison encore.

    Karen : Tu veux manger un petit quelque chose ?

    Brooke : Juste un tout petit peu alors, pour faire plaisir.

    Karen : Les croissants sont tout chauds.

    Brooke : Toujours aussi bonne cuisinière à ce que je vois."

    Brooke allait vers le plateau et prenait un bout de croissant le trempant dans son chocolat chaud. Elle se régalait que finalement elle le mangeait entièrement. Karen était heureuse de voir ça. Ayant terminé, Brooke faisait signe à Karen qu'elle désirait se changer quand soudain elles entendaient du bruit. Les deux descendaient afin de voir ce que c'était quand elles voyaient Lucas. Les deux lui sautaient dessus lui faisant un méga gros câlin. Elles étaient rassurées de le voir en vie et en forme surtout après cette lourde tempête.

    Lucas (faisant de l'humour) : "Arrêtez, vous allez m'étouffer toutes les deux.

    Karen : Mais c'est que tu nous as fait peur fiston.

    Lucas (la rassurant) : Je sais Maman, mais cette Claire ne m'inspire pas confiance.

    Karen : Tu as trouvé quelque chose ?

    Lucas : J'ai trouvé Ethan là-bas.

    Brooke (effrayée) : Et tu n'as rien ?

    Lucas : Heureusement, mais il m'a dit qu'Elizabeth était la cause de tout, qu'elle nous mentait et qu'elle connaissait bien Claire.

    Brooke : C'est un salaud.

    Karen : Surtout qu'Elizabeth avait dit que c'était son ex.

    Brooke : Il est capable de tout.

    Karen : Il faut voir Elizabeth et vite.

    Lucas : Elle est où ?

    Karen : Elle a disparu depuis hier soir.

    Lucas (affollé) : Quoi ?

    Brooke : Oh, il faut vite aller la chercher.

    Lucas : Mais c'est l'enterrement aujourd'hui.

    Brooke : On ne partira pas sans tout le monde. Il faut aller la chercher.

    Lucas : J'y vais seul.

    Brooke : Alors là, tu peux courir, je viens avec toi. Je me change et tu ne bouges pas, sinon je te tue sur place, compris ?

    Lucas (soumis) : Compris chef !"

    Brooke partait se changer. Lucas attendait au loin avec sa mère qui prenait son fiston carrément dingue dans ses bras.

    Karen (inquiète et effrayée) : Ne me refais plus jamais une peur pareille d'accord ?

    Lucas (tout confus) : Pardon, Maman.

    Karen : Tu es ce que j'ai de plus cher au monde, alors te perdre serait la fin de tout pour moi.

    Lucas (triste) : Je m'excuse Maman.

    Karen : Je sais que tu ferais tout pour ceux que tu aimes, mais vraiment fais attention à toi d'accord ? Promets-le moi.

    Lucas (désirant la rassurer) : Je te le promets Maman. Plus jamais tu n'auras une frayeur pareille à cause de moi.

    Karen (rassurée) : C'est bien mon fiston, mais ne tente pas quelque chose de stupide pour tout à l'heure d'accord.

    Lucas (gêné) : Oui, Maman.

    Karen : C'est bien mon fils."

    Lucas souriait timidement, ne voulant que faire sortir de sa mère un bonheur absolu. Au même instant, Brooke choisissait des vêtements, enfin certains qu'elles avaient oubliés il y a un certain temps. Elle se souvenait qu'elles les avaient laissés alors qu'ils avaient tentés un essai il y a si longtemps. Elle pleurait un instant puis se reprenait, se préparant et rejoignait les deux. Lucas était subjugué en la voyant, mais reprenait ses esprits, lui souriant.

    Lucas : "Tu es toujours aussi ravissante.

    Brooke (lui faisant un clin d'oeil) : Tu n'es pas mal non plus

    Lucas : Allons tenter de retrouver Elizabeth au plus vite.

    Brooke : On devrait peut-être appeler Haley et Nathan ?

    Lucas : Mieux vaut ne pas les déranger à mon avis.

    Brooke : Tu es sûr ?

    Lucas : Crois-moi oui.

    Brooke : D'accord, on fait comme tu veux.

    Lucas : Tu es un ange.

    Brooke : Merci du compliment et toi un amour."

    Brooke souriait affectueusement. Lucas regardait sa mère lui montrant à quel point il tenait à elle.

    Lucas : "On te rejoindra Maman au cimetière. On t'appellera en cas de problème.

    Karen : D'accord fiston.

    Lucas : On y va, à tout à l'heure.

    Karen : Et le bisous alors ?

    Lucas (lui donnant un bisous sur la joue) : Le voici.

    Karen : Tu es merveilleux.

    Lucas : Et toi une superbe maman, je t'aime.

    Karen : Je t'aime aussi mon ange."

    Lucas et Brooke partaient à la recherche d'Elizabeth tandis que Karen se rendait sur le lieu de l'enterrement, au cimetière. Pendant ce temps, Nathan était dehors, remarquant les dégâts provoqués par la tempête. Il croisait certaines personnes en difficulté et les aidait au mieux, les décoinçant de pièges inextricables jusqu'à ce qu'il entende du bruit derrière lui. Il regardait un peu partout, essayant de savoir ce qui se passe mais rien. Il continuait sa route jusqu'à ce qu'il entende des bruits de pas se rapprocher un peu trop brusquement.

    Nathan (effrayé) : "Osez vous présentez devant moi bande de connards, et je vous montrerais qui est le patron !"

    Seulement personne ne répondait à ses paroles et même pire, quelqu'un de masqué l'attaquait, l'assommant à terre avec un bon coup de poing. Nathan pensait à sa famille et en particulier à son fiston qu'il ne verrait pas grandir s'il ne faisait pas quelque chose et très vite. Alors d'un geste désespéré, il mettait son assaillant à terre par un violent croche-patte puis le frappait au visage et fuyait le plus vite possible. Il ne s'arrêtait pas, ne regardant pas pendant un moment si quelqu'un était derrière lui avant finalement à plusieurs mètres de stopper et de souffler. Son cauchemar était terminé. En fait le tueur ne désirait simplement que faire peur et attiser l'angoisse chez ses victimes. Ainsi, ses ennemis ne pourraient rien faire contre lui. Nathan décidait d'aller rejoindre sa femme à l'enterrement de Peyton le plus vite possible, rien que pour la serrer dans ses bras et se rassurer. Au même moment, Haley avait fini de donner à manger à son garçon et se changeait. Elle faisait attention à fermer toutes les portes avant de partir se sentant en sécurité. Au cimetière, les personnes arrivaient peu à peu au cimetière, alors que l'heure de l'enterrement allait arriver. Au même instant, Lucas et Brooke regardaient dans les alentours de la ville. Brooke regardait attentivement son ex, se demandant à quoi il pouvait bien penser. Lucas la regardait avec une certaine tendresse.

    Lucas : "Je ne sais pas dans quelle direction on pourrait se rendre pour trouver Elizabeth.

    Brooke : Tu n'as même pas une petite idée ?

    Lucas : Imaginons qu'elle ait pu mener sa propre enquête et en solo.

    Brooke (sceptique) : Posible, mais c'est quelqu'un de rationnel à mon avis.

    Lucas : Tu as sans doute raison, mais mieux vaut se dire qu'elle ait pu découvrir une piste.

    Brooke : Alors il faut penser à trouver des indices sur comment elle pourrait mener une enquête pour découvrir des indices sur Claire.

    Lucas : Commençons par l'ancienne maison de Claire et remontons ensuite.

    Brooke : Je suis d'accord."

    Brooke et Lucas se rendaient vers l'ancienne maison de Claire. Haley était arrivée au cimetière étant accompagnée de son fils, voyant Karen mais aussi Skills, Micro, Rachel, Deb et voyait Dan au fond, se cachant loin des personnes qui pourraient lui sommer de s'en aller. Causer un scandale dans de pareilles circonstances serait carrément suicidaire. Haley ne préférait pas s'avancer vers lui, mais vers Deb s'inquiétant pour Nathan qui n'avait pour le moment pas donné de nouvelles. Deb donnait un baiser sur la joue de sa belle-fille et de son petit-fils se montrant amicale.

    Deb (voyant que quelque chose n'allait pas) : "Tu vas bien ?

    Haley (soucieuse) : Pas vraiment.

    Deb (se montrant réconfortante) : Dis-moi ce qui se passe.

    Haley : Notre vie a été bouleversée depuis quelques temps avec l'arrivée de la demi-soeur de Nathan et Lucas dans notre demeure, la mise à la porte de Dan et puis Claire qui disparait et Nathan qui part à sa recherche, un tueur qui veut s'en prendre à mon mari, vraiment là, je craque."

    Haley pleurait. Deb la consolait au mieux, surtout que l'enterrement de Peyton allait accentuer les émotions.

    Deb (inquiète) : "Tu es allée voir la police ?

    Haley : C'est tout récent, ce n'est pas encore fait.

    Deb : Vraiment, contacte-les et n'attend pas que Nathan fasse une bêtise en dehors de la loi. Il est trop fier pour l'admettre mais il a besoin d'aide.

    Haley : Tu crois ?

    Deb : Oui, et je reconnais que tu l'appaises, celui aussi téméraire.

    Haley (prenant confiance en elle) : C'est gentil, mais je ne pensais pas faire autant de bien à mon mari.

    Deb : Tu devrais reconnaître tes qualités. Certes, j'étais contre votre mariage au début, mais je le vois heureux et loin de l'influence de Dan, je ne pouvais rêver mieux pour lui.

    Haley (émue) : Je suis touchée.

    Deb : D'ailleurs mon fils va bientôt arriver ?

    Haley (gênée) : Je n'en sais rien, il n'avait pas dit à quel moment il revenait. Il recherche Claire.

    Deb : Oh.

    Haley : Quelque chose à dire par rapport à elle ?

    Deb : Je ne sais pas grand chose, mais si Dan a eu un troisième enfant en dehors de moi et de Karen, ça montre bien l'ordure qu'il est.

    Haley : Je le hais aussi.

    Deb : S'il ne revient pas dans cinq minutes, j'appellerais les flics peu importe les conséquences.

    Haley : Je vous soutiendrais à 100%."

    Haley se sentait pour une fois bien en compagnie de sa belle-mère. Elle avait besoin de soutien, surtout qu'elle était mère et que Jaimie avait besoin d'attention. D'ailleurs Deb embrassait le bout de chou sur le front montrant tout son amour pour lui. Le reste du monde discutait jusqu'à ce qu'ils remarquent un homme en train de courir. C'était Nathan qui revenait et bien essoufflé. Deb venait à lui et l'accompagnait vers sa femme. Haley était appeurée en le voyant ainsi. Nathan la prenait dans ses bras, l'enlaçant pour essayer de la rassurer, même si lui avait eu peur peu de temps avant.

    Nathan : "Ma chérie, tout va bien, je suis là.

    Haley (effrayée) : Te voir ainsi courir, ça m'a fait peur.

    Nathan : Ca va maintenant, je suis là.

    Haley : Mais pourquoi tu as couru ainsi ? Explique-moi mon amour, je ne comprends pas.

    Nathan : J'ai été poursuivi en essayant de retrouver Claire.

    Haley (intriguée) : Mais par qui ?

    Nathan (essayant de dire les choses calmement) : Sûrement par la personne qui nous terrorise.

    Haley (paniquée) : Ca va trop loin cette histoire. Mon coeur, on doit prévenir les flics et le plus vite sera le mieux. Je ne veux pas te perdre.

    Nathan (l'enlaçant encore plus) : Je ne le veux pas non plus bébé. Pour toi et notre fils, je ferais n'importe quoi.

    Haley : Dès que ce sera fini, on ira.

    Nathan : D'accord mon amour.

    Deb (intervenant) : Et si jamais, tu n'obéis pas à ta femme, ta mère te bottera le derrière.

    Nathan : Non, mais maman voyons !

    Deb : Je sais au moins te faire réagir.

    Nathan : Comme toujours.

    Deb : Tu sais que ton père est au loin au fond ?

    Nathan : Il peut toujours aller se faire voir pour que j'aille à sa rencontre. Je le hais du plus profond de mon être.

    Deb : Mieux vaut ne pas provoquer de scandales.

    Nathan : Et en plus, avec ce qu'il a fait à Claire, je préfère rompre tout contact.

    Deb : C'est bien mon fils."

    Deb se félicitait d'avoir un fils qui avait de très bons principes. Seulement le petit groupe était inquiet pour les absents. En effet, Brooke, Lucas, de même que Claire et Elizabeth étaient toujours absents. Ils n'avaient aucune nouvelle depuis que la tempête avait éclaté durant la nuit. Haley paniquait mais Nathan la gardait dans ses bras et étant auprès de son fils. Skills, Rachel, Micro et Karen étaient avec eux. Karen venait vers Haley se montrant amicale et compréhensive.

    Karen : "Je suis tellement désolée pour Peyton.

    Haley : Merci c'est gentil.

    Karen : Je peux te poser une question ?

    Haley (curieuse) : Bien sûr. 

    Karen : Tu as vu Lucas ?

    Haley : Pas depuis que Nathan avait été à l'hôpital, pourquoi ?

    Karen (inquiète) : Il est parti avec Brooke pour rechercher Elizabeth.

    Nathan (choqué et intervenant) : Quoi ?

    Karen : Disons que l'ex d'Elizabeth est venu directement chez moi et il y a eu une confrontation. J'ai peur de la suite des évènements.

    Haley : Tu es inquiet pour Lucas ?

    Nathan (froid) : Non, ce n'est pas ça.

    Haley (triste) : Pour Brooke alors ?

    Nathan : Elle a toujours été là pour moi.

    Haley : Je sais.

    Nathan : On devrait aller la chercher.

    Deb : Tu penses à la mémoire de Peyton ?

    Haley : Mais ses personnes sont peut-être en danger !

    Deb : Je sais, mais Lucas et Brooke auront un point d'encrage. Ils savent que nous sommes ici.

    Haley : D'ailleurs Nathan nous a retrouvés comme ça.

    Karen : C'est vrai, et on ne veut pas qu'il vous arrive quoi que ce soit n'est-ce pas Deb ?

    Deb (acquiescant) : Totalement d'accord.

    Haley : Alors on reste ici.

    Nathan : Je suis incapable de rester là sans rien faire.

    Rachel (intervenant) : Ne fais pas ça. On ne sait pas ce qui se passe.

    Nathan : C'est toi qui ose dire ce genre de chose ?

    Rachel (faisant un clin d'oeil) : Je sais être prudente parfois.

    Micro (intervenant) : Elle est plus douce avec moi.

    Rachel (souriant) : C'est vrai.

    Skills (intervenant) : Et puis il est hors de question que la bande se sépare.

    Micro : Totalement d'accord.

    Nathan : On reste ici une dizaine de minutes mais s'il ne se passe rien, on ira les chercher et Maman, peu importe ce que tu diras, ce sera ainsi.

    Deb (résignée) : Tu es aussi têtu que moi.

    Nathan : Tu m'as bien élevé.

    Haley : Allons vers les invités et attendons que ça commence."

    Le groupe se dirigeait vers le cercueil et les invités. De leur coté, Elizabeth et Claire étaient toujours coincées au coeur de cette maison. Elizabeth essayait de voir ce qui pouvait les faire sortir, mais à force de ne trouver aucune solution, elle se résignait. Claire s'approchait, posant sa main sur l'épaule de la belle.

    Claire : "Te battre contre moi, cela ne sert à rien ma douce.

    Elizabeth (furieuse) : Je me battrais contre toi jusqu'à mon dernier soupir.

    Claire (restant concentrée) : Tu as tort de te comporter comme tu le fais.

    Elizabeth (colérique) : Comment tu oses me donner des ordres ?

    Claire : Tu es toujours aussi émotive.

    Elizabeth : Et toi devenue secrète, tu crois que c'est mieux ?

    Claire : J'ai peut-être des raisons, tu ne crois pas ?

    Elizabeth : Comme quoi par exemple ?

    Claire : Avec la famille que je possède ou lorsque tu as quitté ton mec.

    Elizabeth : J'avais des raisons de le quitter.

    Claire : Je sais, mais tu t'es éloignée de moi, tu m'as trahi.

    Elizabeth : Comment oses-tu me répondre ça ?

    Claire (essayant de tout faire pour l'énerver) : Ne serait-ce pas la vérité ?

    Elizabeth (incapable de répondre) : ..........

    Claire : Tu aurais dû penser à deux fois avant de commettre ses bêtises à mon égard.

    Elizabeth : Tu es culottée.

    Claire (lui faisant un clin d'oeil) : C'est ce qui fait mon charme."

    Elizabeth ne reconnaissait plus son ex-amie. Il n'y avait aucun moyen de la remettre dans le droit chemin. Cela en était finie pour elle. De leur côté, Brooke et Lucas regardaient les maisons jusqu'à ce qu'ils trouvent une dont l'arbre coinçait l'entrée. Lucas regardait un peu partout pour voir s'il y avait un autre moyen d'accéder à l'intérieur. Brooke voyait que c'était impossible et appelait les pompiers.

    Brooke : "Allo ? Ici Brooke Davis. Une maison est bloquée par un arbre et il y a sûrement des personnes à l'intérieur. Venez près de la bibliothèque municipale.

    Le pompier : D'accord, on arrive de suite."

    Lucas était désespérée mais Brooke le prenait dans ses bras pour le réconforter.

    Brooke : "Ne t'inquiète pas, on va savoir si Elizabeth est à l'intérieur.

    Lucas : Je l'espère. Je m'en voudrais s'il lui arrivait quoi que ce soit.

    Brooke : Restons tranquille et attendons les pompiers.

    Lucas : On devrait peut-être tenter de trouver une ouverture.

    Brooke (inquiète) : Et ton état, tu y as pensé ? Tu n'es pas bien dans ta tête ?

    Lucas (rassurant son amie en la calinant) : Je ne ferais pas quelque chose de stupide, crois-moi. On les attends de pied ferme."

    Brooke se sentait rassurée. Cependant elle pensait que peut-être s'ils parlaient forts, ils pourraient entendre des voix. Elle devait faire part de son idée à son ami, enfin son ex. Elle posait sa main sur son épaule. Lucas se plaçait près de son visage caressant le lobe de son oreille comme pour lui enlever quelque chose.

    Brooke : "Peut-être par contre on pourrait parler fort pour savoir s'il y a quelqu'un, tu ne crois pas ?

    Lucas (essayant de jouer avec elle) : Tu as la voix qui porte tu crois ?

    Brooke (lui faisant un clin d'oeil) : Tu n'as qu'à admirer l'artiste très cher.

    Lucas (relevant le défi) : Je veux voir ça.

    Brooke (criant) : Il y a quelqu'un ?

    Lucas (s'inclinant) : En effet, tu as la voix qui porte.

    Brooke : Tu voix je te l'ai dit. C'est bibi la meilleure.

    Lucas (souriant) : Je l'ai toujours su.

    Brooke (souriant) : C'est gentil de le reconnaître."

    Au même moment, Elizabeth et Claire avaient entendu Brooke et Lucas au dehors. Elizabeth était plutôt ravie de savoir qu'elle allait sortir de cet enfer où elle se trouvait avec Claire, mais par contre Claire était déçue. Elle ne voulait pas avoir de dettes envers Lucas surtout qu'elle avait Nathan de son côté. Avec son côté propre sur soi, elle ne supportait pas de le voir. Alors que Claire comptait bloquer la bouche d'Elizabeth quitte à rester dans la maison plus longtemps, la jeune femme réussissait à prononcer quelques mots.

    Elizabeth (criant) : "Brooke, je suis là, et pas seule !

    Brooke (surprise et criant) : Tu es avec un mec ?

    Elizabeth (gênée mais devant admettre avec qui elle était) : Avec Claire.

    Lucas (choqué) : Quoi ?

    Brooke (le rassurant) : Tu ne dois pas faire de conclusions trop hatives.

    Lucas : Je sais.

    Brooke : On doit attendre les pompiers. Ils vont arriver.

    Lucas : C'est vrai."

    D'ailleurs le voeu était rapidement exaucé vu qu'ils arrivaient. Au même instant, Elizabeth sentait la libération proche. Elle était comblée contrairement à Claire qui pensait à la dette à payer à Lucas, mais elle avait l'idée pour garder l'influence sur Nathan éloignant Lucas à tout jamais. Elle se frottait les mains à l'avance. Elizabeth s'approchait sûre d'elle de son ex-amie.

    Elizabeth (menaçante) : "Si jamais tu fais du mal à Nathan, je ferais de ta vie un enfer.

    Claire (faisant l'innocente) : Pourquoi tu penses que je vais lui en faire ?

    Elizabeth : Cela part à chaque fois en catastrophe avec toi et je ne veux pas que tu détruises sa famille.

    Claire (souriant légèrement) : Il est ma famille.

    Elizabeth : C'est ce qui me fait peur dans tes intentions.

    Claire : Tu verras par la suite si je suis bien pour lui et les siens."

    Elizabeth prenait peur alors que les pompiers dégageaient le passage. Lucas et Brooke au loin assistaient à la scène. Les pompiers se donnaient un mal de chien pour sortir les filles de là. Finalement la première qui sortait grâce au travail des pompiers n'était autre qu'Elizabeth. Elle se précipitait dans les bras de Lucas s'y blottissant. Lucas était surpris par ce geste, mais se laissait faire plaçant ses mains sur le dos de celle-ci, apportant de légères caresses pour la rassurer.

    Lucas : "On est rassurés que tu sois là de nouveau tu sais. Tu nous as fait peur.

    Elizabeth (honteuse) : Pardon Lucas, je m'en veux.

    Lucas : Ce n'est rien mais ne me refais jamais plus une peur pareille d'accord.

    Brooke : Il faut le préserver tout de même non mais.

    Elizabeth (souriant légèrement) : D'accord."

    Seulement ses retrouvailles étaient vite gâchées lorsque Claire était sauvée par les pompiers. Lucas désirait tant mettre les points sur les i et les barres sur les t avec cette fille qui était sa soeur mais Brooke l'en empêchait en prenant son bras.

    Brooke : "Ne fais pas ça Lucas, ce n'est pas le moment.

    Lucas (en colère) : J'ai envie enfin d'avoir la discussion avec elle qu'elle mérite tant.

    Brooke : Je te rappelle qu'il y a l'enterrement aujourd'hui.

    Lucas (triste) : C'est vrai."

    Claire n'avait pas l'intention de provoquer un conflit. Cela serait trop facile et surtout, cela compromettrait ses projets. Elle s'eclipsait discrètement. Lucas, Elizabeth et Brooke étaient surpris par sa disparition soudaine. Au lieu de dire quoi que ce soit, les trois partaient en direction de l'enterrement de Peyton qui allait bientôt commencer sans eux s'ils ne se dépêchaient pas un minimum. Pendant ce temps, la cérémonie allait débuter. Le prêtre était ene position et Nathan angoissait du fait de ne pas voir ni Brooke, ni Claire. Haley rassurait son mari par des caresses tendres et attentionnées.

    Haley : "Tout ira bien mon amour, d'accord ?

    Nathan : C'est un jour triste aujourd'hui et je ne sais pas comment le supporter.

    Haley : Je suis là, et nous avons notre famille.

    Nathan : Tu es un trésor.

    Haley : C'est pour cela que tu m'aimes autant.

    Nathan : Oh oui, et moi aussi bébé."

    Ils étaient en paix, alors que le prêtre allait commencer jusqu'à ce que Lucas, Elizabeth et Brooke arrivèrent. C'était le choc dans l'assemblée et particulièrement auprès de Nathan qui pensait que Claire serait avec eux. En fait, Claire n'était pas loin, mais elle faisait attendre un peu plus longtemps de telle sorte à voir l'inquiétude à travers les yeux de son frère dans le but de bien le manipuler. Nathan était inquiet jusqu'à ce qu'il la voit. Il affichait un grand sourire et allait la chercher. Il la serrait dans ses bras. Claire heureuse, se blottissait tout contre l'épaule de son frère fermant un instant les yeux et pensant au spectacle que cela prodiguait devant l'assemblée. Intérieurement, elle souriait. Lucas était dégoûté en voyant ce spectacle afligeant qu'il préférait se concentrer sur le prêtre en question. Brooke voyant ce qui arrivait, allait tenter une bonne fois pour toute de mettre les choses au clair. Elle allait chercher Nathan, le prenant par le bras et le guidant dans un endroit discret. Elle prenait également Lucas, le tirant au même endroit. Elle faisait asseoir les deux sur un banc et se prenait pour la chef de classe.

    Brooke : "Alors maintenant les gars, ça suffit vos enfantillages et vous devez m'écoutez !"

    Nathan allait se lever mais Brooke le poussait violemment à se rasseoir. Celle-ci avait bien l'intention de tout faire pour réconcilier les deux frères et elle allait user les grands moyens. Lucas était étonné de voir Brooke dans un tel état, mais voyant comment elle avait rembarré Nathan, il préférait se tenir à carreau. Brooke s'approchait des deux, plus déterminée que jamais.

    Brooke : "Toi Nathan, arrête de faire la gueule à ton frère et sert-lui la main. Je te rappelle que c'est l'enterrement de Peyton.

    Nathan : Mais.....

    Brooke (l'interrompant) : Il n'y a pas de mais qui tienne.

    Nathan (résigné) : D'accord.

    Brooke : Et toi Lucas, arrête de faire la gueule à ton frère aussi. C'est l'enterrement de ta chère et tendre.

    Lucas : Mais......

    Brooke : Arrête, tu ne vas pas être têtu comme lui.

    Lucas (résigné) : Tu tiens vraiment à ce que l'on réconcilie ?

    Brooke (déterminée) : Ce n'est pas trop vous demander un peu de paix dans ses circonstances ?

    Lucas : Tu as raison.

    Brooke : Je suis Brooke Davis donc j'ai toujours raison.

    Nathan : Tu m'étonneras toujours.

    Brooke (faisant un clin d'oeil) : C'est ce qui fait mon charme.

    Lucas : Rejoignons tout le monde alors.

    Brooke : Et vous vous serrez la main, d'accord ?

    Lucas (s'approchant de Nathan en tendant sa main) : D'accord.

    Nathan (faisant un grand effort et serrant la main de son frère) : Je m'excuse Lucas.

    Lucas (serrant aussi la main de son frère) : Je m'excuse aussi. Tu sais que je ne veux pas te perdre.

    Nathan : Moi aussi.

    Brooke (heureuse) : Voilà qui est bien.

    Nathan : Allons-y maintenant."

    Les trois allaient à l'enterrement. Le prêtre commençait la cérémonie. Tout le monde pleurait, était émue à ce moment précis, pensant à Peyton, à la personne qu'elle était. C'était vraiment émouvant que même Claire qui ne la connaissait pas. Nathan près d'elle mettait sa main sur son épaule se montrant des plus protecteurs et lui murmurant que ça ira. Claire souriait lui murmurant à son tour que si elle était coincée c'était à cause d'Elizabeth et de Lucas qui souhaitaient la voir et qui désiraient la mettre hors jeu. Il était en colère contre eux, mais Claire se montrait rassurante afin de préserver les apparences. En ayant mis en place sa propre version des faits, elle empêchait à tout jamais une réconciliation entre les deux frères.

     

    Fin de l'épisode.


    votre commentaire
  • L'enterrement de Peyton était encore dans tous les esprits, au point que les personnes étaient tristes et pleuraient pour la disparition d'une personne remarquable. Dan était au fond quand soudain, il se faisait assommer par derrière. Il se réveillait quelques minutes plus tard grogis et criant quand il recevait un message lui disant que Caitlin était retenue en otage. Il ne pensait pas se retrouver dans une telle situation. Le cri alertait Lucas qu'il se précipitait vers lui. Voyant le message reçu sur le téléphone, il cognait son père avec un violent coup de poing. Dan se retrouvait littéralement à terre et se relevait difficilement. Il n'en croyait pas ses yeux de voir que Lucas ne le considérait que comme un homme sans scrupule. 

    Dan : "Tu me déçois Lucas. 

    Lucas (en colère) : Une femme paye à cause de toi et n'est plus parmi nous, enlevé par je ne sais qui. Et d'ailleurs je me dis que toute cette histoire, c'est uniquement de ta faute. En revenant, tu as provoqué tous ses problèmes. C'est à cause de toi tout ça, mon cher Papa ! 

    Dan : Je n'ai pas enlevé Caitlin, ni tué Peyton, et encore moins des autres évènements. 

    Lucas (furieux) : Ca suffit ! Tu mérites de retourner en prison, et je vais appeler les flics. 

    Dan (se souvenant du message) : Elle risque d'avoir des problèmes. 

    Lucas (en colère) : Comment pourrais-je te croire sur parole ? Tu n'es qu'un menteur pathologique ! 

    Dan (suppliant) : Je t'en prie, vraiment crois-moi. 

    Lucas (furieux) : Je te hais. Et d'ailleurs, tu penses à ma santé ? Non. Tu as pensé à tout ce que j'aurais eu besoin ? Non, car je n'ai pas eu un père et le seul que j'avais, tu me l'as pris en le tuant. Enfoiré, connard ! espèce d'ordure !"

    Lucas s'éloignait et appelait Police secours. Il était déterminé et même si Dan s'approchait, il se rendait compte qu'il ne pourrait pas récupérer le portable de son fils de force. Lucas avait la rage, celle irrascible qui ne pouvait s'estomper avec le temps. Dan en voyant combien son fils était résolu à l'amener en prison, préférait mieux fuir les lieux. Lucas n'étant pas résolu à le faire partir le prenait par le bras et le mettait à terre non sans pour autant souffler de par l'effort qu'il avait dû fournir. Cela faisait tellement de bruits que beaucoup de monde venait pour soutenir Lucas y compris Nathan qui était en froid avec lui. Se souvenant qu'il l'avait jeté dehors après sa tentative de réconciliation, il lui en mettait de nouveau une couche en lui mettant une bonne droite sur le visage. Dan était bien amoché, mais il savait au fond de lui qu'il méritait ce genre de punitions pour toutes les erreurs qu'il avait pu commettre. Il savait bien entendu que le fond du problème n'était autre que sa jalousie maladive, celle qui détruisait l'âme de chaque être même le plus innocent pour faire d'eux des monstres sans pitié. 

    Nathan (furieux) : "Je ne sais pas ce que tu as fait connard, mais tu vas rester là, et on va attendre les flics, et tu n'as pas le choix, compris ?

    Dan (résigné) : Compris."

    Les flics arrivaient à ce moment-là, et au vu de la bagarre, ils essayaient par un regard de savoir ce qui s'est passé mais personne ne répondait à croire que de remettre Dan au trou était la plus belle des vengeances. Ils partaient avec Dan qui regardait ses deux fils. Au fond, il savait que l'entente entre eux était cassée et il y avait une responsable. Il comprenait que Claire n'était pas loin. Il avait peur d'elle et il y avait de quoi vu qu'elle était bien imprévisible. Lucas était ravi de la tournure que prenait les évènements concernant son paternel. Il allait payer de nouveau pour ce qu'il avait fait. Il allait voir Nathan ravi qu'il soit venu l'aider dans cet instant. 

    Lucas (souriant légèrement) : "Merci mon frère de m'avoir aidé afin de l'arrêter. 

    Nathan (furieux) : Mais si tu crois que ça va arranger quelque chose entre nous, tu te trompes. 

    Lucas : Je ne comprends pas. 

    Nathan : Quelque chose s'est cassé, brisé, et ça me fait très mal. Ca me brise de l'intérieur, que mon coeur est déchiré de part en part à cause de toi. Tu crois que je vais pardonner comme ça, revenir sur de bonnes bases et que tout soit comme avant. Déjà accepte notre soeur et après, on verra ce que ça pourra donner, d'accord, mais sinon, oublie-moi, c'est clair ?"

    Nathan partait plus loin, laissant tout le groupe dans le désarroi le plus total. Haley voulait le rattraper, mais Deb lui bloquait le bras, sachant bien ce que son fils pouvait endurer à cet instant précis. 

    Deb : "C'est un conseil, il ne vaut mieux pas y aller. 

    Haley (ne comprenant pas) : Mais pourquoi ? 

    Deb : Il va faire sa tête de mule et s'énerver contre toi. Tu ne veux pas ça pour ton enfant, n'est-ce pas ? 

    Haley (déterminée) : Je sais comment est mon mari, et je ferais tout pour lui, car je l'aime. 

    Deb (résignée) : Vas-y, mais dis-toi que je t'aurais prévenu. Je peux garder Jaimie si tu le souhaites. 

    Haley : Oui, je veux bien, merci Deb. 

    Deb : Je suis là pour vous tous, ne l'oubliez pas. 

    Haley (souriant légèrement) : Merci encore."

    Haley partait immédiatement rejoindre Nathan. De son côté Lucas, ne comprenait pas encore la réaction de Nathan et surtout pourquoi il était aussi furieux. Sa mère venait près de lui, afin de l'enlacer dans ses bras, et de le rassurer. Elle ne voulait pas le voir aussi mal, et surtout stressé par autant de soucis qu'il pourrait lui arriver le pire. Lucas souriait légèrement, se sentant rassuré. 

    Lucas : "Merci d'être là pour moi. 

    Karen (souriant légèrement) : C'est normal. 

    Lucas : Je ne comprends pas ce qui fait que mon frère réagit si violemment. 

    Brooke (intervenant) : Peut-être que c'est à cause de qui tu sais. 

    Lucas (énervé) : Pas elle, non. Tu crois qu'elle aurait osé ? 

    Brooke : Sans aucun doute. 

    Lucas (furieux) : La...... 

    Karen (l'interrompant) : Tes manières mon fils surtout en ce jour. 

    Lucas (tout rouge et gêné) : Pardon. 

    Brooke (souriant légèrement) : Tu as toujours peur de ta maman ? 

    Lucas (souriant) : C'est qu'elle peut être coriace ma maman quand elle le veut mais avant tout, je l'aime très fort. 

    Karen (rougissant) : Tu es incorrigible mon fils, mais tu sais que je t'aime tellement fort. 

    Lucas : Mais cela ne m'empêchera pas de découvrir la vérité que ce soit sur ma soeur ou bien sur l'ex d'Elizabeth. Il est temps pour moi de faire la lumière sur toute cette histoire et le plus vite possible. 

    Karen (inquiète) : Sois vraiment prudent, d'accord ? 

    Lucas (se montrant rassurant) : Bien sûr que je ferais attention, Maman, promis. 

    Karen (inquiète) : Vraiment ? 

    Lucas (insistant) : Oui, vraiment promis. 

    Skills (intervenant) : Je surveillerais ce petit gaillard pour vous. 

    Lucas (riant) : Non, mais tu t'es vu toi ? 

    Skills : Je tiens la forme pour un beau gosse dans mon genre. 

    Lucas (riant) : Tu parles. 

    Skills : Arrête de plaisanter. Bon, allez on y va. 

    Lucas : D'accord."

    Lucas embrassait sa mère sur la joue puis disait au revoir avec Skills à tout le monde. Ensemble, ils partaient. Loin de tout, dans un endroit plutôt lugubre et dont la lumière était absente, une jeune femme était ligotée sur une chaise et baillonnée afin qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit. Il s'agissait purement et simplement de Caitlin, l'avocate de Dan. Elle essayait de se débattre, mais il n'y avait rien à faire. Elle était à la merci de cet individu qui n'avait pas l'intention de laisser partir sa proie. L'individu, dans l'ombre s'amusait de ce qu'elle tentait de faire.

    L'inconnu : "Si tu crois que tu vas t'en sortir comme ça, tu te trompes. J'en ai matté des plus durs et des plus coriaces que toi. Tu ne pourras sortir d'ici que lorsque je l'ai décidé, c'est clair dans ta petite tête ma jolie ? Hein ? Alors, pour ta tranquilité et ta survie, reste tranquille ou sinon, je te laisserais crever de faim, comme les sales cafards de la pire espèce. Sur ce, j'ai bien des choses à faire, des choses qui concerne cette bonne vieille ville de Tree Hill. Ils n'ont pas encore vu tous mes projets à l'oeuvre et crois-moi, ce sera un joli feu d'artifice. Tchao ma jolie."

    Il partait laissant Caitlin dans le plus grand désarroi. Au même instant, Nathan était encore dans tous ses états après ce qui était arrivé et au fait que son père se soit fait arrêté pour un autre méfait, que Lucas puisse avoir fait le coup sur sa soeur de l'emprisonner de cette manière. Il frappait à terre à gros coup de pied, jusqu'à ce que sa belle arrive. Là, il se tenait un peu tranquille, la prenant dans ses bras, et l'embrassant de manière fougueuse et passionnée. Haley n'avait pas ressenti cela, depuis un sacré bout de temps, jusqu'à ce que finalement, il lui avait déclaré sa flamme et elle aussi. Ainsi, elle pensait qu'il avait vécu le pire et elle était vraiment très inquiète. Elle le regardait dans les yeux ému, et versant même une larme.

    Haley (inquiète) : "Il t'est arrivé quelque chose mon amour ? Dis-moi, car là, tu me fais peur. 

    Nathan (tentant de la rassurer) : Le tueur a agi, et il a tenté de m'abattre. Cependant, comme tu peux le constater, je n'ai rien, absolument rien. Il y a eu beaucoup plus de peur que de mal. Je t'ai promis que jamais je ne te laisserai, ainsi que notre fils adoré, et j'ai tenu cette promesse. 

    Haley (pleurant) : Tout ce que je désire, c'est que tu sois en vie. Je ne veux pas te perdre mon coeur. 

    Nathan (séchant les larmes de sa belle en passant légèrement sa main sur sa joue) : Tu ne me perdras jamais ma chérie. Je serais toujours présent et je te montrerais à quel point je t'aime. 

    Haley (souriant légèrement) : Je t'aime aussi trésor. 

    Nathan : Chérie, si je te dis, que je vais tenter de savoir qui me fait ça, tu ne m'en empêcherais pas n'est-ce pas ? 

    Haley (effrayée) : J'aurais peur pour toi, mais je sais à quel point tu peux être obstiné, alors tout ce que je te demande c'est d'être en vie, et de me revenir. 

    Nathan (embrassant sa femme sur le front puis effleurant ses lèvres) : Je te le promets ma puce. 

    Haley : Tu veux que l'on rejoigne les autres ? 

    Nathan : Je vais mener ma petite enquête, mais avant tout, je veux que tu sois en sécurité toi et notre fils. 

    Haley (ne tentant en rien de discuter) : D'accord chéri. Je t'aime tu sais. 

    Nathan : Et ton amour pour moi me rend plus fort davantage chaque jour. Je t'aime aussi."

    Ils s'embrassaient passionnément, alors que la main de Nathan parcourait le corps de sa belle. Cela en était torride et brûlant qu'ils pourraient passer un moment rien que tous les deux, mais c'était un aperçu que Nathan donnait lorsqu'il reviendrait le plus rapidement possible à la maison. Haley de son côté repartait vers le groupe, rejoindre tout le reste de la bande qui était encore abasourdie par tous ses évènements malheureux. Du côté du reste du groupe, l'ambiance était bien morose, dû à cette journée toute malheureuse, jusqu'à ce que Rachel murmure à l'oreille de Micro qu'elle désirait passer un instant seule avec lui, de pouvoir se retrouver dans ses bras, et d'oublier tous les soucis. Soudain, Micro prenait conscience qu'en ayant revu Shelly et ayant avoué son amour pour Rachel, puis tous ses évènements malheureux, il ne fallait pas perdre de temps pour vivre les bonnes choses, bien au contraire. Finalement, il prenait une inspiration, et se lançait en se mettant à genoux. Rachel était toute gênée en voyant que son bellâtre était abaissée. Elle était même émue et gênée surtout après toutes ses circonstances. Elle lui faisait signe de se relever, qu'il ne valait mieux pas le faire ici, mais Micro en avait marre d'attendre. 

    Rachel (gênée) : "On peut faire ça ailleurs, je t'en prie. 

    Micro (ému) : Ma chérie, en présence de toutes les personnes qui nous sont chers, je préfère te le demander, c'est l'instant même idéal. 

    Rachel (gênée) : Je t'écoute, mais tu sais que tu me mets mal à l'aise ? 

    Micro (ému) : Je sais, mais j'espère que ta réponse sera positive. Ma belle, dès notre première rencontre, c'était époustouflant, intense et magiique. Ton regard envoûtant, ses courbes et ta manière d'être m'ont de suite séduit, fait de moi un être nouveau, un rempli de bonheur et de joie. Tu m'as transformé, et aujourd'hui, j'ai l'honneur devant témoins de te demander ta main. Rachel Gattina, veux-tu m'épouser ? 

    Rachel (émue et heureuse, prenant son prince près d'elle et l'embrassant passionnément) : C'est oui Micro, oui, je veux t'épouser."

    Malgré les circonstances, il restait quand même une part de bonheur, un où on pourrait célébrer un mariage, et où ils pourraient se sortir de tous ses ennuis. Ils applaudissaient doucement jusqu'à ce qu'Haley ne revienne et prenne Jaimie dans ses bras. Deb venait près d'elle. 

    Deb : "Ca va ? 

    Haley : Disons que Nathan est parti mener une petite enquête, et je ne sais pas ce qu'il va advenir. 

    Deb (se montrant rassurante) : Il sait ce qu'il fait. 

    Haley (inquiète) : Je sais, mais je suis bien inquiète. Il est l'homme que j'aime et je ne veux pas le perdre. 

    Deb : Tout ira bien, mais par contre, il faut penser à la sécurité de ton fils. Je te propose que l'on rentre à la maison. Là on pourra être protégé efficacement et même attendre Nathan. 

    Haley (plutôt rassurée) : Je suis d'accord. 

    Elizabeth : Avant tout, on devrait retrouver Caitlin, connaître la vérité, non ? 

    Brooke : Si tu comptes y aller seule, n'espère pas. 

    Elizabeth : Comment ça ? Tu veux venir ? 

    Brooke : Bien sûr que oui. 

    Elizabeth : J'ai peut-être des indices où on pourrait chercher. 

    Brooke : Alors allons-y."

    Brooke et Elizabeth partaient rapidement en ayant au préalable dit au revoir à tout le monde. Claire de son côté ayant écouté toutes les discussions de malheur, préférait s'éclisper discrètement, sans que personne ne s'en rende compte. Rachel et Micro voulant savourer la nouvelle d'un prochain mariage disaient également au revoir et partaient aussi. Il ne restait que Deb, Haley et Jaimie et Karen. Il était temps aussi pour eux de partir, mais c'était sans savoir qu'ils étaient étroitement surveillés par un individu. D'ailleurs, celui-ci regardait étroitement sa cible. Il n'y avait aucun homme dans les alentours, personne susceptible de tenter de l'arrêter. Deb commençait à dire au revoir à Karen, puis c'était au tour d'Haley. Les deux jeunes femmes s'éloignaient de Karen, et c'était pour l'individu le moment. Il see précipitait, prenait Karen par la taille. Celle-ci se débattait, criait. Deb allait vers elle pour la sauver, mais elle se faisait lourdement frapper par l'individu, et tombait au sol. Haley criait désespéremment à l'aide, pour que quelqu'un vienne, mais rien n'y faisait. Karen criait, tentait de bouger dans tous les sens afin que son ravisseur lâche prise, mais rien n'y faisait, il semblait être bien fort, et lui plaçait du chloroforme sur les lèvres avec un mouchoir. Celle-ci s'endormait, et il pouvait l'emmener dans son véhicule sans problème devant les yeux effrayés d'Haley, désespérée, et aidant Deb encore inconsciente. Elle composait le numéro de police secours. 

    Haley (effrayée) : "Police, je vous signale un enlèvement au cimetière de la ville, venez vite ? 

    Un policier : Comment vous vous appelez madame ? 

    Haley (effrayée) : Je m'appelle Haley James Scott, j'étais à un enterrement, et un individu a enlevé Karen Roe, la mère de Lucas Scott sous les yeux de Deb Scott ma belle-mère, et de mon bébé. Deb est encore inconsciente. 

    Un policier : Avez-vous vu le visage de l'individu ? 

    Haley (effrayée) : Non, pas vraiment, mais vous devriez vous dépêcher pour la retrouver. Faites ce qu'il faut, vite. 

    Un policier : On arrive immédiatement."

    Haley raccrochait. Deb se réveillait doucement. Haley était aux petits soins pour elle. 

    Haley : "Vous vous sentez comment ? 

    Deb (encore faible) : C'est pas la forme, mais Karen où est-elle ? 

    Haley (triste) : Malheureusement, elle a été enlevée par un individu. 

    Deb (encore faible) : Tu as pu l'identifier ? 

    Haley (triste) : Malheureusement, non. C'était tellement difficile de voir son visage et tout s'est passé très vite. Je ne voulais pas non plus mettre la vie de Jaimie en danger. 

    Deb (compatissante) : Tu as essayé de faire ce qu'il fallait, et surtout, tu ne dois pas te sentir coupable. Maintenant, il serait temps de prévenir Lucas. 

    Haley : Mon dieu, j'imagine sa réaction. 

    Deb : Il vaut mieux le ménager, et le plus possible. Choisis bien tes mots. Vu comment il était tout à l'heure, ça risque facilement de dégénérer. 

    Haley : Heureusement qu'il a plus de self-control que Nathan. 

    Deb : D'ailleurs, j'ai un conseil à te donner. 

    Haley : Lequel ? 

    Deb : Méfie-toi de Claire. Je ne sais pas pourquoi mais je ne la sens pas. 

    Haley : Elle est pourtant gentille. 

    Deb : Seulement, on ne sait pas de quoi elle est capable, et tu dois avant tout penser à ta famille. 

    Haley : Le conseil a été bien reçu. Mieux vaut attendre la police. J'espère qu'ils ne vont pas tarder. 

    Deb : Je l'espère aussi. C'est qu'avec ce qui est arrivé, je n'aime pas être à couvert. 

    Haley : Moi non plus. 

    Deb : En tout cas, je te soutiens, pour l'appel auprès de Lucas. 

    Haley (souriant légèrement) : Merci, c'est gentil."

    Haley n'aimait jamais annoncer de mauvaises nouvelles, mais là, c'était le pire, surtout à son meilleur ami d'enfance. Elle craignait sa réaction. Normalement, elle n'avait pas peur de lui confier quoi que ce soit, surtout après ce qu'ils avaient vécu auparavant, mais là, c'était différent. Elle prenait une grande inspiration et composait le numéro de Lucas. Dans sa tête, elle avait l'impression que le temps était interminable, que rien n'irait après cela. Finalement, même si elle avait assisté à la demande en mariage de Micro auprès de Rachel, les mauvaises nouvelles s'accumulaient, presque comme si une malédiction était installée sur la ville. Le ravisseur de Karen se réjouissait comme personne d'avoir obtenu sa proie. Il était arrivé à destination et la sortait du véhicule où il l'attachait, la baillonnait, afin qu'elle ne puisse s'échapper tout comme Caitlin. D'ailleurs celle-ci assistait impuissante à la scène, essayant de se débattre pour que Karen se réveille mais rien n'y faisait. La mère de Lucas bougeait finalement après quelques minutes, voyant tout simplement sa situation des plus critiques. Elle essayait de bouger, mais le ravisseur mettait immédiatement ses mains sur les cuisses de la jeune femme, lui murmurant d'arrêter son cirque. Karen était morte de peur, puis le ravisseur plongeait son regard dans celui de Karen. 

    L'individu : "C'est qu'il ne fallait pas me chercher, essayer de me défier, ou de penser que vous pensez m'éviter, mais c'est une belle erreur. Alors, comme ta copine, tu as intérêt à rester tranquille sinon, je te fais bouffer les pissenlits par la racine. Si tu veux revoir ton cher fils Lucas, tu as intérêt à m'écouter attentivement, c'est clair ou il faut que je fasse un dessin !!!!"

    Le ravisseur se montrait intrensigeant et surtout cruel. La ville de Tree Hill n'était décidément pas tranquille, même loin de là. Pendant ce temps, Nathan se promenait sur les lieux où avait eu lieu la tentaive de son assassinat quand soudain, il retrouvait sa soeur. Il était surpris de la voir, mais en même temps heureux. Savoir qu'il pouvait compter sur quelqu'un lui faisait chaud au coeur. C'était pour lui comme un baume réparant toutes les blessures liées à la trahison de ses proches en particulier de sa propre famille. Il avait encore au fond de la gorge ce qu'avait pu faire Lucas, mais il ignorait que finalement, les mots n'étaient qu'une illusion cachée par une manipulatrice. Il souriait en la voyant, la serrant dans ses bras. 

    Nathan (surpris) : "Je suis étonné de te voir ici. Que fais-tu ici ? 

    Claire (inventant une excuse) : C'est que je te cherchais mon frère. 

    Nathan (souriant) : Tu sais que tu es un amour ? 

    Claire (souriant coquinement) : Je sais. 

    Nathan : Mais à part ça, tu comptais faire autre chose ? 

    Claire : Je sais qu'après ce que l'on a vécu, on peut être pris de faire des bêtises sans penser aux risques et donc, j'aimerais t'aider simplement. 

    Nathan : Je te dirais que je pourrais me débrouiller, mais je me montrerais tellement têtu. Allez, parce que c'est toi et que j'ai envie d'être soutenu, je veux bien ton aide. Ainsi, tu m'empêcheras de faire des bêtises. 

    Claire : C'est à cela que sert la famille, non ? 

    Nathan : Exact, chose rare que les Scott ont oublié et ce, depuis fort longtemps. 

    Claire (faisant mine d'être triste) : C'est vrai, mais avec toi, moi, Haley et ton petit gars, on remettra la famille sur les rails. T'en dis quoi frangin ? 

    Nathan (heureux) : Super. Comment on va procéder ? 

    Claire : Que comptais-tu trouver exactement ? 

    Nathan : Tout indice me menant au tueur qui tentait de m'abattre. 

    Claire (faisant mine d'être choqué) : Quoi ????? Mais tu risques de le retrouver et d'être sa cible. Je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose. 

    Nathan : Je serais protégé près de toi. 

    Claire (souriant) : D'accord, alors commençons."

    Nathan guidait Claire jusqu'au lieu où aurait pu arriver le drame. Claire n'était pas là au contraire pour l'aider, mais couvrir la moindre trace. Il se trouvait que si elle pouvait accuser quelqu'un d'autre pour la tentative d'assassinat sur Nathan, elle ne se gênerait pas, et elle avait trouvé un candidat idéal qui commençait sérieusement à la gêner. Il fallait à tout prix éviter que quelqu'un ne découvre ses projets. Pendant ce temps, Dan était arrivé au poste et jetté en cellule telle une vieille chaussette. Jamais il n'aurait pensé revenir ici. Il criait qu'il était innocent, qu'il n'avait rien à voir avec ses évènements mais les flics le malmenaient. Après tout, il n'y avait pas si longtemps que ça, en tant que propre maire, il avait tué son propre frère par pure jalousie. Cependant, il avait l'idée de demander de l'aide. 

    Dan : "Je veux pouvoir appeler quelqu'un, après tout, c'est mon droit le plus légitime qui soit non ? 

    Un policier : Un chien dans ton genre ne mérite pas d'obtenir une faveur. 

    Dan (furieux) : Petite merde, tu n'es rien face à moi. Alors, si tu veux que mon arrestation, ou que l'interrogatoire soit dans les règles de l'art, tu as intérêt à accéder à ma demande."

    Le policier lui passait un téléphone et Dan souriait. Il composait un numéro de téléphone qui n'était autre que celui de son fils Nathan. Disons qu'il savait que s'il se trouvait dans la merde, Nathan avait le coeur gros sur la main pour venir l'aider même si après, il le laisserait. Il n'obtenait que la boite vocale, dont d'ailleurs, elle était bien choisie. 

    "Salutations à vous, si vous êtes un ami, tant mieux, laissez-moi un message et je vous rappelerais ultérieurement. Si je vous hais, et particulièrement toi très cher père, va te faire foutre, et ne me rappelle plus jamais."

    Dan décidait finalement de ne laisser aucun message, triste d'entendre tous ses mots venant de son propre fils. Il savait parfaitement qu'il ne pouvait compter que sur lui. Il se repliait sur lui-même attendant qu'un des policiers vienne le chercher et surtout subir un interrogatoire qui allait être bien éprouvant pour lui. Pendant ce temps, Lucas et Skills étaient dehors. Lucas était bien décidé à tirer les choses au clair dans l'histoire avec Claire, mais là, c'était autre chose qu'il avait en tête : Ethan Hawkins, un mec selon lui imbu de sa personne et qui avait un égo surdimensionné. Skills l'arrêtait un instant en lui prenant le bras. 

    Skills : "Je n'aime pas quand tu n'es pas relax vieux. 

    Lucas : Je ne le serais pas Skills, pardonne-moi, tant que je n'en aurais pas appris sur le passé d'Ethan Hawkins. 

    Skills : C'est qui lui ? 

    Lucas : L'ex d'Elizabeth. 

    Skills : On dirait que tu t'attires les filles à problème maintenant ? 

    Lucas : Ce n'est pas de sa faute non plus. 

    Skills : Ma parole, mais on dirait que tu t'attaches de nouveau à une fille ? 

    Lucas (sceptique) : Je ne pense pas, mais si tu le dis. 

    Skills : On dirait plutôt que tu n'oses te l'avouer. 

    Lucas : Peut-être, mais ce mec m'intéresse et je te parie que s'il est mêlé de près ou de loin à ce qui se passe, il va déguster sévère. 

    Skills : Tu lui ferais manger un bon poing dans la face ? Oh, tu sais que je rêverais de voir ça. 

    Lucas : Ca me soulagerait, tu n'imagines pas à quel point. 

    Skills : Satisfais ton envie frérot. 

    Lucas : Alors, allons d'abord à l'ancienne maison de Claire, c'est là où je l'ai trouvé la dernière fois. 

    Skills : Allons-y alors."

    Les deux copains partaient rapidement. Pendant ce temps, Brooke et Elizabeth étaient sur le chemin regardant un peu partout. Elizabeth était pensive. Brooke posait sa main sur l'épaule de sa récente amie. 

    Brooke (compréhensive) : "Tu sembles être inquiète ? 

    Elizabeth (inquiète) : Jamais je n'aurais pensé qu'il y aurait un enlèvement. 

    Brooke : Je sais. 

    Elizabeth : Chercher Caitlin, c'est ratissé très loin. 

    Brooke : Tu sais à Tree Hill il y a des coins assez reculés et discrets. 

    Elizabeth : Où on pourrait fouiller d'après toi ? 

    Brooke : Il y a un entrepôt désaffecté non loin, on pourrait se rendre là-bas non ? 

    Elizabeth : Oui, allons-y."

    Les filles partaient dans cette direction. Lucas et Skills arrivaient sur le lieu de l'ancienne résidence de Claire quand Lucas recevait un coup de téléphone. Voyant que c'était Haley, il répondait rapidement. 

    Lucas : "Haley ? Qu'est-ce qui se passe ? 

    Haley (inquiet) : Es-tu dans un endroit tranquille, au calme, sans que tu ne puisses stresser ? 

    Lucas (inquiet) : Si tu continues comme ça, tu risques de bien m'effrayer. 

    Haley (effrayée) : C'est que j'ai quelque chose à t'annoncer et c'est délicat. 

    Lucas (essayant de la rassurer) : Ne t'inquiète pas, je serais calme, promis. 

    Haley (effrayée) : Cela concerne Karen. 

    Lucas (curieux) : Qu'est-ce qui se passe avec ma mère ? 

    Haley (expliquant calmement) : Alors après l'annonce de Micro concernant son mariage, le fait que Brooke et Elizabeth sont partis à la recherche de Caitlin, ta mère a été enlevée sous mes yeux et celle de Deb. Alors que je portais ton neveu, Deb a tenté de s'interposer, mais le ravisseur l'a neutralisé. Depuis on n'a plus de nouvelles. 

    Lucas (essayant de digérer les informations puis pleurant de désespoir) : Mais la police fait quelque chose, que quelqu'un la retrouve bon sang ! Je vais tout faire pour la retrouver. Mais Micro va vraiment se marier ? J'espère que les filles seront prudentes. Je ne veux pas qu'il arrive quoi que ce soit et à aucun d'entre vous. Et Nathan où est-il ? 

    Haley (inquiet) : Sois juste prudent, d'accord ? Oui, avec Rachel. Et je l'espère aussi. Ne t'inquiète pas. On fera tout pour qu'il ne nous arrive rien. Pour Nathan, mieux vaut que je ne dise rien. Je ne veux pas provoquer d'autres disputes entre vous. 

    Lucas (tentant de la rassurer) : D'accord. Quoi ? Alors là, mais Micro a touché au jackpot. Bravo le gars franchement. Tant mieux alors. Je parie qu'il va faire une connerie. Haley, je t'en prie, dis-moi tout. 

    Haley : Oui, Micro est chanceux et pour Nathan, je ne peux pas, vraiment. Tout ce que je peux dire, c'est qu'il mène son enquête. 

    Lucas (curieux) : Il a été menacé ? 

    Haley : A toi d'en faire tes propres conclusions. 

    Lucas (choqué) : Oh non pas ça, et il va bien ? Il n'a rien j'espère ? 

    Haley : Il va bien, enfin physiquement, moralement c'est autre chose, mais je t'en prie, tu ne l'as pas su de moi, d'accord ? 

    Lucas (voulant la rassurer) : Ne t'inquiète pas, je protègerais les infos et je veillerais sur mon frère de loin, sans qu'il ne se doute de quoi que ce soit. 

    Haley (heureuse) : Merci Lucas. Je me sens plus rassurée grâce à toi. 

    Lucas : C'est normal après tout. 

    Haley : Et toi tu tiens le coup ? 

    Lucas : Ca peut aller. 

    Haley : Tu es sûr ? Tu veux que je te rejoigne ? 

    Lucas : Ca va aller, et Skills est auprès de moi. 

    Haley : D'accord alors, sois extrèmement prudent et fais attention à toi. 

    Lucas : Toi aussi. 

    Haley : A plus tard ? 

    Lucas : A plus tard, je te donnerais des nouvelles."

    Lucas raccrochait. Skills voyant que son ami était triste le serrait dans ses bras. 

    Skills (compatissant) : "Je suis désolé pour ta mère. 

    Lucas : C'est gentil, mais maintenant, on va rentrer dans cette maison et ce, par la fenêtre menant à la chambre. 

    Skills : Tu sais que c'est illégal ? 

    Lucas : Je m'en fous que ce soit illégal. Je ferais tout pour résoudre cette histoire et retrouver ma mère quitte à remuer la boue si nécessaire. On a voulu me chercher, et bien, ils vont me trouver. T'es avec moi ou pas ? 

    Skills : Tu sais que je ferais tout pour toi. 

    Lucas : Alors on le fait."

    Lucas prenait un caillou et cassait la vitre de la maison. Ensuite, ils rentraient. Skills était plutôt impressionné par son ami qui était capable d'enfreindre les règles. Visiblement, que Karen, ait été enlevé, c'était la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase pour Lucas. La maison était bien entretenue, mais les photos n'ornaient pas les tables, les couloirs, comme s'il n'y avait pas une famille dans cette demeure, bien au contraire. Ils avançaient tranquillement jusqu'à la chambre où là, ils découvraient une ambiance plutôt masculine. Ils voyaient les commodes et commençaient leurs recherches. Lucas fouillait dans celle près du lit, et soudain, il tombait sur une photo qui le choquait au plus haut point. Il remarquait ainsi qu'Ethan avait une famille : un petit frère pour être exact. Il était incapable de parler qu'il passait le cadre à Skills. 

    Skills : "L'homme que tu détestes a un frère mais c'est wow. Que comptes-tu faire ? 

    Lucas : J'espérais un point faible, mais peut-être que c'est lui justement. 

    Skills : Comment comptes-tu l'amadouer ? 

    Lucas : Bonne question, mais si on ne va pas le voir, on n'en saura pas plus. Tu as trouvé quelque chose de ton côté ? 

    Skills : Pas encore. 

    Lucas : Fais ce qu'il faut pour ça."

    Skills continuait ses recherches quand soudain, il tombait sur une photo de Claire et d'Elizabeth ensemble. Il s'asseyait un instant pensant à Lucas qui pourrait être choqué. Lucas remarquait son ami et s'asseyait près de lui quand il voyait la photo. 

    Lucas : "Je n'arrive pas à le croire. C'est pas possible, c'est monté de toute pièce, mais absolument. 

    Skills (curieux) : Tu es sûr de toi ? 

    Lucas (déterminé) : Comment Elizabeth peut connaître ma soeur c'est impensable. 

    Skills (curieux) : L'ex d'Elizabeth savait que l'on viendrait ici ? 

    Lucas : A tous les coups. 

    Skills : Mieux vaut partir d'ici et surtout, on mènera notre enquête sur cette photo et nous irons voir le frère d'Ethan. Si ça se trouve, il voulait nous détourner du droit chemin. 

    Lucas : On mènera notre enquête, et peu importe la direction.

    Skills : Alors allons-y."

    Lucas continuait de fouiller et voyait toute sorte de document. Ainsi, Ethan aurait sa famille à Los Angeles, et il serait né à Tree Hill. Pour Lucas en voyant tout ça, ce n'était pas une coïncidence et il était plus que temps de voir la famille de son pire ennemi. 

    Lucas : "On devra préparer nos valises.

    Skills : Pourquoi ?

    Lucas : La famille d'Ethan habite Los Angeles.

    Skills (voulant instaurer un peu d'ambiance) : Oh, je prends mon maillot et je pourrais aller draguer de jolies filles.

    Lucas (appréciant le geste mais il fallait recadrer les choses) : Tu es incorrigible mais tu veux, tu pourras draguer, mais avant la mission.

    Skills : Oh, c'est pas juste.

    Lucas : Promis on s'amusera ensuite.

    Skills (heureux) : T'es chic mec !

    Lucas : Je sais.

    Skills : Comment on procède ?

    Lucas : Partons d'ici, pour préparer les valises et ensuite on y va.

    Skills : Vite, on y va."

    Skills et Lucas partaient de la maison. De leur côté les filles étaient arrivés devant l'entrepôt désaffecté, mais elles n'avaient aucun plan pour agir. Elles regardaient attentivement comment était le bâtiment avant d'y aller. Finalement, Brooke regardait Elizabeth avec une idée derrière la tête. Elizabeth semblait bien intriguée par son attitude. 

    Elizabeth : "Tu as quelque chose en tête ? 

    Brooke : Et si on entrait mais l'une par devant et l'autre par derrière ? 

    Elizabeth (inquiète) : Mais on ne devait pas se montrer prudente ? 

    Brooke (tentant de la rassurer) : Tu vois un danger ? Moi non, et en plus les hommes ne sont pas là pour dire ce que l'on doit faire. Nous sommes fortes et obstinées, alors on va trouver des réponses, et on va y arriver. Tu es prête ? 

    Elizabeth (motivée) : Oh que oui. Tu viens de me rassurer comme personne. 

    Brooke : Qui rentre par devant ? 

    Elizabeth : Je vais tenter. 

    Brooke : Je te souhaite bonne chance. 

    Elizabeth : Toi aussi. 

    Brooke : A tout à l'heure."

    Les filles se séparaient. Elizabeth rentrait la première, explorant l'aspect sombre de l'endroit jusqu'à ce qu'elle entende du bruit. 

    Elizabeth (effrayée) : "Qui est là ?"

    Il n'y avait personne. Elizabeth continuait son chemin, étant encore plus effrayée par ce qu'elle pourrait trouver jusqu'à ce qu'elle cogne contre quelque chose. Elle criait un court instant sentant une main sur son épaule et se tournait. Là, elle se tournait et voyait Ethan. Elle se décalait légèrement. 

    Elizabeth (effrayée) : "Qu'est-ce que tu fais là ? 

    Ethan (tranquille) : J'ai le droit d'être légalement ici, mais pas toi chérie. 

    Elizabeth (furieuse) : Arrête de m'appeler ainsi, tu n'as plus ce droit depuis longtemps. 

    Ethan (insistant) : J'ai toujours eu ce droit que tu le veuilles ou non. 

    Elizabeth (furieuse et le tapant contre son torse) : C'est comme ça que je ne t'ai plus jamais aimé, que je ne ressens que de la haine dans mon coeur. 

    Ethan : Tu as toujours été tout pour moi. 

    Elizabeth (furieuse de plus belle) : Menteur, ordure, enfoiré, si tel était le cas, tu n'aurais jamais voulu me contrôler ! D'ailleurs, pourquoi es-tu là ? 

    Ethan (calme) : C'est mon local. Pourquoi poses-tu la question ? 

    Elizabeth (calme) : Je suis à la recherche d'une jeune femme, Caitlin. 

    Ethan (calme) : Si quelqu'un utilisait ce qui était à moi, je le saurais et je le ferais payer, tu en as ma parole. 

    Elizabeth : Tu me dégoutes."

    Brooke allait arriver quand soudain Elizabeth venait vers elle et l'emmenait à l'extérieur sans qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit. Ethan n'aimant pas du tout ce qui est arrivé frappait fort contre le mur avant de s'éclipser. A l'extérieur, alors que Nathan et Claire enquêtaient, celle-ci remarquait un indice de cheveu qui correspondait presque à celui de Lucas, mais comme Nathan détestait son frère, il la croierait. Il était temps maintenant d'appliquer le plan. 

    Claire (affollée) : "Nathan ? 

    Nathan (inquiet) : Qu'est-ce qui se passe ? 

    Claire (affollée et montrant le cheveu) : C'est à Lucas. 

    Nathan (furieux) : Je vais le massacrer."

    Nathan part comme une furie en direction de chez lui. Claire avait réussi sa mission qu'il s'est détourné du véritable coupable. Elle le suivait, afin d'avoir une meilleure emprise sur lui. Pendant ce temps, Dan était sorti de sa cellule et emmenait dans la salle d'interrogatoire par un policier quand un inconnu arrivait et lui murmurait qu'il avait des révélations à faire. Personne ne le connaissait, enfin, c'était surtout que ses personnes n'avaient jamais eu affaire à lui. Qu'allait-il révéler ? Là, telle était la question. 

     

    Fin du chapitre. 


    votre commentaire

  • Retour au poste de police où cet inconnu avait des informations importantes et parlait à l'oreille d'un policier en murmurant que Dan Scott était responsable des récents évènements, incluant le meurtre et les récents kidnappings. Comme le policier n'était pas fan de Dan, il s'empressait vite d'aller le voir et de lui passer les menottes.
     
    Le policier : "Monsieur Dan Scott, vous êtes en état d'arrestation pour meurtre sur Peyton Sawyer et pour kidnapping de votre propre avocate, Caitlin Mitchell. Vous avez le droit à un avocat. Si vous n'en avez pas un, ce qi est fort probable vu la situation, il vous en sera commis un d'office. Avez-vous compris vos droits ?
     
    Dan (résigné) : Oui.
     
    Le policier : Un jour les criminels refont les mêmes erreurs. On n'aurait pas dû vous sortir de votre trou de sale rat.
     
    Dan : Je suis innocent.
     
    Le policier (riant ironiquement) : Non, mais vous vous fouttez de la gueule du monde ou quoi ? Vous avez le droit à votre coup de fil, mais après ce sera terminé, c'est clair ?
     
    Dan (résigné) : Oui."
     
    Le policier le détachait un instant, l'amenant à la cabine où il composait le numéro. C'était celui de la maison de Nathan. Cela sonnait pendant un bon moment, avant que finalement, cela ne soit Haley qui ne décroche.
     
    Haley (pressé) : "Allo, mais faites vite, je n'ai pas beaucoup de temps.
     
    Dan (marchant sur des oeufs pour ne pas la brusquer) : C'est Dan.
     
    Haley (en colère) : Après ce que vous nous avez fait, vous osez nous appeler, mais allez vous faire voir !
     
    Dan (essayant de captiver son attention) : Ne me raccrochez pas au nez, il se passe quelque chose de grave.
     
    Haley (curieuse) : Dites-moi.
     
    Dan : On m'accuse du meurtre de Peyton, mais aussi du kidnapping de mon avocate alors que je n'ai rien fait du tout. Aidez-moi. Je sais que vous avez le coeur sur la main et que vous n'aimez pas les injustices. Vous préférez que le véritable coupable soit en prison n'est-ce pas ?
     
    Haley : Bien sûr.
     
    Dan : Je vous en prie.
     
    Haley (hésitante) : Nathan ne sera pas ravi.
     
    Dan : Vu la situation, on pourra enterrer la hâche de guerre.
     
    Haley : Vous avez raison mais avant tout, vous devez savoir qu'une autre personne a été kidnappée : Karen.
     
    Dan (choqué) : Non, mais pas ça, alors venez vite.
     
    Haley : Je ne vous promets rien du tout.
     
    Dan : Merci.
     
    Haley : Eventuellement, cela sera valide si je vais bien.
     
    Dan : Je comprends. A très bientôt.
     
    Haley (froide) : Au revoir."
     
    Haley raccrochait le téléphone, se rendant bien compte qu'elle allait se trouver au milieu d'une querelle familiale quand soudain, Nathan passait la porte telle une furie. Haley se rapprochait de lui, contente de le retrouver, mais lui, ne faisait que crier, tapant à terre.
     
    Haley (inquiète) : "Que se passe-t-il ?
     
    Nathan (furieux) : Je vais le tuer, je vais tuer Lucas pour ce qu'il m'a fait subir. Il ne va pas s'en tirer.
     
    Haley (ne comprenant pas et choquée) : Quoi ?
     
    Nathan (furieux) : Mon propre frère veut ma mort.
     
    Haley : C'est pas possible, dis-moi que ce n'est pas vrai.
     
    Nathan : C'est la conclusion que j'en tire vu les indices. Une mèche de ses propres cheveux a été trouvé.
     
    Haley (essayant de le calmer) : On va le confondre et pour cela, il faut aller à la police le plus vite possible.
     
    Nathan (en colère) : C'est par le sang que j'appelle à la vengeance.
     
    Haley (prenant le visage de son homme dans ses mains et le regardant avec tendresse) : Ecoute chéri, allons voir la police. Parlons des lettres et du kidnapping que ce soit de l'avocate comme de Karen.
     
    Nathan (ne comprenant pas) : Comment ça Karen ?
     
    Haley (pleurant) : Elle a été enlevée sous mes yeux et ceux de ta mère. Ta mère a essayé de s'interposer, mais la personne était trop forte.
     
    Nathan (effrayé) : Vous n'avez rien vous trois. Dites-moi vous n'avez rien. Je m'en voudrais si c'était le cas.
     
    Haley (le rassurant) : J'ai eu peur, mais ça va mon amour. Je suis près de toi, alors tout va bien.
     
    Nathan (se calmant) : Allons voir la police. Mais ma mère est là pour garder le petit ?
     
    Haley : Oui.
     
    Nathan : Je vais aller la chercher alors.
     
    Haley (l'embrassant du bout des lèvres) : D'accord mon coeur."
     
    Encouragé par la tendresse de sa femme, Nathan l'embrassait passionnément avant de se rendre dans la chambre de sa mère et de la réveiller. Cependant, Haley au fond, essayait d'être présente pour son homme car elle savait qu'en se rendant au poste de police, une future querelle allait avoir lieu, et elle allait en subir les foudres des hommes Scott. Elle se préparait émotionnellement. Pendant ce temps, Brooke ne comprenait pas pourquoi Elizabeth l'avait amené soudainement à l'extérieur sans la moindre explication, et elle comptait bien en obtenir. Si elle n'aimait pas une chose, même qu'elle détestait cordialement, c'était les secrets et à l'époque, quand Peyton était auprès d'elle, cela la mettait en boule. Elle aurait été capable même de tout pour se venger, alors pas question de revenir à la Brooke de l'époque. Elle s'approchait d'Elizabeth et posait ses mains sur ses épaules pour se montrer des plus compréhensives. 
     
    Brooke : "Pourquoi on est parti dehors ? 
     
    Elizabeth (trouvant vite une réponse) : Pour te protéger et pour ne pas perdre de temps avec ce qui nous préoccupe le plus : retrouver Caitlin. 
     
    Brooke (curieuse) : Comment ça ? 
     
    Elizabeth (effrayée) : Mon ex est à l'intérieur, et c'est son entrepôt. 
     
    Brooke (désirant la protéger) : J'ai l'impression que ce mec n'est pas très fréquentable. Je préfère rester avec toi et te protéger, qu'il ne t'arrive rien. Il y a déjà assez de personnes qui ont d'ennuis comme ça, pour que l'on rajoute d'autres personnes en plus. 
     
    Elizabeth (comprenant le discours de Brooke mais restant campée sur ses positions) : Je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose. 
     
    Brooke (affichant un léger sourire) : Ma toute belle, ne t'inquiète pas, je suis forte et j'en ai vu des choses. Je saurais t'aider. 
     
    Elizabeth (ayant un plan en tête) : Peut-être que si tu fouilles les bâtiments voisins, je pourrais m'occuper d'Ethan et voir ce qu'il sait. 
     
    Brooke (curieuse) : Ton ex s'appelle Ethan ? 
     
    Elizabeth : Oui, c'est Ethan Hawkins.
     
    Brooke : Il est assez connu dans l'industrie. 
     
    Elizabeth : C'est exactement ça. 
     
    Brooke (désirant la protéger) : Soit prudente d'accord et si jamais, tu as le moindre soucis, n'hésite pas à crier. 
     
    Elizabeth : D'accord. 
     
    Brooke : A tout à l'heure. 
     
    Elizabeth : A tout à l'heure."
     
    Brooke partait dans les bâtiments voisins désaffectés et Elizabeth repartait à l'intérieur, se confronter directement à la personne qui lui faisait le plus peur. Il était temps d'avancer, sans avoir ne serait-ce qu'un cauchemar qui la paralyserait, ou qui ne lui permettrait plus de rencontrer qui que ce soit. Ethan était quand à lui resté au même endroit sentant que son ex viendrait tôt ou tard auprès de lui. Il s'avançait près d'elle, caressant doucement la joue de la belle, mais celle-ci craintive préférait s'éloigner. 
     
    Elizabeth (tenant à lui poser des questions et à obtenir des réponses au plus vite) : "Tu crois que je viens renouer avec toi, après tout ce que tu m'as fait subir ? Mais tu es plus dérangé que je ne le pensais. Tu es un malade. 
     
    Ethan (se retenant de la frapper, mais il baissait ensuite sa main) : Je..... J'ai toujours été fou amoureux de toi, et tu le sais. Depuis le premier instant où je t'ai vu, c'était le coup de foudre, et rien que de savoir que des hommes puissent te regarder ou aient l'idée en tête de te séduire et de t'arracher à moi me rend malade. 
     
    Elizabeth (s'approchant doucement) : Mais tu sais que tu étais l'homme de ma vie, que j'aurais fait n'importe quoi pour toi, et que dans mon coeur, il n'y avait que toi. Jamais, je ne serais aller voir des hommes autre que toi car ils ne m'intéressaient pas, mais au lieu de me parler, tu as préféré tout simplement venir te venger sur mon visage. Pourquoi as-tu autant changé alors que l'on pouvait parler de nos pensées, de nos craintes ? J'étais là, prête à te soutenir, mais au lieu de ça, je n'avais senti que ta peur au travers de ce que tu me faisais, et j'étais craintive de toi. Tu me fais peur aujourd'hui. Tu as tué notre amour, et pas la peine d'essayer de me récupérer. Comment pourrais-je savoir que tu as changé ? Que tu es devenu quelqu'un de meilleur ? Je ne sais plus qui tu es. 
     
    Ethan (se comportant gentiment, alors qu'au fond de lui, il aimerait laisser éclater sa rage) : Je sais. Je ne pourrais jamais me faire pardonner de ce que je t'ai fait subir. 
     
    Elizabeth : Plusieurs fois, tu m'as dit que tout irait mieux, et rien n'y faisait. Aujourd'hui, j'ai pris mon envol. 
     
    Ethan (curieux) : Avec tes nouveaux amis comme Lucas qui a envie d'enquêter sur moi ? 
     
    Elizabeth (curieuse) : Comment ça ? 
     
    Ethan (curieux) : Si tu ne veux pas que certains secrets sortent, il vaut mieux dire à ton ami de terminer et au plus vite. 
     
    Elizabeth : Je ne lui donnerais pas d'ordre. 
     
    Ethan : Il va vite perdre de ses illusions avec toi, ça risque de mal finir. 
     
    Elizabeth (furieuse) : EN fait, il n'y a que toi qui compte. Je te hais. Ne me rattrape pas, sinon, je te flanque une gifle."
     
    Elizabeth courrait furieuse vers l'extérieur. Ethan ne bougeait pas, ayant compris avec les paroles de sa belle qu'il y avait de l'espoir pour la récupérer s'il se débrouillait correctement. Pendant ce temps, Lucas était arrivé à bon port chez lui, ayant préparé ses affaires rapidement, et il s'était rendu chez Skills l'attendant patiemment. Il regardait la montre et voyant les minutes défiler, il s'impatientait, au point de crier. 
     
    Lucas (criant) : "Hey ma poule, tu grouilles ! 
     
    Skills (se la jouant cool et sortant de chez lui) : Hey cool mec, regarde je suis là, et avec tout plein d'affaires pour LA. Les jolies filles nous attendent. Je veux la mer aussi, les vagues. Tout, je veux. 
     
    Lucas (le recadrant) : Je te rappelle que nous partons pour une enquête. 
     
    Skills (se calmant) : Je sais, mais ça fait combien de temps, que l'on n'a pas fait une virée entre potes dis-moi ? 
     
    Lucas (se souvenant) : Des lustres. 
     
    Skills : Tiens tu vois. 
     
    Lucas : Mais on était bien plus nombreux. 
     
    Skills : Là, c'est comme une sorte de tête à tête amicale. 
     
    Lucas (voulant rire) : Ne compte pas sur moi pour un baiser. 
     
    Skills (riant) : Parle pas de malheur. De toute façon, tu n'es pas mon type. 
     
    Lucas (intimant par un signe à son pote de mettre les affaires dans le coffre) : Tu dois embrasser comme une fillette. 
     
    Skills (le défiant et mettant ses affaires dans le coffre puis s'installant dans le siège passager) : Embrasse-moi pour voir. Ca doit donner. Et puis, au moins, je ferais partie de ceux ayant embrassé le grand Lucas Scott. Je pourrais le mettre dans mon palmarès. 
     
    Lucas (rigolant) : Tu es très drôle. 
     
    Skills (riant d'autant plus) : Je pourrais même rivaliser avec tes conquêtes. Allez, fais-le pour moi. Roule-moi une pelle ma poule, tu es capable. 
     
    Lucas : C'est que tu me prendrais au mot en plus. 
     
    Skills : Qu'est-ce que tu crois ? Je suis Skills voyons, faut pas me défier. 
     
    Lucas : Allez, tu m'as tenté. 
     
    Skills (ne croyant pas Lucas) : Sérieux ? 
     
    Lucas (le regardant en faisant son air charmeur) : Bien sûr."
     
    Skills ne s'attendait pas du tout à ce qui suivait, comme quoi Lucas savait se prendre au jeu quand il fallait. Là, il arrêtait la voiture, prenant le visage de Skills à pleine main, et l'embrassant comme jamais. Quand le moment était terminé, Skills était sous le choc. 
     
    Skills (choqué) : "Mais tu l'as fait là, tu l'as fait ! 
     
    Lucas : Faut pas me chercher vieux. 
     
    Skills : Je suis sur le cul, mais j'ai embrassé Lucas Scott, allez roule et plus vite que ça, maintenant, je veux voir de la fille et vite !!!!
     
    Lucas : Ca ne t'a pas fait rire on dirait. 
     
    Skills (riant) : Si, surtout, que je ne te pensais pas relever un tel défi. Tu as changé. 
     
    Lucas : Comme quoi tout peut arriver. 
     
    Skills : C'est clair."
     
    Les deux garçons roulaient direction Los Angeles où l'attendait le frère d'Ethan. Cependant Skills n'était pas tranquille. Bien sûr, ce qu'il avait fait était un air de défi, mais Lucas n'y cédait pas d'habitude. Est-ce par rapport à ce qui se passait, qu'il avait besoin d'un peu d'air et de délire complètement hallucinant ? Ou bien cacherait-il autre chose ? Un instant Skills songeait à ce que Lucas ait viré de bord et s'imaginait des choses bizarres, mais il revenait vite à la réalité. De son côté, Nathan arrivait auprès de Deb et restait au plus calme. Deb était heureuse de le revoir malgré ce qu'elle avait vécu qu'elle le serait dans ses bras.
     
    Deb (heureuse) : "Oh, je suis si heureuse de te retrouver. Tu n'as rien ?
     
    Nathan (la rassurant) : Ca va, seulement j'ai fait de sales découvertes, et crois-moi, il y en a qui vont le payer très cher.
     
    Deb (curieuse) : Qui ?
     
    Nathan (énervé) : Lucas a tenté de me tuer, et c'est grâce à Claire qui m'a aiguillé dans mes recherches.
     
    Deb (l'éduquant) : Tu sais que tu ne dois pas te faire une opinion trop rapidement sans connaître au préalable l'histoire.
     
    Nathan (insistant) : Je sais où tu veux en venir et j'ai confiance en ma soeur. Elle ne m'a jamais menti contrairement à Lucas, ou même à Dan.
     
    Deb : Tu sais que c'est quand même ton père.
     
    Nathan (triste et rancunier) : Il ne l'est plus depuis bien longtemps et si jamais je le croise, je lui fous mon poing dans la gueule, le regardant souffrir comme il le mérite tant.  Il a fait souffrir tellement de personnes de cette famille qu'il n'en fait plus partie désormais. Suis-je l'homme de la maison après tout comme tu me l'as appris ?
     
    Deb (fier de lui) : Tu es quelqu'un de bien, mais fais attention à ne pas céder aux facilités. C'est comme cela que l'on devient un homme torturé et surtout quelqu'un à la fin comme Dan qui ne pense qu'au pouvoir pour obtenir ce qu'il veut sans penser aux conséquences.
     
    Nathan (la rassurant) : Tu peux me faire confiance Maman. Par contre, j'aimerais te demander quelque chose, je peux ?
     
    Deb (curieuse) : Bien sûr.
     
    Nathan : Tu pourrais surveiller Jaimie pendant mon absence et celle d'Haley ?
     
    Deb : Bien sûr, mais tu vas où ?
     
    Nathan : Voir les policiers pour qu'enfin cet inconnu qui nous fait tant de mal puisse être mis hors d'état de nuire.
     
    Deb : D'accord.
     
    Nathan : Jaimie fait dodo. Faites attention à vous deux.
     
    Deb (le rassurant) : Ne t'en fais."
     
    Nathan partait rejoindre Haley qui était en train de se préparer. La regardant, il ne pouvait s'empêcher de sourire et de calmer sa colère. Haley était prête et quand elle se tournait, elle sursautait.
     
    Haley (effrayée) : "Tu aimes toujours me surprendre ma parole !
     
    Nathan (souriant) : Parce que j'aime admirer tes courbes, et que tu es magnifique.
     
    Haley (heureuse) : Tu es un amour.
     
    Nathan (s'approchant d'elle et l'embrassant passionnément) : Et toi ma déesse, celle qui m'a offert le plus beau cadeau du monde. Je t'aime tellement.
     
    Haley (heureuse) : Je t'aime aussi mon coeur.
     
    Nathan : On y va ?
     
    Haley (pensive) : Oui bien sûr.
     
    Nathan (curieux) : Tout va bien ?
     
    Haley : Je suis inquiète pour notre sécurité.
     
    Nathan (l'enlaçant) : Ca va aller, on va réussir à s'en sortir.
     
    Haley (souriant faiblement) : Tu es mon prince.
     
    Nathan : Allons-y rapidement."
     
    Haley et Nathan partaient. Haley était toujours pensive, repensant à sa discussion avec Dan. Elle ressentait une certaine boule au ventre, sachant ce qui allait arriver et elle réfléchissait à comment atténuer la dispute, espérant calmer les futures ardeurs. Quand à Brooke, elle fouillait dans les entrepôts désaffectés à la recherche d'indices relatifs sur Caitlin quand soudain, elle entendait du bruit. Elle se dirigeait vers celui-ci. En même temps, un inconnu transportait Caitlin qui semblait être bien seule, loin de Karen. Elle ne parlait pas vraiment, et cet individu, entendant que quelqu'un arrivait, stoppait net, pointant son arme en avant. Brooke arrivait et voyait Caitlin. Elle était soulagée, enfin jusqu'à ce qu'elle voyait le flingue et l'individu. 
     
    Brooke (déterminée) : "Qui êtes-vous ? 
     
    L'inconnu (calme) : Ne serait-ce pas à moi de poser les questions sachant que j'ai un flingue pointé vers toi Brooke ? 
     
    Brooke (énervée) : Comment tu connais mon nom ? 
     
    L'inconnu (calme) : J'ai mes sources. 
     
    Brooke (déterminée) : La moindre des choses serait que je vous connaisse. Quel est votre nom ? Que je sache qui je dois fuir, ou bien botter l'arrière-train ? 
     
    L'inconnu (la provoquant) : Ca t'énerve que tu ne saches rien ? 
     
    Brooke (détermnée) : Je saurais qui tu es, et crois-moi les énigmes ne me font pas peur. Alors, Caitlin est en vie et où est Karen ? 
     
    L'inconnu (souriant) : Tu n'as qu'à vérifier par toi-même."
     
    Brooke allait vers Caitlin, commençant par prendre son pouls quand soudain un coup de feu retentissait. Est-ce que Brooke allait bien ? D'où venait le coup de feu ? En s'approchant, on pouvait bel et bien se rendre compte qu'il s'agissait du kidnappeur, et même du tueur. Brooke allait bien et s'était baissée juste à temps pour éviter la balle. Pendant cet instant, son coeur avait battu la chamade, voyant en image ses derniers instants en pensant à sa relation avec Lucas, ses moments magiques avec Peyton, mais aussi avec Haley, Nathan et leur petit garçon. Elle se mettait à la place de Peyton qui n'avait personne. Là, elle se relevait, essayant de combattre son adversaire, en lui faisant une prise improvisée. Il ne se démontait pas, bien au contraire, et prenait Brooke par la gorge, serrant très fort. 
     
    L'inconnu (rigolant) : "Mais quelle idiote tu peux faire ma chère Brooke, je me demande bien ce que l'on peut te trouver de spécial ici à Tree Hill. Tu es comme ta copine Peyton, insignifiante et dont le lycée est loin derrière elle. Elle ne se plaisait plus dans sa petite vie, et je l'ai délivrée de ses souffrances. A ton tour ma chère. J'aurais pu me prendre à quelqu'un d'autre, mais tu t'es offerte en sacrifice, merci. 
     
    Brooke (furieuse) : Je ne suis pas là pour te satisfaire connard, loin de là. Je suis là pour t'empêcher de nuire, et de sauver Caitlin. 
     
    L'inconnu (rigolant) : Mais décidément, tu as un train de retard ma parole. Il n'y a pas qu'elle en jeu, mais aussi Karen. 
     
    Brooke (choquée) : Quoi ? 
     
    L'inconnu (souriant satisfait) : Je l'ai enlevée aussi, mais elle n'est pas ici. Si tu ne veux pas qu'elle meurt de faim, tu as intérêt à me laisser en paix, sinon, elle va crever comme Caitlin en cet instant. 
     
    Brooke (ne comprenant pas) : Comment ça ? 
     
    L'inconnu (souriant) : Bien sûr que je te visais avec cette balle, mais en même temps, je visais elle. Caitlin a été tuée, parce que tu t'es interposée pour essayer de la sauver. N'est-ce pas génial comme situation ? 
     
    Brooke (se détachant de lui, et le frappant de toutes ses forces) : Ordure, connard, enfoiré, je t'aurais. 
     
    L'inconnu (prenant les mains de Brooke) : Ah, ah, ah, ma jolie, mais je commence tout juste à jouer avec vous, et croyez-moi, c'est un jeu très amusant. Tchao."
     
    L'inconnu courrait rapidement alors que Brooke criait, se recueillant sur le corps de Caitlin. En effet, le tireur devait s'y connaître en arme puisque Caitlin a été tuée d'une balle entre les deux yeux. Elle sortait de là-bas complètement déboussollée et appelant police secours. 
     
    Un policier : "Ici la police, que puis-je faire pour vous ? 
     
    Brooke (déboussollée) : Je m'appelle Brooke Davis, et j'ai été témoin d'un meurtre. 
     
    Un policier : Où vous êtes ? 
     
    Brooke (déboussollée) : Je suis aux entrepôts désaffectés, venez vite !
     
    Un policier : Ne bougez pas, on arrive de suite."
     
    Brooke raccrochait rapidement et se remettait de ses émotions, pensant à ce que cet individu avait pu lui dire. Elle était carrément chamboulée, et il y avait de quoi, mais elle se reprenait en main. Personne n'avait eu d'emprise sur Brooke Davis jusqu'à présent, alors, cela n'allait pas arriver maintenant. De leur côté, Lucas et Skills étaient toujours en route pour Los Angeles. L'ambiance sur la route n'était plus au top maintenant que Skills avait senti les lèvres de Lucas sur les siennes. Il ne pensait qu'à une chose : avoir une fille auprès de lui, et la sentir tout près, de pouvoir goutter aux plaisirs de la chair et du vice. C'était urgent pour lui. Seulement Lucas le sortait de sa torpeur quand ils arrivaient sur les lieux. 
     
    Lucas (claquant des doigts) : "La belle au bois dormant, réveille-toi ! 
     
    Skills (criant) : Non, pas le coup de la belle au bois dormant. 
     
    Lucas (curieux) : Tu as un soucis vieux ? 
     
    Skills (suppliant) : Je veux être avec les filles, s'il te plait, je veux une gonzesse comme il ne s'en fait plus. 
     
    Lucas (curieux) : Mais tu es obsédé ? 
     
    Skills (le recadrant) : De suite les grands mots, mais je la veux jolie, blonde de préférence. 
     
    Lucas (l'interrompant) : Et à forte poitrine ? Non, mais citer un sketch franchement, tu tombes bien bas. Ca t'a mis dans tous tes états le défi hein ? 
     
    Skills (essayant d'éviter la conversation) : Je ne vois pas de quoi tu parles.
     
    Lucas (le rassurant) : Tu sais que tu peux tout me dire, je suis ton pote. 
     
    Skills (souriant faiblement) : Oui, tu l'es, mais c'est pas simple de te regarder, et tu penses à ton affaire, allons voir ce mec rapidement, et ensuite vive la playa !
     
    Lucas (n'insistant pas plus) : Allons le voir, et après, on aura une sacrée conversation."
     
    Skills soufflait à l'intérieur de lui, ayant pu éviter une conversation gênante, mais cela n'allait pas durer longtemps. Rester maintenant à savoir comment était le frère d'Ethan Hawkins. Etait-il gentil ou au contraire tout machiavélique à souhait ? Lucas sonnait à la porte, attendant désespéremment de voir son visage. Un homme sortait, ayant une certaine classe, et une prestance qui pourraient en faire palir plus d'un. Souriant à ses deux personnes qu'il ne connaissait pas, il était plutôt intrigué par leur venue, et comptait bien savoir ce qui se passait. 
     
    L'inconnu : "Que puis-je faire pour vous ? 
     
    Lucas : Bonjour, je m'appelle Lucas Scott et voici mon ami Skills. Nous sommes là pour vous parler de quelqu'un si vous êtes bien cette personne. Vous êtes le frère d'Ethan Hawkins ? 
     
    L'inconnu : Oui, je m'appelle Michael. 
     
    Lucas : Parfait, alors, vous allez pouvoir m'expliquer ce qu'il fout à Tree Hill et ce qu'il compte bien tirer en voulant terroriser son ex Elizabeth. 
     
    Michael : Oh, j'ignorais qu'il se trouvait là-bas. Il y est depuis combien de temps ? 
     
    Lucas : Plusieurs semaines, depuis la mort de ma bien-aimée. 
     
    Michael (se montrant compatissant) : Je suis sincèrement désolé pour vous, mais en quoi puis-je vous aider par rapport à mon frère ? Je ne comprends pas, surtout qe je ne suis pas là pour le surveiller. 
     
    Lucas : Que dirait Elizabeth dans tout ça ? 
     
    Michael (se montrant ferme) : Je lui avais conseillé d'être plus heureuse ailleurs simplement. Mon frère s'il a des affaires à règler, il ne va pas se gêner pour tout faire, et ce jusqu'au bout. Et s'il peut utiliser votre soeur pour le faire, il ne se gênera pas. 
     
    Lucas (choqué) : Quoi ? 
     
    Michael (étonné) : Vous ignorez qu'Elizabeth et Claire se connaissaient plus que bien ? 
     
    Lucas (choqué) : Oui, mais comment peuvent-elles bien se connaître ? 
     
    Michael : A l'époque, elles étaient les meilleures amies du monde, et même davantage. 
     
    Lucas : Oh."
     
    Skills pendant la conversation ne prononçait le moindre mot, mais à ses révélations, il semblait bien plus que choqué. Le défi avec Lucas lui avait laissé des traces indélébiles. Pendant ce temps, Claire s'était réfugiée chez les Scott quand soudain, le téléphone sonnait. Elle s'isolait dans une pièce, afin de pouvoir parler sans que Deb ne puisse déranger. 
     
    Claire : "J'ai dit qu'il ne fallait pas appeler quand j'étais chez Nathan ! 
     
    L'inconnu : Je sais, mais là, l'heure est grave. 
     
    Claire (inquiète) : Mais c'est que tu serais capable de me faire peur. Allez dis-moi ce qui se passe. 
     
    L'inconnu : Lucas et Skills sont partis à LA. 
     
    Claire (choquée) : Quoi ? Ils vont aller voir Michael ? 
     
    L'inconnu (ayant une certaine répartie) : Oui, et vu comment il est, il va faire des révélations. 
     
    Claire : Oui, sur moi par exemple, et ça, c'est hors de question. 
     
    L'inconnu : Occupe-t-en et le plus vite possible. Je ne tiens pas à ce qu'il y ait de mauvaises retombées. C'est que Lucas pourrait tout mettre à terre s'il continuait. 
     
    Claire (rassurant la personne) : Ne t'inquiète pas, et je ferais appel à Elizabeth pour cela. C'est qu'elle a tout aussi à perdre. Je la mettrais au pied du mur comme ça. Au moins, ça sert le fait qu'elle ait gardé des secrets. 
     
    L'inconnu : Je n'aime pas ça, mais c'est quand même un bon plan. 
     
    Claire : Le meilleur que l'on ait sur la main.
     
    L'inconnu : Fais-le."
     
    L'appel se coupait rapidement, laissant à Claire tout le loisir d'agir pour protéger ses arrières. Elle partait précipitemment rejoindre Elizabeth. De leur côté, Nathan et Haley arrivaient à la police. Arrivé à l'accueil, le couple demandait à être entendu par un policier quand soudain Nathan voyait son père en cellule. Il était comme fou furieux qu'il se précipitait vers lui. Haley voyait le policier en même temps. 
     
    Haley (désespérée) : "On aimerait être entendu mon mari et moi par rapport à un tueur et kidnappeur qui terrorise notre famille et a kidnappé Karen. 
     
    Le policier (compréhensif) : Allons dans la salle, mais où est votre époux."
     
    En entendant du remue-ménage près de la cellule, Haley se précipitait avec le policier vers la cellule de Dan. Haley craignait le pire que son ventre était tout retourné. En effet, Nathan était complètement enragé. 
     
    Nathan (furieux) : "Jamais je ne pourrais être tranquille, tu es toujours là ! 
     
    Dan (essayant de le calmer) : Mon fils, j'ai besoin de toi. Je suis innocent de ce que l'on m'accuse. Je n'ai ni tué Peyton, ni kidnappé Caitlin mon avocate, et surtout, Karen, je ne lui ai rien fait. Crois-moi, sors-moi de là. 
     
    Nathan (laissant éclater sa colère) : Avec toi, tu es toujours aussi innocent. 
     
    Dan : J'ai demandé à ta femme de m'aider. 
     
    Nathan (choqué) : Tu as osé lui parler ? Tu as osé lui demander de l'aide ? Tu as osé me faire chier ? Mais tu fais bien d'être en cellule, car là, je te casserais la gueule, mais bien volontiers. 
     
    Dan (triste) : Mais je suis ton père. 
     
    Nathan (furieux) : Mon père ? Mais je n'en ai plus depuis que tu as fait toutes ses conneries, comme par exemple me priver de mon oncle, ou même d'une enfance normale. Tu es un enfoiré qui n'a pas de coeur, un mec qui ne rêve que de pouvoir. Ma femme, mais au moins, elle m'apporte de la stabilité, elle m'apporte de la sagesse. 
     
    Dan (triste) : Ne lui en veux pas pour vouloir m'aider. 
     
    Nathan (furieux) : Tu es peut-être innocent, mais on ne t'aidera pas, ou peut-être indirectement. Mais tant que tu es en prison, ça me va."
     
    Nathan visait son père et le frappait d'un violent coup de poing. Dan était vite à terre. Haley et le policier arrivaient à ce moment-là. Le policier allait vite arrêter Nathan mais Dan lui faisait signe que ce n'était pas la peine. Nathan se tournait vers Haley, se mettant aussi en colère. 
     
    Nathan (en colère) : "Tu voulais l'aider, mais tu as fumé ma parole après tout ce qu'il a fait, tout ce qu'il m'a fait ? Mais tu ne penses pas à ce que je ressens, à croire que tu voulais me faire souffrir ! 
     
    Haley (plaçant sa main sur sa joue, et l'autre sur son épaule pour le calmer) : Je suis désolée mon amour. Tu sais, j'ai pensé à la personne dehors, et au fait qu'elle pourrait nous faire du mal. 
     
    Nathan (se calmant, remarquant son erreur) : Tu as raison. Et j'aurais fait la même chose pour ta sécurité. Je ne peux pas t'en vouloir d'avoir le coeur sur la main. Tu es l'amour de ma vie. Est-ce que tu me pardonnes ? 
     
    Haley (se sentant plus rassurée et l'embrassant tendrement en étant émue) : J'ai eu si peur que tu m'en veuilles. Et oui, je te pardonne mon chéri.
     
    Nathan (heureux) : Je t'aime tant. Et je suis désolé de t'avoir provoqué tellement de frayeurs. Je sais ce que ça te fait quand tu as peur. 
     
    Haley : On doit penser à notre déposition. 
     
    Le policier (interrompant) : Mais votre mari a frappé quelqu'un ? 
     
    Dan (défendant son fils) : Je l'ai provoqué. 
     
    Le policier : Ah, ça change tout dans ce cas. 
     
    Nathan (surpris et obligé de remercier) : Merci. 
     
    Le policier : Suivez-moi. 
     
    Nathan : Avec ce que vous avez entendu ? Qu'est-ce que vous allez faire de Dan ? 
     
    Le policier : Il faut des preuves tangibles, et on verra à la suite de votre déposition, à savoir s'il y a lieu de le relâcher.
     
    Nathan : D'accord.
     
    Haley : On vous suit alors."
     
    Le policier s'avançait. Haley passait la première, suivi de Nathan. Dan allait dire quelque chose, mais il se retenait. Il était triste, sachant que son fils le détestait cordialement. Il espérait quand même avoir des nouvelles pour pouvoir être à l'air libre et découvrir la vérité sur Caitlin. Seulement, ce dont il ignorait, c'était que la jeune femme était morte. De leur côté, Lucas et Skills étaient toujours aux côtés de Michael Hawkins dans la demeure familiale et semblaient avoir certaines informations sur Ethan, mais pour Lucas, ce n'était pas suffisant. Il fallait le connaître davantage. 
     
    Lucas (curieux) : "Seulement, quand j'ai rencontré Ethan, je l'ai trouvé bien supérieur, et il pensait qu'il ne devait rien à personne. A-t-il toujours été comme ça ? 
     
    Michael (répondant d'une manière bien sincère) : Ethan à une certaine époque avait le coeur sur la main. Il aidait vraiment beaucoup de personne et avec Elizabeth, c'était un début d'idyle parfait. Seulement, quand sa copine s'est faite agressée un soir alors qu'elle sortait de ses cours, Ethan a voulu prendre sa défense et a été visé en plein estomac par un coup de couteau. Après cet évènement, il n'a plus jamais été le même. 
     
    Lucas (triste mais déterminé à arrêter Ethan à tout prix) : Seulement, même si je suis désolé pour lui, il est devenu odieux maintenant. 
     
    Michael : C'est vrai qu'il est capable de tout pour arriver à ses fins. 
     
    Lucas (curieux) : Il pourrait aller jusqu'au meurtre ? 
     
    Michael (surpris) : Oh, non, je ne pense pas. Comment je pourrais penser cela de mon propre frère, c'est impossible ! 
     
    Skills (compréhensif) : Je comprends bien votre situation, le fait que vous l'aimez, mais par contre, s'il est réellement dangereux, vous nous le direz n'est-ce pas ? 
     
    Michael : Oui, bien entendu. Par contre, je peux dire qu'il est vraiment imprévisible, alors prenez le avec des pincettes. 
     
    Lucas : En tout cas, merci de nous avoir reçu, et si vous pouviez garder notre visite secrète, je vous en serais éternellement reconnaissant. 
     
    Michael (le rassurant) : Ne vous inquiétez pas, je garderais le secret. 
     
    Lucas (ravi) : Merci à vous et merci de nous avoir reçu."
     
    Lucas et Skills se levaient. Michael en faisait autant et serrait la main de ses invités. 
     
    Michael (se montrant serviable) : "Si vous avez le moindre souci, n'hésitez pas, vous savez où me trouver. 
     
    Lucas (souriant poliement) : Bien entendu. Au revoir Michael. 
     
    Skills : Au revoir Michael. 
     
    Michael (souriant) : Au revoir."
     
    Lucas et Skills prenaient congé, partant vers Tree Hill et ce dans le silence, alors que le malaise ne s'était pas dissipé entre eux. Pendant ce temps, Elizabeth était rentrée chez elle, afin de se reposer tranquillement quand soudain, elle voyait Claire à l'extérieur. Elle voyait que le cauchemar recommençait, comme lorsque la tempête faisait rage. Elle respirait tranquillement, afin de ne pas être stressée et s'approchait tranquillement. 
     
    Elizabeth (ne comprenant pas) : "Qu'est-ce que tu me veux ? 
     
    Claire (souriant à la fois innocemment et rempli de perversité) : Je voulais simplement te voir. 
     
    Elizabeth (serrant ses bras en guise d'hostilité) : Je me souviens de la dernière fois, et je sais que tu veux obtenir quelque chose de moi. Alors viens-en au but au lieu de tourner autour du pot. 
     
    Claire : Alors si je suis là, c'est parce que notre passé risque d'être découvert à toi et à moi, si tu ne fais pas quelque chose. 
     
    Elizabeth (curieuse) : Pourquoi tu dis cela ? 
     
    Claire : Parce que Lucas et Skills sont allés voir Michael."
     
    Elizabeth était plus que choquée qu'elle ne savait pas quoi dire sur le coup, voyant que le danger si jamais Lucas et Skills le voyaient serait bien grand. Seulement les filles ignoraient que le rendez-vous avait déjà eu lieu. Claire posait à l'occasion ses mains sur les épaules de son ex-amie afin de la rassurer mais c'était surtout pour ne pas la perdre. Il fallait arrêter Lucas et Skills à tout pris. 
     
    Claire (tentant de faire sortir Elizabeth de ses pensées) : "Tu es là ? 
     
    Elizabeth (réalisant que Claire était toujours ici et essayant de ne rien paraître de son état) : Oui. 
     
    Claire (mettant sa statégie en route) : Tu sais très bien que Lucas ne me porte pas dans son coeur, mais que toi par contre c'est différent. Débrouille-toi pour qu'il laisse tomber cette chasse au sorcière. Tu ne souhaites pas qu'il apprenne la vérité n'est-ce pas ? 
     
    Elizabeth : Non. 
     
    Claire (finalisant sa manoeuvre) : Sois la plus gentille possible, sois la plus compréhensive, rapproche-toi suffisamment pour savoir, et ainsi, nos problèmes seront résolus. 
     
    Elizabeth (la recadrant) : C'est que tu ne penses pas à mes problèmes, mais plutôt seulement aux tiens, et tu vois un moyen de m'utiliser. 
     
    Claire (souriant) : Mais je le fais à merveille, car tu ne veux pas que ce bellâtre à tes yeux ne découvre la vérité. Imagine qu'il te déteste. Imagine qu'il ne veuille plus de toi, mais ce serait une énorme catastrophe, tu ne crois pas ? 
     
    Elizabeth (résignée) : Si, en effet. 
     
    Claire (titillant avec son index le nez de la jeune femme) : Alors, nos causes se rejoignent. Surtout, pense à me mettre au courant de tes progrès. 
     
    Elizabeth (n'ayant pas le choix) : D'accord. 
     
    Claire (souriant) : A plus tard ma belle. 
     
    Elizabeth (froide) : A plus tard."
     
    Claire s'en allait rapidement, laissant Elizabeth dans le plus grand désarroi. Elle allait vers la cuisine, prenant un verre et le jettait contre le mur par désespoir. Pendant ce temps, Deb se trouvait avec Jaimie dans la demeure de Nathan et Haley quand soudain quelqu'un frappait à la porte. Deb avait peur que Dan ne vienne ici, alors elle prenait un objet qu'elle pourrait se servir en guise de défense. Elle regardait par le trou de la serrure et voyant que c'est Rachel et Micro, elle décidait d'ouvrir, laissant tomber l'objet à terre discrètement. 
     
    Deb (surprise) : "Rachel, Micro, mais que faites-vous ici ? 
     
    Micro : On aurait besoin d'Haley et de Nathan. 
     
    Deb : Ils ne sont pas là, mais peut-être que je pourrais vous aider ? 
     
    Rachel : On aimerait confier l'organisation d'un évènement, notre mariage. 
     
    Deb : Oh, au moins, tu ne courreras plus après un membre Scott. 
     
    Rachel (prenant cela à la rigolade) : Mme Scott toujours aussi charmante à ce que je vois, mais je comprends la réticence. J'ai changé et j'ai trouvé l'amour en la personne de Micro. 
     
    Deb (heureuse) : C'est le principal l'amour après tout, surtout en ses instants difficiles après le kidnapping de Karen. 
     
    Micro (choqué) : Quoi ? 
     
    Rachel (choquée) : Quoi ? 
     
    Deb (confuse) : Oh, j'ignorais que vous n'étiez pas au courant. 
     
    Rachel : Malheureusement, nous sommes dans notre bulle, et on n'en est pas sorti depuis. 
     
    Micro (souriant) : C'est parce que l'on s'aime. 
     
    Rachel (continuant sa pensée) : Et très fort. 
     
    Deb (souriant) : Ca fait plaisir à voir. On peut discuter des préparatifs, et je suis fine organisatrice, vous verrez. 
     
    Rachel (se laissant tenter) : D'accord. 
     
    Deb (curieuse) : Avez-vous déjà la robe de mariée ? Peut-être un endroit pour la cérémonie ? 
     
    Rachel (réfléchissant) : Je verrais cela avec pleins de personnes, en plein air pour le diner de réception. Je me marierais à l'église et à la mairie. La robe, je veux qu'elle soit la plus belle qui soit sur cette Terre. 
     
    Micro (surpris mais acquiescant à la volonté de sa belle) : Je souhaite un grand mariage également.
     
    Deb : Alors, je vais prendre exemple sur le mien, et on fera le nécessaire pour coller au vôtre, avec tous les décors possibles. 
     
    Rachel (curieuse) : On pourra ensuite faire les courses ? 
     
    Deb : Discutons d'abord, et ensuite, on fera le reste. 
     
    Rachel (heureuse) : D'accord."
     
    Rien que pour le mariage de Rachel et Micro, il y a une différence de point de vue, ce qui ne laissait rien présager de bon pour leur avenir. Micro était quelqu'un de plutôt simple, alors que Rachel recherchait l'homme riche, mais elle avait réussi à en avoir aucun et s'était faite avoir par le sentiment qu'elle ressentait aujourd'hui. Seulement, les goûts, eux ne partent jamais. Micro était capable de tous les sacrifices pour satisfaire sa belle, mais ira-t-il jusqu'au bout, tel est la question. Soudain, Claire refaisait son apparition, mettant toutes les personnes mal à l'aise. 
     
    Claire (satisfaite de déranger) : "Quoi ? 
     
    Rachel (tenant tête) : On discute en privé, cela ne te gêne pas ? 
     
    Claire (souriant) : Oh, mais continuez voyons. 

    Rachel (déterminée) : C'est privé. 
     
    Claire (tenant tête aussi) : Oh, mais je vais vous laisser tranquille, je monte dans la chambre, amusez-vous avec ce mariage à organiser !"
     
    Claire faisait un clin d'oeil, partant vers sa chambre. Elle savait qu'elle provoquerait un remue-ménage conséquent. En effet, Rachel n'avait plus à coeur de parler quoi que ce soit, qu'elle se mettait à regarder les revues sans rien dire. Micro s'approchait d'elle et la prenait dans ses bras. 
     
    Micro (la rassurant) : "Ne t'inquiète pas, elle n'est pas là. 
     
    Rachel (énervée) : Si ça se trouve, elle surveille. 
     
    Micro : Mais ne t'imagine rien ma chérie, elle est montée. 
     
    Rachel (furieuse) : Je ne peux pas travailler sur notre mariage tant que cette cruche se trouve ici. Chéri, moi je rentre. Tu fais ce que tu veux, mais moi tant qu'elle est là je ne peux pas."
     
    Rachel partait furieuse en claquant la porte. Micro était désemparé et Deb prenait sa main pour le rassurer. 
     
    Deb (réconfortante) : "Tu ferais mieux de la rejoindre. 
     
    Micro (reconnaissant) : Merci sincèrement. A très bientôt j'espère. 
     
    Deb : A très bientôt Micro."
     
    Micro souriait légèrement et partait rejoindre sa belle. De leur côté, Nathan et Haley étaient dans la salle d'interrogatoire avec le policier. Il était temps pour eux de tout raconter. Haley prenait la main de son mari l'encourageant à parler. Nathan prenait une grande inspiration et commençait. 
     
    Nathan : "J'ai été menacé de mort et des lettres le prouvent. 
     
    Le policier : Est-ce que vous les avez ? 
     
    Haley : Oui."
     
    Haley les sort. Nathan fut surpris qu'elle les ais sur elle. 
     
    Nathan (surpris) : "Mais.....
     
    Haley (le rassurant) : En me préparant tout à l'heure, je les ai prises. 
     
    Le policier (ravi) : C'est parfait alors."
     
    Le policier les prenait afin de les consigner comme preuve. 
     
    Nathan (calme) : "Vous verrez que je suis menacé moi et ma famille de mort. On a tenté même de m'assassiner tout à l'heure. 
     
    Le policer (les rassurant) : On va vous protéger. Il y aura une équipe chez vous. Une autre sera là pour vos trajets. Vous êtes entre de bonnes mains. 
     
    Haley (souriant) : C'est rassurant. 
     
    Nathan (heureux) : Merci de protéger les miens. 
     
    Le policier : On regardera ce que donne les lettres. 
     
    Nathan : Oh, aussi, nous savons que Karen Roe a été kidnappée. 
     
    Haley : J'ai été témoin de la scène, mais malheureusement, je n'ai rien pu faire. Il se trouve que j'avais mon fils avec moi, et il est en bas âge. Par contre ma belle-mère a tenté de stopper l'individu sans succès. 
     
    Le policier : Il faut la faire venir de toute urgence. On va la confronter à notre suspect et à d'autres individus. Si ça se trouve, elle pourra le reconnaître. 
     
    Haley : Possible. 
     
    Le policier : Nous allons l'appeler, mais en tout cas, merci de nous avoir donné des renseignements précieux, et on fera le nécessaire. 
     
    Nathan (serrant la main du policier) : Merci de nous avoir aidés. 
     
    Le policier : On vous appelera s'il y a du nouveau. 
     
    Haley : Merci. 
     
    Le policier : Au revoir, messieurs dames. 
     
    Haley : Au revoir. 
     
    Nathan : Au revoir."
     
    Nathan et Haley partaient soulagés, retournant chez eux. Pendant ce temps, Elizabeth était seule, réfléchissant à ce qu'elle pouvait faire pour se protéger. Elle était rentrée quand soudain, elle entendait du bruit à l'extérieur. Elle était effrayée à l'idée qu'il pourrait lui arriver malheur. Elle prenait une arme. Elle était prête à s'en servir quand elle ouvrait la porte et là, elle tombait sur Lucas bien énervé et la plaquant contre le mur. 
     
    Lucas (furieux) : "Tu vas me dire la vérité et plus vite que ça, c'est clair !"
     
    Visiblement la tâche d'Elizabeth ne sera pas facile loin de là. Elle essayait de respirer pour se détendre mais rien à faire. Lucas connaissait une partie de la vérité. Allait-elle absolument tout dire ou essayer de la ramener. Là, tel était son dilemme. 
     
     
     
    Fin de l'épisode. 

    votre commentaire
  • Episode 9 Mensonge ou vérité
     
    Jamais Elizabeth ne pensait voir un Lucas aussi furieux et remonter. Au fond d'elle, elle espérait pouvoir garder les choses longtemps. Elle était sur le point de craquer quand finalement, elle avait eu une idée pour gagner ne serait-ce que quelques instants. C'était déjà cela de pris selon elle. 
     
    Elizabeth (se souciant de son bien-être) : "Je t'en prie, calme-toi. Cela ne sert à rien de s'énerver. Je ne veux pas qu'il t'arrive quoi que ce soit. 
     
    Lucas (furieux et déterminé) : Mais pour cela, ça commence avec la vérité, toute la vérité. Je croyais que tu me dirais tout. Et je te protégeais en plus, parce que je te pensais différente, unique et ça me faisait du bien pendant cette période assez trouble et incertaine de mon existence. 
     
    Elizabeth (essayant de le calmer) : On peut se parler tous les deux, et si tu le souhaites, tu pourras me poser toutes les questions possibles et inimaginables. Mais là, comme tu le fais, j'ai peur. Je ne sais pas quoi te répondre. Je t'en prie, je t'en supplie, parlons calmement."
     
    Elizabeth s'approchait timidement, laissant sa main caresser la joue de Lucas qui éteignait sa soif de colère, ne pouvant s'empêcher de regarder ses yeux d'ensorceleuse. En même temps, quand il réfléchissait, il ne lui avait pas tout dit non plus sur son passé, même sur ce qu'il avait fait récemment avec Skills. Il avait répondu à un défi, mais il sentait que depuis il y avait un malaise. Bref, entre eux, ce n'était plus la même confiance qu'auparavant. Cependant, il ne pouvait résister à une telle beauté qu'il souriait légèrement. 
     
    Lucas (plus calme) : "J'accepte que l'on parle, mais on se dit tout, d'accord ? 
     
    Elizabeth (sourint) : D'accord. Pose-moi les questions, et je te répondrais sans détour."
     
    Elizabeth avait réussi sa manoeuvre qu'elle pensait déjà à contrôler les réponses aux questions. En étant plus calme, elle pouvait garder certaines choses sans qu'il s'en aperçoive. Brooke de son côté voyait enfin les policiers arriver sur les lieux. Elle se sentait soulagée. Cependant la peur l'habitait au plus profond d'elle-même, ayant été confrontée à la personne qui causait tant de mal à la communauté à commencer par la perte de Peyton, puis le kidnapping et maintenant la mort de Caitlin, mais aussi l'apparition de Claire Scott et de l'ex d'Elizabeth. Elle ne savait plus quoi penser, mais un policier venait à sa hauteur, se montrant compréhensif en la regardant avec un air de tendresse dans les yeux, posant sa main sur son épaule droite. 
     
    Le policier (se montrant à l'écoute) : "Je suis sincèrement désolé pour l'épreuve que vous traversez en ce moment. Si vous avez besoin de temps avant que je ne vous pose des questions, n'hésitez pas. 
     
    Brooke (encore éprouvée mais prête à affronter les épreuves) : Ne vous inquiétez pas. C'est gentil à vous, mais allez-y. Je suis prête à vous écouter. 
     
    Le policier (curieux) : Pourquoi étiez-vous ici ? 
     
    Brooke (versant une larme) : En fait, j'étais venue pour chercher Caitlin. Je ne désirais pas qu'il lui arrive quelque chose comme ce qui était arrivée à ma meilleure amie : Peyton. Seulement, j'ai fait face à cette ordure et il a failli par me tuer. Il a visé Caitlin sous mes yeux, et jai rien pu faire, c'est horrible. 
     
    Le policier (compréhensif et déposant une douce caresse réconfortante à son épaule) : Ne vous inquiétez pas. Tout est terminé, et on attrapera l'ordure qui a fait cela. On postera des policiers partout pour vous protéger. 
     
    Brooke (pensant à ses proches) : Mes amis aussi ? 
     
    Le policier : Bien sûr. 
     
    Brooke (rassurée) : Merci à vous. Vous avez d'autres questions ? 
     
    Le policier : A vrai dire, vous m'avez devancé. 
     
    Brooke (gênée) : Oh, excusez-moi. 
     
    Le policier : Ce n'est pas grave, mais restez en ville au cas où on aurait besoin de vous.
     
    Brooke : Aucun problème."
     
    Le policier partait, laissant Brooke seule. Celle-ci en profitait pour appeler quelqu'un. Il s'agissait d'Elizabeth. Malheureusement, comme elle était occupée, elle lui laissait un message. 
     
    Brooke (un peu énervée) : "Bon, c'est pas pour dire, mais je viens de te sauver la mise devant les flics. Alors, je ne sais pas où tu te trouves, mais il faut que l'on se voit pour que tu m'expliques tout, et que tu m'en dises davantage, sinon, je devrais tout dire, compris ?"
     
    Elle raccrochait immédiatement et partait à sa recherche. Chez les Scott, alors que Rachel et Micro étaient partis, Deb pensait qu'il était temps enfin de mettre les choses au clair avec la soeur de Nathan et montait la voir. Claire se relaxait tranquillement, allant même envoyer un sms quand elle était interrompue. Elle cachait vite le portable, montrant que rien ne pouvait la faire flancher et souriait pour la déstabiliser. Cependant Deb n'était pas née de la dernière pluie.
     
    Deb (déterminée) : "Vous aimez foutre la merde on dirait ?
     
    Claire (tenant tête) : On dirait que vous ne prenez pas de gant avec moi ? Avouez, vous ne m'aimez pas.
     
    Deb (surprise mais tenant tête) : Disons-le, vous arrivez soudainement, et vous bouleversez la vie de tout le monde. On peut se poser des questions, non ?
     
    Claire (déterminée et attendant de voir où est-ce que Deb voulait en venir) : N'ai-je pas le droit de venir retrouver les miens et après tout, s'il y a des bouleversements, n'est-ce pas par rapport à des choses qui se sont passées antérieurement à mon arrivée ?
     
    Deb (déstabilisée mais ne le montrant pas) : Oui, fort possible, mais il est vrai que l'influence que vous avez sur Nathan est un peu trop grande à mon goût.
     
    Claire (continuant sur la voie) : Oh, mais est-ce que vous avez peur de perdre votre fils par hasard ?
     
    Deb (s'approchant de bien près l'air menaçante) : Si vous touchez à un seul cheveu de mon fils, je vous tue.
     
    Claire (jouant l'innocente) : Pourquoi je ferais une telle chose à mon frère ? Il compte pour moi vous savez.
     
    Deb : C'est que cela est difficile à croire.
     
    Claire (jouant de finesse en la menaçant) : Mais si vous vous mettez à vous méfier, vous perdrez vite la confiance de votre fils. C'est ce que vous désirez ?
     
    Deb (effrayée) : Non.
     
    Claire (la tenant dans ses filets) : Alors, vous n'avez qu'à m'appuyer, et montrer que vous me soutenez. Ainsi, vous garderez l'amour de votre fils. Et puis, se mettre contre moi, ce serait encouragé le fait que la famille de Dan Scott bien divisée ne puisse jamais se réunir.  
     
    Deb (résignée) : Je le ferais alors. 
     
    Claire (satisfaite) : Bien. Alors, vous ne vous occuperez pas de ce mariage. 
     
    Deb : Là, vous m'en demandez trop. 
     
    Claire (la titillant) : Vous vous souvenez de ce que l'on vient de dire ? 
     
    Deb (résignée) : Oui, bon, d'accord. 
     
    Claire (satisfaite) : Parfait alors."
     
    Claire laissait Deb dans le désarroi le plus total. De leur côté, Rachel et Micro rentraient. Celle-ci était bien énervée qu'elle laissait tomber tout à terre. Micro ne savait pas quoi faire sur le coup, la laissant faire au départ puis il se rapprochait, la prenant dans ses bras, mais celle-ci le repoussait. 
     
    Rachel (en colère) : "Non, mais pourquoi tu n'étais pas d'accord avec moi hein ? Cette Claire m'énerve et elle a tout foutu en l'air ! 
     
    Micro (restant calme) : Ca va aller mon ange. On ne va pas s'occuper d'elle après tout. L'important c'est nous, que l'on soyons heureux. 
     
    Rachel (en colère) : Je ne le serais pas si elle est présente à notre mariage. Si elle s'y trouve, tu peux être sûr de ne pas me trouver, je te préviens."
     
    Rachel la mettait devant le fait accompli, allant vers la salle de bains pour se calmer. Micro n'avait pas d'autres choix que de tout faire pour la combler sinon, cela en était fini. A croire que Claire posait problème dans l'entourage et plus que ce que tout le monde le pensait au départ. De son côté, Ethan était rentré chez lui, voyant bien que le tout était fouillé quand soudain, il entendait du bruit. Très méfiant, il prenait son arme, fouillant un peu partout. Il n'aimait pas les surprises. Entendant bien plus le bruit, il se précipitait vers celui-ci, allant même frapper quand il se stoppa net. Il savait qui c'était : son frère. Il baissait son arme, ne venant pas tout de suite auprès de lui. Michael le remarquait bien. 
     
    Michael (calme) : "Coucou mon frangin. 
     
    Ethan (froid) : Qu'est-ce que tu fous ici ? 
     
    Michael (curieux) : Tu n'es pas content de me revoir ? 
     
    Ethan (le recadrant) : Ca fait un moment que l'on ne s'est pas vu, mais voilà que tu débarques comme ça sans prévenir. Tu as fumé ou quoi ? 
     
    Michael (déterminé) : On vient me voir pour toi, et je ne dois pas m'inquiéter ou me dire que tu as besoin de moi ? 
     
    Ethan (le recadrant) : La dernière fois que j'ai eu besoin de toi, c'était après la tentative d'agression d'Elizabeth, et ce qui m'était arrivé. Où tu étais hein ? 
     
    Michael (gêné) : Je n'ai pas été là, et j'en suis désolé, tu le sais bien. J'ai essayé pourtant de te venir en aide. 
     
    Ethan (furieux) : C'était trop tard, tu le sais. 
     
    Michael (s'approchant lentement) : Maintenant je veux t'aider. 
     
    Ethan (curieux) : Pourquoi maintenant ? 
     
    Michael (calme) : Je suis venu car deux hommes sont arrivés dans notre demeure familiale. 
     
    Ethan (curieux) : Qui était-ce ? 
     
    Michael : Lucas et son ami Skills. 
     
    Ethan (déterminé) : Je vois qu'ils veuillent vraiment me nuire. Et bien sûr, en tant que frangin aussi talentueux que naïf, tu as dit des choses sur moi. 
     
    Michael (vexé) : Ca va, tu n'as qu'à dire de moi que je suis stupide. 
     
    Ethan (le rassurant) : C'est que je ne voulais pas être méchant. 
     
    Michael : Ne t'inquiète pas. Ils savent certaines choses, mais pas tout. 
     
    Ethan (satisfait) : Sûrement ce qui m'est arrivé et à Elizabeth, les liens entre celle-ci et Claire. 
     
    Michael : Oui. 
     
    Ethan (satisfait) : C'est parfait alors. 
     
    Michael : Je peux rester avec toi dis ? 
     
    Ethan (souriant) : Je veux bien. Et tu voudras m'aider ? 
     
    Michael (souriant) : Oui, car tu es mon frère. 
     
    Ethan (curieux) : Vraiment sur tout ? 
     
    Michael (déterminé) : Je veux que l'on soit frères."
     
    Ethan prenait dans ses bras son frère. Ils semblaient s'être retrouvés. Seulement Ethan avait prévu autre chose, désirant utiliser son propre frère, mais dans quel but ? Pendant ce temps, Nathan et Haley rentraient chez eux, sachant qu'enfin, ils pouvaient respirer et surtout, se dire qu'ils étaient en sécurité. La police était bien efficace que l'équipe chargée de leur surveillance était arrivée peu de temps après l'entrée du couple. Claire était en bas et voyant sa cible, elle se rapprochait, le serrant fort dans ses bras. 
     
    Claire (inquiète) : "J'ai eu si peur pour toi Nathan, pour vous deux. Ca fait un moment que je ne vous ai pas vu. 
     
    Nathan (la rassurant et se sentant bien auprès de sa soeur) : Ca va. On a demandé la protection de la police vu la menace et la tentative d'assassinat à mon encontre. 
     
    Haley (souriant) : Plus personne n'aura à craindre de quoi que ce soit. 
     
    Claire (laissant apparaître un joli sourire même si au fond, elle n'aimait pas que la police se mêle de tout) : Je suis heureuse. L'important c'est que vous soyez en sécurité. Vous êtes ma famille. 
     
    Nathan (heureux) : Et toi de la nôtre. 
     
    Claire (jouant la femme émue) : C'est plus que gentil frangin. 
     
    Nathan : Et il y a une protection un peu partout pour tout le monde. 
     
    Claire (gardant le sourire) : Oh, génial. 
     
    Haley (curieuse) : Il t'avait mis au courant pour ce qui lui était arrivé ? 
     
    Claire (inventant une histoire) : Oui, et j'ai préféré de suite l'aider. Je ne voulais pas qu'il lui arrive quoi que ce soit. 
     
    Haley (reconnaissante) : Je ne peux que te remercier pour préserver mon mari comme tu le fais. 
     
    Claire (sachant qu'elle s'était bien rapprochée des Scott, réussissant sa mission) : C'est normal. Vous comptez vous tous pour moi, et je ferais tout pour vous."
     
    Les trois se serraient dans les bras. Claire élaborait en tête sa future stratégie. Voyant qu'elle commence à être carrément visée par beaucoup de personnes, elle pensait à quelque chose de spectaculaire. Au loin, Deb avec son petit-fils qu'elle venait de retrouver surveillait de loin. Elle était mal à l'aise sachant que Claire était un grand danger. Allait-elle prévenir tout le monde au risque d'être prise pour une folle ? Pendant ce temps, Lucas et Elizabeth s'étaient posés tranquillement, afin de pouvoir parler à coeur ouvert. La jeune femme redoutait bel et bien les questions que Lucas pouvait poser, mais elle était prête. Lucas de son côté pouvait admirer bel et bien la beauté de la déesse, mais les évènements qui lui avaient permis d'en apprendre plus sur elle ou sur Claire et même Ethan le bloquaient. Il était temps pour lui de casser cette gêne et il allait le faire. 
     
    Lucas (gêné) : "Tout d'abord, je te présente mes excuses les plus sincères pour mon comportement. 
     
    Elizabeth (respirant un peu et caressant légèrement l'épaule de Lucas pour l'apaiser) : Ce n'est rien tu sais. Tu n'as pas besoin de t'excuser. 
     
    Lucas (gêné) : Je le devais, car après tout, tu es quelqu'un qui me soutient, même si on ne se connait pas depuis si longtemps. 
     
    Elizabeth (émue) : C'est gentil. 
     
    Lucas (curieux) : Cependant, j'ai fait certaines découvertes et le fait que tu ne m'en ai pas parlé m'a énormément blessé. J'aimerais savoir comment tu as rencontré Ethan et ce qui est arrivé à votre relation. 
     
    Elizabeth (calme) : Je l'ai rencontré alors que j'étais étudiante. Il était charmant, attentionné et même à mes petits soins, faisant de moi une princesse comme on n'en fait plus. Seulement, le tout a changé lorsque on a tenté de m'agresser. Ethan est venu me sauver et a été gravement blessé. Cette blessure l'a changé à un tel point qu'ensuite il est devenu odieux, méprisable et même osait me frapper à de nombreuses reprises pour tenter de me contrôler. 
     
    Lucas (compréhensif) : Oh, j'en suis sincèrement désolé. Et que s'est-il passé lorsque tu l'as quitté ? 
     
    Elizabeth (laissant une larme couler pour faire plus vrai sur son histoire) : Le quitter a été plus que difficile, car je n'avais pas cette force que tu vois aujourd'hui. Je l'avais attendu le soir, à 19heures pour son dîner, et j'y étais à l'heure pour le satisfaire. C'est là où j'ai pris mon courage à deux mains et je lui ai dit que c'était fini. Quand je l'ai vu vraiment en colère, j'ai pris quelques affaires et je suis partie le plus vite possible, le laissant en plan. 
     
    Lucas (à son écoute) : Et après, tu ne l'as plus revu sauf quand tu es arrivé à Tree Hill ? 
     
    Elizabeth : Oui. J'avais coupé tout contact avec lui jusqu'à ce que je le trouve ici. Il va falloir que je me protège de lui, et ce n'est pas simple. Il est dangereux. 
     
    Lucas (se montrant protecteur) : Je te protègerais tu sais. 
     
    Elizabeth (curieuse) : Tu es sûr ? Car quand je t'ai vu en colère, j'ai cru que tu voulais couper les ponts avec moi. 
     
    Lucas (la rassurant) : Ne t'inquiète pas. C'est la colère qui a parlé et non ce que je ressens pour toi. Tu comptes à mes yeux, plus que tu ne pourrais jamais l'imaginer. 
     
    Elizabeth (s'ouvrant légèrement pour ainsi ne pas avoir à répondre à d'autres questions) : Tu comptes aussi énormément pour moi, et plus que tout. Je voudrais te protéger également. 
     
    Lucas (heureux) : J'ignorais que tu ressentais autant de choses pour moi. 
     
    Elizabeth (souriant) : C'est que tu me montres un aspect différent du genre humain, et bien plus agréable que ce que j'ai connu auparavant. 
     
    Lucas (souriant) : C'est gentil. Mais j'aurais une autre question pour toi. 
     
    Elizabeth (redoutant la prochaine question mais elle était prête) : Je t'écoute. 
     
    Lucas (curieux) : J'ai su que tu connais Claire, et a priori très bien. D'où tu l'as connu ? Et quelles sont tes relations avec elle ?"
     
    Alors qu'Elizabeth allait répondre à la question, quelqu'un frappait et ce avec insistance. Lucas attendait la réponse avec impatience, pouvant enfin éclairer ses incertitudes mais Elizabeth décidait d'ouvrir la porte. Elle se levait et en l'ouvrant, découvre avec stupéfaction une Brooke complètement en furie. 
     
    Elizabeth (surprise) : "Brooke ? Mais pourquoi es-tu ici ? 
     
    Brooke (en furie) : Je veux des réponses et de suite. 
     
    Elizabeth (gênée) : Je ne peux pas, je reçois déjà, mais tu peux repasser plus tard non ? 
     
    Brooke (en rentrant et voyant Lucas) : Oh, mais non, j'ai besoin de réponses et de mes questions, tu les donneras aussi à Lucas, car hors de questions qu'il y ait des secrets. Je déteste cela, et cordialement. Lucas en est d'ailleurs le premier témoin. Tiens, salut Lucas ! 
     
    Lucas (gêné) : Salut. Mais tu as les mêmes questions que moi ? 
     
    Brooke (surprise) : Toi aussi, c'est pour des questions ? Décidément Elizabeth, tu décroches le jackpot. 
     
    Elizabeth : En effet, et tu es venu pourquoi exactement ? 
     
    Brooke (en furie) : Pour des réponses sur Caitlin et sa mort, sur celui qui aurait pu faire cela, et le fait que l'on se soit séparé lors de la recherche de l'avocate de Dan."
     
    Elizabeth était complètement prise au piège. Comment allait-elle s'en sortir ? Elle prenait quand même une grande inspiration et allait tout faire pour la calmer comme elle avait réussi pour Lucas précédemment. 
     
    Elizabeth (choquée) : "Quoi ? Mais comment ça se fait ? 
     
    Brooke (en furie puis laissant une larme couler) : Je l'avais trouvé, elle était en vie, mais je me suis trouvée face au kidnappeur, à la personne qui cause tant de souffrances. Je me suis mesurée à lui, au point même qu'il a tiré, mais il a tué Caitlin, voulant me faire passer un message. Ainsi, je me sentirais coupable, et il a réussi. 
     
    Lucas (affollé) : Mais tu es dingue ? J'aurais pu te perdre alors que ma mère a été kidnappé et que Peyton est morte. Je ne veux pas qu'il t'arrive quoi que ce soit, tu comprends ? 
     
    Brooke (le rassurant) : Je suis solide, ne t'inquiète pas. 
     
    Lucas (affollé) : Mais même, je ne veux pas que tu prennes autant de risques. 
     
    Brooke (lui donnant un léger bisou sur la joue) : Ne t'inquiète pas. Je serais toujours là pour toi. 
     
    Lucas (souriant légèrement) : Et moi pour toi. 
     
    Brooke (en furie) : Mais ça ne change pas le fait que tu n'étais pas là Elizabeth. Allez, dis-moi pourquoi !"
     
    Elizabeth ne savait plus où se mettre, se sentant coupable. Qu'allait-elle pouvoir faire face à Brooke ? Elle y réfléchissait longuement. Mais la jeune femme la sortait de sa torpeur, la secouant violemment et Elizabeth la regardait. 
     
    Elizabeth (hésitante) : "Je ne sais pas quoi dire. 
     
    Brooke (insistante) : La vérité, ce serait bien non ? 
     
    Elizabeth (gênée) : C'est que la personne que j'ai vu au moment où on est arrivé dans l'entrepôt n'était autre que mon ex Ethan Hawkins et après complètement désorientée par les retrouvailles, je suis partie.
     
    Brooke (étonnée) : Oh, et c'est lui ? 
     
    Elizabeth (calme) : Il m'a dit que non. 
     
    Lucas (intervenant) : Je croyais que tu l'avais vu la dernière fois, lorsque l'on était chez ma mère pas une autre fois dans cet entrepôt, mais tu me caches quoi d'autre hein ? 
     
    Elizabeth (gênée et s'excusant) : Je ne peux pas croire qu'il soit un meurtrier. Il est peut-être violent d'accord, mais à ce point-là, je ne pense pas. En plus, il m'a dit qu'il était propriétaire de cet entrepôt. 
     
    Brooke (insistant) : Je ne peux pas laisser la personne qui a fait cela impunie. J'ai assisté à un meurtre et autant tout faire piur savoir si Ethan est responsable, et je veillerais à découvrir la vérité. Tu veux m'aider ou pas ? Si tu ne veux pas, ça veut clairement dire que tu es contre nous, et je ne te tolèrerais plus. On doit se protégeait les uns des autres. Lucas, tu es d'accord ? 
     
    Lucas (gêné mais n'ayant pas d'autre choix) : Tu as raison Brooke, même si ça me rend malheureux. 
     
    Elizabeth (interpellant Lucas) : Lucas, dis quelque chose, ça ne te gêne pas ? 
     
    Lucas (désespéré) : Tu te rends compte du mal qui se passe, du fait que l'on soit menacés et Ethan est tout simplement la personne qui t'a fait le plus souffrir, a été violent. Tu ne l'as plus vu avant d'être à Tree Hill, alors comment tu peux savoir s'il n'a pas évolué dans le meurtre hein ? Penses-y bel ange.
     
    Elizabeth (émue) : D'accord. C'est un beau compliment que tu viens de me dire. 
     
    Lucas (souriant légèrement) : Parce que tu l'es, je ne fais que constater ce que je vois sous les yeux. Et je veux ton bien-être, alors, on doit partir à la chasse. Allons directement le voir.
     
    Elizabeth (résignée) : D'accord."
     
    Les trois partaient. Pendant ce temps, Claire avait réussi à avoir totalement la confiance de Nathan et de Claire, qu'il fallait semer le doute, et elle envoyait un message à quelqu'un disant il est temps d'agir. Elle s'éloignait du couple les laissant seuls. Elle avait étudié la demeure de Nathan dans les moindres détails et se plaçait près de la porte de la cuisine, faisant comme si elle se prenait un petit casse-croûte. Soudain, la porte s'ouvrait. Quelqu'un s'introduisait et prenait Claire qui criait. Nathan et Haley entendaient ce qui se passait et se précipitaient vers la cuisine. Ils étaient horrifiés qu'ils criaient pour alerter les personnes qui devaient s'occuper de leur protection. Comme ils n'arrivaient pas pour le moment, Nathan se jetait dans la gueule du loup, frappant l'agresseur, mais celui-ci le jetait violemment au sol. Nathan se relevait difficilement et pensait qu'avec les mots, cela pourrait faire la différence. 
     
     (énervé) : "Lâchez ma soeur, allez lâchez-là espèce d'enfoiré et de ce pas !"
     
    Seulement, celui-ci ne l'écoutait pas et emmenait Claire au loin qui criait désespéremment. Nathan et Haley étaient désemparés, n'ayant rien pu faire pour elle. Les policers arrivaient six mois plus tard constatant les dégâts. Nathan venait directement vers l'un d'eux bien énervé. 
     
     (énervé) : "Vous m'avez promis que l'on serait protégés ici, que l'on ne craindrait rien du tout ma famille et moi, et regardez ce qui est arrivé. Ma soeur a été enlevée par un malade et où vous étiez ? Nul part, comme d'habitude. Bougez-vous le cul ! Retrouvez ma soeur bordel ! 
     
     (essayant de rassurer son homme) : On va la retrouver et saine et sauve. Je suis là pour t'aider. On est tous avec toi. 
     
     (inquiet) : J'en ai marre de perdre les gens que j'aime. Je ne veux pas la perdre alors que l'on s'est retrouvés. 
     
     (se montrant rassurante) : Ca n'arrivera pas, jamais."
     
    Haley prenait Nathan dans ses bras le calinant tendrement, et espérant que Claire soit retrouvée le plus rapidement possible. Pendant ce temps, Lucas, Elizabeth et Brooke arrivaient devant la demeure d'Ethan. Ils étaient décidés à tout faire pour connaître la vérité. Devant la porte, Lucas et Brooke laissaient Elizabeth passaient devant quand soudain, la personne qui ouvrait n'était pas celle qui devait être là. C'était Michael. Pour les trois c'était la surprise totale. 
     
      (choqué) : "Michael, mais qu'est-ce que vous faites ici ?"
     
    Pour les trois, le fait que Michael relève encore plus de questions que de réponses. Allaient-ils en savoir plus sur Ethan avec ça et éventuellement le confondre ? 
     
     
     
     
     
    Fin de l'épisode.

    votre commentaire
  • Episode 10 Faux-semblants
     
    Trouver Michael dans cette demeure avait été un choc pour Lucas, Elizabeth et Brooke. Mais pour ce dernier, c'était également un choc. Il ne pensait pas du tout que quelqu'un viendrait et en particulier les trois. De plus, voir Elizabeth était encore plus éprouvant pour lui. La dernière fois qu'il l'avait vu, c'était en compagnie de son frère et au moment où il était encore lui-même. Les quatre se regardaient dans les yeux. Lucas bien décidé, allait de nouveau poser des questions dans le but de connaître des réponses et le plus vite sera le mieux. 
     
     (insistant) : J'ai posé une question il me semble bien Michael alors il faut me répondre. 
     
     (gêné) : Excusez-moi, votre venue est plutôt un choc à mes yeux. Je suis là, parce que je désire retrouver mon frère et essayer de me réconcilier avec lui. 
     
     (choqué) : Mais vous avez fumé ou quoi ? 
     
     (comptant bien le dérouter) : Pourquoi ? Alors que je souhaite simplement la paix dans ma famille. On ferait n'importe quoi pour les siens, est-ce que vous n'êtes pas d'accord avec cela ? 
     
     (dérouté) : Si, et je vous comprends. Je souhaite me réconcilier avec mon frère de tout mon coeur, mais Claire m'en empêche, et je souhaite en savoir plus sur elle. 
     
     (essayant d'être compréhensif) : Je comprends votre démarche, mais vous savez, certaines enquêtes sont difficiles à mener, et mieux vaut que certaines choses restent sous terre. Le fait que certaines vérités soient mises en lumière ne font que plus de mal. 
     
     (essayant de déstabiliser cet inconnu) : Mais vous savez, la vérité est pourtant la seule chose qui nous tient dans ce monde, faisant que les relations sont honnêtes et dures avec le temps. 
     
     (tenant tête à la jeune femme) : Pour une belle inconnue, voilà que le plus important, ce sont les contes de fées. Cela n'existe plus depuis longtemps, et le commun des mortels ne croit plus en cela. 
     
     (obstinée) : Vous vous trompez lourdement. Vous n'avez pas froid aux yeux pour essayer de me déstabiliser.
     
     (curieux) : Quel est votre nom belle demoiselle ? 
     
     (calme) : Brooke, Brooke Davis et vous ? 
     
     (souriant) : Enchantée Brooke. Je m'appelle Michael Hawkins. 
     
     (curieuse) : Où est votre frangin ? 
     
      (essayant de la dérouter) : Mais vous ne préférez pas être avec moi ? 
     
     (essayant de le faire chanter) : Vous aurez un moment avec moi à condition que vous me révélez la vérité sur ce qui se passe dans cette ville et si votre frère est impliqué, même vous aussi. 
     
     (essayant de remettre les choses en place) : Michael, ravie de te revoir, ça faisait longtemps. 
     
     (troublé et triste) : Je ne suis pas un méchant garçon. En tout cas, ravi de te revoir aussi Elizabeth. Tu es toujours aussi belle, même si le temps a passé depuis le temps. 
     
     (souriant légèrement) : Toujours aussi charmeur à ce que je vois. 
     
      (curieux) : Toi aussi, tu recherches mon frère ? 
     
     (calme) : Je veux pouvoir enfin savoir si ton frère est devenu aussi violent pour commettre de telles atrocités comme des meurtres ou même des kidnapping. 
     
     (tentant de protéger son frère) : Tu connais mon frère Elizabeth. 
     
     (doutant) : Je ne sais plus Michael. Je ne sais plus quoi penser. 
     
     (s'approchant d'elle et caressant sa joue) : Tu sais que tu peux tout me dire. 
     
     (le regardant émue) : Mon meilleur ami m'a manqué. 
     
     (charmé) : Tu étais plus que cela, tu le sais. 
     
     (résistant) : Mais j'ai changé de vie, tu le sais. 
     
     (choquée) : Quoi ? Tu aurais été infidèle ? 
     
     (calme) : On a succombé une fois, mais c'est terminé. 
     
     (un peu effrayé) : Mon frère n'est pas au courant. 
     
     (encore étonné par ses révélations) : Décidément la famille Hawkins, vous êtes étonnant. 
     
      (curieux) : Je suppose qu'avec ce qui a été dit, vous allez me faire chanter ? 
     
     : Cela ne serait pas justifié pour avoir ce que l'on veut ? 
     
      (souriant, bien charmé par cette jeune femme) : Décidément Brooke Davis, vous êtes stupéfiante.
     
     (curieuse et jouant pour mieux obtenir ce qu'elle souhaite) : Ne seriez-vous pas en train d'essayer de me charmer ? Je ne suis pas une de ses poulettes que l'on peut avoir avec de la bonne flatterie. Si vous n'êtes pas créatif, vous n'aurez que vos yeux pour pleurer. 
     
     (calme et allait jouer pour mieux la déstabiliser) : C'est un défi que je relève très chère. 
     
      (continuant de jouer) : Essaye pour voir, mais d'abord, je veux savoir la vérité. 
     
     (murmurant à l'oreille de Brooke) : Mais qu'est-ce que tu fais ? 
     
     (murmurant à l'oreille de Lucas) : On veut des réponses ? Alors laisse-moi faire, tu me connais voyons. 
     
      (murmurant) : D'accord. 
     
     (hésitant) : Je......
     
     (insistant pour mieux le piéger) : Mais alors, vous avez perdu votre langue ? Vous savez que si vous ne dites rien, vous perdrez une occasion ? 
     
     (hésitant) : Je......... ne sais rien. 
     
     (jouant la vexée) : Minable, vraiment un véritable minable. Allez Elizabeth et Lucas, on se casse d'ici. Je ne veux en aucun cas voir des minus qui n'ont que dans la tête que de cacher la vérité. Je déteste ce genre de personnes, ça me fait vomir."
     
    Ils commençaient à partir, mais Michael tellement troublé et déstabilisé prenait le bras d'Elizabeth pour les stopper. Allait-il dire la vérité ? Là, telle était la question. Pendant ce temps, Nathan et Haley étaient encore bien déstabilisés par ce qui venait d'arriver à Claire, récemment kidnappée. Nathan était rassuré par le fait qu'Haley soit là, mais il n'avait qu'une obsession : retrouver Claire à tout prix. Après ce câlin, Nathan marchait dans tous les sens, ce qui déstabilisait bien Haley, l'agaçant quelque peu.
     
      (agacée) : "Non, mais tu peux arrêter de faire les cents pas, il n'y a rien de plus qui m'angoisse. 
     
     (inquiet) : Mais je pense encore à Claire, et je ne peux pas la laisser dans cette situation. Je ne veux pas la perdre. 
     
     (curieuse) : Mais je croyais t'avoir rassuré, te montrant que le tout s'arrangera. 
     
     (calme) : Je sais ma puce, et j'aime ta grande qualité optimiste, mais je sais que les choses ne s'arrangeront jamais. 
     
     (agacée) : Non, mais tu crois quoi ? Que je ne sais pas voir les choses comme elles sont ? Il faut garder espoir. 
     
     (inquiet) : Avec ce qui se passe, mais comment le faire ? 
     
     (furieuse) : Mais merde, pense à moi, ou à notre fils Jaimie. A priori, tu ne penses qu'à ton gros cul. Voilà, j'en ai marre. J'essaye de te rassurer, et toi tu ne montres que ton inquiétude. Il n'y en a que pour toi. Ta femme et ton fils alors ? Ils pensent à toi, au fait que l'on a failli par te perdre. On a peur mais tu ne comprends pas ça bordel ?  Ton devoir de père tu en fais quoi ? Vrament tu me fais chier, je me casse, et n'essaye pas de me voir, tu ne recevras qu'une bonne baffe en retour."
     
    Haley claquait la porte, partant furieue de la demeure des Scott et se rendant à son travail qu'elle avait pris depuis qu'elle avait fini le lycée et qu'elle avait donné naissance à son fils. Allait-elle pouvoir se calmer ? Là, telle était la question. Pendant ce temps, Rachel était toujours aussi énervée, même carrément furieuse. Voir Claire la titillait avait éveillé en elle ce sentiment de lui mettre des bâtons dans les roues rien que pour lui rabattre son caquet et de montrer finalement qui règnait au sein de Tree Hill. Elle s'était assagie pendant un temps auprès de Micro, mais ce qui est arrivé lui a fait prendre conscience qu'elle s'ennuyait profondément. Au moins, avec n'importe lequel des Scott, il y avait de l'aventure. Elle désirait quelque chose de plus excitant et elle était décidée à y arriver. Micro n'était pas loin. Il réfléchissait à ce qu'avait pu lui dire celle qu'il aimait si fort. Il attendait patiemment qu'elle sorte pour qu'enfin ils puissent parler. Finalement, Rachel sortait après être restée de bonnes minutes à la salle de bains. Elle était toujours aussi énervée. Micro n'osait pas s'approcher. C'était Rachel qui faisait le premier pas, étant bien déterminée à sortir de cette situation qui l'ennuyait. 
     
     
     (déterminée) : "Il faut que l'on parle.
     
     (timide) : Je suis d'accord, dis-moi. 
     
     (curieuse) : As-tu réfléchi en rapport avec Claire et à ce qui est arrivé ? 
     
     (calme) : Oui. Et je pense que l'on ne doit pas juger. Il s'agit de la soeur de l'un de mes meilleurs amis. Comment je passerais devant lui ? Comment il réagirait face à cela ? 
     
     (furieuse) : Mais t'es aveugle ou quoi ? On ne sait pas qui elle est et ce qu'elle a fait alors que l'on discutait organisation de mariage, tu y as pensé ? Elle est le mal incarné cette fille. 
     
     (essayant de la calmer) : Je sais, mais sur une simple chose, on ne doit pas établir de conclusions attentives.
     
     (énervée) : Et me faire confiance, tu as oublié ? 
     
     (essayant de la rassurer) : Ma chérie, j'ai une totale et pleine confiance en toi. 
     
     (souriant ironiquement) : Tu me fais confiance et tu oses dire qu'il ne faut pas faire de conclusions, la belle affaire. Tu te fous de ma gueule, c'est pas possible autrement. 
     
     (continuant sa manoeuvre car il voudrait retrouver sa chérie) : Vraiment j'ai confiance.
     
     (déterminée et le défiant) : Alors prouve-le moi. 
     
     (essayant de bien choisir ses mots) : Je dois penser aux personnes qui sont autour de moi, à Nathan et à Lucas.
     
     (folle de rage) : Donc tes amis passent avant moi ? Non, mais c'est le comble de l'horreur. Je compte pas pour toi ? Tu ne tiens pas à moi. Bordel, je me suis bien trompée sur toi. Je te pensais si gentil, prévenant et se souciant des autres, alors que finalement, tu me considères juste comme un chien, une chose que tu peux trimballer partout en te disant : chouette elle est avec moi. Tu vois coco ? Et bien la dame que tu vois, ses courbes, ce visage, et bien tu ne toucheras plus rien du tout. Inutile de me revoir, de m'appeler ou de faire quoi que ce soit sale rat. Dégage de mon chemin, dégage de ma vie à jamais ! Tu n'es qu'un moins que rien à mes yeux. Et mariage ? Ah, finito, nada, niet. Tu peux rêver. 
     
     (triste et surpris) : Mais.....
     
     (déterminée et l'interrompant) : Inutile, je ne changerai pas d'avis. Tchao à jamais."
     
    Rachel partait en trombe laissant un Micro complètement triste. ll n'avait pas trop compris ce qui se passait, mais en même temps, il se rendait compte d'avoir commis une erreur, même l'ultime erreur en faisant passer ses amis avant celle qu'il aimait. Rachel elle, avait obtenu ce qu'elle désirait et elle pourra vivre tout plein d'aventures. D'autant plus, avec cette conversation, elle se rendait compte qu'elle comptait beaucoup moins que les amis de toujours, et ça, ça l'a profondément blessée. Elle croyait avoir obtenu un statut particulier, être au même rang que les autres, mais Micro, lui a prouvé le contraire. Désormais pour elle, toutes les portes lui étaient ouvertes et elle n'hésitera pas une seule seconde à les franchir. Pendant ce temps, Elizabeth, Lucas, et Brooke étaient avec Michael qui finalement s'était laissé prendre au piège. La manoeuvre de Brooke était une réussite qu'il s'en trouvait déstabiliser et obnubiler par la belle si sûre d'elle. Cependant en agissant ainsi, il savait que certains secrets seraient découverts, que malheureusement son grand frère Ethan allait beaucoup lui en vouloir. Entre les deux hommes c'était jusqu'à présent une guerre, mais Michael avait réussi à se rapprocher de lui. Seulement, il savait qu'en discutant avec eux, il risquait de perdre son frère. Il était plutôt songeur, mais le regard qu'il croisait d'Elizabeth si tourmenté le faisait réfléchir. Il était décidé à répondre à leurs questions le mieux possible.
     
     (essayant de rassurer Elizabeth) : "Je suis désolé pour tout ce que tu endures. 
     
     (perdue) : J'ai été perdue depuis bien trop longtemps, entre toi, lui. Et le fait de penser que ton frère a carrément changé, ça me rend malade. 
     
     (curieux) : Tu l'aimes toujours ? 
     
     (calme) : J'en ai terminé avec lui, mais le passé, enfin le début de notre histoire, ça, je ne peux l'oublier. Et tu m'as montré la voie pour que je puisse évoluer, sinon je serais restée cette fille complètement apeurée, et ne prenant aucune décision. 
     
     (souriant légèrement) : Je suis ravi d'avoir pu t'aider. 
     
     (faisant une moue) : Tu le peux encore si tu réponds à nos questions. 
     
     (hésitant) : Je.......
     
     (intervenant afin de mieux piéger Michael) : A croire que vous n'avez pas retenu la leçon. 
     
     (déstabilisé) : Vous êtes plus qu'étonnante Brooke. D'accord, j'accepte. Posez-moi vos questions et j'essayerais de vous répondre. Alors, après j'aurais ce que je désire ? 
     
     (évasive) : Vous verrez bien, d'abord répondez à nos questions. 
     
     (résigné) : J'écoute. 
     
     (se mêlant à la conversation désirant poser la première question) : Pourquoi Ethan est arrivé à Tree Hill ? 
     
     (répondant mais laissant en retrait une partie de la réponse) : Il est venu pour être de nouveau avec Elizabeth. 
     
     (surpris) : Juste ça ? C'est plutôt étonnant. 
     
     (déterminée) : Je lui ai bien montré que c'était fini entre nous.
     
     (intuitive, sentant qu'il ne disait pas tout) : Mais alors, est-ce tout ce qu'il fait ou cet homme aurait des faces cachées ? 
     
     (se confiant) : Vous savez, avec mon frère, c'est plutôt compliqué et même tendu. On s'est disputés à plusieurs occasions. On avait même pris nos distances et je suis revenu pour recoller les morceaux. 
     
     (curieuse) : Qu'est-ce qui s'est passé ? 
     
     (se confiant) : Disons que j'ai mis des bâtons dans les roues d'un point de vue professionnel et ça l'a mis en colère. Il m'en a voulu pour Elizabeth, et j'ai essayé de le sortir de ses addictions. Il a tendance un peu à trop jouer et ça lui a causé de nombreux problèmes. 
     
     (curieuse) : Donc s'il reste à Tree Hill, c'est pour effacer ses dettes ? 
     
     (se confiant) : Je suppose. 
     
     (curieux) : C'est quand même étrange que kidnapping et meurtre rythment nos vies en sa présence. 
     
     (comprenant la manoeuvre qu'il joue les vexés) : Qu'est-ce que vous insinuez ? Que mon frère serait responsable ? Qu'il serait devenu un meurtrier ? Il est peut-être brute, violent je l'accorde mais de là à tuer, ce n'est pas son genre. Je connais mon frère. 
     
     (essayant de calmer le jeu) : Mais je ne l'accuse pas. 
     
     (jouant les personnes énervées) : Vous le faites pourtant."
     
    Michael marchait dans tous les coins, jouant bien la personne enragée. Elizabeth voyait qu'ils perdaient le contrôle face à Michael. Elle s'approchait de lui, posant sa main sur son épaule, mais là, Michael savait qu'ils avaient manoeuvré. Le fait que Lucas ait finalement accusé de manière bien déguisé Ethan de tous les évènements qui arrivaient à Tree Hill avec le kidnapping de sa mère, la mort de Caitlin l'avocate de son foutu paternel, la mort de Peyton, était le déclencheur pour Michael. Pour le trio, connaître davantage Ethan et savoir s'il était responsable de tout ce qui arrivait, partait en fumée. Brooke, sachant qu'elle avait de l'emprise, s'approchait à son tour. Elle sentait qu'il était de nouveau déstabilisé. Son charme faisait de l'effet. Peut-être que le groupe reprendra de nouveau l'avantage, mais là, Michael se montrait plutôt joueur et mystérieux. 
     
     (joueur) : "Brooke Davis, vous voulez jouer avec moi ? 
     
     (tenant tête) : Plutôt, vous, vous voulez jouer avec moi très cher. 
     
     (réaliste) : Partez et ce, le plus vite possible. Cela vaut mieux pour vous. 
     
     (têtue) : Et si on ne veut pas, vous ferez quoi hein ? 
     
     (étant rentré sans que personne ne s'en rende compte et étant furieux) : Lui rien, mais moi si, dehors de chez moi !"
     
    A la surprise générale, Ethan était arrivé, et il était plutôt en colère. Il y avait de quoi en voyant Lucas, la personne qui n'arrêtait pas d'enquêter sur son passé, le fait qu'il voyait justement le groupe avec son frère. Cela en était plus qu'insupportable pour lui. Qu'allait-il faire ? Là, c'était la question. Au même instant, Haley arrivait à son travail. Elle était devenue enseignante pour faire face aux dépenses de la famille et particulièrement de son enfant. Par contre, elle était encore furieuse contre Nathan et plus que ça, elle était enragée. Elle pensait de lui que c'était quelqu'un devenu responsable, qui se préoccupait des siens. Seulement, il était tellement obsédé par cette Claire, cette soi-disant soeur que le reste était invisible. Elle ne pouvait pas commencer à travailler dans ses conditions qu'elle s'arrêtait pour prendre un jus de pomme, une boisson dont elle ne pouvait s'en passer tellement c'était délicieux. Là, elle se trouvait face à un jeune homme plutôt charmant et séduisant qui commandait lui un bon jus d'orange. C'était un de ses élèves. Il s'agissait de Derek Oliver Monroe qui s'avérait être quelqu'un de plutôt brillant et dont elle admirait sa force de travail. En le regardant, elle se sentait attirée par lui. Elle voyait un beau gosse en devenir qu'elle désirait se retrouver près de lui, l'attraper entièrement et sentir ses attentions. Elle aimait d'autant plus quand il se montrait plutôt prévenant, simplement en demandant s'il allait bien. Là, en l'observant, elle le voyait soucieux. Et elle comptait bien en profiter pour se retrouver seule avec lui. Là, elle se montrerait prévenante et charmante pour mieux le charmer et le manipuler qu'elle se retrouvera dans ses bras et ainsi, elle le possèderait. Elle s'approchait de lui, posant sa main sur son épaule pour attirer son attention, et ça fonctionnait. Il se tournait, souriant légèrement. 
     
     (se montrant prévenante pour le toucher) : "Bonjour Derek, c'est un plaisir que de vous revoir mais je vois que vous n'allez pas très bien. Dites-moi ce qui ne va pas et je pourrais peut-être vous aider. 
     
     (gêné) : Bonjour Mme Scott, c'est également un plaisir de vous revoir. Mais je ne voudrais pas vous déranger.
     
     (jouant les rassurantes et les serviables, effleurant innocemment sa joue pour mieux l'attendrir) : Jamais vous ne me dérangerez. Sachez que je serais toujours là pour vous. Dites-moi ce qui ne va pas.
     
     (troublé) : Oh, c'est gentil. Je ne sais pas quoi dire.
     
     (sentant un peu de timidié en lui qu'elle effleurait lentement ses cheveux pour le rassurer) : Soyez tranquille, jamais je ne vous jugerai. Je suis prête à vous écouter.
     
     (souriant légèrement) : C'est que j'ai un souci dans la fiche de lecture de la pièce de WIlliam Shakespeare : Roméo & Juliette. Est-ce que vous pouvez me donner votre avis ? J'espère que je ne vous dérange pas trop en demandant cela.
     
     (se montrant rassurante et le soutenant pour mieux l'amadouer qu'il ne se doutera pas de ses intentions) : Rassurez-vous, vous aidez est ce qu'il y a de mieux.
     
     (séduit) : Vous êtes une prof merveilleuse.
     
     (jouant les touchées et celle qui avait peu d'attentions, le flattant, effleurant délicatement son épaule puis son coup en se mordillant légèrement la lèvre pour faire une proposition qu'il acceptera) : Oh, vous allez me faire rougir. C'est que je suis si touchée alors que l'on m'en dit si peu. Vous êtes si charmant et un tel bel ange que je suis chanceuse de vous avoir dans ma classe. Que diriez-vous que nous allions dans une salle où nous pourrons travailler vous et moi ?
     
     (gêné) : Vous faites tellement de choses pour moi que je ne sais pas si je le mérite. Je ne comprends pas que l'on ne vous dise pas plus de compliments surtout que vous êtes divine. Il n'y a pas de mots pour décrire une femme aussi exceptionnelle et intelligente que vous. C'est que je corrigerai l'injustice qu'il y a à votre encontre en vous disant des compliments.
     
     (jouant la troublée et le rassurant effleurant le lobe de son oreille puis l'arrière de son cou et l'embrassant sur la joue pour le toucher et l'apaiser) : Crois-moi, tu.... vous le méritez amplement. Vous avez un tel avenir que je souhaite vous accompagner dans le déroulement de votre parcours. J'en serais très heureuse si vous m'appelez Haley et que l'on puisse se tutoyer.
     
     (rougissant) : C'est gentil, vraiment. Et bien sûr, je le ferais. Je ne sais pas si je vais arriver à vous tutoyer. 
     
     (curieuse et voyant l'occasion de le manipuler en se mordillant malicieusement la lèvre, effleurant son nez, ses lèvres, son menton et le haut de son torse pour le déstabiliser) : Serait-ce moi qui te fait rougir ainsi ? Chut, n'ai pas peur de me tutoyer, et tu pourras le faire sans crainte quand nous serrons dans cette salle et que nous étudierons Roméo & Juliette.
     
     (séduit et tentant de se reprendre) : J'avoue oui. Mais je n'aimerais pas prendre trop de votre... ton temps.
     
     (étant entreprenante en effleurant le lobe de son oreille se rapprochant doucement de lui que son souffle agissait sur son cou) : Tu ne me déranges et je fais cela avec plaisir. Je vais m'occuper de toi, sois en certain. 
     
     (souriant grandement incapable de résister) : Je pourrais parler d'autre chose aussi ? 
     
     (voyant l'occasion d'attraper son chou en étant douce et conciliante) : Bien sûr, tu peux parler de tout avec moi.
     
      (se sentant déstabilisé) : J'ai une perle rare en face de moi. 
     
     (se permettant un doux baiser sur sa joue ayant grandement effleuré le coin de ses lèvres pour le faire frémir) : C'est que tu mérites tellement d'attentions et je suis prête à te donner tout ce dont tu rêves. 
     
     (charmé) : Je suis en plein rêve. 
     
     (effleurant ses lèvres avec son index pour attiser du désir) : Non, c'est la réalité, et je peux t'offrir bien davantage. Suis-moi bel ange, et je te promets que tu ne le regretteras pas. 
     
     (se laissant influencer) : Je suis. Et ainsi pouvoir te sentir tout près de moi. 
     
     (plaçant les mains de son chou discrètement au niveau de sa taille remontant lentement à sa poitrine, procurant une douceur à son oreille, murmurant de douces paroles en jouant la stratégie du secret pour le tenter) : En voilà un avant-goût. Allons-y beau brun et tu en découvriras davantage. 
     
     (souriant grandement) : Oh oui."
     
     
    Haley ne prononçait pas d'autres mots qu'elle l'emmenait directement dans une salle où elle pourra tranquillement profiter d'être avec lui. Elle comptait user de ses charmes pour arriver à ses fins. Jamais un homme ne lui avait inspiré autant de pensées. Elle se mettait à le désirer et de plus en plus. Elle était capable de tout pour arriver à ses fins, et le sentant influencer, elle se montrera entreprenante pour le faire totalement succomber. Derek avait toujours ressenti une certaine sympathie pour Haley. Cette prof était là dans tous les instants où il en avait besoin et il était heureux de la voir. Il se sentait à l'aise, et il appréhendait ce qui pourrait éventuellement arriver. Il sentait un tel désir en lui qu'il essayait de réprimer mais en face d'une créature divine, il se rendait compte que c'était plus que difficile. Qu'est-ce qui allait arriver entre eux ? Pendant ce temps, dans un endroit tenu secret, on voyait une jeune femme qui criait, et il se trouvait que c'était Claire. Que lui était-il arrivé ? Elle essayait de se détacher de la chaise sur laquelle elle se trouvait. Les liens qui la retenaient étaient assez solides mais elle n'avait pas dit son dernier mot. 
     
     (énervée) : "Tu vas te casser putain de lien de merde !"
     
    Claire n'était pas du genre à abandonner bien au contraire qu'elle continuait sa manoeuvre même si cela prendra longtemps. Pendant ce temps, Nathan était toujours dans la demeure des Scott à ruminer la dispute qu'il avait subi quand il était avec son épouse. Cependant, il avait une idée. Pour lui, tout ceci ne serait pas arrivé si les policiers avaient fait leur travail correctement. Il ouvrait la porte, espérant trouver un policier et ainsi dire ce qu'il pensait. Il avait encore en tête ce qui était arrivé à Claire, la manière dont elle avait été arrachée de manière si brutale. Pour lui, c'était inadmissible et il désirait la sauver. Il ne se rendait pas compte que son obsession pour sa soeur qu'il ne connaissait que depuis peu de temps altérait son jugement. Ainsi, il observait le dehors. C'était calme, tranquille. Soudain, il en voyait un et sortait comme une furie. Là, il frappait un des policiers qui se retrouvait à terre. Son collègue venait directement en renfort et arrachait Nathan des mains de son collègue le mettant à terre. Le policier blessé se relevait difficilement. 
     
     (énervé) : "Vous n'êtes que des merdes, vous ne servez à rien, alors dégagez bande de lâches !"
     
    Le policier blessé regardait son collègue. Celui-ci lui faisait signe de le laisser faire. Nathan en le regardant reconnaissait quelqu'un qu'il connaissait que trop bien. Il ressentait une haine viscérale pour celui-ci. Du côté du policier, il connaissait bien Nathan, mais il se foutait royalement de ce qu'il pouvait penser de sa personne. Quand on lui avait confié cette mission avec un collègue qu'il ne pouvait pas blairer, jamais il n'aurait imaginé qu'il retrouverait Nathan. Par le passé, le policier avait vu celui-ci en compagnie de la magnifique Haley à Tree Hill. Haley avait été attirée par celui-ci, même qu'elle le trouvait séduisant et qu'elle voyait en lui un confident, là où elle savait pertinemment que Lucas était incompétent. Le policier s'apppelait Logan Matthew Hamilton, et pour celui-ci, revenir à Tree Hill était une épreuve sachant qu'il devait affronter son passé. En voyant Nathan, il sortait vite de ses pensées, déterminé à ne pas laisser cet homme gagner une nouvelle fois. 
     
     (tenant tête énervé) : "Lâche ? Mais si je n'étais pas là, ton cul de merdeux aurait vite rendu l'âme.
     
     (furieux) : J'aurais préféré que ce soit quelqu'un d'autre que toi Logan. Tu m'exaspères. 
     
     (choisissant les bons mots pour le remettre à sa place) : Vraiment je ne vois pas ce qu'Haley te trouve. Tu as vieilli depuis, et tu as toujours cette tête de cul qui te caractérise tant. 
     
     (ayant bien l'intention de faire mal à son rival) : Mais c'est qu'elle m'aime très cher, et elle m'aimera pour toujours, tels sont les liens sacrés du mariage. 
     
     (ne tenant pas à le laisser gagner) : Mais sait-elle au moins la vérité ? 
     
     (faisant comme s'il ne savait rien) : Voyons, je ne sais pas de quoi tu parles. 
     
     (insistant) : Je sais très bien que tu mens alors réponds !
     
     (faisant l'innocent) : Vraiment je ne vois pas et puis tu oserais me faire quoi hein ? 
     
     (sachant qu'il avait un moyen très simple de faire parler celui qui était juste sous ses yeux) : Oh, je peux faire ce que tu as fait à mon collègue mais ce serait me salir pour une tête de cul, tu n'en vaux même pas la peine. Par contre, te voir au trou, là, c'est jouissif.
     
     (le défiant) : Tu n'as rien contre moi. Je suis un Scott je te rappelle. 
     
     (rigolant) : Tu vois ça ? J'en ai rien à foutre. 
     
     (essayant de se sortir de ce pétrin) : Mais elle te détestera ? 
     
     ; Oh non, surtout quand elle saura ce que tu as fait. 
     
     (déterminé) : Elle a toujours été à moi et j'ai fait en sorte qu'elle soit à moi à jamais. 
     
     (furieux) : En me piégeant avec cette fille que tu m'as envoyée et que tu as fait souffrir Haley par la même occasion. Au moins justice sera rendu, et surtout, je ferai en sorte que tu sois auprès de ton paternel, dans la même cellule. Là, c'est plutôt jouissif. Deux connards dans la même cellule, voilà un spectacle à ne pas manquer. 
     
     (pris au piège) : S'il te plait, ne fais pas ça. Et en échange, je te rendrais un immense service. Tu pourras me demander ce que tu veux. 
     
     (déterminé) : Je ne négocie pas avec les connards.
     
     (essayant de se mettre en valeur) : Je pourrais tellement t'offrir de choses. 
     
     (furieux) : Va te faire foutre, c'est clair avec ton offre à la noix ! D'ailleurs, voilà ma grande réponse. Je vous arrête Mr Scott, tout ce que vous direz sera retenu devant un tribunal. Vous avez le droit à un avocat. Si vous n'en avez pas un, il vous en sera commis un d'office. Avez-vous compris vos droits espèce d'enfoiré ?"
     
    Logan avait pris soin de prendre les menottes, de prendre les bras de celui qu'il détestait au point que cela en était rude et lui attachait les mains. Nathan savait qu'il ne pouvait rien faire, qu'il était fait comme un rat. Logan le regardait déterminé, attendant avec impatience sa réponse. Nathan réflécissait à un moyen de s'en sortir, mais il n'y avait rien à faire. Alors il n'avait pas d'autre choix que de se rendre.
     
     (résigné) : "J'ai compris mes droits." 
     
    Logan était satisfait d'avoir arrêté celui qui avait détruit sa belle relation avec Haley il y a de cela longtemps. L'amener au poste de police sera un gage de victoires pour lui. Alors il le prenait avec insistance, l'amenant dans la voiture et partant pour le poste de police. De leur côté, le groupe était en face d'Ethan. Avec lui, cela ne sera pas facile de le manipuler. Lucas décidait finalement de s'approcher, protégeant ainsi les filles. Il ressentait au fond de lui une certaine peur. Ethan était du genre imprévisible. 
     
     (déterminé) : "On ne va pas s'en aller sans avoir nos réponses. 
     
     (souriant ironiquement) : Vous vous foutez de ma gueule, mais copieusement. Si vous croyez que je vais répondre à vos questions de trou du cul, vous vous mettez le doigt et bien profond. 
     
     (insistant) : On est déterminé, et on ne va pas laisser des questions en suspens. Vous êtes un mystère à vous tout seul. Alors on veut savoir pour enfin connaître la vérité sur les kidnappings et les meurtres. 
     
     (commençant à le manipuler) : Oh, vous pensez que je suis responsable de tout ? Si c'était le cas, je vous aurais immédiatement tué. Mais en y réfléchissant, c'est plutôt à moi de me plaindre de votre harcèlement. La police sera ravie de le savoir qu'elle arrêtera un Scott. Après tout, ne serait-ce pas de famille ? Tel père, tel fils. 
     
     (furieux) : Je ne suis pas lui, un meurtrier qui ose tuer son frère ! 
     
     (satisfait intérieurement de sa manoeuvre) : Vous voyez, au lieu d'accuser quelqu'un de nouveau dans cette ville, regardez-vous les uns et les autres. Après tout, en chacun d'entre vous sommeille quelqu'un qui peut s'emporter et faire des choses horribles. 
     
     (vexé) : Quoi ? Vous m'accusez ? 
     
     (souriant ironiquement) : Si je disais oi, ça vous ferait quoi ?
     
     (furieux) : Je vous tuerai. Je n'ai rien fait moi. 
     
     (satisfait d'avoir donné sa leçon du jour) : Alors la prochaine fois que vous accuserez quelqu'un, vérifiez."
     
    Lucas ne savait plus quoi faire face à lui. Il posait ses mains sur le bras de Brooke et d'Elizabeth afin de pouvoir partir. Lucas serait-il quelqu'un de trouillard ? Elizabeth en voyant son ex n'osait pas s'approcher. Leur dernière rencontre s'était soldée par des explications. Ethan avaot tenté de demander pardon à Elizabeth, mais celle-ci en avait terminé pour de bon avec son passé. Elle prenait sur elle, s'approchant de lui. Elle le regardait avec un air de dégoût. Toutes ses images où Ethan l'avait fait souffrir, s'était montré violent, revenaient dans sa tête et c'était une véritable torture. Elle prenait un grand élan lui flanquant la gifle du siècle, chose qu'elle lui avait promis la dernière fois qu'ils s'étaient revus et qu'elle avait demandé pourquoi ce changement en lui.
     
     (folle de rage) : "Je te l'avais promise n'est-ce pas ?
     
     (essayant d'amadouer son ex pour mieux la récupérer) : Tu es venu à moi cette fois-ci, dans ma demeure. 
     
     (le recadrant) : J'ai dit si jamais je ne te revoyais je te rappelle ! Je n'ai jamais rien dit sur les circonstances. Alors, au lieu de t'énerver, de te mettre en colère et de jouer les gros machos comme tu fais d'habitude, réponds-nous. Donne pour la première fois de ta vie la vérité. 
     
     (essayant de toucher la joue d'Elizabeth) : Tu sais ben que j'ai toujours dit la vérité. 
     
     (furieuse, poussant la main de son ex avec violence) : Non, mais si tu crois que je vais revenir, tu te trompes complètement. Je ne suis plus amoureuse de toi. Je te hais c'est clair dans ta petite tête ? 
     
     (la faisant chanter) : Oh, mais si tu souhaites réellement des réponses, toutes les réponses, tu devrais revenir, car après tout, en dévoilant tout, je devrais tout dévoiler de toi. 
     
     (furieuse) : J'ai parlé de ma relation avec Claire alors tes menaces tu peux te les garder ! 
     
     (souriant car il avait un moyen de faire pression) : As-tu parlé d'absolument tout très chère ? 
     
     (énervée) : J'ai aussi parlé de Michael, alors tu n'as rien contre moi ! 
     
     (souriant satisfait) : Détrompe-toi, j'ai tellement de choses à ton sujet, alors n'essaye pas de te la jouer supérieure. 
     
     (intervenant) : Elizabeth, de quoi il parle ? 
     
     (surprise) : Oui, dis-nous tout. 
     
     : Il essaye de nous diviser ! 
     
     (se frottant les mains) : Je ne me trompe jamais voyons. 
     
     (énervé) : J'avais dit plus de mensonges, allons-nous expliquer dehors et tout de suite !!
     
     (curieuse) : Moi aussi, je veux savoir. 
     
     (essayant de se justifier) : Vous jouez son jeu là, arrêtez. 
     
     (énervé) : Tu nous suis et plus vite que ça !"
     
    Lucas entraînait Elizabeth avec lui au dehors. Brooke les suivait et Michael la regardait avec insistance de haut en bas, désirant plus que tout être avec elle. Ethan n'était pas aveugle et il allait règler cela voyant en Brooke un danger plus que certain. Cependant, il était quand même satisfait de sa manoeuvre. Michael le regardait avec admiration. 
     
     (admiratif) : "Tu as réussi à sauver ton cul encore frangin ! 
     
     : Heureusement, car je parie que tu aurais absolument tout balancé comme à ton habitude, et je te préviens, si tu t'approches de Brooke Davis, je te ferais la peau. 
     
     (curieux) : Comment tu as deviné ? 
     
     : Plutôt belle, intriguante, et fascinante, c'est le genre de files qui te plait bien, alors tu t'éloignes d'elle, compris ? 
     
     (surpris) : Mais.....
     
     (l'interrompant) : Il n'y a pas de mais qui tienne. Tu fais et puis c'est tout.
     
     (résigné) : D'accord."
     
    Michael ne désirait plus contrarier son frère. Cependant, Brooke avec sa manoeuvre avait réussi à le déstabiliser, même complètement, et même s'il s'était défendu auparavant, l'attirance qu'il ressentait pour elle était intacte. Allait-il contrarier son frère en bravant l'interdiction ? Là, telle était la question. Pendant ce temps, Haley arrivait avec Derek devant la salle privée. Elle prenait la clé qu'elle avait en sa possession. Elle ouvrait la porte laissant son chou passer en premier. Elle s'était débrouillée en laissant un espace plus que réduit pour ressentir un peu de sa chaleur contre elle. Derek ressentait de son côté une certaine attirance qu'il essayait de réprimer mais c'était plus que compliqué. Jamais Derek n'avait ressenti ce genre de sentiment auprès d'une femme de ce genre. Elle occupait ses pensées que tout ce qu'il avait à faire comme rejoindre sa famille, penser à travailler son avenir n'avait aucune importance. Elle était si belle, si attirante et de généreuse. Il était impossible d'éviter une femme de ce genre. Alors que Derek était dans la salle, elle fermait discrètement la porte. Derek lui en profitait pour s'installer sur une chaise prenant son livre en main pour pouvoir étudier l'oeuvre comme il se doit. Haley se rapprochait de lui, s'installant sur la chaise voisine. Elle le regardait avec tendresse et perversité effleurant innocemment sa main pour l'ensorceler. Il ne pouvait éviter son regard aussi envoûtant mais il essayait de résister aux charmes de la belle. 
     
     (gêné) : "Et si on commençait à travailler sur cette oeuvre ?
     
     (se montrant entreprenante, le flattant, en effleurant sa main remontant ses doigts sous sa manche et posant sa main sous sa joue pour attiser un tel désir en lui qu'il ne pourra pas résister) : Cette oeuvre est magique mais pas autant que toi beau brun. 
     
     (rougissant et complètement déstabilisé) : Je ne sais pas quoi dire face à un tel compliment. Vous... tu es un ange tombé du ciel et dont j'ai la chance d'être à ses côtés.
     
     (posant son index sur ses lèvres, effleurant son cou malicieusement, descendant sur le haut de son torse et plus bas pour le faire frémir de désir qu'il la réclamera) : C'est moi qui suis chanceuse d'être aux côtés d'un bel ange comme toi si prévenant, si charmant, si attentionné. Jamais on n'a fait attention à moi comme tu le fais. 
     
     (complètement sous le charme et gêné) : C'est pas normal qu'une femme si merveilleuse ne puisse avoir en retour toutes les attentions qu'elle mérite. 
     
     (voyant une occasion de le manipuler en jouant la tristesse, arrivant au niveau de sa cuisse la caressant coquinement pour mieux ) : Si seulement je pouvais trouver cette personne qui puisse enfin voir qui je suis et fasse ainsi attention à moi. 
     
     (se laissant influencer même s'il savait que ce n'était pas bien car elle était professeur et lui un élève) : Je suis là pour te donner tout ce dont tu as besoin. 
     
     (procurant une douceur à son oreille, descendant ses lèvres à sa joue et ensuite lui déposait un baiser doux et pervers pour l'enflammer) : Tu es un si beau jeune homme, c'est que je ne désire pas te causer le moindre ennui. 
     
     (charmé et prêt à tout) : Ce baiser, je rêve d'en ressentir plein d'autres tellement il me transporte. Non, tu ne m'attires pas d'ennuis. Je veux être à tes côtés. 
     
     (pensant au secret pour mieux piéger sa cible) : Voyons-nous mais en secret toi et moi. Profitons de cet instant tous les deux. 
     
     (prêt à tout) : Tous tes désirs sont des ordres mon ange. Je désire profiter un maximum d'être près de toi. Je suis perdu sinon. 
     
     (jouant les perverses en guidant les mains de Derek sur sa poitrine l'incitant à les caresser puis descendant sur le long de son corps, ses cuisses qu'il en était proche de son intimité pour le rendre fou qu'il voudra lui faire l'amour) : Approche bébé, viens près de moi, sinon mieux vaut que je ne reste pas ici."
     
    Haley faisait mine de partir mais Derek la retenait, caressant sa main puis son bras avec tendresse. Voyant qu'elle avait réussi, elle se mettait sur ses genoux, l'embrassant avec une telle fougue et une telle passion. Derek s'éloignait légèrement, la regardant dans les yeux. On voyait qu'il était complètement sous son emprise.
     
     (déterminé) : "Reste avec moi ma déesse.
     
     (satisfaite mais n'affichait qu'un léger sourire, se mordillant la lèvre) : Jamais je ne bougerai bel ange. Tu es mon beau gosse à moi."
     
    Haley lui mordillait la lèvre, la léchant pour le torturer qu'il sera obsédé par elle. Inspirée, la belle laissait transparaître la perverse qui était en elle. Elle le regardait avec une telle envie, l'embrassant vigoureusement, laissant sa langue titiller la sienne dans une danse des plus endiablées. Derek désirait résister mais c'était impossible tellement la belle lui faisait un tel effet. Haley voyant sa cible complètement charmée, laissant lentement glisser sa main sur le bas de son torse, arrivant à son pantalon et sous son boxer en malaxant coquinement son intimité, faisant des va et viens torrides pour le mettre au supplice qu'il ne pourra pas se contrôler. Il était tellement fou qu'il l'embrassait dans le creux de son cou, descendant lentement sur sa poitrine. La belle en profitait qu'elle baissait son haut laissant en évidence ses formes généreuses, coinçant sa tête dessus pour en ressentir de douces attentions. Il était complètement séduit qu'elle guidait ses mains afin de lui faire enlever ses vêtements. Derek voyait une si belle créature dans une tenue si sexy qu'il pensait rêver. Il fermait les yeux un instant mais en les rouvrant, il se sentait des plus chanceux. Il était tellement séduit qu'il parcourait le corps de la belle avec une telle tendresse et guidéé par la belle, il arrivait près de son intimité qu'il ressentait un désir bien ardent. Elle en profitait, enlevant tous les vêtements de sa cible, l'embrassant perversement dans le cou, y laissant une belle trace, le léchant coquinement jusqu'à son torse, le griffant légèrement, et allant jusqu'à ce qu'elle désire, lui procurant une douceur incomparable. Il était tellement sous son charme qu'il la regardait avec admiration. Là, elle profitait pour l'amener vers la table, jouant de ses hanches pour le chauffer. Il se laissait faire alors qu'elle se couchait sur la table, l'emmenant tout près d'elle. Là, il en profitait pour la couvrir de baisers des plus fougueux, parcourant chaque parcelle de sa peau et effleurant par ses mains ses cuisses jusqu'à l'intérieur. Elle était aux anges, mais tellement elle désirait ce jeune homme, elle voulait prendre le contrôle. Alors, elle le mettait sur le dos, griffant telle une perverse son torse et bougeant diaboliquement près de son intimité. Là, elle s'empalait sur ce qu'elle désirait, kidnappant sa taille avec sa jambe. Derek ne pouvait s'en sortir. Les deux passaient à l'acte dans un moment charnel et torride. De son côté, Claire se trouvait toujours prisonnière. Déterminée à s'en sortir, elle ne lâchait pas le morceau mais elle tombait immédiatement à terre. C'était plutôt violent qu'elle se blessait au visage. Elle continuait sa manœuvre afin de casser ses liens. Elle arrivait à les casser qu'elle en avait mal aux mains. Déterminée à ne pas rester à l'intérieur, elle tentait d'ouvrir la porte qui servait à sa prison, mais c'était fermé à clé. Elle était bien énervée qu'elle tapait sur le sol. Soudain, elle voyait la poignet de la porte qui s'ouvrait et elle s'éloignait. Elle faisait mine d'être toujours attachée en remettant la chaise à sa place et mettant ses bras à l'arrière. La personne responsable de tout ce qui pouvait arriver dans cette ville amenait une autre personne avec elle, bien amochée qu'elle balançait à terre. Il se trouvait que c'était Karen qui était toujours en vie. Sa captivité durait depuis de longues semaines et elle s'en trouvait amaigri. Cette personne qui la détenait la mettait immédiatement à terre. Elle ne pouvait pas s'en relever. Karen n'était pas une de ses personnes qui se laissait faire, même, elle était quelqu'un de courageuse. Elle osait la regarder en face déterminée à s'en aller, vue qu'il y avait possibilité.
     
     (déterminée) : « Quand vous allez me lâchez espèce d'enfoiré ! Mais quand bon sang, quand ! Je ne vous ai rien fait ! »

    L'individu ne répondait même pas et se rapprochait de Claire qui la giflait violemment. Claire ne criait pas, mais elle regardait la personne qui lui avait fait ça sans montrer de peur. Là, l'individu lui réclamait de parler des Scott, de tout ce qu'elle savait. Là, Claire voyait une occasion d'obtenir ce qu'elle désirait au travers de cette situation difficile. En effet, Karen était bien liée aux Scott et particulièrement à Lucas. Sachant que celui-ci tenait à sa mère, c'était un moyen de pression pour l'arrêter. Claire n'aimait pas qu'il enquête sur elle. Il fallait qu'elle se retrouve avec la mère de Lucas et seule de préférence pour avoir les informations nécessaires. Alors elle prévoyait de s'échapper, et le plus vite sera le mieux avec Karen. Elle dévoilait son jeu, se levant et faisant un croche-pattes à cet individu qui se retrouvait au sol. Claire donnait la main à Karen qui ne savait pas du tout si elle pouvait faire confiance à cette jeune femme. Claire devait jouer de finesse et de subtilité en jouant la fille prévenante pour amadouer sa cible qu'elle obtiendra les informations nécessaires.

    (se montrant la plus gentille possible) : « Vous désirez sortir, retrouvez votre fils bien aimé ? Venez avec moi, faites-moi confiance. Après tout Lucas est aussi de ma famille, et je ne souhaite que son bien-être tout comme à Nathan, Haley et leur fils Jaimie. Pourquoi ne pas faire cause commune vous et moi ?

     

    (sceptique) : Je ne sais pas qui vous êtes en réalité mademoiselle. Comment puis-je vous faire confiance ?

     

    (se montrant philosophe et réaliste pour attirer l'attention) : Je comprends bien que la confiance, on ne la donne pas à n'importe qui mais regardez où nous sommes. C'est un lieu sordide où on a été enfermé par un individu qui ne va pas rester au sol pendant bien longtemps. Vous avez un choix qui s'offre à vous : restez ici au risque de dépérir comme vous le faites ou bien venir avec moi et je vous garantis que vous retrouverez Lucas. Moi, mon choix il est fait. Je veux être libre et profiter à chaque instant des moments de bonheur auprès des miens.

     

    (dubitative) : Mais vous êtes la fille de.... ?

     

    (l'interrompant, jouant les offusquées pour mieux déstabiliser sa cible) : Je vous arrête de suite. Ce n'est pas parce que je suis la fille d'un père qui n'a pas voulu s'occuper de moi que je suis comme lui. Je ne suis pas une grognasse tout de même.

     

    (se sentant coupable) : Je suis désolée si je vous ai offensé en parlant de lui.

     

    (ayant la possibilité de la manipuler qu'elle pourra lui faire une proposition impossible à refuser) : Ce n'est pas grave. Cependant, si vous me suivez, je vous en serais très reconnaissante.

     

    (n'aimant pas avoir commis une faute) : Je viens avec vous.

     

    (satisfaite ne laissant rien transparaître sur son visage) : Alors parfait, nous y allons et le plus vite possible. Je le vois en train de bouger. J'espère que vous tiendrez le choc. »

     

    Claire observait l'individu qui les avait emprisonnées toutes les deux. En effet, celui-ci bougeait tout doucement ses mains puis ses bras. Pour les deux jeunes femmes, le temps était plus que compté. Claire prenait Karen auprès d'elle. Ensemble, elles partaient vers la sortie. Le meurtrier et kidnappeur allait se rapprocher d'elles, mais quand Claire tournait légèrement sa tête, croisant son regard, celui-ci restait comme figé quelques instants puis pointait son flingue directement vers les filles. Il tirait sans sommation. Claire se baissait avec Karen courant ensuite le plus loin possible de lui. Les filles se trouvaient dans un endroit plutôt discret de la ville. Il y avait peu de personnes qui vivaient dans le coin. Les filles marchaient en attendant de trouver une solution. Claire avait une idée pour se sortir de ce pétrin : prendre la voiture de leur ravisseur.

     

    (se montrant calme) : « Ne vous inquiétez pas, on va trouver une voiture. Je n'ai qu'une seule idée qui me vient : prendre la voiture de celui ou celle qui nous a fait ça. Ca vous convient ?

     

    (effrayée) : Mais vous êtes dingue ? Il ou elle peut vous reprendre. Vous y avez pensé ?

     

    (se montrant rassurante pour mieux l'amadouer) : Ca va aller et je serais revenue en moins de deux, vous verrez. Et puis, vous ne pouvez pas agir, vu votre état. Si vous voulez, dès mon retour, on pourra parler.

     

    (rassurée) : Ca me convient, mais soyez prudente surtout. Je resterais cachée ici.

     

    (jouant la prévenante pour mieux déstabiliser sa proie) : C'est parfait, mais surtout ne faites pas de bruit. Je ne désire pas qu'il vous arrive quelque chose.

                (souriant légèrement et voulant rassurer celle qui lui a sauvé la vie) : Soyez sans crainte, je ferais attention.     

     

     

    (satisfaite) : Alors j'y vais. »      

     

    Claire s'éloignait, cherchant la voiture de celui ou celle qui l'avait enlevée. Qu'allait-elle faire lorsqu'elle retrouvera la voiture ? Au même instant, Lucas était dehors ayant avec lui Elizabeth et dont il lui tenait le bras. Il la lâchait violemment. Elizabeth essayait de parler, de lui faire entendre raison mais Lucas plaçait sa main vers l'avant pour la stopper. Le fait qu'Ethan ait parlé de secrets qu'elle n'aurait pas dévoilés, avait éveillé en Lucas une grande méfiance pour Elizabeth. Il se sentait même trahi. Il perdait tout ce qui comptait à ses yeux. Il avait perdu Peyton à jamais, sa mère était aux prises avec un inconnu et il ne savait pas si elle était encore en vie, il haissait sa sœur Claire. Il avait assez de vivre tout cela et pour lui, les secrets étaient nuisibles à toute relation. Il allait tout faire pour connaître la vérité.

     

    (furieux) : « Qu'est-ce qu'il a voulu dire par autre secret ?

     

    (jouant l'énervée car elle n'avait pas l'intention de parler alors qu'Ethan ou même Michael était capable d'entendre chaque mot) : Non, mais t'es débile ou quoi ? Tu es en train de jouer le jeu de cet enfoiré ! Tu n'as pensé que son simple but était de diviser pour mieux règner. Il a vu ta méfiance envers les gens et ta détermination à vouloir trouver les choses. Lucas réfléchis bon sang !

     

    (fou de rage) : J'en ai rien à foutre de sa stratégie, j'en ai rien à foutre de ce salopard ! Tout ce que je vois, c'est que tu ne m'as peut-être pas encore tout dit et ça, ça m'énerve. Tu vois, je fais confiance de nouveau et cela ne m'est pas arrivé depuis la perte de Peyton. Alors je t'en prie, dis-moi tout et maintenant !

     

     

    (désorientée) : Attends, tu n'es pas en train de me dire que.... ? 

       (gêné et énervé) : Si, et si je ne peux pas te faire confiance, comment je peux envisager une relation avec toi tu peux me dire ?  

     

    (énervée) : Non, mais attends, tu ne te demandes même pas s'il a tort ? Tu ne me demandes même pas ce que je peux ressentir ? Mais tu ne penses qu'à ta putain de gueule ma parole ! Et moi, je compte pour du beurre ? Non, mais ça sert à rien de parler comme ça à un merdeux. Tu me fais chier Lucas ! J'essaye de te faire comprendre les choses mais toi, non. Le pire, c'est que tu ne me laisses même pas le bénéfice du doute. Je pensais que tu étais quelqu'un de différent, que tu étais généreux, mais je me suis lourdement trompée.

    (essayant de se racheter) : Je suis exactement celui que tu penses....

     

    (l'interrompant) : Non, sinon, tu ne m'aurais pas jugée Lucas. Tu te serais dit qu'il s'est trompé ou tu m'aurais posé une question, mais non, au lieu de ça, tu lui as donné raison. Tu me considères comme une merde de bas étage. Alors tout ce que tu peux me dire, tu peux te le carrer bien profond. Je ne veux pas voir ton visage de connard ! Alors casse-toi, dégage ! !

     

    (triste) : Oh.... »

     

    Seulement Elizabeth partait le plus vite possible sans dire un mot tellement elle était en colère. Lucas allait partir pour la rattraper mais Brooke lui prenait le bras pour l'empêcher de faire une connerie.

    (le recadrant) : « Laisse Lucas, là, tu as merdé sur le coup. Et puis, tu aggraveras les choses. C'est que tu répètes encore les mêmes conneries qu'au lycée à croire que tu n'as rien appris.

     

    (triste) : Mais tu voulais la vérité tout aussi bien que moi.

     

    (philosophe) : Il y a une différence entre agresser quelqu'un avec des paroles et poser des questions pour savoir des choses.

     

    (curieux) : Depuis quand Mademoiselle Davis se montre philosophe ?

     

    (le recadrant) : Je sais faire la part des choses, et je dois le faire surtout quand tu te comportes comme un grand crétin.

     

    (se faisant petit) : En effet.

     

    (lui faisant la morale) : Tu as même été pire qu'un crétin. Tu as été un connard sur le coup. Je comprends sa réaction.

     

    (se sentant coupable) : Tu as raison. »

     

    Soudain, le téléphone de Brooke sonnait. Celle-ci faisait signe à Lucas d'attendre une seconde. Et elle répondait.

     

    (énervée en apprenant la nouvelle au téléphone) : Quoi ? Non mais de quel droit cette grognasse ose vouloir mon local. Il est à moi, rien qu'à moi. Le contrat vous en faites quoi ? Vous vous êtes torché avec ou quoi ? On a signé et vous n'avez pas à le passer à cette grognasse de Victoria Callahan. Je vais lui en toucher deux mots à cette bonne femme, et il est hors de question qu'elle me le prenne. Alors ne bougez pas, je rapplique de suite, c'est clair ? »

     

    Elle raccrochait immédiatement, énervée par la situation. Il se trouvait que Brooke désirait bien s'installer dans sa ville qui lui manquait tant, avec ses habitudes qui allaient avec. Elle s'était entendue pendant son excursion à New York avec Karen qu'elle prendrait l'ancien Karen's Café. Seulement maintenant, une autre personne était sur le coup, depuis que Karen avait disparu. Brooke n'aimait pas la concurrence, les rivales, et elle était intraitable sur leur sort. Elle se souvenait du traitement qu'elle avait réservé que ce soit à Rachel ou même à Peyton qui était sa meilleure amie. Cette Victoria allait savoir qui était la Brooke Davis célèbre de Tree Hill et femme d'affaires intraitable. Lucas essayait d'être compréhensif en se rapprochant tel un ami mais Brooke le stoppait rien qu'avec la main.

    (clair) : « J'ai pas besoin de ça. Tout ce que je veux c'est que tu m'amènes au local où ta mère avait le café à l'époque.

     

    (surpris) : Quoi ? Mais tu aurais pu m'en parler ?

     

    : Ta mère t'en aurait parlé, mais voilà, tu sais qu'elle ne l'a pas fait, et il y a une grognasse qui veut me piquer la place, alors, tu me conduis là-bas et que ça saute.

     

    (hésitant) : Euh.....

     

    (le stoppant) : Discuter une recommandation de Brooke Davis ? Tu sais qu'il ne faut pas le faire, alors qu'est-ce que t'attends pour me conduire là-bas ?

     

    : A vos ordres. »

    Brooke et Lucas partaient le plus vite possible en direction du local. En même temps, Ethan était satisfait des évènements ayant tout entendu de la conversation. Michael lui avait un avis bien différent sur ce qui était arrivé, et ayant entendu comment Brooke avait agi, il comprenait que cette fille était plus qu'exceptionnelle et une personne rare. Il avait promis à son frère qu'il n'allait pas revoir Brooke, mais c'était si difficile. Une fille belle, intelligente, qui savait défendre ses propres convictions, plutôt marrante, cela ne courrait pas dans tous les coins de rue. Il était bien pensif et se demandait comment il allait s'éclipser. Il allait improviser.

    (hésitant mais tentant de ne rien laisser transparaître pour pouvoir sortir) : « Avec tout ce qui est arrivé, j'ai besoin de faire un tour. Tu as besoin de quelque chose frangin ?

     

    (suspicieux mais avait bien l'intention de voir jusqu'où son frère pouvait aller) : Un tour ? Est-ce que tu es lâche au point de ne pas affronter les choses ? Cela en est trop pour toi ? Faut le dire de suite. Car si je veux pouvoir compter sur toi, je dois absolument être sûr que tu tiendras le choc.

     

    (le rassurant) : Ca va dans tous les domaines et tu peux compter sur moi. Si je suis venu vers toi, c'est pour que l'on soit à nouveau frères comme avant. J'ai juste besoin de prendre l'air, de pouvoir m'acclimater avec cette ville. Tu veux que je connaisse tous les recoins de ce lieu n'est-ce pas ? Alors je dois sortir.

     

    (voyant que son frère pensait bien, mais allait lui laisser penser qu'il le croyait) : Hum, c'est vrai, tu vises complètement juste. Fais un tour, mais attention, tu as promis, tu te souviens ?

     

    (mentant en croisant ses doigts derrière son dos) : J'ai promis oui. Alors je te dis à tout à l'heure frérot.

     

    : A tout à l'heure. »

    Michael partait laissant Ethan tout seul. Celui-ci attendait quelques instants puis il se préparait. C'était que celui-ci n'avait pas confiance du tout en son frère qu'il préférait le suivre. Qu'allait-il arriver entre les deux ? Pendant ce temps, Deb était restée isolée auprès de Jaimie dans sa chambre dans la demeure Scott quand soudain, elle recevait un coup de téléphone. Elle ne répondait pas car elle était occupée avec Jaimie quand le message du répondeur l'alertait. Elle apprenait que son fils Nathan était emprisonné pour avoir tabassé un policier. Elle était carrément choquée de savoir comment Nathan se comportait. Elle le pensait si changer surtout depuis qu'il était marié à Haley et qu'ils avaient un enfant. Elle n'allait pas l'abandonner pour autant. Elle partait en direction du poste de police, prenant quand même soin de laisser Jaimie à la deuxième baby-sitter. En même temps, Haley et Derek étaient dans les bras l'un de l'autre, profitant de ses instants de bonheur. Derek ne pouvait pas s'empêcher de la regarder tellement que cette jeune femme était divine. Haley se plongeait dans son regard des plus envoûtants, titillant ses lèvres telle une perverse qu'il en sera tout retourné.

    (se mordillant la lèvre pour mieux le captiver) : « Alors trésor, à quoi tu penses ?

     

    (sortant de ses pensées et souriant en voyant le visage si radieux de la belle) : A toi, à ta divine beauté. Tu illumines cette pièce et tu me donnes un sourire si radieux.

     

    (faisant mine de rougir pour mieux l'attendrir) : Oh, tu sais parler aux femmes.

     

    (complètement sous le charme effleurant la joue avec une tendresse folle) : Tu es plus que cela, tu es une déesse à mes yeux. Tu es ce dont j'ai toujours désiré et je veux rester à tes côtés à jamais. Tu me rends fou.

     

    (le flattant et jouant de ses charmes pour le rendre dingue qu'il sera obsédé par elle) : Tu me rends dingue aussi bel ange. Je suis charmée par le beau gosse que tu es. Je veux être aussi près de toi.

     

    (se sentant perdu) : Rien que de penser que l'on va être séparé, je suis perdu. C'est que je ne veux pas aller en cours.

     

    (voyant une occasion de le manipuler en lui faisant une proposition, se montrant entreprenante, caressant coquinement ce qu'elle désire tant, procurant une douceur incomparable sur celle-ci et à l'oreille pour l'apâter qu'il acceptera) : Toi et moi, voyons-nous ailleurs. Rejoins-moi directement chez moi dès que ton cours sera terminé. Je t'attends avec une surprise que tu vas savourer.

     

    (hésitant) : Euh....

     

    (prenant à pleine main ce qu'elle désirait, faisant des va et viens qu'elle le sentait complètement sous son contrôle) : Et maintenant ?

     

    (charmé) : Oh, je viens, pas moyen. Tu fais de moi ce que tu veux déesse.

     

    (souriant et lui faisant un clin d'oeil) : Oh, j'y compte bien. »

     

    Haley l'embrassait avec une fougue et une passion des plus démesurées, griffant tout son torse et laissant sa langue parcourir les traces pour le rendre fou qu'il sera obsédé. Là, elle le laissait littéralement en plan, se rhabillant et partant vers chez elle, préparant une surprise à son chou. Il n'allait pas l'oublier de sitôt. Derek s'habillait juste après, se souvenant de cet instant torride qu'il avait passé avec Haley. Il lui tardait de retrouver la belle et alors qu'il sortait de la salle, il se faisait aborder par une personne qui plaçait sa main sur son épaule, l'effleurant avec une tendresse et une perversité des plus déconcertantes jusqu'à son cou. Il frémissait d'avance qu'il pensait qu'Haley était de retour, mais en se retournant, à sa grande surprise, il se retrouvait face à une femme plus que belle qui se montrait bien entreprenante. Il ne savait pas réellement ce qu'elle lui désirait. Cette fille était le mystère à elle toute seule.

     
     
     (jouant en insistant bien sur les mots) : « C'est l'heure du cours chéri, tu ne veux pas rater cela j'espère ? »

     

    Derek était plus que surpris d'être face à elle. Quinn Jane Callahan était une de celles dont il était difficile de dire non vu sa beauté. Il essayait de tant que bien de résister mais cela s'avérait difficile. Pendant les cours, elle en profitait pour être sa voisine, caressant à chaque fois l'intérieur de sa cuisse et jouant avec les mots. Il aimerait au moins la connaître mais tout ce dont il pensait, ce qui l'obsédait c'était Haley. Il lui tardait de retrouver la belle Haley dans sa demeure. Qu'allait faire Quinn ? Que désirait-elle ? De son côté, Deb seule arrivait au poste de police désirant payer la caution de son fils. C'était un certain montant mais le policier devait la conduire vers la personne qui l'avait arrêtée et qui se trouvait auprès de Nathan. Deb arrivait vers le lieu où était détenu Nathan et le policier était à ses côtés. Elle le reconnaissait voyant ce chou qu'elle avait croqué alors qu'il était encore au lycée. A l'époque, elle était mariée mais sachant bel et bien que son mari était quelqu'un d'absent. Elle en profitait pour croquer de beaux jeunes hommes qui la mettaient en valeur. Logan était pour elle quelqu'un d'exceptionnel et le fait qu'il avait quitté la ville après le lycée avait été un coup dur pour elle. Il lui avait tellement manqué. Logan en la voyant, se souvenait de ses instants où il se retrouvait dans ses bras, ses baisers qu'il donnait sur le corps de cette déesse. Ne pas lui avoir dit qu'il quittait la ville était pour lui une déchirure. Il aimait être à ses côtés. Il était attiré par elle comme personne. D'ailleurs, en la revoyant, il se sentait attiré par elle, mais il essayait de résister. Deb voyant ce beau gosse se plongeait dans son regard se mordillant la lèvre pour attirer son attention qu'il la désirera. Elle comptait bien l'attirer dans ses filets de nouveau dans ses filets, se mettant à le séduire comme au premier jour. C'était que Nathan n'était pas au courant de leur histoire à l'époque. Elle usera de tous ses charmes se montrant maternelle et entreprenante pour le posséder.

    (se montrant douce, le flattant pour le toucher qu'il viendra vers elle) : « Pourquoi un beau gosse comme vous a-t-il arrêté mon fils ?

     

    (troublé mais tentant d'y résister) : C'est très gentil à vous Mme Scott et je suis désolé qu'une si belle femme aussi charmante que vous se déplace pour une affaire comme celle-ci.

     

    (s'approchant en laissant délicatement sa main effleurer sa main puis son avant-bras se plongeant dans son regard et choisissant les bons mots pour l'ensorceler) : Ne vous excusez pas, ce n'est pas de votre faute, mais de celle de mon fils. D'ailleurs je suis venue pour payer sa caution. Voir un policier aussi charmant que vous est un bonus des plus agréables.

     

    (étant bien impatient et les interrompant) : Ce n'est pas que je vous dérange, mais je suis au trou maman, alors remue-toi que je sorte d'ici !

     

     (recadrant celui qu'il déteste tant) : Ta gueule tête de con, ici, c'est moi qui décide qui parle. Dans mon commissariat, t'as qu'un droit et c'est celui de la fermer. Tu l'as ramené moins quand je t'ai botté le cul, t'es soudainement plus courageux devant ta maman. Dommage que ta maman soit venu, ta gueule de pédale aurait fait de toi la star du pénitencier. »

     

    Nathan était plus que pressé de sortir, interrompant même les deux qui se regardaient dans les yeux et repensant à leur passé. Logan l'avait recadré, savourant cet instant de justice après tout ce que Nathan lui avait fait par le passé en l'ayant piégé. Cependant, comment Deb allait réagir face à son fils qui agissait comme un crétin ?

     
     
    Fin de l'épisode.

    votre commentaire
  • Episode 11 Mon nom est Brooke, Brooke Davis
     

    Le fait que Nathan soit coincé entre sa mère et son pire ennemi alors qu'il était arrêté fut pour lui le pire des cauchemars. Ce qui l'énervait bien davantage c'était qu'il soit en cage tel un animal. Il bougea sur place même tentant de faire bouger les barreaux mais il échoua. De toute façon, c'était couru d'avance. Deb restait concentrer sur ce bellâtre qui était sous ses yeux. Elle désirait de nouveau revivre ses instants inoubliables. Elle effleura furtivement la joue de Logan titillant son menton et griffant près de son épaule pour l'ensorceler. Celui-ci fut charmé. Il essaya de résister mais c'était difficile qu'il sourit timidement à la jeune femme. Deb, voyant sa réaction, griffa le dessus de sa main le mordillant pour l'émoustiller. Elle comptait le rendre fou pour qu'il soit obsédé par elle.

     

    (se montrant prévenante, le valorisant, embrassant l'intérieur de sa main puis le léchant subtilement pour exalter du désir) : « Vous savez que vous avez bien fait de lui dire cela, car après tout c'est lui qui a fauté. J'admire votre grand sens du professionnalisme.

     

    (déstabilisé en prenant la main de la belle et embrassant doucement le dessus) : Ne serez-vous pas en train d'essayer de me faire rougir Mme Scott ?

     

    (se montrant joueuse, effleurant son cou puis son épaule et se mordillant la lèvre pour l'hypnotiser) : Et si je dis que oui, qu'est-ce qu'un policier comme vous me direz et ferez par la même occasion ?

     

    (charmé) : Vous aimez jouer avec le feu Mme Scott ?

     

    (se montrant tentatrice en effleurant sa taille puis son bas-ventre, glissant ses doigts sous sa chemise, le griffant, embrassant subtilement et perversement sa joue et pinçant ses fesses pour exalter du désir) : Ne trouvez-vous pas que c'est excitant d'y jouer ? Le feu, c'est chaud, brûlant et exprimant cette passion qu'il y a au fond de nos âmes. Si vous me dites que n'aimez pas ça, je serai plus que déçue.

     

    (troublé et se mordillant la lèvre tellement le désir qu'il ressentait était intense) : Je ne décevrai jamais une femme aussi ravissante et troublante que vous. Le feu, on ne peut qu'y goûter et savourer chaque instant.

     

    (se montrant entreprenante en le flattant, griffant son avant-bras et effleurant le coin de ses lèvres pour le troubler) : Auprès de vous, je me sens apaisé et en sécurité.

     

    (charmé, rougissant et repensant au passé qui le lie à cette diablesse lui ayant montré des aspects du plaisir dont il ignorait à l'époque) : Je ne sais pas quoi dire, vous me troublez tellement. Un compliment venant d'une déesse comme vous, ce n'est pas souvent que je l'entends.

     

    (effleurant le haut de son torse, le mordillant et léchant son index pour l'enflammer) : J'ai la chance d'être auprès d'un homme si charmant, prévenant et attentionné. Vous êtes le seul à me donner tant d'attentions. Vous êtes un prince venu pour me sauver alors que tous ceux que je rencontre préfèrent me rabaisser. Vous me donnez cette impression d'être une reine.

     

    (sous le charme) : Vous êtes une reine et vous méritez toutes les attentions dues à votre rang.

     

    (joueuse en feignant de rougir, griffant le haut de son dos, léchant près de son épaule et son cou pour exalter du désir) : Vous essayez à votre tour de me faire rougir ? Mais vous y arrivez à merveille.

     

    (interrompant les deux, fou de rage tellement il bouillait de l'intérieur) : Maman, ça suffit, je veux sortir, alors tu te démerdes comme tu veux, mais maintenant, tu me fais sortir d'ici, c'est clair ! Paye ma caution que l'on en finisse avec tout ça.

     

    (en colère) : Non, mais comment tu oses parler à ta mère et après tu oses me dire que tu ne ressembles pas à ton père. Tu es comme Dan aussi manipulateur et colérique que lui. Alors pour la peine, tu resteras ici, enfermé et je ne paierai pas ta caution. Même, je dirai à Haley de ne pas la payer non plus pour que tu puisses réfléchir aux conséquences de tes actes, enfin, si tu as un cerveau pour accomplir cela.

     

    (furieux) : Maman, tu ne vas pas me faire ça, tu ne vas pas oser ! Maman, ne me laisse pas dans ce trou. Tu le paieras si tu ne me fais pas sortir d'ici !

     

    (furieuse) : Tu es comme lui, alors, tu sais quoi, tu vas moisir ici le temps que je le décide. Ce n'est même pas la peine de tenter de faire ton cirque pour que je change d'avis, je suis bel et bien décidée. 

     

    (la provoquant) : Oh non Maman car je vais tout faire pour sortir d'ici, et tu t'en mordras les doigts de m'avoir fait un coup pareil. Mais tu préfères largement penser à ton propre cul qu'à ton propre fils. Je croyais que tu avais changé Maman, que tu prenais soin de moi, mais finalement, je me trompais. A croire que jamais je n'ai eu de véritable famille. Le mensonge y régnait sans partage et continuera encore de régner.

     

     

    (usant de bons mots pour le mettre sur la touche) : Tu n'as aucune humilité, ni compassion et encore moins de gentillesse ou de reconnaissance envers les personnes qui sont autour de toi. Tu as des personnes extraordinaires qui t'entourent mais toi, tout ce que tu essayes de faire c'est de les mettre à tes pieds afin que tu puisses être sur un piedestal. Tu n'es pas le roi ici mon coco, et tu mérites que quelqu'un te botte le train. Je vais te laisser être la star du pénitencier et tu vas attendre ce que c'est. Ce policier extraordinaire auprès de moi va également te botter le train si tu continues à me parler mal. Je suis ta mère bordel de merde alors tu me causes autrement !

     

    (lui tenant tête) : Non, car il n'y a que ce policier, cette merde qui semble avoir de l'importance à tes yeux.

     (prenant soin de la mère) :  Madame Scott, voulez-vous porter plainte contre votre fils pour intimidations et menaces ? 

    (faisant mine de verser une larme pour attendrir sa proie) : Je porterai plainte oui. Ne m'appelle plus Nathan, ne cherche plus à me revoir. Tu m'as fait trop de mal Nathan exactement comme ton père. Maintenant tu es tout seul, salut. »

     

     

    Deb s'éloigna de son fils, partant même des cellules. Pour Logan, cela fut la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Il s'approcha de la cellule de Nathan, étant tout près de son visage. Il rêvait de lui coller un bon poing dans la figure, mais il n'allait pas donner satisfaction à son ennemi car il pourrait s'en servir pour sortir.

     

    (énervé) : « Tu n'es qu'un crétin fini pour ne pas te rendre compte que ta mère était là pour t'aider, à te sortir de la merde que tu as toi-même crée. Tu as que le qi d'une huitre pour réagir tel un connard, oh pardon, tu es ce connard ! Alors, ne t'étonne pas que plus personne ne soit auprès de toi, car ils en ont marre de tes manigances à la noix. Tu as détruit ma vie, il y a longtemps, mais je vois maintenant que tu en as fait de même avec tes proches. Maintenant paye, reste tout seul. Tu auras beau pleurer, tu auras beau gueuler, maintenant le seul endroit qui te servira d'habitation c'est la prison. Voyons, voie de fait sur un flic, c'est 3 ans de prison, menaces et intimidations, 2 ans, menaces à un flic entre 2 et 3 ans,  cela fait en tout entre 10 et 14 ans, ça fait long n'est-ce pas ? Et entre toi et moi, la seule chose qui ferait du bien à tout le monde c'est que tu disparaisses. 

     

    (menaçant) : Toi aussi, tu vas payer, tu vas même prendre cher pour le fait d'exister. Je t'ai pris Haley, et ne t'inquiète pas que je vais la garder. De plus, avec elle, j'ai eu un fils, alors, tu vois, à jamais, tu verras en lui l'image de ma victoire. Et tu auras beau être gentil avec ma mère, jamais tu ne l'auras non plus, car je vais y veiller et t'éliminer. 

     

    (le défiant et en colère) : Tu n'es pas en position pour me défier et pour me faire des menaces. Va te faire foutre, c'est clair dans ta petite tête ? Et puis les personnes qui te sont proches, tu ne pourras plus jamais avoir d'influence sur eux, j'y veillerai. Et ta menace contre moi, tu ne peux rien me faire. Oh, j'oubliai, comme tu as été arrêté, et en plus, tu m'as menacé, il y a un autre chef d'inculpation contre toi. Comme tu es une future menace, je peux te garder encore plus longtemps.Tu vois Nathan, tu as perdu.

     

    (hurlant) : Je n'en ai pas fini avec toi ! »

     

    Seulement Logan laissa en plan Nathan et partit retrouver Deb afin de la réconforter. Seulement, il ignora que justement Deb s'attendait à ce qu'il vienne. Qu'allait-il se passer entre eux ? Nathan mettra-t-il sa menace à exécution ? Pendant ce temps, Karen attendit avec impatience la venue de Claire qui était partie chercher la voiture, mais son absence fut long à ses yeux, surtout, qu'elle n'était pas en pleine forme due au traumatisme subie par son ravisseur. Elle prit son courage à deux mains et se leva partant à pied vers la route. Elle espérait croiser une voiture qui aura la gentillesse de s'arrêter et de la prendre en auto-stop. Il était vrai qu'elle laissait Claire derrière elle, mais dans son esprit elle craignait que Claire n'ait un autre moyen de s'échapper du lieu et la laisse en plan. Et puis, dans ce genre de situation, l'instinct de survie était le plus fort. Elle arriva sur la route avec difficulté et aucune voiture n'arriva. Elle commençait à désespérer.

     

    (épuisée) : « Qu'une voiture arrive, je vous en prie ! »

     

    Elle attendit un moment jusqu'à ce qu'elle aperçut une voiture. C'était enfin la providence, le moyen de se sortir de ce cauchemar. Elle fit avec difficulté des signes pour l'arrêter. Elle vit le véhicule s'arrêter. Elle souffla un instant sachant qu'elle quittait enfin l'enfer. Une personne sortit de la voiture et il s'agissait d'un jeune homme. Il s'appelait Evan Julian McCalister. Karen le connaissait bien puisque Evan a fréquenté le lycée en même temps que Lucas son fils, mais celui-ci avait nettement plus de succès notamment en ayant fréquenté Peyton à l'époque ou même Brooke. Après le lycée, son passé fut bien mystérieux. D'ailleurs, personne ne l'avait revu à Tree Hill depuis un moment. En le voyant, Karen fut attiré par lui. Il était devenu un homme tellement séduisant et attirant qu'elle désirait l'avoir auprès d'elle. Elle comptait appuyer sur le fait qu'elle ait besoin d'aide pour attiser son côté protecteur. Ainsi, il s'occupera d'elle. Pour cela, elle se comportera telle une jeune femme désespérée et tentatrice pour arriver à ses fins. Elle se plongea dans son regard effleurant sa joue puis le coin de ses lèvres et posant sa main sur son épaule pour l'ensorceler. Il fut charmé qu'il embrassa d'un doux baiser la main de la belle pour la réconforter. Cependant, il tenta de résister se concentrant à prendre soin de celle qui fut traumatisé.

     

    (jouant la femme perdue en effleurant le haut de son torse, embrassant puis griffant le dessus de sa main et son poignet pour l'envoûter) : « Merci sincèrement de t'être arrêtée, je ne sais pas du tout ce que j'aurais fait sans toi Evan.

     

    (troublé mais restant humble) : Vous savez Mme Scott, ce que je fais est tout naturel et vous voir dans cet état est pour moi une injustice des plus inconcevables. D'ailleurs, mieux vaut que je vous amène à l'hôpital pour que l'on puisse vous soigner.

     

    (jouant l'effrayée en pleurant, posant sa tête contre son torse, effleurant le haut de sa jambe et frôlant ses fesses pour exalter du désir) : Je ne peux pas aller à l'hôpital. C'est que l'on pourrait me retrouver et je revivrai ce cauchemar. Je ne supporterai pas d'être dans leurs griffes de nouveau.

     

    (prévenant, curieux et enroulant ses bras autour de la belle créature) : Ne vous inquiétez pas. Plus jamais, vous ne revivrez ce cauchemar des plus horribles. Qu'une femme aussi belle, charmante et ravissante que vous puisse vivre d'horribles choses, c'est une telle injustice et je compte bien faire en sorte que plus jamais cela n'arrive. Je vais prendre soin de vous. D'ailleurs qu'est-ce qui s'est passé ?

     

    (embrassant subtilement gêné son cou, effleurant son bas-ventre et le griffant légèrement pour le faire frémir) : On m'a kidnappé le jour de l'enterrement de Peyton Sawyer. C'est d'ailleurs pas loin d'ici que j'étais retenue prisonnière et que l'on m'a malmené. J'ai peur que l'on me reprenne si je vais à l'hôpital.

     

    (se montrant protecteur) : Je vous emmène chez moi et là, vous pourrez récupérer. Je vais vous y aider.

     

    (se montrant entreprenante et séductrice, le complimentant, mordillant son cou, léchant le haut de son torse et embrassant gêné le bout de ses lèvres pour l'enflammer) : Pardon, je suis si confuse. J'espère que je ne t'ai pas offensé. Tu es tellement attentionné et charmant avec moi. Jamais on n'avait pris soin de moi comme tu le fais. Pour moi, tu es mon sauveur, un prince.

     

    (charmé, rougissant et prêt à tout) : Non, même ce baiser fut des plus agréables et exquis. Je rêve d'en ressentir d'autres. Un compliment venant d'une femme aussi divine et exquise, je suis plus que touchée, même que j'en perds mes mots. Vous êtes une telle bénédiction.

     

    (voyant l'occasion de le manipuler, jouant la maternelle, le valorisant, effleurant son front, caressant ses cheveux, mordillant au niveau de son nombril et frôlant son intimité pour le torturer) : C'est plutôt toi qui l'est bel ange. C'est rare quelqu'un qui aide son prochain à l'heure actuelle, c'est que tu es un tel gentleman. Tu mérites tout ce qu'il y a de mieux, tu sais, et j'aimerai tant te remercier à ta juste valeur. D'ailleurs, tu sais, tu peux me tutoyer, cela ne me gêne absolument pas.

     

    (gêné et déstabilisé) : Oh, je ne sais pas quoi dire, vous.... tu me troubles tellement. Tu n'as pas besoin de me remercier, et laisser une telle femme comme toi aurait été un crime des plus horribles et condamnables. Partons en direction de chez moi, et je vais t'aider à te rétablir.

     

    (obtenant satisfaction, faisant une moue, effleurant le bas de sa jambe avec son pied, effleurant l'arrière de sa cuisse, l'agrippant, guidant sa main vers sa taille puis sa cuisse et léchant furtivement le haut de son torse pour le torturer) : Je te suis alors mais est-ce que tu peux me guider pour aller jusqu'à ta voiture ?

     

    (incapable de résister en effleurant les cheveux puis le front de la belle et souriant timidement) : Bien sûr. Je ne peux que combler le moindre de tes désirs. Je serai toujours là si tu as besoin de quoi que ce soit. »

     

    Evan aida Karen. Celle-ci la regarda dans ses yeux mêlant douceur et perversité puis elle l'embrassa langoureusement. Evan, complètement séduit, tenta de résister mais cela fut impossible qu'il prolongea ce baiser le rendant plus intense. Ensuite, ils partirent vers la voiture. Il ouvrit la portière et laissa Karen s'installer sur le siège avant. Il s'installa ensuite sur le siège du conducteur et ils partirent de ce lieu sordide. Là, Karen regarda son sauveur effleurant gênée la cuisse du bellâtre arrivant à l'intérieur et frôlant son intimité pour le torturer. Il ressentit un désir des plus intenses pour la belle mais tenta de se contenir. Qu'allait-il se passer entre eux ? Claire, de son côté, était à la recherche de cette voiture et ainsi, revenir vers Karen en héroïne. Ainsi, elle serait pour Karen quelqu'un de confiance et mettrait bien à mal Lucas qu'elle détestait tant. Elle joua au mieux celle qui cherchait, attendant juste le temps nécessaire pour rendre crédible son action. Elle monta dans la voiture et la démarra. Elle partit pour arriver à l'endroit où Karen l'attendait. Seulement elle n'y trouva personne. Elle frappa du pied à l'intérieur de la voiture, vraiment énervée mais en y repensant, elle avait un moyen d'atteindre les Scott comme personne et pour cela elle allait frapper dans la vie d'Haley et particulièrement auprès de son entourage. Elle partit vers le lieu de travail de sa belle-soeur. Elle avait entendu parler de la situation d'Haley en milieu professionnel en menant une enquête bien minutieuse avant d'arriver dans leur vie. Elle avait appris qu'Haley pouvait être totalement dévouée à ses élèves. Claire savait qui viser : Derek. Rien de mieux que de se comporter telle une femme en détresse avec un problème de voiture pour attiser son côté protecteur et ainsi, le piéger. Elle se réjouissait d'avance. Regardant l'heure, elle savait que les cours allaient se terminer. Elle appela l'établissement et se renseigna sur les cours de Derek Monroe. Elle sut à quelle heure il sortait et son adresse. Connaissant son itinéraire, elle partit en direction des établissements scolaires et créer son problème de voiture sachant qu'elle rencontrera sa future proie. Pendant ce temps, Brooke et Lucas arrivèrent au local, lieu qui allait devenir un véritable champ de bataille. Ils étaient à l'extérieur. Lucas voyant la boule de nerfs qu'était Brooke posa sa main sur son épaule pour la calmer.

     

    (calme) : « Ca va aller Brooke, ne t'en fais pas.

     

    (ironique) : Euh, tu as fait l'école du rire Lucas ou quoi ? On veut me piquer le local, ce n'est pas rien, alors que j'ai un projet bien défini. Tu crois que je vais laisser faire ? Tu crois franchement que l'on va me piquer un endroit qui me tient à coeur ? Tu te trompes lourdement.Tu devrais le défendre aussi non ?

     

    (songeur) : Oui, c'est sûr, je suis d'accord avec toi.

     

    (curieuse) : Tu songes à ta mère ?

     

    (triste) : Oui, je pense à elle. Elle me manque tellement. J'ai si peur pour elle.

     

    (réconfortante) : On va la retrouver, ne t'inquiète pas. Elle est une battante je te rappelle, quelqu'un qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Seulement, pour le moment, il faut défendre ce local qui ne mérite pas d'être dans de mauvaises mains. Alors, tu es avec moi ?

     

    (hésitant) : Je.... ne sais pas. On doit éviter les combats Brooke. Et puis, tu peux élaborer les choses autrement. Tu es Brooke Davis et tu sais rebondir à chaque fois. C'est que je te connais si bien.

     

    (furieuse) : Si tu me connais si bien, tu sais que quand je désire quelque chose, je l'obtiens, et je veux ce local, tu m'as bien comprise ? Alors sois tu m'aides et tu viens avec moi, ou sinon tu te tires et tu me laisses me débrouiller. Parce que je n'aime pas avoir quelqu'un qui est hostile à mes projets.

     

    : Mais....

     

    (déterminée et l'interrompant) : Il n'y a pas de mais qui tienne, c'est clair ? »

     

    Lucas tenta en posant sa main sur l'autre épaule de Brooke de la calmer mais elle le poussa, ne désirant plus avoir affaire à lui. Elle partit vers l'intérieur du local laissant Lucas seul et triste après les deux disputes qu'il avait subies avec Elizabeth auparavant et Brooke maintenant. Il décida de réparer les pots cassés en commençant avec Elizabeth pensant que celle-ci sera calme depuis le temps. Il partit la retrouver chez elle. Seulement, il ignorait qu'il était surveillé tout comme Brooke par un jeune homme. Il s'agissait de Michael qui était arrivé en cours de discussion. Lucas arrivera-t-il à ses fins avec Elizabeth ? Michael va-t-il pouvoir discuter avec Brooke et se rapprocher d'elle ? Brooke arrivera-t-elle à sauver son local ? De son côté, Haley arriva chez elle l'air songeuse, repensant à ce qu'elle avait vécu avec Derek. C'était si intense, et elle se sentait désirée. Dès qu'elle rentra à l'intérieur, elle s'occupa immédiatement des préparatifs afin de retrouver Derek. Elle fit un peu de ménage, sortant des gâteaux afin de recevoir son chou comme il se doit jusqu'à ce que la sonnette retentit. Elle regarda l'heure pendant un instant voyant que cela faisait encore un peu trop tôt après la fin des cours. Elle s'avança avec une certaine frayeur, craignant de trouver une mauvaise surprise du à l'individu qui kidnappait des personnes. Elle regarda par la lucarne et là, cela fut le choc. C'était sa soeur Mandy. Entre les deux, c'était plutôt comme chien et chat. Mandy était le genre de femme à fonctionner à l'instinct et à l'envie. Chez elle, son côté artiste était bien prononcé. D'ailleurs, cela l'avait amené vers sa passion : la photographie. Seulement, sa grande passion avait causé à de nombreuses reprises des disputes au sein de la famille, car elle préférait dénigrer les responsabilités. Haley fut plus que dérangée par sa soeur et se demanda comment la sortir de la demeure afin de recevoir son chou comme il se doit. Il était hors de question pour elle de reporter ce rendez-vous car elle se sentait désirée, aimée et elle adorait cela. Haley regarda Mandy avec une certaine froideur sachant qu'elle la dérangeait au plus haut point ce qui déplut à la jeune femme.

     

     

    (curieuse et légèrement énervée) : « Quoi ?

     

    (curieuse) : Pourquoi tu n'as pas prévenu avant de débarquer ?

     

    (usant de répartie) : Faire une surprise à sa grande soeur c'est un crime ?

     

    (lui rappelant le passé) : Généralement les surprises avec toi, c'est surtout pour demander quelque chose en retour. La dernière fois, c'était pour me demander du fric, souviens-toi.

     

    (la remettant à sa place) : Je vois que la surprise ne fait pas son effet. C'est que je désirais simplement voir ma soeur chérie. Tu m'as manqué tu sais, de même que mon petit neveu et mon beau-frère. D'ailleurs, où sont-ils ?

     

    (voyant une occasion de la manipuler et de rester tranquille pour réaliser son souhait en se confiant) : Oh, toi aussi soeurette. Jaimie est chez la baby-sitter et Nathan, et bien, tu sais comme il est, en vadrouille, à ne pas prévenir où il se rend. Disons qu'il a une certaine obsession et je parie encore qu'il est en train de la résoudre. Ca m'énerve qu'il n'en fasse qu'à sa tête mais voilà, quand il a une obsession, il ne veut pas en découdre. Qu'est-ce que tu veux, c'est un Scott.

     

    (prenant sa sœur dans ses bras, se montrant réconfortante et curieuse) : Je suis désolée pour toi. Et surtout, pense que ton mari t'aime plus que tout et aussi tu as un fils extraordinaire. Fais en sorte de préserver ta famille, c'est essentiel. Mais qu'est-ce qui se passe avec Nathan au juste ?

     

    (calme et se confiant pour mieux éloigner la personne gênante et pouvoir vivre un instant mémorable avec son chou) : Tu as raison, et qu'est-ce que je ne ferai pas pour les miens. Disons que l'on a découvert que Nathan a une soeur, enfin une demi-soeur Claire, et qu'ensuite, il est menacé tout comme beaucoup dans cette ville par un fou qui kidnappe et tue des gens. Personne ne sait qui est cette personne.

     

    (se montrant compatissante et curieuse) : Oh, mais c'est incroyable et comment elle est ?

     

    (calme) : A vrai dire, elle paraît gentille, compréhensive et surtout calme vis à vis de la situation. Je peux par contre dire qu'elle est assez mystérieuse sur son passé. Enfin, Nathan lui fait confiance, et même plus que ça, puisqu'elle l'a aidée. Tu connais la situation maintenant. Alors, vraiment en ville, sois prudente et fais attention à tout ce qui se passe autour de toi, d'accord ?

     

    (compréhensive) : Je ferai attention, mais si tu veux, je peux l'interroger cette fille, je peux savoir qui elle est et ses intentions. Je sais me montrer persuasive, tu le sais bien.

     

    (jouant la craintive) : Ne fais pas ça Mandy, ne fais pas ça !

     

    (déterminée) : Je vais me gêner.

     

    (faisant mine de la retenir) : Mais non s'il te plait, je risque d'avoir des soucis.

     

    (décidée et la rassurant et faisant une moue) : Oh, ne t'inquiète pas, je ne te causerai pas le moindre soucis. Elle se trouve où d'habitude ?

     

    (calme et pleurant légèrement pour l'attendrir) : Ici d'habitude mais elle a été enlevée.

     

    (choquée et se montrant serviable pour la réconforter) : Je suis désolée, mais dis-moi si tu as besoin de quelque chose, je suis là.

     

    (voyant l'occasion de la manipuler en mentant) : A vrai dire, j'aimerai oublier mes soucis et pour cela, je souhaiterai continuer mes préparatifs pour la surprise. J'aimerai me retrouver avec Nathan, et lui faire oublier tout ce qui se passe autour. C'est pas souvent que l'on peut profiter d'un moment d'intimité.

     

    (compréhensive) : Bien sûr, et moi, je vais aller voir Jaimie. La baby-sitter est où exactement ? Ainsi, je pourrai passer du temps avec ce petit ange.

     

    (satisfaite d'avoir réussi sa mission mais restant sereine pour ne rien laisser transparaître) : A deux pas, je vais te donner l'adresse et je suis certaine qu'il sera ravie de voir l'une de ses tantes. 

     

      (souriant légèrement afin de mieux cacher ses intentions) : J'en suis persuadée aussi alors j'y vais.

     

    (allant prendre le papier où était notée l'adresse de la baby-sitter et la donnant à sa soeur) : Tiens, la voici. Et passe de bons moments avec lui. Il me tarde déjà de retrouver mon petit prince.

     

    (souriant et faisant une proposition) : D'accord, alors j'y vais et ensuite je te le ramène. Si je te laisse deux heures avec ton homme, ça te va ?

     

    (calme) : Ca me va

     

    (la taquinant) : Allez, je te laisse roucouler coquine.

     

    (frappant sur l'épaule légèrement) : Hey. » 

     

    Mandy rigola. Haley l'imita et embrassa sa soeur sur la joue. Mandy partit, laissant Haley profiter des instants qui restait avant que Derek n'arrive. La jeune soeur regarda l'adresse qu'Haley lui avait donné puis prit la direction opposée. Même si Claire avait été enlevée, Mandy comptait bien la retrouver et avoir plus de renseignements. Pour cela, elle allait commencer par aller au poste de police et obtenir des renseignements. Allait-elle réussir à retrouver Claire ? Seulement, Haley, pensant être tranquille mais le téléphone sonna. Il s'agissait de Deb qui était sorti à l'extérieur du commissariat et avait bien l'intention de mettre ses menaces à exécution envers Nathan. Elle comptait jouer sur la détresse et la colère afin de mieux éloigner Haley de Nathan et ce pour le bien de la jeune femme mais surtout pour son petit fils Jaimie. Haley fut surprise d'avoir Deb au téléphone mais elle n'allait pas raccrocher le téléphone pour autant. Elle était curieuse de savoir ce qui se passe exactement. 

     

    (surprise) : « Deb ? Mais que se passe-t-il pour que vous m'appelez à cette heure-ci ?

     

    (affolée) : Je suis désolée, mais il s'est passé quelque chose avec Nathan.

     

    (choquée) : Quoi ? Heureusement qu'à cette heure-là, je sais que Jaimie est chez l'autre baby-sitter sinon, je l'aurai tué à Nathan. Il devait le surveiller.

     

    (en colère): Tu sais comment il est à savoir faire des conneries, mais là, il a dépassé les bornes.

     

    (inquiète) : Là, je suis inquiète qu'est-ce qui se passe ?

     

    (en colère) : Nathan a frappé un policier.

     

    (en colère) : Il a vraiment fumé, c'est pas possible. Et Nathan est où ?

     

    (en colère) : En prison et il va y rester, car vu comment il m'a parlé, je ne compte pas le laisser dehors. Il m'a limite parlé comme Dan.

     

    (en colère) : Non mais quel connard, clair qu'il mérite de rester là-bas et qui est le policier qui l'a arrêté pour que je sache ce qui va arriver ?

     

    (en colère) : Il s'agit de Logan Hamilton.

     

    (tentant de garder son sang-froid et se montrant en colère) : Oh, alors j'irai le voir pour connaître la suite des événements et je lui porterai un cadeau de la part de nous deux pour nous excuser des désagréments causés par Nathan. Merci de m'avoir prévenu et je ne prendrai aucun appel de l'enfoiré.

     

    (souriant) : Oh, alors on fait comme cela, et à tout à l'heure. Je peux récupérer Jaimie en passant ?

    (calme) : Pas besoin, ma soeur Mandy est de retour et elle le prendra mais s'il y a un soucis, j’appellerai.

     

    : On fait comme cela alors. A tout à l'heure.

     

    (calme) : A tout à l'heure. »

     

    Haley raccrocha et se mit à penser à Logan, à la personne qu'elle avait aimé par-dessus tout par le passé. Leur relation s'était terminée assez brutalement et avait laissé en elle une blessure qui ne s'était jamais cicatrisée. Jamais elle n'avait pu oublier cet homme, ce bellâtre qui la faisait tant vibrer alors qu'elle était au lycée et elle pensait même qu'ils finiraient leurs vies tous les deux avec leurs trois enfants. Mais voilà, elle avait dû vivre avec Nathan. Ainsi, elle gardait cette blessure au fond d'elle et tous les secrets qui étaient mêlés. Etait-elle amoureuse de Nathan au fond après tout ce temps ou bien c'était autre chose ? Et que cache-t-elle si elle a un secret ? Alors, elle décida de partir au poste de police espérant tant bien que mal de trouver Logan et de pouvoir parler. Elle avait le trac. Comment se déroulera les choses entre eux ? De son côté, le cours de littérature allait se terminer avec comme thème William Shakespeare et la pièce mondialement connue : Roméo et Juliette. Queen fut à côté de sa proie Derek et comptait bien l'attraper dans ses filets afin d'en faire ce dont elle désirait. Elle était capable d'user de tous les moyens pour atteindre son but. Alors que le cours continuait sur les dernières paroles du professeur sur la conclusion de l'histoire tragique entre Roméo et Juliette et l'amour qu'ils se porteraient éternellement, celle-ci caressa l'intérieur de la cuisse de celui-ci malaxant son intimité et souriant coquinement pour le faire frémir. Peu importe si quelqu'un la voyait, elle ne s'arrêterait pas aussi facilement. Elle aimait le danger, même, elle s'en délectait. Elle comptait le garder dans cette salle afin de profiter de lui et de le croquer. Derek fut gêné. Il ressentit un certain désir mais tenta d'y résister afin qu'elle n'ait pas de l'ascendant sur lui.

     

    (gêné et parlant tout bas) : « Ce n'est pas l'endroit, voyons.

     

    (parlant tout bas, se montrant coquine en effleurant son épaule et son cou le griffant pour le titiller) : Voyons, tout endroit est propice à un plaisir inoubliable chéri

     

    (retirant sa main et la posant sur sa jambe) : Ce n'est pas le moment et puis d'ailleurs qu'est-ce qui te fait dire que je veux exactement ce que tu veux ? Alors arrête et continuons d'écouter le cours, c'est même plus qu'intéressant. 

     

    (voyant l'occasion de le manipuler avec une proposition, gardant sa main sur sa jambe, remontant vers l'intérieur de sa cuisse et l'incitant à titiller son intimité pour le faire frémir) : Comme tu veux trésor, mais je sais que tu en meurs d'envie. Tu sais, ce n'est pas bien de rester frustrer. Enfin, par contre, il est vrai que le cours est intéressant et j'aimerai le travailler réellement avec toi. Est-ce que tu peux m'aider après le cours s'il te plait ?

     

    (à la fois énervé et titillé par la belle) : Tu mérites que.... Enfin, réellement tu veux le travailler ce cours ?

     

    (effleurant le haut de son torse, le flattant, griffant le dessus de sa main et son poignet pour le troubler) : Bien sûr avec un charmant jeune homme, je ne peux que travailler ce cours dans les meilleures conditions.

     

    (troublé et tentant de résister) : Je..... Je te trouve magnifique mais aussi dangereuse. Je ne sais pas à quoi m'attendre avec toi.

     

    (voyant une nouvelle fois l'occasion de le manipuler, jouant la touchée, l'embrassant discrètement, subtilement et perversement sa joue et faisant une moue pour exalter du désir) : Jamais on ne m'avait dit un tel compliment à croire que je ne le méritais pas. Ce cours particulier nous permettra de nous connaître plus en détail. Tu verras qui je suis réellement. Allez, dis-oui trésor, tu ne le regretteras pas. »

    Seulement, la sonnerie de fin de cours retentit. Profitant du bruit qu'engendrait la fin des cours, Derek partit vite et laissa Queen sur le carreau. Il pouvait souffler loin de cette diablesse, reprenant ses esprits et prit sa voiture pour partir rejoindre la belle Haley qui l'attendait. Seulement, il ignorait que celle-ci était parti pour voir quelqu'un d'autre. Pourront-ils se retrouver ? Pendant ce temps, Ethan arriva également sur le lieu où s'était rendu son frère Michael. Il assista au fait que celui-ci se rende directement à l'intérieur du local où se trouvait Brooke. Il allait se rendre là-bas quand soudain il sentit une arme pointer sur sa nuque. Il leva les mains et se tourna vers une femme ravissante, ensorcelante et intrigante. Il s'agissait de Bianca Maria Obsborne, une femme à la tête d'un bon groupe d'hommes et vu son arme, son activité était loin d'être dans la légalité. Elle menait les affaires depuis la mort de son père il y a tout juste un an assassiné par des ennemis rivaux. Ethan savait qu'avec elle, il ne fallait surtout pas discuter. Il resta tranquille attendant impatiemment ce que la demoiselle désirait. Il la trouvait toujours si sexy. Cependant il tenta de résister pour ne pas tomber dans son piège. La belle désirait la ramener au bercail et elle comptait user de ses charmes pour le faire redevenir le bon petit toutou à son service. Elle lui rappellera ce qu'il lui devait et ce, en se montrant tentatrice et allumeuse pour le dérouter.

     

    (caressant avec son arme le torse du bellâtre, effleurant le bas de sa jambe avec son pied et l'intérieur de sa cuisse en prenant à pleine main son intimité pour l'enflammer) : « Non, mais tu crois sérieusement être libre sans moi ? Tu crois que tu peux faire ce que tu veux sans que je sois au courant de quoi que ce soit ? Tu te trompes lourdement car tu m'appartiens chéri, et jamais tu ne pourras me laisser, c'est clair dans ta tête ? Tu es à moi, à jamais tu es à moi et tu me dois obéissance.

     

    (surpris et troublé) : Mais Bianca, qu'est-ce que tu fais ici ? Comment tu as fait pour me retrouver ? Je ne dois pas quitter cette ville, je n'en ai pas le droit, et je dois rejoindre mon frère de toute urgence alors tu es bien gentille, mais laisse-moi c'est compris ?

     

    (lui rappelant les souvenirs en mordillant l'intérieur de sa main léchant son index, griffant le début de son avant-bras et faisant une moue pour l'émoustiller) : Oh, mais tu me dois toujours beaucoup de fric trésor. Cette partie de poker que tu as perdu délibérément, je t'ai prêté cet argent sur ta demande afin de payer ses personnes qui ont joué avec toi mais c'est donnant-donnant car je veux revoir cet argent. Tu me dois des services pour que ta dette soit levée. Souviens-toi de cette dernière nuit entre nous, comment tu as crié de plaisir après ce que je t'ai procuré. Je sens encore combien je te fais de l'effet, alors cela ne sert à rien de résister sinon tu seras frustré et c'est pas bien. Allez, tu as encore des choses à faire, viens dans la voiture et on y va. Allez go, je ne vais pas attendre six mois.

     

    (charmé mais tentant de résister) : Je sais tout cela, et je te rendrai tout ce que je te dois, je respecte ma parole, mais s'il te plait, laisse-moi auprès de mon frère, il ignore à quel point il risque de mettre à mal ce que tu prévois pour cette ville.

     

    (voyant l'occasion de le manipuler avec du chantage en levant le bas de son haut, mordillant puis léchant son bas-ventre et pinçant ses fesses pour le torturer) : Tu sais que si tu ne me suis pas, je pourrai m'en prendre à ton cher petit frère et à toutes les personnes qui te sont précieuses. Tu ne voudrais pas les mettre en danger, n'est-ce pas ? Alors qu'est-ce que tu préfères chéri moi et reprendre notre marché ou bien rester avec tes activités ? Je sens que tu préfères la première sauf si tu aimes les ennuis mais tu risques de le regretter amèrement.

     

    (sous son influence mais tentant de nouveau de résister avec un chantage) : Tu es toujours aussi belle et dangereuse, même à tomber. Mais tu sais que si je parle, toutes les personnes travaillant à tes côtés, tout comme toi tomberont ? Tu perdras tout ce que tu possèdes à la suite de cela. Ce serait tellement dommage surtout que tu as pris l'héritage familiale n'est-ce pas ? Qui mène le jeu, hein ? Maintenant, tu ne pourras plus rien faire contre moi. J'en ai fini avec nos affaires et à jamais.

     

    (déterminée en feignant de rougir, l'allumant, se mettant dos à lui tout contre son torse bougeant telle une diablesse, griffant le bas de son dos puis guidant sa main vers sa poitrine, griffant l'arrière de son cou et titillant ses lèvres en les mordillant pour le torturer) : Jamais personne ne m'a complimenté comme tu le fais, j'en suis plus que touchée. Je croyais même que je ne méritais pas d'entendre ses compliments. Comment veux-tu me faire chanter alors que tu es tout simplement fou de moi, que tu rêves de la placer en moi et de me faire crier d'un plaisir inégalable que l'on en redemandera encore et encore pour que nos corps ne fassent plus qu'un. Tu n'es pas de taille pour m'atteindre chéri, alors rentre dans le rang, et viens dans la voiture.

     

    (charmé et résigné) : Je te suivrai où tu le désireras belle créature. Tu fais tellement pour moi que de ne pas t'être reconnaissant est un crime.

     

    (satisfaite en léchant ses lèvres, les mordillant, effleurant sa taille, procurant une douceur à son oreille et léchant le début de son menton pour le titiller) : Un avant-goût beau brun de ce que je te réserve. »

     

    Bianca prit la main d'Ethan et l'emmena vers la voiture. Ils montèrent tous les deux, et elle fit signe au chauffeur de partir. Qu'allait-il se passer entre eux ? Qui Ethan connaissait pour tenter de faire chanter Bianca ? Quelles sont les affaires dont celle-ci s'occupent ? En même temps, Brooke, arrivant dans le local, se remit tranquillement de ses émotions alors qu'elle s'était disputée avec Lucas. Elle recherchait la personne qui l'avait appelée pour discuter de la situation du local quand soudain, elle entendit du bruit. Elle se rendit derrière le comptoir quand elle vit un jeune homme. Il s'agissait de Michael Hawkins, la personne qu'elle avait vu pour connaître davantage Ethan et savoir si c'était lui qui avait commis à la fois les kidnapping et les meurtres. Pouvoir parler en présence d'autres personnes, c'était une chose et on se sentait protégée mais un tête-à-tête, c'était bien différent. Elle prit son courage à deux mains pour affronter cet homme et qui sait, obtenir des informations cruciales permettant à la ville et à ses habitants d'être enfin tranquille. Elle tentera de déstabiliser le jeune homme afin de le piéger.

     

    (charmante pour mieux amadouer sa proie) : « Que me vaut une charmante visite d'un bel homme tel que vous ? »

     

    (déstabilisé et joueur) : Mademoiselle Brooke Davis, ne chercherez-vous pas à me faire rougir ?

     

    (souriant légèrement et posant sa main sur son épaule en l'effleurant légèrement pour l'envoûter) : C'est que je sais accueillir au sein de ce merveilleux endroit. Alors dites-moi, pourquoi êtes-vous venu ici ? Vous allez enfin me dire toute la vérité au sujet de votre frère et vous ?

     

    (joueur) : Mais qui vous dit que je suis venu effectivement ici pour tout vous raconter à propos de notre famille ?

     

    (joueuse en effleurant la main de celui-ci le griffant légèrement) : Mais parce que vous le désirez et que vous en avez marre de garder tout cela pour vous. Au moment même où vous m'avez regardé bellâtre, vous avez désiré me parler, ne me dites pas le contraire et puis depuis ce jour, je sens bien que vous êtes frustré de tout garder pour vous.

     

    (troublé) : Décidément, vous n'avez pas froid aux yeux à ce que je vois.

     

    (titillant son menton puis le coin de ses lèvres et effleurant son cou en le griffant pour le déstabiliser) : C'est parce que quand je vois quelque chose, je sais l'obtenir, pas vous peut-être ?

     

    (commençant à lever sa main vers la joue de la jeune femme puis se ravise tellement il est troublé) : Si mais je dois dire que vous me déstabilisez complètement mademoiselle Davis. Vous êtes d'une rare beauté.

     

    (faisant mine d'être touchée effleurant le haut de son torse pour mieux l'envoûter) : C'est pas souvent que l'on me dit ce genre de compliments, je suis plus que touchée. J'avais même l'impression que les compliments, je n'en méritais aucun.

     

    (gêné) : C'est une telle injustice, même ignoble que vous n'en recevez aucun car vous êtes si belle et resplendissante. Et vous méritez tout ce qu'il y a de mieux.

     

    (curieuse) : Vraiment ? Car comme par hasard, je suis au local et vous venez, vous êtes au courant pour mes ennuis ?

     

    (curieux) : Comment ça ?

     

    (calme tout en effleurant du bout des doigts sa joue pour l'ensorceler) : Des soucis avec le local et vous venez, c'est quand même une sacrée coïncidence.

     

    (outré) : Mais comment osez-vous ? Tout ce que je désire c'est votre bonheur et je suis anéantie de vous voir malheureuse. J'ai même outrepassé les interdictions de mon frère de venir vers vous. Vous me plaisez mademoiselle Davis, même, cela fait longtemps que je n'ai pas ressenti cela.

     

     

    (gardant son calme mais est curieuse) : Interdiction ? Mais pourquoi votre frère vous fait-il ce genre de chose ?

     

    (songeur) : Parce qu'il a de sérieux emmerdes et qu'il essaye de les fuir.

     

    (curieuse) : A cause de ses soucis ?

     

    (songeur) : Oui mais c'est surtout à qui il doit rendre des comptes. Mais en parler vous mettrez en danger et c'est la dernière chose que je souhaite.

     

    (se montrant compréhensive en effleurant son bras et griffant son poignet pour l'attendrir): C'est gentil de vous inquiéter pour moi mais je suis grande et je sais me protéger. Le fait que vous ne dites rien va peser lourd sur votre conscience et cela risque sérieusement de vous détruire. Croyez-moi, ce n'est pas bon pour vous et si votre frère préfère que vous gardez le secret, c'est qu'il ne pense pas à votre bien-être.

     

    (triste) : C'est parce qu'il a affaire à la mafia. Et à cause de moi, le fait rien que de le savoir vous met en grand danger alors je vous laisse.

     

    (choqué) : Mais..... »

     

    Michael partit sans rien dire davantage, ayant trop peur de ce qui pourrait arriver à Brooke. Le fait que celle-ci soit au courant, qu'est-ce que cela va impliquer ? Sera-t-elle en danger ? Alors qu'elle se retrouva seule, elle décida de faire des recherches sur cette Victoria Callahan afin de connaître la vérité. Cette Victoria Stacy Callahan était une femme d'affaires avec peu de scrupules et capable de tout pour arriver à ses fins. Elle aimait particulièrement le luxe et être auprès d'hommes les plus riches qui soit. Seulement, son dernier mari est mort dans des conditions bien douteuses. Elle trouva le numéro de téléphone et l'appela.

     

    (sûre d'elle) : « Allo !

     

    (déterminée) : Pourrai-je parler à Victoria Callahan ?

     

    (surprise) : C'est moi, mais qu'est-ce que vous voulez ?

     

    (têtue) : Etes-vous en train d'acheter un local à Tree Hill ?

     

    (n'aimant pas qu'on la questionne et surtout aimant garder le contrôle) : Mais de quoi je me mêle mademoiselle ?

     

    (déterminée) : Car vous êtes venue sur mon territoire et que vous risquez de vous en mordre les doigts.

     

    (désirant la déstabiliser en usant de bons mots) : Mais qu'est-ce qui vous dit que je suis l'acheteuse ? Qu'est-ce qui vous dit que je souhaite au moins quelque chose ? Me menacer n'est pas quelque chose qui va vous servir, bien au contraire. Vous vous battez contre quelqu'un de plus fort que vous. Et qui vous êtes mademoiselle d'abord pour oser me parler sur un tel ton ? Personne ne me parle ainsi, est-ce clair ?

     

    (obstinée) : Pas de bol pour vous, je sais obtenir ce que je veux et surtout connaître la vérité et puis, vous avez une forte tête également en la personne de Mademoiselle Davis. J'ai de bons renseignements, et je m'y fie.

     

    (laissant planer le doute pour déstabiliser sa cible) : Alors vous verrez bien qui est la personne qui l'achètera. Sur ce au revoir. »

     

    Brooke n'eut pas le temps de dire un mot que Victoria raccrocha. Brooke obtiendra-t-elle une réponse à la personne qui souhaite prendre son local ? Est-ce bien Victoria ? De son côté, Elizabeth rentra chez elle, en pleurs, se laissant submerger par tout ce qui était arrivé entre revoir son ex et le fait que Lucas ne lui fasse en aucun cas confiance. Elle écouta une chanson celle de Plumb : Cut alors que le mur l'appelait pour bien frapper dessus. Elizabeth ne savait plus où elle en était. Elle avait l'impression même que sa vie fut détruite par tous ses événements. C'est à ce moment-là qu'elle entendit quelqu'un frapper. Elle ne répondit pas, préférant se concentrer sur la musique, et le fait qu'elle avait besoin d'être seule. Seulement la personne au dehors ne l'entendit pas de cette oreille. Il s'agissait de Lucas qui voulait se faire pardonner.

    (essayant de demander pardon) : « Elizabeth ? Je sais que tu es là. S'il te plait, ouvre-moi que l'on puisse s'expliquer et je voudrai tant me faire pardonner. Elizabeth, on ne peut pas rester sur une dispute. Je tiens trop à toi. Je suis follement amoureux de toi.

     

    (triste et en colère) : Dégage Lucas, dégage de là ! Je ne veux pas te voir ! Et puis, ce n'était pas qu'une simple dispute. Tu as tout remis en cause en écoutant mon ex alors tes excuses, tu peux aller te faire foutre avec ! Et puis tu oses me dire que tu m'aimes après ça, mais dégage, tu n'es qu'un minable pour moi. Oui, je ressentais aussi quelque chose pour toi. Je pensais que tu étais un mec bien, que tu pouvais comprendre que j'avais besoin de stabilité, mais a priori tu ne penses qu'à ton gros cul d'enfoiré. Dégage maintenant avant que je n'appelle les flics.

     

    (désespéré) : Je t'en prie mon ange, je t'en prie.

     

    (folle de rage et se préparant en mettant une robe bien sexy) : Je te préviens, je vais les appeler.

     

    (suppliant) : Je me mettrai même à genoux s'il le faut pour que tu puisses me pardonner. »

     

    Elizabeth ne répondit rien à ses supplications. Elle éteignit la musique et se mit en bon état. Elle ouvrit la porte. Lucas avait devant lui une femme plus que resplendissante, une femme fatale. Il se mit à genoux comme il l'avait promis mais celle-ci le poussa violemment contre le sol. Il fut complètement anéanti.

     

    (triste) : « Je suis désolé.

     

    (en colère) : Tu vois où tu peux te foutre les « désolé » ? Voilà, alors, tu vois, je sors et je vais voir s'il y a d'autres mecs qui sont bien mieux que toi.

     

    (choqué) : Mais..... »

     

    Elizabeth partit le laissant en plan comme une vieille chaussette. Pendant ce temps, Claire sur la route, décida de s'arrêter et provoqua directement la panne. Un soucis de tuyau et puis ça marchera finalement. Derek fut bien sorti des cours. Il était en route pour se rendre chez Haley. La route fut bien dégagée. Il mit la musique en route écoutant du Linkin Park : New divide quand soudain, il vit une jeune femme arrêtée sur le bas de la route. Même s'il était pressé, qu'il voulait retrouver sa belle Haley, il ne pouvait laisser une jeune femme en détresse. Seulement, il ignora à quel point il allait se retrouver par une diablesse. Il arrêta sa voiture et alla auprès de la jeune femme qui fit du stop faisant mine d'être désespérée. Ravie de voir sa proie, elle alla auprès de lui jouant la fille reconnaissante et même se jetant dans ses bras pour attiser son côté protecteur qu'il voudra s'occuper d'elle. Il fut déstabilisé par la belle mais tenta de résister pensant à celle qui l'attendait. Celle-ci se montrera douce et entreprenante pour piéger sa proie. 

     

    (se montrant reconnaissante, le flattant, effleurant sa joue et titillant son menton pour le toucher) : « Merci, vraiment un grand merci pour vous être arrêté. C'est que vous me sauvez la mise. Avec cette voiture qui est tombé en panne, je me demandais comment j'allais rentrer. Vous êtes un tel gentleman et si attentionné. C'est rare de nos jours d'être en présence d'un tel homme.

     

    (gêné) : Vous me faites rougir. Si c'est ce que vous tentez de faire, c'est bien réussi.

     

    (sentant de la timidité qu'elle effleura sa joue l'embrassant subtilement et perversement dessus, mordillant près de son épaule et le complimentant pour le déstabiliser) : Si je vous dis que oui, qu'est-ce que vous allez faire par la suite ? Ce teint vous va à ravir et vous êtes encore plus séduisant comme cela. Cependant, je m'en voudrai si je vous cause la moindre gêne.

     

    (la rassurant et charmé) : C'est que je ne saurai plus où me mettre avec tous ses compliments. Et vous êtes une déesse comme on n'en fait plus. D'ailleurs, quel est votre joli nom ?

     

    (préférant cacher son nom, en étant joueuse, en effleurant le lobe de son oreille laissant son souffle agir sur son cou, embrassant le dessus de sa main et léchant subtilement son index pour l'enflammer) : Je m'appelle Claire beau brun et vous ? Je ne sais d'ailleurs plus où me mettre avec de tels compliments si merveilleux de la part d'un homme si prévenant. C'est vous qui avez réussi à me faire rougir. Jamais on ne m'avait complimenté de la sorte auparavant, d'ailleurs, jamais on ne m'avait complimenté.

     

    (gêné et surpris) : Jamais ? C'est une telle injustice pour une femme telle que vous, Je compte bien vous rendre justice en vous en donnant tout pleins. Ainsi, cela rattrapera tout ce que vous n'avez pas eu. Je m'appelle Derek Oliver Monroe.

     

    (faisant mine de rougir en effleurant son bas-ventre, léchant l'intérieur de sa main puis son poignet mordillant le début de son avant-bras et embrassant le creux de son cou pour le faire frémir) : Décidément, vous.... tu sais parler aux femmes bel ange. Cela ne te gêne pas si je te tutoie ?

     

    (déstabilisé et tentant de résister) : Bien sûr que non, j'en serai plus que ravie. Je devrai te ramener là où tu le désires car j'ai un rendez-vous important.

     

    (posant son index sur ses lèvres, se montrant compréhensive, léchant le haut de son torse, griffant son bas-ventre et effleurant le haut de sa cuisse approchant de l'intérieur pour le faire frémir de désir) : Je comprends mais on aura l'occasion de se connaître toi et moi tu ne crois pas ? Ce serait une occasion de te remercier en connaissant un peu celui qui m'a tiré de ce mauvais pas. Je serai triste si cela n'était pas possible.

     

    (complètement sous le charme et troublé) : Je serai ravie de pouvoir également te connaître un peu mieux et il est hors de question de voir sur ton visage des larmes. Je ne désire que contempler ce visage de déesse qui me donne un sourire radieux.

     

    (voyant une occasion de le manipuler en effleurant le coin de ses lèvres, embrassant son front, l'effleurant du bout des doigts et donnant un baiser doux et pervers pour le désarçonner) : Tu es un jeune homme tellement prévenant et charmant. J'espère que je n'ai pas trop bouleversé ton quotidien, c'est que je m'en voudrai si c'est le cas.

     

    (prêt à tout pour elle) : Tu ne l'as pas bouleversé, c'est même un enchantement que de pouvoir te sauver la mise. Et que dire de ce doux baiser que tu viens de m'offrir, jamais on ne m'avait embrassé de la sorte que j'en redemande encore. Tu es si envoûtante et troublante. Je désire être à tes côtés. Cependant, je suis sûr qu'avec toutes les qualités que tu possèdes, un homme doit vivre à tes côtés et qu'il doit t'attendre alors demander à être auprès de toi est qui sait, de trop. Je ne désire pas te causer le moindre ennui non plus.

     

    (le rassurant en jouant les tentatrices en guidant ses mains sur ses cuisses approchant de l'intérieur ainsi que de son intimité puis de son bas-ventre et profitant de la relation du secret pour le tenter) : Rassure-toi, personne n'est dans ma vie à part toi bel ange. Tu es ce qui m'est arrivé de mieux dans la vie, à croire que c'est le destin qui a fait que nous sommes réunis maintenant. Cela te dit qu'après ce qui est arrivé, on puisse se voir tous les deux discrètement, histoire de mieux se connaître ? Ainsi, on pourrait profiter de beaucoup plus de moments et ce sans limite de temps.

     

    (influencé) : Je ne désire qu'être auprès de toi. J'ai envie d'être à tes côtés alors oui, j'accepte avec joie.

     

    (satisfaite qu'elle s'en mordillait la lèvre la léchant discrètement, avouant de faux sentiments, posant son front contre le sien et souriant légèrement pour le désorienter) : Je suis là bel apollon et jamais je ne bougerai de cette place. Je me sens si bien à tes côtés que j'aimerai que le temps s'arrête pour profiter pleinement de cet instant magique.

     

    (dérouter et torturer) : Moi aussi belle déesse. Et tu me tortures tant que je n'ai envie que d'une chose à savoir sentir tes lèvres contre les miennes. Embrasse-moi, je t'en prie. »

     

    Claire, satisfaite des événements, s'approcha davantage de lui léchant doucement ses lèvres puis l'embrassant avec une fougue et une passion des plus démesurées. Derek complètement sous le charme prolongea ce baiser et il fut bien torride. Il prit la main de la belle et l'emmena dans sa voiture. Elle s'installa sur le siège passager et lui ensuite sur le siège conducteur. Il démarra la voiture. Elle leva légèrement son haut léchant son bas-ventre et titillant son intimité pour le mettre au supplice. Derek essaya de tenir mais cela sera plus que dur vu la diablesse à ses côtés. Elle s'approcha de son oreille lui murmurant de l'emmener chez lui. Il fut incapable de résister qu'il prit cette direction. Qu’allait-il arriver par la suite ? Pendant ce temps, Evan arriva chez lui en compagnie de Karen. Celle-ci s'approcha de lui en jouant la gênée embrassant subtilement et perversement sa joue atteignant le coin de ses lèvres, glissant ses mains sous son haut en griffant son bas-ventre et le mordillant au niveau de son nombril pour le titiller. Elle frôla son intimité le malaxant coquinement, léchant le haut de son torse et mordillant son avant-bras pour le torturer. Il fut totalement sous son charme qu'il effleura sa joue. Cependant, il se ravisa, sachant que ce qu'il faisait n'était pas bien. Karen comptait bien vivre cet instant des plus torrides auprès de son sauveur. Elle se sentit pour la première fois depuis fort longtemps désiré et elle n'allait pas le laisser filer. Alors qu'il allait parler, elle posa son index sur ses lèvres pour le dérouter.

     

    (se montrant coquine en griffant le bas de son dos, pinçant ses fesses et léchant sa joue pour le désorienter) : Chut trésor, on est si bien toi et moi alors pourquoi fléchir maintenant. Je sens que tu as envie d'être auprès de moi alors ne résiste pas sinon, tu resteras frustré. J'ai tout autant envie d'être dans tes bras. Tu ne veux pas que je m'amuse toute seule n'est-ce pas ?

     

    (incapable de résister et protecteur) : J'ai envie de toi ma déesse. J'ai envie de te ressentir tout près de moi. Je ne peux nier à quel point tu me fais de l'effet. Mais je pense à ton bien-être, après ce que tu as vécu.

     

    (le rassurant en mordillant son cou, baissant son pantalon puis son boxer, léchant frénétiquement son intimité pour exalter du désir) : Ne t'inquiète pas, je suis au mieux et en sécurité dans tes bras. J'ai envie de sentir ta chaleur contre la mienne. J'ai besoin de toi bébé.

     

    (complètement sous son emprise en procurant une douceur à son oreille) : Je suis là trésor, je serai toujours à tes côtés. Viens tout contre moi.

     

    (se montrant joueuse en se mordillant l'index, titillant ses lèvres avec sa langue, arrachant son haut, griffant coquinement son torse et amenant ses mains sur sa poitrine pour l'inciter au vice) : Oh, mais tout ce que tu veux chéri. »

     

    Karen l'embrassa bestialement titillant sa langue avec la sienne dans une danse bien endiablée pour le titiller qu'il ne pourra plus se passer d'elle. Evan savait bien que ce qui arrivait n'était pas bien, mais il ne pouvait pas refreiner ce qu'il ressentait sur l'instant pour Karen. Il était à ses yeux si ravissante, si belle, une créature comme il n'en faisait plus qu'il ne voulait pas la voir partir. Karen voyant à quel point il fut sous son influence, elle malaxa son intimité faisant des va et viens torrides en usant de ses mains et la prenant à pleine bouche en lui procurant une douceur incomparable pour l'exciter. Elle griffa son torse torridement léchant chaque parcelle de sa peau pour le déstabiliser. Admirant son regard, elle baissa son haut pour le troubler laissant en évidence ses formes les plus généreuses et jouant avec en laissant son index faire le tour. Il fut complètement raide dingue de la belle qu'il embrassa le creux de son cou descendant ses baisers le long de sa poitrine. Elle aima cette sensation qu'elle coinça sa tête dessus pour en ressentir davantage baissant sa tête ensuite en arrière. Elle prit ensuite son visage à pleine main jouant comme si elle désirait l'embrasser. Le regard du bellâtre montra bien qu'il la désirait qu'elle finit par l'embrasser mordillant son cou pour en laisser une belle trace. Il fut charmé qu'elle guidait ses mains afin qu'il lui retire ses vêtements. Elle lui en mettait plein la vue avec ses dessous qu'il en était bouche bée. Elle bougea son corps tout contre le sien mordillant son torse et griffant le haut de son dos pour le désorienter. Il ne pouvait tellement plus se passer de cette déesse des plus divines qu'il caressa le corps de la belle avec tendresse et passion qu'il s'en mordillait la lèvre d'un désir bien ardent. Karen en profita pour le guider vers son intimité et là, il procura une douceur inoubliable qu'elle en gémit de plaisir. Elle en profita en griffant coquinement sa cuisse, l'agrippant et coinçant sa jambe près de son intimité pour le chauffer. Il était en admiration devant la belle qu'il procura de légères attentions savoureuses sur les cuisses de la belle la mordillant. Elle se mordillait la lèvre d'un désir des plus ardents tellement il lui procurait des attentions divines. Il en profita pour parcourir chaque parcelle de la belle déesse de ses baisers fougueux effleurant ses cuisses jusqu'à l'intérieur et embrassant le creux de son cou. Ce qu'elle ressentait était au-delà du divin qu'elle voulait prendre les choses en main. Elle le mit sur le dos griffant sauvagement son torse, donnant un grand coup de langue dessus, bougeant telle une diablesse, se cambrant et amenant les mains de sa proie sur sa poitrine alors qu'elle accentua ses mouvements. Elle s'approcha dangereusement de son intimité qu'il en fut complètement à sa merci. Elle s'empala dessus kidnappant sa taille avec sa jambe et serrant son emprise afin de le sentir pleinement en elle. Ils passèrent à l'acte dans un moment des plus torrides qu'ils ne pourront pas l'oublier de sitôt. De son côté, Deb réfléchit encore, attendant avec impatience que sa belle proie arrive. Ses espoirs furent récompensés quand soudain, elle ressentit le souffle de quelqu'un sur son cou et la sensation de son corps auprès du sien. Elle se tourna et se retrouva en face de Logan qui posa discrètement sa main sur sa joue pour la rassurer. Celle-ci prit sa main, embrassant le dessus et le mordillant pour l'envoûter.

     

    (satisfaite en effleurant sa taille, griffant son bas-ventre et laissant son souffle agir sur son cou pour le titiller) : « Tu aimes me surprendre trésor.

     

    (charmé et prévenant) : Te retrouver ici a été une si agréable surprise, même des plus ensorcelantes. Tu es toujours aussi divine. Cependant, te voir si triste me fait mal. Rien que de voir des larmes sur ton visage si angélique est un crime qui mérite d'être gravement puni. Je suis là si tu as besoin de quoi que ce soit.

     

    (voyant une occasion de le manipuler en faisant une proposition pour l'intriguer) : Cela te dit de dîner toi et moi ? C'est que j'ai si peur de vivre cette soirée en repensant à ce qui s'est passé.

     

    (influencé) : Je vais te sortir ce qui s'est passé de la tête et crois-moi, je réussirai dans cette démarche.

     

    (embrassant subtilement et perversement le bout des lèvres du jeune homme, griffant le début de son avant-bras, effleurant le bas de son dos et pinçant ses fesses pour le désarçonner) : Alors, on se retrouve à notre endroit habituel trésor ?

     

    (souriant et troublé) : Bien sûr, et ton baiser m'a tant manqué. J'aimerai en ressentir d'autres. »

     

    Elle ne répondit pas se contentant de sourire coquinement et là, elle l'embrassa sauvagement. Il fut conquis qu'il prolongea ce baiser et ils se quittèrent. Deb avait réussi la première étape. Réussira-t-elle à obtenir ce qu'elle désirait par la suite ? La soirée arriva à grand pas sur la ville de Tree Hill et la boite la plus prisée de la ville fut bien remplie. Elizabeth arriva là-bas en trombe et bien sûr des connards vinrent l'aborder. Elle fut tellement énervée qu'elle épingla l'un d'eux en mettant un coup de pied dans les parties et en s'approchant de son oreille pour bien faire passer le message.

     

    (en colère) : « Mais tu crois petit que tu as une chance avec moi ? Mais tu n'es qu'un minus avec un engin si minuscule que tu ne peux que satisfaire que des femmelettes dans ton genre. Si tu veux vivre et avoir des enfants, tu as intérêt à faire ce que je dis, sinon je te castre, c'est clair ? »

     

    Comme par hasard, là, il la laissa tranquille et elle se rendit au bar. Elle prit un verre et ensuite, elle entendit la musique. C'était si tentant qu'elle alla sur la piste de danse. Ils passèrent la chanson de The Murder of My Sweet : Chemical Attraction. Cela inspira Elizabeth qui commença une danse des plus endiablées et intenses, effectuant une chorégraphie bien sexy. Pendant ce laps de temps, elle regarda un peu partout et observa un homme qui fut plus occupé à boire son verre et à profiter d'autre chose que de la piste de danse. Alors que la musique continua, elle s'approcha de celui-ci, posant sa main sur son épaule, l'effleurant et bougeant son corps près du sien sur le rythme de la musique. Ce jeune homme s'appelait Daniel Thomas et il faisait partie d'une famille richissime qui avait une grande influence sur la ville. De plus, il ne s'entendait pas du tout avec les Scott et en particulier Lucas qu'il détestait cordialement, et il aimait le faire souffrir. Ainsi, il se tourna devant les attentions de la belle. C'était la première fois qu'une femme lui faisait ce genre de choses et disons, c'était bien agréable. Cependant, il ne pouvait se permettre de faire une telle chose alors il campa dans ses positions restant bien assis devant son verre mais cela n'arrêta pas Elizabeth bien au contraire. Voyant une fille qui arriva près du jeune homme, elle lui murmura à l'oreille que c'est pour le protéger des sollicitations de filles de bas étage qui ne le méritait nullement.

     

    (résistant) : « Mais vous savez mademoiselle sans vous offenser que je sais me défendre comme un grand. Cependant, merci de tenter de me sauver la mise face à ses demoiselles néfastes.

     

    (se montrant prévenante, effleurant sa joue puis son cou le griffant légèrement et effleurant le bas de sa jambe avec son pied pour l'hypnotiser) : Je connais ce genre de filles, elle ne lâchera pas l'affaire loin de là, même, elle pourra être des plus collantes vous demandant bien davantage.

     

    (curieux) : On dirait bel et bien que vous connaissez ce genre de filles. Elles vous ont fait du mal ?

     

    (se montrant attentionnée en effleurant son épaule puis son bras, s'approchant au plus près afin de laisser son souffle agir sur son cou, le mordillant puis embrassant le dessus de sa main pour l'hypnotiser) : Elles croient que les relations sont tout belles, sans difficulté majeure mais je ne devrai pas vous embêter avec ce genre de chose.

     

    (prévenant et attentionné) : Ne vous en faites pas, vous ne me dérangez pas le moindre du monde. Si je vous propose qu'on aille danser d'abord et ensuite, nous pourrons nous connaître davantage vous et moi, qu'en dites-vous ? C'est rare qu'une femme comme vous puisse penser ainsi.

     

    (embrassant subtilement et perversement sa joue puis mordillant l'intérieur de sa main et le flattant pour le faire frémir) : Je ne peux qu'accepter une telle proposition venant d'un homme aussi raffiné. D'ailleurs, quel est votre nom ?

     

    (intrigué) : Je m'appelle Daniel Thomas et vous belle demoiselle ?

     

    (mordillant son poignet, griffant le début de son avant-bras sous sa manche et effleurant sa taille pour le troubler) : Je m'appelle Elizabeth Sanchez bel ange. »

     

    Daniel se leva et prit la main d'Elizabeth l'amenant sur la piste de danse. Là, il la fit tourner sur elle-même puis la ramena contre lui. Elle en profita pour entourer la taille du bellâtre avec sa jambe et celui-ci la fit glisser ensuite le long de la piste. Elle continua ensuite en bougeant tout contre le corps du bellâtre effleurant l'arrière de son cou en le griffant alors qu'elle guida ses mains autour de sa poitrine les descendant bien plus bas. Le parfum de la belle enivrait totalement Daniel. Cette femme était selon lui un appel direct vers la tentation et le vice de tous les instants. Résister à cet appel fut bien difficile tellement cette Elizabeth auprès de lui était splendide qu'il effleura les fesses de la divine créature. Ensuite, elle bougea telle une tigresse pour exalter du désir qu'il ne pourra pas lui résister. Elle fit mine ensuite de tourner et de tomber afin qu'il la rattrape et c'est ce qu'il fit comme un pro. Le spectacle fut bien chaud et torride devant toute la salle qui admirait la prestation. Au bout de cinq minutes la musique s'arrêta net et ils furent l'un contre l'autre grâce à la danse qui avait réussi à les attirer irrémédiablement l'un contre l'autre. Ils ne pouvaient pas se détacher l'un de l'autre quand soudain, la lumière s'éteignit, laissant la salle dans le noir le plus total. Elizabeth fut effrayée par ce qui arrivait. Daniel voulait partir le plus vite possible afin de se protéger mais il avait la belle auprès de lui. Elle lui paraissait bien différente des autres qu'il la prit contre lui pour la protéger en attendant que la lumière revienne. Cependant, les ennuis commencèrent car une arme fut pointée sur Elizabeth qui leva les mains. Qui pouvait faire une telle chose ? 

     

    Fin de l'épisode.


    votre commentaire
  • Episode 12 Nouvelle menace
     
     

     

    Alors que la nuit faisait place à Tree Hill, Lucas était en proie à des doutes le concernant et le fait maintenant qu'Elizabeth le rejette, cela lui était insupportable. Il s'en voulait de ne pas avoir su lui faire confiance. Il se demandait encore pourquoi il avait écouté l'ex de celle-ci : Ethan. C'était à croire qu'il ne voulait pas souffrir. Il s'était rendu compte trop tard que finalement en agissant ainsi, il laissait passer sa chance de se reconstruire. Il était parti de chez Elizabeth depuis un moment, se demandant bien où est-ce qu'elle pouvait être.

     

    Alors qu'il était dans les rues, il eut l'idée d'aller vers les boites de nuit espérant la retrouver. Il se disait que peut-être Elizabeth voudrait se changer les idées. A vrai dire, il ne savait pas comment elle était quand elle était enragée et cela l'effrayait. Il craignait de la perdre définitivement. Il arriva dans la boite la plus prisée de la ville. Elle était bondée en cette nuit mais cela lui était égal. Il était déterminé à retrouver la belle déesse qu'il avait laissé. Il passa le vigile rentrant dans le boite. Il trouvait curieux que l'intérieur soit dans le noir. D'habitude, il se serait immédiatement mis en quête de trouver ce qui n'allait pas mais il n'avait qu'Elizabeth en tête. C'était même devenu une obsession.

    En avançant, il appréhendait les retrouvailles. Certaines personnes le bousculèrent mais il s'en foutait royalement. Il continua son chemin comme si de rien n'était.

     

    Soudain, la lumière revint dans la boite. Les clients étaient plutôt rassurés. Ils continuèrent leur soirée comme si la pause dans le noir n'avait jamais eu lieu. C'était à cet instant que Lucas vit la belle qu'il désirait récupérer aux côtés de son ennemi juré : Daniel et d'une personne inconnue à ses yeux. C'était le comble pour lui. Il était complètement retourné.

     

    Il était vrai que par le passé, que ce soit Peyton ou même Brooke, Daniel était sorti avec ses deux déesses. Lucas était en colère face à ce qui est arrivé, mais davantage avec le fait que les filles étaient plus heureuses avec lui.

     

    Ne sachant pas ce qui arrive, il préférait rester en retrait afin d'assister à la scène et d'intervenir au cas où.

     

    Elizabeth était toujours de son côté aux prises avec quelqu'un d'inconnu. Cela l'effrayait. Elle ne cessait de se demander qui pouvait faire une telle chose. Elle pensait à Ethan, au fait qu'il voudrait la récupérer et ce par tous les moyens. Il lui faisait peur. Il était devenu tellement dur et violent qu'elle avait préféré de loin couper les ponts avec lui. Certes, elle avait vécu quelque chose de fort et d'intense jusqu'à cette tentative d'agression mais elle savait qu'elle devait aller de l'avant. D'ailleurs, c'était les évènements avec Lucas qui l'avait incité à ne plus rester ancré dans un passé qui n'apportait que douleurs, tourments et souffrances. Etre auprès de Daniel lui apportait un bien fou. Jamais elle n'avait ressenti une telle attirance et un tel trouble auprès d'un homme. Elle était intrigué par ce regard si envoûtant. Il dégageait même pour ellle un certain charisme. Elle comptait le croquer et posséder ce corps de bellâtre. Elle restera la femme prévenante et tentatrice pour le piéger. Cependant, il fallait en finir avec cette personne qui l'empêchait de réaliser son objectif. De son côté, Daniel était troublé et intrigué par cette belle créature qu'il avait auprès de lui. L'avoir tout près de lui enivrait totalement ses sens. Résister à la tentation était un supplice tellement cette femme était à ses yeux une belle créature aux jambes de rêve. Alors le fait que cet inconnu soit là l'énervait littéralement.

     

    Seulement les deux sortirent vite de leurs pensées quand l'inconnu avança et dévoila son visage. Il s'agissait d'une jeune femme et pas n'importe qui : Mandy James. Pourquoi faisait-elle une telle chose ? Pourquoi visait-elle Elizabeth ? Daniel allait intervenir quand Mandy approcha davantage l'arme vers Elizabeth en appuyant sur le cou de celle-ci. Daniel ne voyait qu'un moyen de se sortir de là à savoir la négocation, et il savait y faire. Il avait eu affaire à des ennemis par le passé. Il avait su les mettre à terre avec brio. Seulement, Mandy avait une toute autre idée. Elle souhaitait se venger d'Elizabeth et ce par tous les moyens.

     

    Par le passé, les deux jeunes s'étaient côtoyées. Elles étaient amies, voir même de très proches amies. Seulement, un événement tragique les a séparées toutes les deux. En effet, Mandy sortait avec un chanteur en devenir. Elle pensait à l'époque qu'elle avait trouvé le bon. Elle se voyait même faire son avenir à ses côtés et l'accompagner dans ses déplacements. Seulement, Elizabeth était intervenu, séduisant l'homme de celle-ci et partant avec lui à bord d'une voiture. Mandy ne s'était jamais douté de rien et faisait confiance à celui-ci.

     

    Un soir, elle attendait tranquillement à leur demeure de l'époque. Elle avait d'ailleurs préparé une surprise pour leur anniversaire de rencontre. Elle vit l'heure défilée. Il n'était pas là. Elle s'inquiétait de plus en plus se demandant ce qu'il faisait. Soudain, elle eut un coup de téléphone lui annonçant au téléphone que son homme avait eu un grave accident de voiture et qu'il était mort sur le coup. Pour Mandy, c'était le coup de grâce. C'était comme si on lui avait planté un coup de poignard en plein coeur, comme si on lui avait arraché une partie d'elle-même que jamais elle ne pourrait récupérer de toute sa vie. Ses rêves s'envolèrent en un clin d'oeil. Elle pleurait toutes les larmes de son corps après cette annonce. Finalement, elle reprit ses esprits désirant à tout prix voir le corps de son bien-aimé. Elle voulait lui dire au revoir même si au fond d'elle c'était la chose la plus compliquée à fare de toute sa vie. En allant là-bas, elle embrassa celui qu'elle avait aimé plus que sa vie elle-même sur ses lèvres. C'était si froid, sans vie, et elle se rendait encore plus compte que jamais elle ne pourrait ressentir sa chaleur, ses bras autour d'elle ou même ses baisers sur ses lèvres. Elle pleura davantage à l'idée que plus jamais elle ne pourrait vivre le bonheur qu'elle avait connu auparavant. Soudain, elle apprit par un médecin que son homme se trouvait avec une autre femme lors de l'accident et que celle-ci s'en était sortie. C'était pour Mandy une sacrée découverte. Elle se disait immédiatement que son homme était avec une autre. La rage l'envahissait. Elle partit vite voir sa rivale et découvrit Elizabeth. Elle lui promettait ce jour-là que peu importe le moment, elle paierait pour ses actes. Seulement, Mandy n'avait jamais découvert la véritable histoire de ce jour le plus tragique. Elizabeth aurait aimé lui expliquer toute la vérité mais elle n'avait pas eu l'occasion.

     

    Mandy sortit vite de ses pensées en repensant à la vengeance contre Elizabeth. Là, elle avait l'occasion de lui faire très mal et ce, en la touchant en plein coeur. Daniel serait pour la fille James le moyen de l'atteindre. Elle se montrera déterminée et usant de chantage pour la piéger.

     

     

    M (obstinée en appuyant davantage l'arme contre la jeune femme) : « Salut Elizabeth, alors tu te souviens de moi, de ce que tu m'as fait ?

     

    E (restant calme et essayant de négocier) : Mandy mais es-tu folle de faire un coup pareil ? Tu veux te faire arrêter ? Tu veux que ta famille vienne te voir en prison ? Pose ton arme et on pourra discuter toi et moi tranquillement. Il y a des innocents ici qui ne méritent pas d'être mêlé à ce qui s'est passé entre toi et moi. Tu ne veux pas causer le moindre tort à ses gens, n'est-ce pas ?

     

    M (se montrant têtue en usant de chantage pour la déstabiliser) : Les gens, ils peuvent faire ce qu'ils veulent, je m'en fous royalement d'eux. C'est toi qui m'intéresse chérie, t'as compris dans ta petite tête ? Tu as peur pour moi que j'aille en prison et même pour ma famille ? Attends, laisse-moi rire après ce que tu m'as arraché. Tu es gonflée ma chère, tu es même sacrément gonflée. Tu m'as arraché ce qu'il y a de plus précieux et tu réussis encore à vivre, à respirer en étant auprès de tout le monde. Tu ne t'es jamais regardé dans la glace ? Tu ne t'es jamais sentie coupable ? Je te hais Elizabeth, je te hais du plus profond de mon être. Tu as détruit ma vie. Tu vois, je suis là pour honorer ma promesse. Il est temps que justice soit faite, tu ne crois pas ? Que dirais ton ami sur ton passé, sur ce que tu as commis ? Tiens, si je lui racontais tout sur toi. Tu ne voudrais pas qu'il sache la vérité n'est-ce pas ?

     

    E (essayant de la raisonner et se montrant protectrice pour toucher Daniel) : Tu ne sais pas tout ce qui est arrivé. Tu ne sais pas la vérité. Je comprends ton sentiment, ta démarche. Seulement, tu devrais m'écouter. Tu connaitras enfin toute l'histoire. Après tu pourras décider de ce que tu veux faire de moi. Tu veux réellement mêler quelqu'un d'autre à notre histoire ? Seulement, en racontant des bêtises, tu risques de le mettre en danger et il est hors de question que cela arrive. C'est tout simplement quelqu'un de bien.

     

    M (voyant une occasion de la manipuler en usant de chantage) : Tu ne veux vraiment pas qu'il lui arrive quelque chose n'est-ce pas ? Es-tu prête à tout faire pour le sauver ? Car si tu ne fais pas tout ce que je veux, je l'abattrai sur le champ.

     

    E (résignée et se montrant attentionnée pour amadouer sa proie) : Je suis prête à tout pour lui. C'est quelqu'un d'exceptionnel et rien qu'en le fréquentant, je vois l'homme charmant, attentionné. C'est un tel prince pour moi. Alors non, tu ne lui feras pas de mal. Laisse-moi lui parler et je viens à toi. Tu pourras me demander ce que tu veux ou même me faire tout ce qui te plaira.

     

    M (satisfaite et se montrant menaçante pour garder son influence sur la jeune femme) : Tu as quelques minutes et je te surveille attentivement. Si tu tentes quoi que ce soit, il prendra pour toi, tu as compris ?

     

    E (résignée) : C'est compris. »

     

    Mandy de son côté était plus qu'heureuse de la situation. Elle menait la main de maître et elle comptait le garder en surveillant les deux. Il était vrai que laisser les deux discuter était risqué mais elle s'était montrée suffisamment claire pour garder Elizabeth docile.

     

    Celle-ci de son côté, était plus que déstabilisée par ce qui se passait. Le passé l'avait rattrapé et Daniel était en danger. Elle se sentait terriblement coupable et terrifié. Elle était surprise par ce qu'elle ressentait mais elle ne voulait en aucun cas le perdre. Leur échange et puis leur moment torride l'avait profondément marqué. Elle était plus qu'attirée par ce bellâtre. Il lui faisait un effet d'enfer. Elle devait écouter la brunette et c'était l'occasion de se rapprocher davantage du beau mâle Elle se montrera gentille et pensant à son bien-être pourl'attendrir. Daniel, lui, ne comprenait rien à la situation. Il était perdu. D'habitude, il aurait vite fait de partir, mais ce qui se passait rendait Elizabeth d'autant plus fascinante à ses yeux. Il n'allait pas laisser une femme qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam l'enfermer dans une situation tel un lion en cage ou bien même Elizabeth. Il était un Thomas, et personne ne lui dictait sa conduite.

     

     

    E (se montrant gentille en avouant de faux sentiments et effleurant sa joue pour le captiver) : « J'ai tant aimé notre instant. J'aimerai le vivre encore et encore mais ce n'est pas possible. Elle veut t'atteindre pour me faire du mal. Je ne désire pas qu'il t'arrive quoi que ce soit. Je serai plus qu'anéantie sinon.

     

    D (décidé et protecteur) : Si tu crois que je vais te laisser faire, tu te trompes. Je ne laisserai personne prendre la place qui est la mienne, même si c'est pour me protéger. Ne t'inquiète pas, je vais te régler ce soucis en deux temps trois mouvements avec cette bonne femme. Ce n'est pas une meuf qui me donnera des ordres non mais. Elle ne va pas régenter ma vie.

     

    E (jouant la touchée puis l'inquiète en effleurant le haut de son torse et embrassant subtilement puis perversement sa joue pour exalter du désir) : J'ai peur tout simplement pour toi. Je suis cependant touchée que tu veuilles me protéger. Jamais personne n'avait autant fait que toi en cet instant. Tu es tellement merveilleux avec moi. Je pensais que je n'avais pas droit à autant d'attentions.

     

    D (décidé, charmé et attentionné en effleurant sa joue) : Je vais gérer sois tranquille. Je te reviendrai et en entier. Je compte bien retrouver cette femme fatale au regard de braise et au sublime corps de rêve que tu es. Tu es la seule à me faire un effet plus que d'enfer, indescriptible que je rêve d'en découvrir davantage sur toi. Et ne t'inquiète pas, je te donnerai toute l'attention que tu es en droit d'avoir ma déesse.

     

    E (jouant la tentatrice en mordillant le dessus de sa main et procurant une douceur à son index pour le faire frémir) : C'est que je compte te réserver des choses dont tu n'imagines même pas chéri. Ce que tu connaissais du mot plaisir n'était rien comparé à moi.

     

    D (influencé) : Voilà des mots qui me donnent envie de revenir te voir déesse. Je reviens vite mais avant, laisse-moi te regarder afin que je garde une image de cette pure merveille dans ma mémoire. »

     

    Daniel s'éloigna de la belle brune bien décidée à en découdre avec cette inconnue qui semait la misère autour d'elle. Il était déterminée à en finir avec elle, et ce peu importe ce qu'elle pouvait faire en représaille. Elizabeth, elle, ne pouvait pas le laisser s'éloigner ainsi. Elle comptait lui laisser un souvenir mémorable. Ainsi, il sera complètement obsédé par sa personne qu'il reviendra le plus vite possible. Elle arriva auprès de lui l'agrippant au cou et l'embrassant fougueusement en caressant le bas de sa jambe avec son pied pour l'enflammer. Ses lèvres étaient si exquises qu'elle voulait y rester le plus longtemps possible. De son côté, jamais il n'avait ressenti une telle attirance pour une jeune femme. Elle le troublait. Il était charmé par la belle ressentant un frisson des plus agréables envahir tout son être qu'il prolongea ce baiser le rendant des plus torrides. Sa chaleur enivrait littéralement tout l'être de la belle déesse qu'elle souhaitait vivre un moment des plus intenses et charnel où elle pouvait laisser libre cours à ses envies les plus coquines que jamais elle n'avait partagé avec quelqu'un. Elle était inspirée comme jamais elle ne l'avait été auparavant. Cependant, Daniel savait qu'il ne pouvait rester longtemps avec elle. Il fallait les sortir de cette situation. Alors il s'éloigna bien déterminée à en finir avec cette histoire.

     

    Mandy était plutôt surprise que Daniel vienne à elle. Elle pointa son arme dans sa direction. Elle avait prévenu que son ennemie ne devait pas agir mais jamais elle n'avait pensé que le jeune homme allait faire quelque chose. Elle était effrayée par ce qu'il pouvait entreprendre. Daniel voyait en cette jeune femme inconnue qu'elle avait peur. Ainsi pour lui, ce sera plus simple de montrer ses désirs. Il se montrera décidé et déterminé pour la faire fléchir. De son côté, elle fera valoir ses convictions pour garder le pouvoir et également Elizabeth. Elle remarquait bien le côté plutôt beau gosse de ce bellâtre. Elle était attirée par lui et voyant bien ce qui arrivait entre lui et Elizabeth, elle comptait intervenir. Elle se montrera décidée et coquine pour le piéger. Daniel approcha de la belle et baissa son arme comme si de rien n'était. Il n'avait pas peur d'une jeune femme comme elle. Il avait eu affaire à des personnes bien plus tenaces qu'elle.

     

     

    D (posé et déterminé en usant de répartie) : « Ce jouet n'est pas fait pour les fillettes. On ne joue pas avec.

     

    M (se montrant joueuse en approchant son visage près de celui de sa cible, titillant son menton avec son index et le descendant jusqu'au haut de son torse pour le titiller) : Qui te dit que je suis une fillette chéri ? A force de me côtoyer beau gosse, tu me verras totalement autrement.

     

    D (troublé mais résistant en étant joueur) : Et qui te dit que je changerai d'avis à ton sujet ? Au lieu de régler les choses en discutant, tu pointes ce jouet sans te rendre compte des conséquences. Il n'y a qu'une fillette pour penser comme cela.

     

    M (se montrant coquine en effleurant l'intérieur de sa cuisse et s'approchant dangeureusement de son intimité en lui faisant un clin d'oeil pour l'enflammer) : Ca m'étonnerait que les fillettes pensent comme cela n'est-ce pas mon chou ? Je suis certaine que cela t'inspire des choses sauvages, torrides où tu rêves de me prendre et de me faire crier comme personne. Je sens que tu rêves de me faire des choses inoubliables.

     

    D (intrigué mais résistant en se montrant ferme) : Si tu crois que la basse flatterie ou même tes gentilles allusions vont me faire céder, tu es loin de me connaître ma chère. Je connais les filles dans ton genre : les filles à papa qui pleurnichent pour avoir ce qu'elles veulent ou qui tentent de me faire céder en usant de leurs atouts. Avec moi, ça ne marche pas. Alors, prends tes cliques et tes claques et tu te tires d'ici. Sinon, je peux te garantir que ce que tu vis en ce moment n'est rien comparé à ce que je te ferai subir en représaille de ce que tu as commis aujourd'hui.

     

    M (se montrant coquine en faisant du chantage, griffant le bas de son dos et pinçant ses fesses pour le faire frémir) : Tu ne voudrais pas prendre le risque que je raconte toute la vérité au sujet d'Elizabeth n'est-ce pas ? Jouons tous les deux et tu vivras le moment le plus mémorable de toute ta vie. Je sens bien que ton corps me réclame alors ne me mens pas chéri.

     

    D (résistant farouchement, joueur et se mettant en colère) : Reste à savoir très chère si tu veux réellement jouer avec moi. Tu crois que tu es à ma hauteur ? Tu crois que tu peux me surprendre et faire de moi ce que tu veux ? Je suis dans une autre catégorie que tu n'atteindras jamais. Alors si tu crois que j'ai peur de toi ou même de tes menaces, tu te mets le doigt dans l'oeil. Mon corps ne réclame qu'une chose : que tu te casses d'ici et vite fait. Ca peut se faire ça ?

     

    M (jouant la perdue en effleurant son épaule, s'excusant et baissant son regard pour l'amadouer) : Je suis désolée. Je suis plus que perdue ses derniers temps et Elizabeth m'a fait tellement de mal.

     

    D (ferme) : Tu vois, je me fous de ton histoire, et tu es exactement ce que j'ai décrit à savoir une fillette. Alors tchao, je n'ai plus rien à faire avec toi. »

     

    Daniel s'en alla laissant Mandy en plan. Cependant celle-ci en avait pas fini avec lui et comptait bien reprendre l'avantage.

     

    Elle allait s'approcher quand soudain, elle fut arrêtée par quelqu'un qui était venu par l'arrière. C'était la grande surprise. En effet, Lucas avait décidé d'intervenir, ne sachant pas du tout ce qui se passe mais c'était au fond pour mieux impressionner la belle Elizabeth. Il ne pensait plus, surtout depuis qu'il avait vu Elizabeth en train d'embrasser un autre, et son pire ennemi. C'était trop pour lui. Alors être le héros était le seul moyen de la récupérer. Pour Elizabeth, voir Lucas intervenir c'était juste le cauchemar. Elle avait pensé s'être débarrassé complètement de lui avec les menaces clouant un chapitre de sa vie mais elle s'était trompée. Finalement, elle avait peur que Lucas ne devienne complètement fou et soit comme Ethan Hawkins. Elle avait l'impression que le tout était contre elle. Elle se rapprocha de Daniel se blottissant contre lui pour l'amadouer. Elle aimait tant sa douce chaleur qu'elle voulait en ressentir davantage. Il était d'autant plus troublé et surpris par l'effet que la jeune femme avait eu sur lui. Il entoura ses bras autour de sa taille. Elle aimait tant cette attention qu'elle désirait en ressentir davantage. Il était charmé par la belle qu'il afficha un sourire radieux. Voir cette scène était pour Lucas un crève-coeur qu'il décidait d'intervenir en parlant.

     

     

     

    L (en criant) : « Elizabeth, je t'en prie.

     

    E (exaspérée) : Dans les mots que je t'ai prononcés, tu n'as pas compris quoi. Je veux que tu me laisses tranquille c'est clair !

     

    L (s'excusant) : Laisse-moi une autre chance, je t'en prie.

     

    E (énervée) : Espèce de vers de terre, tu n'es qu'une merde pour moi alors ta chance après ce que tu m'as fait, tu oublies. Laisse-moi maintenant, laisse-moi maintenant !!!!!!!!!!!

     

    L (s'excusant et s'interrogeant) : Je désire tant me faire pardonner. C'est que je t'aime moi. Et puis que fais-tu avec Mandy et ce Daniel.

     

    D (le recadrant) : Je suis nettement plus distingué et poli que toi crétin. Et puis entre nous, tu n'es juste qu'un trou du cul, même plus bas qu'un trou du cul. Alors tu laisses Elizabeth et tu te casses sinon je te jeterai telle la merde que tu es.

     

    L (énervé) : Tu la fermes ta putain de gueule et tu me laisses faire ce que je veux !

     

    D (le recadrant une nouvelle fois) : Oh tu ne feras pas ce que tu veux car tant que je serai ici, je te recadrerai montrant vite la tronche de cake que tu es et que tu resteras. Tu vas vite descendre de ton piédestal, c'est certain.

     

    M (se montrant déterminée envers Lucas) : Toi enfoiré, tu as mis à mal ce que je faisais. Tu paieras crois-moi.

     

    L (surpris) : Tu es la s?ur d'Haley, mais pourquoi tu fais cela ? Comment elle va réagir si elle sait ce qui se passe ?

     

    M (obstinée) : Elle ne saura pas car je ne t'en donnerai pas l'occasion.

     

    E (se montrant énervée, perdue et faisant une proposition pour mieux attendrir sa proie) : Ca suffit les enfantillages, réfléchir a priori, vous ne savez pas faire. Daniel, est-ce que tu peux me raccompagner chez moi ? Je n'ai pas la force de partir seule après ce qui est arrivé.

     

    D (séduit et narguant son ennemi en le regardant fixement) : Bien sûr, pas de problème. Viens avec moi, je t'amène. ….

     

    E (satisfaite et se montrant émue en effleurant le coin de ses lèvres pour le toucher) : C'est vraiment gentil. Tu me sauves la mise.

     

    L (désespéré) : Ne fais pas ça !!

     

    M (lui flanquant une vilaine gifle) : Femmelette !

     

    D (guidant sa belle vers la sortie) : Tu vois crétin, ça va être marrant de savoir que tu vas te faire humilier par une fille.

     

    L (énervé) : Ce n'est même pas vrai d'abord !

     

    D (usant de répartie) : Comment sauront-ils si c'est vrai ou non ? La base même de la rumeur. Réjouissant d'avance.

     

    L (désespéré) : Non !!!!!!!!

     

    M (lui flanquant une autre gifle) : Qui te dit que cela ne sera pas la vérité ?

     

    L (calme) : Tu ne feras pas ça ? Non ! »

     

    Daniel et Elizabeth partirent loin laissant Mandy et Lucas ensemble. D'ailleurs la s?ur James lui asséna un coup violent entre les parties ce qui mit à terre Lucas. L'humiliation était totale. Mandy, elle était plutôt fière de l'avoir mis à terre. Elle s'assurait d'une certaine manière que jamais Haley ne serait au courant de ce qui était arrivé en ce lieu.

     

    A l'extérieur de la boite, Daniel s'arrêta un moment, ouvrant la portière de la voiture pour laisser passer la demoiselle. Elle sentait qu'elle avait trouvé la perle rare et elle ne comptait pas le laisser s'échapper. Elle passa tout près de lui afin de ressentir sa chaleur pour exalter du désir. Sa douce chaleur exaltait ses sens qu'elle voulait ressentir son corps contre le sien. Il était plus qu'influencé par la belle qu'il lui tardait d'avoir son petit tête à tête avec elle. Cependant, il attendit légèrement quelques instants avant de prendre place dans la voiture. En effet, il voulait donner une bonne leçon à Lucas et à cette fille Mandy pour ce qu'ils avaient fait tous les deux. Il appela un flic en particulier qui lui devait un petit service et raconta toute l'histoire en n'oubliant pas le lieu. Il se frottait déjà les mains en sachant que les deux seraient arrêtés. Plutôt fier, il rejoignit la divine créature qu'était Elizabeth et ensemble, ils partirent vers le domicile de la belle. Qu'allait-il se passer entre eux ? Qu'allait-il arriver à Lucas et Mandy ? Lucas sera-t-il humilié ?

     

     

    Pendant ce temps, Michael était dans ses pensées, se remémorant ce qui était arrivé avec Brooke Davis. Cette femme qu'il avait croisé par le grand hasard alors qu'elle enquêtait sur son frère, l'interpellait et l'attirait. Il avait cédé sur une partie des énigmes mais il était conscient qu'en faisant cela, il la mettait plus qu'en danger. Alors, désespéré, et même s'il avait promis à son frère de ne pas aller voir Brooke, il pensait avouer ce qu'il avait commis. Seulement, en rentrant à la demeure, il ne le trouvait pas comme si celui-ci était sorti. Là, il se posa de nombreuses questions. Etait-il sorti ? Si oui, l'avait-il suivi vers la boutique ? Seulement, pour la deuxième, il se disait qu'il le retrouverait facilement dans la demeure. A cet instant, il pensa qu'il était arrivé quelque chose à son frère Ethan. Il se souvenait des problèmes de celui-ci et surtout à cause de qui. Il était décidé à faire quelque chose pour lui. A ses yeux, ce qu'il avait fait auprès de Brooke n'avait pas d'importance. Le plus important était de sauver son grand frère alors il partit vite.

     

    Le transport était plutôt rapide. Il arriva sur les lieux. Cet endroit plutôt secret était rempli de mondes. Il savait que le contexte de la société d'aujourd'hui allait permettre à ce genre d'endroit de se remplir davantage. Pour Michael, c'était malheureux, mais il ne pouvait rien y faire. Il était capable d'agir seulement pour son frère et le sortir de l'influence de cette femme avec tant de pouvoirs entre ses mains. Il ne connaissait pas personnellement les gens qui avaient fréquenté Ethan mais il savait par son frère ce qu'ils valaient. Soudain, il vit qu'un homme les rassemblait. Vu de loin, il ressemblait bien à l'une des femmelettes que son frère lui avait décrit : Robbie Carlton. L'ainé Hawkins détestait cordialement Christopher qui le voyait comme un sous-fifre, une merde.

     

    Alors que Michael observait les alentours et ce que faisait cet individu, soudain, une voiture arriva. Au vu de l'affluence autour d'elle, la ou les personnes à l'intérieur devaient avoir de l'importance. Michael en déduisait qu'Ethan devait être à l'intérieur. Il sortit de la voiture, essayant discrètement de s'approcher pour en avoir le coeur net. Peu importe pour lui s'il devait se mettre en danger, l'important était son grand frère et sa survie.

     

    Dans la voiture, aucune des deux personnes ne se doutait de ce qui se passait à l'extérieur. Bianca était plus que satisfaite des évènements sachant qu'elle avait retrouvé le perturbateur qui ne respectait pas le contrat. Elle comptait le rendre tellement dépendant d'elle. Ainsi, il la réclamera sans cesse tellement il ne pourra plus s'en passer. Elle se montrera coquine et perverse en usant de chantage pour le piéger. Là, elle le laissera sur sa faim pour mieux le frustrer. De son côté, il ne voulait pas retomber dans le panneau de cette diabolique créature. Il avait fait tellement pour partir qu'en aucun cas il ne retournerait en arrière même si à ses yeux, elle était toujours aussi resplendissante. Il se sentait comme pris au piège. Celle-ci effleura lentement son intimité titillant ses lèvres avec les siennes pour le troubler. Il était plus qu'attiré par la belle qui éveillait en lui un désir plus qu'inextricable mais il tentait d'y résister. Il était torturé de l'intérieur. Elle aimait cette douce chaleur qu'elle voulait en ressentir davantage. Elle aimait avoir le contrôle sur ce qu'il y avait autour d'elle et elle s'en délectait. Elle voulait profiter un maximum de son pouvoir.

     

     

    B (se montrant perverse en procurant une douceur à son pouce, griffant son poignet et mordillant son avant-bras pour exalter du désir) : « Je sens que tu ne peux me résister, que ses douceurs et ses attentions si divines t'ont manquées. Ce n'est pas la peine de me résister car ton corps parle pour toi trésor, que tes pensées vont constamment dans ma direction. N'essaye pas de me résister, c'est comme te mentir à toi-même. Tu ne veux pas vivre avec cela sur ta conscience n'est-ce pas chéri ?

     

    E (séduit mais tentant difficilement de résister) : Tu es si belle, si ravissante et si divine. Je ne vais pas te mentir à quel point tu fais de l'effet. Mais c'est impossible toi et moi alors n'essaye pas de me faire changer d'avis ni quoi que ce soit.

     

    B (jouant l'allumeuse en faisant du chantage, léchant le haut de son torse griffant son bas-ventre et pinçant ses fesses pour le faire frémir) : Tu ne veux pas me décevoir n'est-ce pas trésor ? Tu sais ce qui arrivera si tu oses me désobéir ou de me résister ? Sois un gentil garçon et laisse libre cours à tes envies. Faisons mieux que la dernière fois. Je sens que ton corps désire dépasser davantage les limites de notre dernier moment charnel. Tu redemandes à vivre cet instant je le sais.

     

    E (influencé mais tentant de résister en se montrant joueur) : Qui te dit que je ressens cela en cet instant ? Tu ne me connais pas pour affirmer une telle chose.

     

    B (se montrant coquine en le menaçant, léchant subtilement son index et mordillant son bas-ventre arrivant presque à son intimité pour l'enflammer) : Tu cherches vraiment à ce que ton frère ait des problèmes. Sans moi, il ne serait déjà plus de ce monde. Tu tiens à lui n'est-ce pas ? Tu tiens à sa sécurité ? Tu veux réellement que je révèle à tout le monde le moindre de tes petits secrets, tes activités secrètes ? Car oui, je sais tout, figure-toi et avec qui tu agis. Alors fais ce que je te dis et tout ira bien. Tu n'es pas de taille à me résister ou même à me résister même si tu es craquant alors n'essaye pas. Avoue que ça t'a manqué nos petits jeux, le fait même de se retrouver en secret toi et moi passant toute la nuit à faire l'amour tels des sauvages et à nous faire crier mutuellement. Allez, ce corps est tout à toi. Tu rêves de te servir, alors ne te gêne pas.

     

    E (charmé et résigné) : Tu as gagné divine créature comme toujours. Il m'est impossible de te résister. Je ne désire que ressentir ton corps contre le mien et te combler comme tu le mérites tant. Je construirai un autel à la mesure de la beauté que tu représentes à mes yeux.

     

    B (jouant la tentatrice en posant son index sur ses lèvres et procurant une douceur à son oreille en lui murmurant des mots coquins pour l'apâter) : Alors qu'attends-tu chéri pour montrer ce que tu sais faire ?

     

    Bianca joua avec son index sur sa poitrine pour le tenter. Ethan était plus que torturé et influencé par cette divine apparition sous ses yeux. Elle réussissait à le chambouler et cela n'était plus arrivé depuis qu'entre Elizabeth et lui c'était fini. Résister à la tentation était plus que difficile pour lui. Il aimait la voir aussi provocatrice. Elle aimait avoir du pouvoir sur les hommes et elle ne se gênait pas pour les mettre à genoux. Il s'approcha d'elle désirant tant l'embrasser. Il aimerait tant se retrouver à ses côtés. Elle aimait voir la réaction de sa proie. Elle savait qu'à cet instant elle pouvait faire tout ce qu'elle voulait de lui. Là, elle posa directement son index sur ses lèvres lui murmurant qu'il viendra quand elle aura décidé pour le frustrer. C'était dur pour lui. Il était perdu face à cette divine déesse. De son côté, elle était satisfaite d'avoir manipulé sa proie et elle comptait continuer à lui faire payer sa désobéissance, sa résistance et même le fait d'effectuer des activités en solo.

     

    Seulement du bruit vint les déranger. En effet, deux personnes étaient littéralement en train de se battre. Robbie avait découvert que Michael rodait dans les parages. Pour le jeune homme, il était hors de question que cet intrus ne vienne perturber Bianca. Pour Michael, de son côté, cette femmelette ne lui faisait pas du tout peur bien au contraire. Plus jeune, il avait eu l'habitude d'être mêlé à des combats entre petits mâlins. Pour Bianca, ce bruit était vraiment infernal. Elle détestait par-dessus tout être dérangée par des plaisantins. Il était temps pour elle de faire valoir son droit de chef.

     

     

    B (exaspérée et ouvrant la vitre de la voiture) : « Question, vous êtes des garçons puérils pour agir comme vous le faites ou quoi ? Et puis Robbie, je croyais que tu avais plus dans la tête, oh pardon, je me trompais. Tu es toujours un crétin pour agir comme cela. Mais quand est-ce que tu vas apprendre bon sang ? J'ai l'impression de bosser avec que des incapables, c'est bien ma veine.

     

    R (gêné) : Pardon madame.

     

    B (énervée) : Un « Pardon » alors que je suis occupée ? Non, mais tu te fous vraiment de ma gueule. Pour la peine, tu t'occupes de Michael et ensuite avec ton copain, ce sera la punition habituelle.

     

    R (effrayé) : Non, pas la punition.

     

    B (aimant montré son pouvoir) : Oh, si, et si tu discutes, ce sera double punition. Vas-tu tenter pour voir ? Essaye, vraiment, je rêve que tu ais double punition, cela te fera les pieds.

     

    R (résigné) : Non madame.

     

    B (satisfaite) : Tu vois quand tu peux, tu veux. Tu es un bon chien alors maintenant fais ce que je te demande, c'est....

     

    E (interrompant et surpris) : Michael mais qu'est-ce que tu fais ici ?

     

    B (gardant son calme, usant de répartie et le menaçant pour influencer Ethan) : Tu oses m'interrompre ? Si tu oses faire cela encore une fois, je te jure que ton frère risque de passer à trépas.

     

    M (restant calme) : Je suis venu pour te sauver tiens. Je ne t'ai pas trouvé à la maison.

     

    E (essayant de l'en dissuader) : Tu as eu tort de venir. Va-t'en avant qu'il ne soit trop tard !

     

    B (reprenant les choses en main avec une menace pour toucher ses proies) : Vous les frangins Hawkins, vous êtes tellement ennuyeux. Robbie, éloigne Michael et tue-le sur le champ sauf si Ethan, tu m'obéis sans restriction. Tu feras ça pour moi n'est-ce pas ?

     

    M (essayant de convaincre son frère) : Ne fais pas ça !

     

    R (frappant sa proie) : La ferme connard !

     

    E (résigné) : D'accord alors laissez mon frère partir et je resterai.

     

    M (perdu et triste) : Pas ça, non !!!!!

     

    R (énervé et le cognant sur le visage) : La ferme je t'ai dit !!!!

     

    M (le défiant) : Si je veux d'abord, ça pose problème ?

     

    B (remettant les pendules à l'heure pour mieux asseoir sa domination) : Bon, comme je ne vois que des gamins, Robbie, tu sais ce qu'il te reste à faire.

     

    E (triste) : Non !!!!!!!!!!!!! »

     

    Bianca ferma la vitre, laissant le doute planer sur le sort de Michael. Elle savait qu'elle aurait toute l'attention d'Ethan et elle était plus que satisfaite. De son côté, Ethan était plus qu'anéanti face à la possibilité de perdre son jeune frère. Même s'il y avait eu des frictions entre eux, il tenait à lui et il était le seul à savoir ce qui lui était arrivé. Il tenta de se défaire de l'influence en bougeant mais c'était impossible. Elle voulait que celui-ci admire le spectacle. Elle le tena en plaçant sa main au niveau de son bas-ventre et approchant de son intimité pour l'enflammer. Il était fait comme un rat. Robbie lui comptait s'occuper de Michael quand soudain, il n'y eut plus un bruit. Que s'était-il passé ? Qu'était-il arrivé à Robbie et Michael ? Que comptait faire Ethan ? Quel était le projet de Bianca ? 

     

     

    De son côté, Brooke était toujours à son local se demandant qui pouvait bien tenter de lui piquer cet endroit qui était cher à son coeur. Elle essayait de voir qui pourrait tenter de lui faire une chose pareille. Elle avait connu par le passé de nombreuses personnes qui aujourd'hui pouvaient être ses ennemis. Elle ne voyait pas sur l'instant. Un bref instant, elle pensa à Peyton. Par le passé, ce genre de coup aurait pu être fait par sa meilleure amie mais elle savait que cela était impossible. Soudain, elle reçut un coup de téléphone. Il s'agissait de son contact. Elle avait bien l'intention de le remettre à sa place pour s'être trompé sur l'origine de ses ennuis.

     

    B (se montrant déterminée) : « Qu'est-ce que t'as foutu franchement ? Tu t'es trompé sur la personne, c'est pas possible autrement. Alors c'est finalement cet homme. Mais qu'est-ce qui lui prend de faire un truc pareil ? Bon, tu ne bouges pas. Si jamais j'ai besoin, je te ferai signe, compris ? Sur ce tchao. »

     

    Brooke raccrocha aussitôt le téléphone. Elle était plutôt énervée d'avoir appris ses nouvelles concernant son local. Elle rechercha le nom de cette personne qui se trouvait être Alec Monroe sur son portable. Elle voulait connaître un maximum sur cet homme afin de le prendre au piège. Elle découvrit ainsi qu'il était bien riche et qu'il avait un fils : Derek. Elle le trouvait plutôt attirant et charmant. Elle était intriguée par lui qu'elle vit l'occasion d'obtenir ce qu'elle désirait et ainsi préserver ses projets. Elle se montrera charmante et coquine pour l'attraper dans ses filets. Elle obtenait avec ce moyen l'adresse du domicile de la famille Monroe et donc du jeune homme. Elle partit donc vers le domicile des Monroe dans l'espoir d'avoir le jeune homme pour elle. Arrivera-t-elle à réaliser son objectif ?

     

     

    Au poste de police, Haley arriva avec la ferme intention de voir Logan. Elle voulait affronter ce qu'elle ressentait depuis toujours pour lui et même refaire sa vie afin d'être heureuse. Elle voulait enfin faire de ce vide plus qu'un lointain souvenir et laisser éclater ses sentiments. Pour elle, Logan avait toujours été son âme soeur. Elle rechercha tout autour afin de voir si son bellâtre était présent. Seulement, elle ne le trouvait point du tout. Elle demanda à l'accueil afin de voir Logan mais il n'était pas là. Personne ne savait à quel moment il allait revenir. Elle était déçue de ne pas le croiser, de revoir cette bouille angélique, ce regard envoûtant et ce corps qui l'avait tant fait craquer à l'époque. Elle était plus que troublée en sa présence. Elle désirait retrouver ses bras et ressentir sa douce chaleur. Elle se souvenait de ses étreintes passionnées, de ce baiser si langoureux qui pouvait durer tellement le moment était magique et également de ses instants charnels. Elle ignorait que celui-ci se trouvait avec Deb. Elle pensa au fait que Nathan se trouvait dans ce lieu. Elle hésitait entre le fait de le narguer et de ne pas le voir. Il était vrai que prendre sa revanche sur lui serait des plus jouissifs.

     

    Seulement, elle sortit vite de ses pensées quand elle sentit une main se poser sur son épaule. Elle espérait tant que Logan soit derrière elle et qu'elle puisse le retrouver mais ce n'était pas le cas. En se tournant, elle vit sa grande soeur Chloé Ann. Elle était plutôt surprise de la voir dans ce lieu. Elle ignorait en effet que celle-ci se trouvait en ville. Chloé était celle des James qui revenait rarement dans la ville. Elle aimait beaucoup voyager et profiter de toutes les destinations afin de connaître le lieu.

     

    Haley avait vu la jeune femme alors qu'elle s'approchait de la fin du lycée. Entre les deux, il n'y avait qu'un an d'écart, et en cela, Haley pouvait facilement demander conseil à Chloé. Les deux jeunes femmes étaient proches. Seulement, la plus jeune n'avait pas compris pourquoi du jour au lendemain sa grande soeur et confidente l'avait laissée en plan. Pour Chloé, en fait, elle avait tout simplement vécu une relation assez houleuse avec celui qu'elle fréquentait. Elle s'était rendue compte que celui-ci se foutait de sa gueule. Elle avait mis un terme à cette relation. Ne voulant pas affronter le regard de sa famille sur le fait qu'elle n'était plus avec personne, elle s'était éloignée. Son retour était un grand mystère.

     

    Enfin les deux jeunes reprirent leur esprit et vinrent dans les bras l'une de l'autre histoire de se retrouver. Haley était plus que ravie de la revoir. Autant avec Mandy, cela pouvait être tendue, autant avec Chloé, c'était merveilleux. Elle comptait enfin savoir pourquoi Chloé s'était éloignée des siens. Cependant l'ainée, elle, préférait garder ses secrets. Elle se montrera protectrice tout en détournant la conversation sur ses soeurs pour préserver son intimité. Elle garda sa soeur auprès d'elle, lui faisant un gros câlin. Haley se sentait aimer qu'elle resterait là le plus longtemps possible. Elle s'éloigna cependant, restant tout près d'elle. Chloé était de son côté heureuse et tiraillée avec son secret. Elle avait peur que si sa famille découvrait la vérité, plus jamais elle n'obtiendrait leur soutien.

     

    H (heureuse) : « C'est une telle surprise de te retrouver ici. Je suis comblée de retrouver ma grande soeur chérie. Tu m'as manquée tu sais.

     

    C (affichant un léger sourire) : Je suis heureuse également. Tu es des plus radieuses.

     

    H (touchée et se montrant curieuse) : Je t'en remercie, mais tu sais je ne fais pas grand chose. Je devrai te demander où tu étais depuis ce temps. C'est que l'on a n'a pas eu de nouvelles de toi depuis si longtemps. Maman n'a pas arrêté de me demander où est-ce que tu étais ou si je savais quelque chose. On se confiait tout à l'époque et ta disparition nous a tous affectés et au plus haut point.

     

    C (détournant la question en se concentrant sur les autres et se montrant inquiète pour la toucher) : Pas grand chose ? Qu'est-ce que cela veut dire ? Tu m'inquiètes tu sais. Dis-moi tout, je suis là. Oh, pour moi, cela n'a pas d'importance, mais je suis là car je m'inquiète pour Mandy. Elle ne fait que des bêtises.

     

    H (inquiète et omettant certains détails) : J'ai des problèmes avec Nathan et je me rends compte à quel point celui-ci est devenu un goujat avec le temps. Je ne sais pas ce que mon couple va devenir. D'ailleurs, il a été arrêté et se trouve en prison. Ensuite, il y a un kidnappeur et même un tueur qui rode en ville. En plus, la soeur de Nathan est arrivée en ville et elle a changé la vie de beaucoup de monde. C'était sa soeur cachée que l'on a découvert récemment. Comment ça pour Mandy ? Qu'est-ce qu'elle a fait ? Qu'est-ce qui se passe ?

     

    C (se montrant prévenante et serviable pour la toucher) : Je suis désolée pour ce qui t'arrive avec Nathan et sache que je suis là pour t'aider. Je ne compte pas bouger de la ville. Si par le plus grand des hasards, cela se termine mal, sache que tout simplement Nathan n'était pas fait pour toi. Tu trouveras quelqu'un à la hauteur de la femme si ravissante, splendide, et créative que tu es. Surtout ne va pas le voir, cela lui fera les pieds. Oh, cette s?ur peu importe son nom, je ne l'aime pas du tout, et je te soutiens à 100%. Elle mérite de s'en aller. Mandy, je l'ai vu avant toi et elle était prête à faire des bêtises. Jamais je n'avais vu dans ses yeux autant de détermination. Alors, je suis là pour demander de l'aide à la police pour la retrouver et l'arrêter si nécessaire.

     

    H (se montrant reconnaissante et rassurante) : Ne t'inquiète pas, ça ira mais je ne dis pas non à ce que tu m'aides, bien au contraire. Je suis ravie que tu sois là, tu n'imagines même pas. Bien sûr, il ne me verra pas. Merci de me soutenir, et il s'agit de Claire celle qui est la soeur de Nathan. Pour Mandy, je t'en prie, mieux vaut que la police ne se mêle pas de tout cela, tu ne crois pas ? Il faut qu'on la sorte de là, et ce en famille. D'après toi, où peut-on la trouver ?

     

    C (calme et prenant les choses en main) : Je suis ravie d'être là aussi et te rendre heureuse est ce qui compte pour moi. Alors Claire ne sera plus qu'un lointain souvenir, crois-moi. D'accord, évitons la police. Et à mon avis, vu l'heure, elle doit être en boite de nuit, la plus prisée.

     

    H (déterminée) : Je te crois. Alors partons d'ici le plus vite possible. »

     

    Finalement Haley avait fait le choix de ne pas aller voir Nathan pour mieux s'occuper de sa soeur Mandy. Avec Chloé, elles partirent pour la boite de nuit. Qu'allaient-elles découvrir ? Connaitront-elles le secret de Mandy ?

     

     

    Rachel, de son côté, avait pris du recul, après sa dispute avec Micro. Pour elle, il était temps d'aller de l'avant et de se retrouver. Elle pensait avoir trouvé finalement la personne qui aurait pu la rendre heureuse mais c'était tout le contraire. A ses yeux à présent, Micro n'était plus qu'un insecte qu'elle voulait écraser sans relâche. Là, elle pensa à son petit chou qui lui manquait terriblement. Cela faisait un moment qu'elle ne l'avait pas vu.

     

    Jusqu'à présent, elle lui rendait visite donnant des raisons plus que diversifiées au début à Micro, puis ensuite, elle lui révélait la vérité afin de voir sa tête de chien battu. C'était plutôt jouissif pour elle, mais ce qu'elle aimait par-dessus tout c'était de retrouver Oliver. Auprès de lui, elle était plus qu'heureuse et épanouie. Elle pouvait être elle, dire ce qu'elle voulait et s'adonner à ses envies. Elle aimait s'amuser avec lui à des jeux qu'il affectionnait tant en se montrant tendre et charmante. Il était si attirant et charmant. Elle se sentait comme une princesse auprès de lui. Elle sentait qu'elle ne lui était pas indifférent et cela satisfaisait son égo. Elle aimait jouer de ce côté à la fois protectrice et tentatrice auprès de lui.

     

    C'était décidé : elle voulait le revoir et le plus vite possible. Alors elle l'appella mais elle tomba sur la messagerie.

     

    R (se montrant douce et entreprenante pour le toucher) : « Oh mon chou, tu sais que tu manques à ta belle princesse. Elle rêve de passer au château de son prince et de le combler en retour de toutes ses attentions si merveilleuses. Je passe à la maison, j'espère que tu seras là. A tout à l'heure. »

     

    Elle savait qu'elle n'était pas sur la bonne route pour aller retrouver son chou. Alors elle rebroussa chemin et partit pour la demeure d'Oliver. Qu'allait-elle trouver là-bas ?

     

     

     

    Pendant ce temps, Karen se réveilla aux côtés d'Evan. Elle était plus qu'aux anges d'être à ses côtés. Elle savait bien que celui-ci avait fréquenté son fils au lycée mais cela lui était plus qu'égal. Pour la première fois de sa vie, elle se sentait aimée et choyée. Absolument rien ne pouvait l'atteindre. Elle avait conscience que beaucoup de personnes la recherchaient mais là, ce n'était pas l'important. Pour la première fois, elle se sentait libre et elle n'avait plus besoin de faire face à toutes ses responsabilités ou même aux bêtises de son fils. Cela lui faisait du bien de penser à elle, à son bien-être et cela ne lui arrivait pas souvent. Elle afficha un sourire en voyant ce bellâtre juste tout près d'elle. Elle ne voulait pas quitter cette douce chaleur qui enivrait littéralement tout son être. Elle se montrera douce et coquine pour le garder à ses côtés. Evan était heureux. Il ne pouvait pas s'empêcher de contempler cette divine déesse qui était auprès de lui. Il se demandait cependant pourquoi on avait osé faire du mal à une jeune femme aussi charmante et resplendissante qu'elle. Il avait envie de rester à ses côtés et de tout faire pour que jamais il ne lui arrive un malheur désormais. Il était capable de soulever des montagnes pour y arriver. La belle déesse effleura doucement la joue de ce beau canon sous ses yeux affichant un léger sourire pour le troubler. Il avait l'impression d'être comme dans un rêve. De son côté, sa peau était si douce qu'elle voulait ressentir son corps contre le sien.

     

    E (attentionné et la complimentant) : « Je suis si chanceux d'être auprès d'une déesse aussi charmante, avec un visage aussi sexy et un corps à faire palir le diable en personne. Comment va ma belle colombe ?

     

    K (jouant la touchée en mordillant l'intérieur de sa main et procurant une douceur à son index pour le troubler) : Je ne sais pas quoi dire. Avec de si beaux compliments auprès d'un homme si attentionné, un prince comme on n'en fait plus, je suis au septième ciel. Jamais on ne m'avait dit autant de compliments. Je pensais ne pas avoir droit au bonheur. Cependant, là, j'ai tout ce dont j'ai toujours rêvé.

     

    E (charmé, curieux, pensant au bien-être de sa divine déesse) : Si tu cherches à me faire rougir ma douce, c'est plutôt réussi. Tu me fais un tel effet. Je prendrai soin de toi le temps de te rétablir. Je me demande comment on a pu te faire vivre une telle épreuve. C'est tellement inhumain alors que tu es tellement parfaite et attentionnée. Comment peut-on faire du mal alors que l'on a devant soi un visage si angélique ? En tout cas, ça me dépasse.

     

    K (se montrant coquine puis rassurante en léchant son avant-bras, mordillant son épaule et lui faisant une proposition pour l'apâter) : Si je dis oui, que vas-tu faire beau gosse ? Tu me troubles et tu m'attires comme personne mon trésor adoré. Je sais, c'était dur et je ne souhaite plus vivre cela. Cependant, tu m'as sauvé et je sais que plus jamais je n'aurai à vivre de telles choses. Je me sens en sécurité et protégé en ta présence. Tu me combles comme j'en ai toujours rêvé. Laissons ce qui s'est passé avant ton arrivée loin derrière et profitons de cet instant. Cela te dit de rester tout contre moi ? Je te laisse imaginer la suite.

     

    E (séduit) : Je suis tellement touché, et je te sauverai autant de fois que possible car je tiens à toi plus que tout au monde.

     

    K (se montrant entreprenante en mordillant ses lèvres puis léchant le haut de son torse et agrippant sa cuisse pour l'enflammer) : Je tiens tellement à toi bébé. Qu'est-ce que tu attends pour venir m'embrasser ? Je ne rêve que d'être dans tes bras beau gosse. »

     

    Karen avait plus qu'envie d'être dans les bras d'Evan et de profiter de cet instant merveilleux le plus longtemps possible. Certes, les souvenirs de son enlèvement et de ce qui lui était arrivé auprès d'ailleurs de Claire, la demi-soeur cachée de Nathan et Lucas étaient encore présents dans son esprit mais elle ne voulait pas que cela domine entièrement sa vie. Elle avait pris une résolution et elle allait se tenir à savoir prendre un nouveau départ. Elle bougea donc son index en guise d'invitation effleurant ensuite sa poitrine pour le tenter. Il aimait cette douce vision de rêve qu'il avait sous les yeux. Il ne pouvait s'empêcher de l'admirer. Il ne pensait pas vivre un tel moment mais pourtant c'était le cas. Incapable de résister, il vint vers elle pour tenter de l'embrasser. Elle aimait avoir le pouvoir sur ce bel homme et elle en profitait un maximum. Elle le prit par le cou et l'entraina tout contre ses lèvres. Il aimait la voir si joueuse. Elle lui faisait un effet certain qu'il était devenu dépendant des attentions de la belle créature. Ils s'embrassèrent d'une manière plus que fougueuse et passionnée laissant leurs langues s'entremêler dans une danse endiablée. Pour Evan, c'était si intense qu'il aimerait garder la belle dans ses bras et la combler comme elle le mérite. Il était capable de tout pour elle. De son côté, Karen aimait avoir son bellâtre auprès d'elle qu'elle espérait rester auprès de lui et revivre des instants tant mémorables. Qu'allait-il arriver entre eux ? Karen se confiera-t-elle sur son enlèvement ?

     

     

    Pendant ce temps, Deb arriva à un endroit qu'elle tenait bien secret de tout le monde, même de son fils et de Dan son ex. Elle aimait cet endroit car elle pouvait laisser libre cours à ses désirs les plus secrets.

     

    Par le passé, Dan et Nathan étaient plus que lourds, alors, elle usait de tous les prétextes pour sortir. Ils étaient plus que méfiants. Elle aimait leur montrer qu'elle avait beaucoup plus d'intelligence qu'eux. Certes elle avait bien conscience que son mari aujourd'hui son ex était adepte de la surveillance mais cela ne lui faisait pas peur bien au contraire. Elle aimait jouer avec le feu et plus particulièrement lorsque c'était avec Logan. Jamais elle ne s'était sentie aussi bien qu'en étant auprès de lui. Elle avait été plus que triste en son absence. Même si elle avait enchainé certaines aventures, Logan était son bellâtre adoré, la personne qu'elle aimait avoir dans ses bras.

     

    En le revoyant son désir de l'avoir dans ses filets ne s'était jamais estompée avec le temps bien au contraire. Elle avait rêvé de ce jour où elle se retrouverait dans ses bras et où elle vivrait de nouveau cet instant tant mémorable. Le voir signifiait qu'enfin, elle pouvait réaliser son désir et elle n'allait pas se gêner pour arriver à ses fins. Elle se montrera douce et coquine pour le piéger. Elle prépara le lieu se mettant dans une tenue à la fois classe et sexy pour lui faire bonne impression. Elle ne laissait rien au hasard.

     

    Logan, lui, arriva sur les lieux quelques instants plus tard. Deb lui faisait toujours le même effet que lorsqu'il était plus jeune.

     

    Les souvenirs de leurs étreintes passionnées lui revenaient en mémoire. Il se sentait si bien avec elle. Il était à ses yeux une déesse à faire palir littéralement le diable. Son corps de divine créature l'obsédait toujours autant. Il avait beau essayé de penser à autre chose durant son éloignement de Tree Hill mais ce n'était pas quelque chose qu'il pouvait oublier tout comme sa relation avec Haley. Il était perdu à cet instant.

     

    Il sortit vite de ses pensées quand il arriva devant la porte. Il appréhendait les retrouvailles avec la belle créature. Il se demandait ce qu'elle pouvait lui réserver. Il se souvenait qu'elle était adepte des surprises, même les plus surprenantes et agréables. Après une petite hésitation, il frappa à la porte. Il espérait la voir à l'intérieur. Rien que le baiser qu'ils avaient échangés auparavant l'incitait à en vouloir davantage. Deb avait entendu de son côté qu'on avait frappé. Elle était heureuse car elle savait pertinemment qui cela pouvait bien être. Elle portait une tenue près du corps et sexy. Elle sentait qu'avec cette tenue, il tomberait à ses genoux. Elle ouvrit la porte et vit le beau gosse. Elle désirait plus qu'impressionné ce beau mâle si attirant et charmant. Elle aimait faire bonne impression. Elle se posa sur le côté de la porte effleurant subtilement sa poitrine pour le troubler. Il était complètement bouche bée en voyant cette divine apparition. Elle était à ses yeux si sexy, une femme fatale. Il lui était plus que difficile de résister à cette divine créature tellement elle était des plus resplendissantes. En voyant son regard, elle savait qu'elle pouvait obtenir tout ce qu'elle désirait.  

     

    D (se montrant entreprenante en effleurant lentement le haut du torse de son beau brun et embrassant subtilement et perversement sa joue pour le troubler) : « Bonsoir beau gosse, alors dis-moi, ça te plait ce que tu vois ? 

     

    L (ébloui et tentant d'y résister) : Mama mia, mais c'est pour moi tout cela ? Tu n'aurais pas dû. 

     

    D (se montrant coquine en mordillant le dessus de sa main et procurant une douceur à son index pour le faire frémir) : C'est que tu mérites tout mon chou adoré. Je t'invite à entrer trésor.

     

    L (séduit, rougit mais tentant difficilement de résister) : Oh, je ne sais pas quoi dire. Si ta mission est de me faire rougir mission accompli belle déesse.

     

     

    D (se montrant tentatrice en effleurant son bas-ventre et frôlant ses fesses pour l'enflammer) : Oh, si je dis oui, que comptes-tu faire chéri ? Allez, viens me montrer. »

     

    Deb laissa passer le beau brun afin qu'il puisse entrer en laissant un espace restreint pour ressentir sa douce chaleur. Logan voyait en Deb une véritable tentatrice. Il tentait de résister, de se dire qu'il ne fallait pas y aller mais c'était impossible. Pour Deb, voir le regard de son chou flattait son égo. Elle aimait avoir le contrôle et le pouvoir. Logan passa en ressentant l'enivrant parfum que portait la belle créature. C'était si enivrant et exaltant qu'il rêvait d'embrasser la belle et de ressentir son corps près de lui. Il s'éloigna en rentrant à l'intérieur pour tenter de reprendre le contrôle. Seulement, Deb n'avait pas dit son dernier mot. Elle le plaqua contre le mur embrassant avec fougue et passion son beau brun et laissant son pied caresser le bas de son corps pour exalter du désir. Ce baiser était plus que divin qu'il passa ses mains autour de sa taille. Il était complètement sous le charme de la déesse. De son côté, sa chaleur exaltait son être qu'elle voulait vivre un moment charnel avec lui. Il prolongea son baiser le rendant des plus torrides. Son baiser était divin qu'elle voulait ressentir ses lèvres contre les siennes le plus longtemps possible. Il était charmé par cette apparition. Il pensait à elle dans ses rêves les plus fous. Jamais il n'aurait pensé être de nouveau auprès d'elle mais pourtant, elle était devant lui. Il était plus qu'heureux qu'il afficha un sourire après le baiser. Qu'allait-il se passer entre eux ? 

     

    Fin de l'épisode. 


    votre commentaire
  • Episode 13 Sous influence
     

     

    Nathan de son côté était encore bien enragé par rapport à sa mère ou même à Logan qui l'avait mis en cellule. Il était comme un lion en cage à ne rien pouvoir faire contre ses personnes qui l'avaient mis à terre. A cet instant, il comprenait irrémédiablement son père et ses accès de colère quand rien n'allait comme il le souhaitait. Il avait toujours souhaité ne pas lui ressembler mais pourtant, il se rendait compte à quel point il était exactement pareil, même pire. Il rêvait en cet instant de vengeance et de sortir de ce trou à rat.

     

    Cependant, il sortit vite de ses pensées lorsqu'il entendit du bruit juste à côté de sa cellule. En effet, quelqu'un venait d'y être transféré. Nathan était quelqu'un de curieux. Il se demandait qui était dans la cellule voisine. Il était en même temps effrayé par quel genre de type pouvait être à ses côtés. Il avait peur que ce soit un gros pervers, un tueur en série, un violeur ou je ne sais quoi de trop mauvais.

     

    Soudain, il entendit un bruit. Celui-ci était d'un air plus que reconnaissable et familier. Il se disait que c'était son père. Il pensait que ce sentiment de déjà vu n'était pas possible. Soudain, il se remémora le fait que Logan et lui étaient ennemis. Des milliers de pensées venaient dans son esprit. Il se demandait si Logan était capable de mettre quelqu'un de familier et en plus qu'il détestait cordialement auprès de lui. La toux venant de la cellule d'à côté confirma ses doutes sur son père. Cela était trop pour lui.

     

    De son côté, Dan ne s'était jamais douté qu'il allait être transféré tout près de son fils, celui qui lui avait donné un coup de poing. Il avait reconnu son jeune garçon alors que celui-ci faisait les cents pas dans la cellule. Il se souvenait à quel point son fils n'aimait pas être dans un endroit clos. Il désirait tout faire pour se rattraper et revenir auprès de sa famille mais c'était plus que compliqué. L'affrontement risquait d'être difficile mais il devait tenter de parler à son fils. Il se montrera à son écoute pour tenter de réparer les choses.

     

    D (calme) : « Fiston ?

     

    N (énervé) : Tu oses me dire fiston après ce que tu as fait à Keith ? Mais même pas en rêve, je ne suis plus ton fils depuis longtemps.

     

    D (se montrant à son écoute) : Je comprends que tu sois en colère, même par rapport à ce qui arrive mais je ne suis pas le monstre dont tu penses.

     

    N (furieux) : Tu n'es pas quoi ? Mais tu te fous de ma gueule ou quoi ? Mais tu n'as fait que manipuler ton entourage que ce soit Deb ou même moi ou même Lucas et encore Claire. Alors tu vois les « je ne suis pas un monstre » tu peux te le carrer et bien profond.

     

    D (suppliant et effrayé) : J'ai fait des erreurs par le passé, je le reconnais mais je t'en prie, ne fais pas confiance à Claire. Elle risque de te faire du mal.

     

    N (fou de rage et le menaçant) : Maintenant tu t'en prends à Claire ? Mais elle ne t'a rien fait. Et au moins, elle a eu une chance inouie contrairement à moi ou à Lucas : elle n'a pas été constamment avec toi. Elle n'a pas eu à te supporter et à forcer un sourire en ta présence. Elle n'a pas eu à supporter la pression que tu m'infligeais constamment pour que je devienne un joueur de basket professionnel et ton égal même. Seulement, je suis devenu bien mieux que toi enfoiré. Et je t'interdis de faire quoi que ce soit à Claire car si jamais il lui arrive quoi que ce soit, je te tuerai, c'est clair dans ta tête ?

     

    D (essayant de le raisonner) : Tu te trompes sur elle, crois-moi et elle est vraiment dangereuse. Elle veut nous détruire que ce soit toi, Lucas, Haley, Jaimie, Karen et même ta mère. Ne crois pas en ce qu'elle te dit car ce n'est que des mensonges.

     

    N (énervé) : Tu crois qu'elle est aussi dérangée que toi ? Elle est la seule à m'avoir sauvé et à s'être occupée de moi. Elle m'a aussi montré qu'elle pouvait être quelqu'un de confiance. Tu n'as pas été ce genre de personne et même pire, tu as tué Keith sous prétexte que tu n'avais pas ce que tu veux, alors tes conseils, je n'en ai rien à battre. Elle ne s'en prendra jamais à la famille, ni même à ma femme et à mon fils. Par contre, si jamais elle devait agir, ce serait contre toi et je l'encouragerais fermement. Tu n'es qu'une pourriture de première !

     

    D (essayant de le faire changer d'avis en usant de son point faible) : Tu prendrais vraiment le risque qu'elle s'en prenne à Jaimie et Haley, ton cher petit garçon et ta femme ?

     

    N (fulminant de rage) : N'essaye pas de me faire changer d'avis en usant de mon fils ou de ma femme contre moi, t'as compris ? Et puis ne me parle plus, c'est clair ? Je sais très bien qui t'a mis ici, c'est sûrement Logan pour me faire payer.

     

    D (se montrant calme) : D'accord, mais tu es en danger. Logan Hamilton ? Ce n'est pas l'ex d'Haley par hasard ? Il est de retour en ville ?

     

    N (fulminant) : Bordel mais je t'ai dit quoi ? Enfin, je vais répondre à ta question. Oui, Logan est de retour.

     

    D (curieux) : Et tu n'as pas peur qu'il veuille reprendre Haley ?

     

    N (exaspéré) : Tu t'intéresses à mon couple maintenant ?

     

    D (se montrant prévenant) : Je pense à ton bien-être simplement.

     

    N (enragé) : Mêle-toi de tes affaires c'est clair ? Et puis, je sais garder mon couple sur les bons rails pas comme toi. »

     

    Dan ne préférait finalement pas répondre de peur de voir de nouveau la rage de son fils s'abattre sur lui. Cependant cette discussion lui avait permis d'en apprendre sur celui-ci et de voir qu'il était perdu. Il désirait pouvoir prouver à son fils que Claire était une menace mais dans cet endroit, cela allait être difficile. De plus, il attendait désespérement de sortir suite à l'erreur qui avait été faite comme quoi il était le kidnappeur et le tueur de cette ville. Allait-il réussir à sortir et à faire entendre son fils ? De son côté, Nathan était plus qu'enragé et ne désirait que se mettre en travers du chemin des personnes qui l'avaient fait souffrir à commencer par son père en premier lieu. Il désirait plus que tout sortir de ce trou à rat. Allait-il pouvoir se venger ?

     

    Soudain, un bruit se fit entendre. C'était deux coups de feux tirés. Un silence de plomb se fit ensuite entendre. Que s'était-il passé ?

     

     

    Pendant ce temps, Haley et Chloé arrivèrent toutes les deux dans la boite la plus prisée de la ville. Il y avait du remue-ménage dans la rue mais cela ne faisait pas peur aux deux jeunes femmes plutôt déterminées à retrouver leur soeur Mandy. Elles étaient vraiment très inquiètes pour elle. La police était là. En remarquant cela, les filles savaient que leur tâche serait compliquée mais pas impossible.

     

    Haley n'était pas du genre à se vanter mais avec Chloé, quand elles étaient plus jeunes, elles trouvaient des combines pour obtenir ce qu'elles désiraient. La première Chloé était plutôt celle qui mettait en avant ses atouts et les garçons en tombaient à genoux. Haley, elle, se servait plutôt de sa bouille angélique pour obtenir tout ce qu'elle désirait. Elle était du genre timide et surtout très gentille, même trop gentille. On pouvait lui donner le bon dieu sans confession. Ainsi, il lui suffisait de faire une moue, ou de faire rarement une demande pour arriver à son objectif.

     

    Haley sortit vite de ses pensées quand Chloé posa sa main sur son épaule. La plus grande n'était pas du genre à rester là sans rien faire. Elle détestait plus que tout patienter. Alors elle fit signe à sa soeur de venir avec elle. Elles connaissaient toutes les deux une autre entrée que celle principale. Il y avait un agent devant elles qui leur barrait la route. Chloé se décidait à agir. Elle alla vers le policier se mordillant coquinement l'index et jouant celle qui avait besoin d'aide. Le policier incrédule était plutôt charmée par cette belle créature. Il mordit à l'hameçon en venant à son secours. Haley était plutôt admirative de sa s?ur. Elle afficha un sourire en la voyant réussir. Elle savait qu'à présent, elles pouvaient rentrer toutes les deux. Haley passa l'entrée et attendit Chloé. La grande soeur prétexta au policier que sa maison n'était pas loin. Elle voulait rejoindre sa petite soeur au plus vite. Elle réussit sa manoeuvre qu'elle arriva à l'intérieur de la boite peu de temps après.

     

    Les deux jeunes femmes arrivèrent sur la piste de danse et découvirent un Lucas menotté. Il allait être emmené par un policier. Celui-ci était plus qu'abattu. Visiblement, le coup qu'il avait reçu par Mandy l'avait secoué de même que sa dispute avec Elizabeth et le fait qu'elle soit parti avec Daniel son pire ennemi. Mandy, elle, visiblement avait pris la fuite avant que la police n'arrive. Les deux filles savaient que pour lui parler, ce serait pas long et qu'il ne fallait pas trop en dire.

     

    H (curieuse) : « Lucas, mais qu'est-ce qu'il t'est arrivé ?

     

    L (abattu) : Je ne peux pas en parler.

     

    H (se montrant prévenante pour tenter d'en savoir plus) : Tu sais que tu peux tout me dire.

     

    C (se montrant décidée pour arriver à le faire parler) : Elle est où ?

     

    L (triste et en colère) : Je.... je ne peux pas en parler et je ne veux pas en parler. Laissez-moi tranquille toutes les deux et j'en ai fini avec vous deux ou toute votre famille.

     

    H (énervée) : Mais comment tu oses me parler après tout ce que j'ai fait pour toi, tout ce que j'ai accompli pour toi et tu me parles comme une merde, mais t'es qui au juste pour me parler sur ce ton ! T'es finalement comme ton frère : un moins que rien, une merde. J'ai été là pour toi, j'ai été là pour t'aider et te soutenir dans les moments difficiles et comment tu oses après te comporter avec moi ? J'en ai marre de toi, de ton cirque, de tes simagrets. Je te hais ! Alors va pourrir en prison et si tu es décidé à me parler, et bien tu peux toujours courir, car je ne te parlerai plus jamais.

     

    L (s'excusant) : Je suis désolé. Je ne mérite personne, aucune, même pas toi.

     

    H (triste et furieuse) : Et tu oses me dire cela ? Tu dis en avoir fini et après ça ? Mais comment tu peux me faire un coup pareil ? Ne me parle pas, ne me parle plus jamais. Que les Scott aillent tous au diable.

     

    L (essayant de lui faire entendre raison) : Mais...

     

    C (le remettant à sa place) : Tu la boucles Lucas, tu as déjà assez fait de mal comme ça. »

     

    Les filles partirent en trombent et en colère laissant Lucas être emmené par la police. Les James ne voulaient plus avoir affaire à un Scott. Etait-ce le début d'une guerre de famille ? Lucas se retrouvera-t-il dans la même situation que son frère ?

     

     

    Le fait qu'il n'y ait plus de bruit autour d'eux inquiétait Bianca. Celle-ci avait demandé à ce que Michael ne soit plus de ce monde et là, elle n'avait aucune nouvelle. Le silence en devenait même pesant. Ethan était plus qu'inquiet de son côté pour son jeune frère. Celui-ci avait voulu lui sauver la vie mais en vain. Ethan s'en voulait horriblement pour ce qu'il venait d'arriver et tout cela à cause de ses dettes, de ses maudites erreurs.

     

    Finalement, elle entendit frapper à la vitre. Elle ne savait pas du tout ce qui l'attendait mais il fallait bien découvrir ce qui se passe. Alors, elle usa de son arme pour qu'Ethan aille au plus près de la vitre. Il n'avait pas le choix. Il n'aimait pas du tout être dans cette situation et aimerait pouvoir s'en sortir. Seulement, il ne trouvait pas de solutions pour le moment et cela l'énervait. Ethan n'était pas du genre à être dominé par quelqu'un bien au contraire. Depuis qu'il avait été blessé au couteau lors de la tentative d'agression d'Elizabeth, il s'était promis de ne plus jamais se montrer faible. Seulement la situation d'aujourd'hui lui montrait qu'il n'était pas aussi invincible qu'il le pensait.

     

    Il baissa la vitre, et là ce qu'il vit était le choc de sa vie. Michael était là, juste devant lui sain et sauf mais à côté, il y avait son grand frère à peine un an de plus que lui : James. Il était là, bien en vie. Les deux frangins avaient cru que ce dernier n'était plus de ce monde. Ils avaient été des plus tristes de le perdre. Ils s'étaient d'ailleurs toujours demandés ce qui avait bien pu lui arriver. James. Bianca, elle aussi était plus que surprise et jamais elle n'aurait cru revoir une telle apparition. James aimait faire son petit effet. Il fallait dire qu'avec les surprises, il savait y faire. Il avait mis Robbie à terre et celui-ci ne s'en relevait pas. L'ainé Hawkins était satisfait de voir l'homme à terre. Il savait que le jeune homme était une femmelette et qu'il n'avait pas le cran nécessaire pour faire quoi que ce soit.

     

    Par le passé, James était un éléctron libre, quelqu'un qui n'aimait pas du tout les règles et aimait les enfreindre. D'ailleurs, de par ce qu'il aimait, il en était venu à rencontrer Bianca, et ils avaient eu une relation plutôt tumulteuse. Seulement, Bianca n'avait pas eu confiance en cet homme qui avait tenté de faire un coup contre elle. Elle avait tenté de l'éliminer du tableau. Elle pensait avoir réussi mais cela était loin d'être le cas. En effet, James avait su convaincre celui qui était censé le tuer le laisser vivre et il l'avait éliminé. Depuis, il s'était fait discret enfin jusqu'à ce qu'il apprenne qu'Ethan était sous l'influence de cette diablesse. Il savait que son frère était condamné à tout faire pour rembourser ses dettes et ce sous les conditions de la diablesse. James avait bien conscience que passer un marché avec elle, c'était signé son arrêt de mort à tout jamais. L'ainé Hawkins ne voulait pas que son frère n'ait à vivre les mêmes choses que lui.

     

    Il sortit vite de ses pensées avec la situation qui était devant lui. Il avait bien l'intention de sortir son frère Ethan de là quitte à affronter cette diablesse de Bianca qui l'avait pourtant tant chamboulé à l'époque. De son côté, Bianca n'était pas du genre à se laisser dépasser par les évènements surtout quand une surprise vint à elle. De par son rôle de leader, rien ne devait transparaître d'elle sinon, elle savait qu'elle perdrait son poste. Il était impératif de garder le contrôle. Elle se montrera ferme et coquine pour le piéger et l'avoir de nouveau sous son influence. Elle s'approcha en effleurant la joue de sa proie pour le troubler. Il était toujours attiré par cette diablesse mais il devait résister. Il la repoussa avec fermeté. Bianca voyait bien la réaction de sa proie et cela la satisfaisait pleinement. Elle se montrera subtile et entreprenante pour l'influencer.

     

    B (se montrant tentatrice en titillant son menton avec son index puis se le mordillant pour l'envoûter) : « Je sais très bien que tu ne peux y résister. Tu es toujours accro à ce que je vois. Ne le nie pas, je le vois dans ton regard, comment réagi ton corps face à moi. Tu me trouves toujours aussi attirante. Je suis certaine que tu rêves encore de me faire crier de plaisir et que l'on passe un moment bien torride.

     

    J (influencé mais se montrant joueur en prenant sa main pour résister) : Qui te dit ma jolie que je suis toujours sous ton charme ? Tu n'es pas aussi divine que tu le prétends très chère. Maintenant, si tu ne veux pas que je fasse quoi que ce soit, rends-moi Ethan sur le champ sinon...

     

    E (insistant auprès de la divine apparition) : Tu ferais mieux de l'écouter. Jamais il ne plaisante. Jouer avec lui, c'est jouer avec le feu. Je me demande vraiment si tu veux risquer de tout perdre.

     

    M (énervé) : Rends-moi mon frère sale garce ! Je te jure, tu vas payer pour tout le mal que tu nous as fait.

     

    B (se montrant joueuse en faisant du chantage et effleurant l'intérieur de sa main et procurant une douceur à son index pour exalter du désir sur James) : Si tu crois que ta petite menace va avoir de l'effet sur moi mon joli tu te goures. Tu sais très bien comment cela me rend à savoir plus que coquine et je sais que tu adores cela. Tu essayes de m'enflammer mais cela me rendra comme tu le souhaites que tu deviendras comme la dernière fois que nous nous sommes à vus à savoir complètement raide dingue de mon corps. Continue encore, tiens. Par contre, si jamais tu essayes de me forcer la main ou de m'énerver, là par contre dis au revoir à ton frère, c'est ça que tu veux peut-être ?

     

    J (séduit mais tentant difficilement de résister) : Je sais très bien comment tu es, ce que c'est que d'être avec toi, mais je ne reviendrai pas entre tes griffes. Tu es pourtant si belle, si séduisante, une véritable divinité mais tu ne m'auras pas.

     

    B (se montrant coquine et curieuse en le prenant par le col de la chemise, l'embrassant subtilement et perversement sur sa joue et mordillant légèrement son cou pour l'enflammer) : Si vraiment tu sais ce que c'est que d'être avec moi alors pourquoi tu es là beau brun ? Voyons, on sait tous les deux que tu es accro à moi et à toutes les folies que tu aimais que je te procure. Pourquoi tu me ferais sinon de si beaux compliments qui sonnent à mes oreilles comme une mélodie si plaisante ?

     

    J (influencé par la belle) : Même si c'est pour sauver mon frère, tu m'as toujours rendu aussi dingue. Je ne sais pas comment tu fais, mais tu réussis toujours à me faire fondre comme personne.

     

    B (jouant l'allumeuse en mordillant les lèvres de celui-ci les léchant discrètement et descendant sa main tout près de son intimité pour le torturer) : C'est mon petit secret, si tu crois que je vais te le révéler, tu te trompes à moins que...disons-le, tu reviennes vers moi définitivement. Avoue, tu rêves de nouveau de parcourir tes mains sur mon corps et de toucher à cet endroit qui me fait tant vibrer puis.... tu connais de manière si agréable la suite. Alors qu'est-ce que tu attends pour venir m'embrasser ? Je sais que tu en meurs d'envie.

     

    E (étonné et frustré car elle l'avait au préalable allumé) : Mais frangin, tu ne vas pas faire ça ? Réfléchis un peu.

     

    M (essayant de faire changer d'avis son frère) : Ne te laisse pas avoir. Elle essaye de nous avoir les uns et les autres. On a l'occasion d'être enfin réunis, alors ne laissons pas une fille nous séparer. Je t'en prie grand frère.

     

    B (aimant la situation en jouant la perverse, se mordillant coquinement l'index, griffant l'arrière de son cou et effleurant le haut de son dos pour le titiller) : Les frères Hawkins tous autant que vous êtes et rien que pour moi, c'est que d'honneur pour ma personne. Ne vous battez pas pour moi. Disons que si vous êtes sages, vous serez récompensés. Après tout James, par contre, tu peux être le premier en souvenir du bon vieux temps. »

     

    James était plus qu'attiré par la belle. Il s'était promis de ne pas retomber sous le charme de celle-ci mais c'était plus fort que lui. Il était séduit par la beauté enchanteresse et diabolique à la fois de la belle demoiselle. Celle-ci en avait bien profité pour user de ses charmes. Elle aimait le pouvoir et le contrôle. Elle savait user de ses atouts avec doigté. James s'approcha de la belle afin de pouvoir l'embrasser. Les lèvres de Bianca, son allure et ce corps de déesse étaient pour lui un véritable appel à la tentation. La belle, elle, savait qu'elle pouvait faire de lui ce qu'elle voulait. Elle comptait continuer de jouer avec lui et avec ses frères en même temps. Elle désirait leur montrer qu'en aucun cas ils ne mèneraient le jeu. Elle feignera de céder pour mieux ensuite les piéger. Elle posa son index sur ses lèvres lui murmurant que le jeu ne faisait que commencer et qu'il pouvait partir avec ses frères. James était plutôt surpris par son attitude. Il se posait de nombreuses questions sur cette demoiselle. Il se demandait ce que celle-ci avait dans l'esprit.

     

    La belle libéra Ethan de la voiture. Celui-ci était plutôt heureux d'être auprès de ses frères. Il afficha un sourire devant James. L'ainé, lui, était certes ravi d'avoir récupéré son frère mais il ne montrait pas totalement ses sentiments. En effet, il doutait fortement du revirement de situation de Bianca. Celle-ci devait cacher quelque chose et il avait bien l'intention de découvrir le fin mot de l'histoire. Michael, lui, était ravi d'être auprès d'Ethan, même si celui-ci n'était pas ravi de le voir lors de son arrivée. Il était vrai que dans la famille Hawkins, on se débrouillait souvent par soi-même. Le fait même de demander de l'aide était un affront pour eux. Les frères s'en allèrent rapidement avant que Bianca ne change d'avis. Celle-ci était plutôt satisfaite de leur départ. On dirait bien qu'elle n'avait pas perdu mais qu'au contraire, la partie ne faisait que commencer.

     

     

    Alors que les frères Hawkins, Bianca se mit à réfléchir. Elle savait qu'en laissant les frères partir, il ne se douterait en aucun cas de ce qu'elle préparait. Vu comment ils étaient partis, elle savait qu'elle avait mené la première partie de son plan à exécution. Seulement, il fallait passer à la vitesse supérieure et pouvoir appuyer là où ça faisait mal. Bianca était une fine stratège. Elle avait bien appris que pour gagner, il fallait frapper le premier et de manière méthodique en connaissant son adversaire que ce soit ses points forts et ses points faibles.

     

    A cet instant, une personne vint vers elle relevant en même temps Robbie qui avait subi un sacré coup. Il s'agissait de Justin Richardson, qui n'était autre qu'à la solde également de Bianca et le petit ami de Robbie.

     

    Les deux s'étaient rencontrés au moment où ils sont arrivés dans l'organisation de Bianca. Celle-ci était aux commandes et commençait à avoir une emprise sur tout le personnel. Les deux étaient intéressés par une place stratégique. Leurs objectifs étaient communes, et alors ils s'étaient promis de s'entraider. A force de se côtoyer l'un et l'autre, ils en finirent par tomber amoureux. Bianca avait su pour leur relation et à partir de cet instant, elle fut plus dur avec eux.

     

    Dès lors, les deux sortirent de leur pensée quand Bianca fit du bruit. Celle-ci avait bien l'intention de remuer les larbins pour que le tout fonctionne. Elle se montrera ferme et déterminée pour arriver à ses fins. Les deux sbires avaient peur de la patronne et Robbie plus particulièrement. Il avait échoué en ne tuant pas Michael sur le champ et laissant ainsi James refaire surface. Il craignait la réaction de celle-ci. La patronne les regarda en affichant un léger sourire plutôt trompeur sur ses intentions. Elle désirait que les deux la craignent plus que tout. Les deux hésitaient à approcher. Voyant leur réaction, elle était plus que satisfaite. Elle fit signe à Robbie de venir. Elle désirait d'abord mettre les choses au clair avec lui. Robbie tremblait littéralement de peur. Il fallait dire que les punitions de la patronne étaient durs et surtout mémorables. Là, Bianca le giflait violemment. Elle était à la fois cette douceur incarnée par ce visage angélique mais en même temps une tigresse qui savait montrer lorsque quelqu'un la décevait énormément.

     

    R (triste) : « Je suis désolé Madame.

     

    B (se montrant déterminée et en colère pour asseoir sa domination) : Un désolé tu crois que ça va subir après ce que je t'ai demandé ? T'as échoué très cher et tu sais ce que cela implique.

     

    R (suppliant) : Je vous en supplie, ne faites pas cela.

     

    B (jouant celle hésitante en lui faisant une proposition pour l'intriguer) : Si tu as une occasion de te racheter, seras-tu capable de réaliser ce que je te demande et ce peu importe ma requête ?

     

    R (prêt à tout accepter) : Tout ce que vous désirez madame.

     

    B (satisfaite et faisant attendre la proposition) : C'est parfait. Alors Justin, dites-moi, c'est fait ?

     

    J (se montrant calme) : Oui. Vous serez des plus satisfaites.

     

    B (satisfaite mais restant calme en laissant des indices sur ce qu'elle désire pour apâter ses sbires) : Parfait, voilà qui est parfait. Au moins, ça enverra un message et on la verra rappliquer rapidement. Maintenant, on va pouvoir agir comme on l'entend.

     

    R (se montrant curieux) : Que désirez-vous ?

     

    B (expliquant ce qu'elle désire en omettant des détails pour voir leur réelle capacité à l'avenir) : Commençons par toi Robbie. Les Hawkins ont décidé de nous titiller autant qu'ils sont. A nous de leur montrer ce dont nous sommes capables et puis jouer est tellement mieux. Enfin, voilà mon plan. Pour eux, le point commun n'est autre qu'Elizabeth Sanchez. Ramène-moi cette fille ici et tu seras pardonné pour ton erreur.

     

    R (satisfait et désirant se racheter) : Je ferai selon vos désirs.

     

    B (satisfaite, se montrant déterminée et continuant son explication en omettant les détails) : Parfait mais ne me déçois pas, sinon... Enfin, Justin, tu vas t'occuper d'une autre partie à savoir une femme prénommée Brooke Davis. L'un des Hawkins, à savoir Michael s'est approché de trop près. Elimine-là et ne me déçois pas. Que ce soit discret, rapide, enfin tu connais la chanson bien sûr.

     

    J (satisfait et voulant toujours être le favori) : Je ne vous décevrai pas.

     

    R (se montrant discret et curieux) : Je ne vous décevrai plus. Vous serez fier de moi. Et de votre côté ?

     

    B (se montrant exaspérée pour avoir de l'influence) : Mais de quoi je mêle ? Vous verrez tous les deux. Veillez à faire votre travail simplement et plus jamais vous ne me posez que ce soit l'un ou l'autre ce genre de question sinon vous savez ce qui vous attend. Est-ce que je me suis bien faite comprendre ?

     

    R (s'excusant) : Pardonnez-moi.

     

    J (calme) : C'est très clair.

     

    B (se montrant déterminée pour faire valoir son pouvoir) : Alors allez-y maintenant, qu'est-ce que vous attendez ? »

     

    Les deux sbires laissèrent Bianca et partirent accomplir leur tâche. Allaient-ils réussir ? Qu'allaient-ils trouver lors de leur mission ? La jeune femme, de son côté, partit pour une destination inconnue. Que comptait-elle faire ?

     

    Pendant ce temps, Karen et Evan étaient dans les bras l'un de l'autre profitant d'un baiser des plus langoureux. Le bellâtre aimait tant être auprès de la divine créature. Une part de lui était cependant inquiet pour elle. Il voulait simplement le meilleur pour elle. Il espérait ainsi davantage la connaître que ce soit ce qu'elle aime, ce qu'elle déteste, ce qui l'effraie... La belle déesse, de son côté, aimait plus que tout cet instant. Jamais elle ne s'était sentie aussi heureuse. Elle désirait plus que tout profiter de sa présence. Elle comptait lui proposer de passer le voir le plus souvent en lui rappelant qu'il y aurait pleins de moments comme celui-ci. Elle savait que pour y arriver, elle devait se dévoiler un peu plus. Elle se montrera tendre et perverse pour l'attraper. Elle mordilla au niveau de son nombril pour l'émoustiller. Il était influencé par sa belle colombe qu'il rêvait de voir le temps pour vivre à jamais cet instant inoubliable. Karen, elle, aimait tant cette douce chaleur qu'elle désirait en ressentir davantage.

     

    K (se montrant attentionnée en le flattant, effleurant l'intérieur de sa cuisse et approchant de son intmité pour l'enflammer) : « Je suis auprès d'un bellâtre si charmant et attentionné. Je suis tellement chanceuse. Je ne peux me détacher de tes yeux si envoûtants et de ses lèvres aussi exquises qui ne réclament qu'à être embrassé. Dis-moi que rêve d'un beau prince en cet instant ?

     

    E (charmé et se mettant à rougir) : Je suis si touché par de tels compliments, je ne sais pas quoi dire. Rien qu'en te regardant, je suis sous le charme de ta beauté de déesse, de ce sourire angélique, de ce regard qui m'ensorcèle. C'est que ton sourire m'illumine complètement. Je suis envoûtée par toi bellissima. J'aimerai te combler telle une reine et pouvoir découvrir davantage de toi. Alors dis-moi ce que tu désires ma chérie.

     

    K (voyant une occasion de le manipuler en se montrant prévenante et coquine et embrassant le long de l'intérieur de sa cuisse pour le titiller) : C'est toi trésor qui réussit à me toucher. Jamais je n'ai été aussi comblée qu'en ta présence. Tu es un prince pour moi. Cela te dit de manger avec moi ? On se préparera quelque chose de délicieux et crois-moi, tu m'en diras de sacrées nouvelles. Moi aussi, je désire plus que tout. J'ai envie de tout savoir sur le beau mâle sous mes yeux.

     

    E (séduit et curieux) : C'est plus que tentant mon ange. Tu m'intrigues. Oh dis-moi à quoi tu penses en évoquant délicieux ?

     

    K (jouant la coquine en mordillant le lobe de son oreille puis procurant une douceur à son pouce pour l'émoustiller) : Si je te dis hampe de veau bébé avec une sauce forestière pour commencer, ça te dit ? Bien sûr, la suite est une surprise. Tu te souviendras de ce moment, c'est garantie. Je sais que tu meurs d'envie de céder.

     

    E (complètement influencé) : Oh, je te suis mon ange. Tu m'as mis l'eau à la bouche.

     

    K (se montrant perverse en laissant sa langue parcourir chaque parcelle de son torse pour le faire frémir) : Tu n'as pas idée à quel point ce sera merveilleux.

     

    E (charmé) : Je te suis de ce pas. »

     

    En voyant la réaction de son bel homme, elle savait qu'elle avait du pouvoir et elle aimait cela. Elle n'allait pas se gêner pour s'en servir davantage. Evan était complètement ébloui par la belle créature sous ses yeux qu'il ferait tout pour elle. La divine déesse titilla les lèvres de son beau mâle l'embrassant fougueusement et frôlant ses fesses pour l'apâter. Evan était complètement accro aux attentions de sa divine apparition qu'il en voulait davantage. A ses yeux, Karen était la perfection incarnée. Pour Karen, sa chaleur enivrait tout son être que résister de nouveau à la tentation était un supplice. Il y avait une telle attraction entre eux, c'était indéniable. La jeune femme savait qu'elle pouvait mener son chou là où elle le désirait. Elle titilla son menton avec son index mordillant ensuite le dessus de sa main et lui faisant un clin d'oeil pour l'influencer à venir rapidement. Il était incapable de résister à un tel enchantement de douceurs. Il était devenu plus que dingue de sa belle femme fatale qu'il afficha un sourire radieux effleurant la joue de sa belle. Sa chaleur enivrait tout l'être de la demoiselle qu'elle voulait de nouveau ressentir son corps contre le sien dans un moment des plus inoubliables. Le désir la submergeait littéralement mais elle avait conscience que faire durer le suspense lui permettrait de vivre un moment encore plus incroyable.

     

    Elle prit la main de celui-ci et le guida vers la cuisine où elle pourra lui sortir le grand numéro. Il était complètement admirative de la jeune femme qu'il avait sous les yeux. Jamais aucune femme ne lui avait fait un effet aussi incroyable. Il aimerait être tout le temps avec elle et rien que de faire des activités en sa compagnie, c'était tout simplement un bonheur absolu. Il se laissa faire arrivant ainsi à destination. Qu'avait préparé Karen ? Arrivera-t-elle à ses fins ? Evan réussira lors de cet instant à en apprendre plus sur elle ? Comment se transformera leur moment ?

     

     

    De son côté, Logan était rentré dans l'endroit secret où il se rendait avec Deb quand il était encore au lycée à l'époque. C'était toujours aussi magnifique que dans ses souvenirs à croire que le temps n'avait pas eu d'impact sur le paysage. Celle-ci avait littéralement réussi à l'attirer comme autrefois dans la gueule du loup que ce soit avec ses vêtements sexy et son charme ravageur. La retrouver replongeait le bellâtre dans le passé mais son désir était encore plus intense qu'autrefois. Il aurait voulu résister, ne pas retomber, mais l'attraction était plus que forte. Il la trouvait tellement ravissante et canon, même mieux que dans ses souvenirs de leurs étreintes passionnelles et torrides. Deb, elle, était plus qu'heureuse de voir la réaction de Logan à son égard. Cela flattait son égo. Elle désirait revivre cet instant des plus mémorables. Ce baiser était pour elle un moment inoubliable, la ramenant à ses souvenirs de leurs étreintes charnelles. Rien que de ressentir son corps près du sien, cela la troublait comme personne. Jamais un homme n'avait réussi à lui faire un effet de ce genre. Elle comptait bien de nouveau le croquer en sortant le grand jeu. Elle savait que la tenue y faisait. Seulement, elle usera de ses charmes en étant tendre et coquine pour le piéger.

     

    A l'intérieur, elle passa ses mains autour de sa taille, titillant ses lèvres avec les siennes et frôlant ses fesses pour l'émoustiller. Il était séduit par la belle enchanteresse qu'il avait devant lui. Il essayait pourtant de résister mais l'attention que lui procurait Deb le torturait de l'intérieur. Il rêvait tant de la ressentir tout contre lui et de pouvoir parcourir chaque parcelle de son corps ou même l'embrasser comme autrefois. Sa peau était si douce qu'elle voulait le ressentir tout contre elle et rester à jamais dans ses bras. Seulement, Logan s'éloigna légèrement. Il désirait avant tout savoir où est-ce qu'il en était. Il se sentait tellement perdu pensant à ce qu'il avait vécu avec Deb mais aussi à son passé avec Haley. La belle jeune femme n'avait pas dit son dernier mot.

     

    D (se montrant prévenante en posant d'abord son index sur ses lèvres puis griffant son bas-ventre et pinçant ses fesses pour le troubler) : « N'ais pas peur bel ange. On va prendre tout notre temps pour se retrouver toi et moi. On verra ensuite ce que cela peut donner qu'est-ce que tu en dis beau gosse ?

     

    L (perdu, influencé et se confiant) : Tu me déstabilises complètement ma déesse. Je suis troublé devant une telle beauté.

     

    D (jouant l'allumeuse en caressant le bas de son corps avec son pied et mordillant près de son épaule pour l'hypnotiser) : Ne le sois pas, et viens plutôt près de moi. Avoue, tu ne rêvais que d'être auprès de moi depuis longtemps. Dis-moi que je t'ai manqué mon chou. Ses caresses si exaltantes que je te procurais, ses baisers aussi langoureux et sensuels que je te donnais parcourant chaque parcelle de ta peau si douce, cela t'avait manqué. Je sens que tu en redemandes encore. Rien qu'en étant tout contre toi, j'ai senti ton corps ne demandant qu'à ressentir la douce chaleur du mien. Laisse libre cours à tes envies, même les plus folles et en retour, je te procurerai des douceurs à faire palir les dieux en personne. Tu ne veux pas passer à côté de cela n'est-ce pas chéri ?

     

    L (séduit mais tentant difficilement de résister) : Tu es d'une telle beauté si renversante. Tu es même encore plus magnifique que dans mes souvenirs. Tu as toujours une telle emprise sur moi, comment le nier. Tu m'as tant manqué, tout de toi m'a manqué. Rien que ressentir ta chaleur auprès de la mienne me rend toujours aussi fou de toi.

     

    D (se montrant touchée puis joueuse en griffant le bas de son dos, léchant subtilement le haut de son torse, et l'amenant à s'installer sur le canapé pour le faire frémir) : Je suis plus que touchée. Jamais je n'avais entendu de tels compliments avant aujourd'hui. Je pensais que je n'avais même plus le droit de les entendre. Montre-moi à quel point tu me veux trésor. Je sens que ton corps me réclame, qu'il rêve de prendre un plaisir inoubliable. Oh ne t'inquiète pas, je vais réaliser tous tes souhaits. C'est que je te procurerai encore plus de douceurs que la dernière fois chéri.

     

    L (attentionné et charmé) : Tu as droit à ses compliments mon ange et je te les donnerai le plus possible. Crois-moi, tu ne dois au contraire pas te dire cela. Le temps n'a pas d'effet sur toi. Ta beauté m'envoûte complètement et que dire de ce regard, je suis littéralement charmé. Ce corps est un tel enchantement, c'est même à faire palir les déesses de l'Olympe.

     

    D (jouant la perverse en se mettant à califourchon sur lui, guidant ses mains sur ses cuisses et malaxant son intimité pour le faire frémir) : Alors montre-moi à quel point tu souhaites me combler trésor, que mon corps te fait envie comme personne. Laissons nos désirs s'exprimer dans un moment charnel. C'est ce que tu désires tout comme moi n'est-ce pas mon chou ?

     

    L (complètement troublé et dérouté) : J'ai tellement envie de toi tu n'imagines même pas. Tu m'obsèdes complètement. J'ai tant désiré ressentir ton corps tout contre le mien et te procurer les attentions dignes de la divine apparition que tu es à mes yeux. Je n'en peux plus d'être si loin de toi, c'est une torture. Viens près de moi ma chérie.

     

    D (jouant la tentatrice en glissant sa main sous son pantalon griffant le haut de sa cuisse et bougeant telle une tigresse pour l'exciter) : Je te désire aussi tellement fort bébé. Je vibre rien qu'à ton contact et je sens que tu vibres au mien. Oh, je vais réaliser ton souhait trésor que cela en sera inoubliable. Tu verras, tu m'en redemanderas encore. »

     

    Deb était aux anges de voir la réaction de son bellâtre. Elle savait qu'elle pouvait l'emmener là où elle le désirait et elle n'allait pas se gêner pour le faire. De son côté, Logan était ensorcelé par la belle déesse. Il était ébloui par ce visage si angélique et ses courbes des plus parfaites. Le désir le submergeait littéralement qu'il s'en mordilla la lèvre. Pour la belle, il était encore plus à croquer et irrésistible. Il commença à s'approcher pour l'embrasser mais celle-ci le prit par le cou lui donnant un baiser des plus fougueux et passionnels et titillant son intimité pour éveiller un désir bien inextricable. Il était incapable de résister à cette divinité. Elle lui vendait littéralement du rêve. Pour elle, ses lèvres étaient si exquises qu'elle voulait y rester le plus longtemps possible pour pouvoir les savourer davantage. Elle effleura sa poitrine avec son index le descendant au niveau de son ventre et le bougeant pour l'apâter. Il était complètement dingue de ce qu'elle faisait. Il désirait lui procurer les attentions digne d'une déesse. Il voulait que cet instant dure éternellement afin de pouvoir ressentir la chaleur de cette belle créature tout contre lui. Elle voulait de son côté, le rendre tellement obsédé par sa personne qu'il voudrait tout faire pour la combler dépassant ses propres limites. Le voir aussi conquis satisfaisait pleinement son égo. Elle voulait jouer davantage avec son bellâtre, désirant faire de cet instant un des plus torrides que les deux n'avaient jamais connu auparavant. Elle bougea telle une tigresse retirant son haut et griffant son torse pour l'enflammer. Il frissonnait sous les attentions de la belle. Il en était même devenu accro qu'il mordilla le creux du cou de la belle lui murmurant de continuer. Elle frissonnait à son contact qu'elle voulait ressentir davantage d'attentions. Elle donna des baisers fougueux le mordillant sur tout le haut de son torse et procura une douceur à son nombril pour l'enflammer. Il était plus qu'influencé et charmé par la belle déesse sous ses yeux. Rien qu'en voyant ses cheveux, ses lèvres exquis, ce cou si nu ne demandant qu'à être embrassé, c'était une véritable tentation pour lui. Il n'en pouvait plus, c'était une torture des plus insoutenables. Pour elle, sa peau était si douce qu'il lui tardait tant de vivre cet instant passionnel et torride dans ses bras. Elle glissa sa main au niveau de son pantalon et boxer malaxant son intimité et griffant sa cuisse pour le torturer. Il fondait sous les attentions de la belle créature qu'il en poussa des gémissements de plaisir. Il sentait qu'elle savait toujours ce qu'il aimait tant et cela le rendait heureux. Sa chaleur de son côté l'enivrait littéralement qu'elle voulait ressentir son corps contre le sien. Résister à la tentation était un supplice. Elle désirait tant passer aux choses sérieuses mais jouer d'abord était tellement jouissif. Elle aimait voir les hommes complètement sous son pouvoir.

     

    Elle pinça ses fesses agrippant l'arrière de sa cuisse et léchant sa joue pour le faire fondre. Cette attention exaltait complètement tout l'être du bellâtre. Il était devenu accro à toutes les attentions de la belle. Il voulait prendre les choses en main et lui montrer à quel point il tenait à elle. Il n'avait plus que la divine déesse à l'esprit. Elle était attirée par cet homme et ce de manière plus qu'intense. Elle ne pouvait s'en détacher. Elle guida les mains de celui-ci sur son corps l'incitant à enlever ses vêtements pour le troubler. Il était complètement dérouté par la tentatrice sous ses yeux. Il ne pouvait s'empêcher de contempler cette divine apparition se mordillant la lèvre d'un désir des plus inextricables. Il s'exécuta en l'embrassant dans le creux de son cou et la voyant en lingerie, il était tellement ébloui par la créature splendide et angélique qu'il en afficha un sourire des plus coquins. Même s'il l'avait vu par le passé, il la trouvait plus que magnifique, comme si le temps n'avait pas eu d'emprise. Il ne pouvait s'empêcher de laisser ses mains sur son corps. De son côté, le désir la submergeait littéralement. Tout son corps parlait pour elle tellement les attentions qu'elle recevait étaient d'une douceur sensuelle et enivrante. Il savait y faire avec les attentions. Elle était de nouveau comblée comme autrefois, même à ses yeux, c'était même encore mieux. Elle rêvait tant de passer à la vitesse supérieure mais pour elle, ce n'était pas encore le moment. Elle ne l'avait pas suffisamment affamé. Elle effleura son front avec son index posant ensuite le sien dessus et léchant subtilement ses lèvres pour le titiller. Il aimait tant son côté joueuse. Cela lui avait manqué. Il était raide dingue de sa déesse quand elle était comme cela et même, il était incapable de réfléchir. Il voulait la garder à tout jamais auprès de lui. Elle était plus que tentée par ce beau gosse et rien qu'en voyant ce visage angélique, elle était prête à céder à cette envie de le croquer. Aucun homme n'avait eu cet effet sur elle. Il fallait dire que les autres à ses yeux n'était qu'un amusement lui permettant d'oublier un temps sa vie auprès de Dan et de son fils. Avec Logan, c'était bien différent. Elle se prenait même au jeu de pouvoir s'évader et de vivre un instant de bonheur qu'il lui était même interdit.

     

    Alors qu'il s'approcha tout près d'elle, celle-ci le coinça sur sa poitrine afin d'en ressentir ses douces attentions, kidnappant sa taille avec sa jambe et l'incitant à enlever sa lingerie pour le déboussoler. Il était à la merci de cette diablesse et complètement fasciné. Son odeur exaltante le rendait dingue qu'il l'embrassa sur sa poitrine caressant tout son corps et ses fesses. Elle vibrait littéralement à son contact qu'elle se cambra pour savourer davantage ce moment aussi exquis que mémorable. Il pensait que plus jamais il n'aurait pu profiter du corps de cette belle déesse mais pourtant, il était à ses côtés. Il ne voulait pas la quitter et profiter un maximum de cette apparition. Rien ne pouvait mettre à mal ce que les deux amants vivaient en cet instant. C'était comme si le temps n'avait d'emprise sur eux ou même le monde. Le voyant aussi influencé, Deb comptait faire monter la température d'un cran et ainsi le croquer.

     

    Elle baissa son pantalon malaxant vigoureusement son intimité avec sa main et la léchant subtilement pour le faire frémir. Il vibrait auprès d'elle qu'il se mordilla la lèvre afin de tenter de contrôler le désir qui envahissait tout son être. Seulement, c'était impossible qu'il poussa un gémissement de plaisir. De son côté, elle était complètement émoustillée par le bellâtre sous ses yeux qu'elle allait agir pour rendre cet instant torride. Elle procura une douceur à son pouce mordillant le dessus pour l'hypnotiser. Il était troublé par la belle qu'il en ferma les yeux poussant un léger soupir de satisfaction. Sa chaleur l'exaltait complètement qu'elle désirait en ressentir bien davantage. Elle titilla sa langue avec la sienne mordillant ensuite son index coquinement et lui faisant un clin d'oeil pour l'inciter au vice. Elle voulait vraiment qu'il laisse parler le désir qu'il ressentait à son égard. Ainsi, elle obtiendra son moment tant espéré. Elle le poussait à bout. Il ne pouvait plus tenir d'être loin d'elle qu'il l'embrassa avec fougue et passion. Elle aimait tant la sensation de ses lèvres sur les siennes si merveilleuses et sensuelles qu'elle voudrait vivre cet instant éternellement. C'était à cet instant qu'elle désirait voir les théories des séries ou des films sur les aspects temporels. Bien sûr, on ne pouvait pas tout avoir, mais le plus important c'était qu'elle avait son chou tout près d'elle. Il lui faisait un effet des plus grandissants. Elle prolongea ce baiser le rendant bien torride pour faire monter en lui un désir bien intense. Il était en son pouvoir et rien ne pouvait l'éloigner d'elle. Il ne pouvait s'empêcher d'admirer le corps de celle-ci se plongeant même dans ce regard envoûtant. Ce qu'il préférait d'ailleurs d'elle, c'était ses yeux. Lors de la première rencontre, il avait d'ailleurs été troublé et attiré par ceux-ci. Aucune femme n'avait eu un tel effet comme cela sur lui auparavant. Elle l'incita à titiller son intimité malaxant le sien et remontant sa main à son nombril pour l'exciter. C'était plus que merveilleux. Il vivait un tel enchantement de saveurs qu'il ne voulait en aucun cas que ce moment s'arrête. Il bouillait littéralement de désir pour elle. Pour la divine déesse, ce moment était divin et parfait qu'elle poussa des gémissements de plaisir lui murmurant que son beau canon la comble encore et encore sans s'arrêter. En l'entendant, il ne pouvait s'empêcher d'afficher un sourire coquin et joueur. Il était incapable de résister à cette enchanteresse. Il s'estimait chanceux d'être auprès d'une femme aux courbes les plus parfaites que l'univers n'ait jamais crée jusqu'à présent. La belle créature était incapable de résister à ce sourire ravageur ou à ses yeux si envoûtants que l'on aimerait s'y fondre à tout jamais.

     

    Inspiré par les paroles de la belle, il continua de la combler mordillant le creux de son cou, embrassant sa poitrine et descendant plus bas. Il pensait être dans un rêve, qu'il allait se réveiller et qu'il se retrouverait en pleine désillusion mais pourtant il était là à laisser lentement ses mains parcourir son corps de déesse. Il comptait bien en profiter priant pour que jamais ce moment ne s'arrête. Tellement influencé, il serait capable de tout faire pour réaliser son souhait. Elle se mordilla pour tenter de contrôler ce désir qui l'envahissait tellement elle bouillonnait de l'intérieur mais c'était impossible. Ainsi, elle ferma les yeux poussant de légers gémissements de plaisir. Il était en train de la combler au-delà de toutes ses espérances. Pour lui, la voir aussi combler était un bonheur de tous les instants. Il désirait tout simplement qu'elle ait tout ce qu'elle désire. Selon lui, un visage des plus angéliques, un corps aussi divin méritait le tout à sa hauteur. Pour la jeune déesse, c'était un tel enchantement de saveurs qu'elle voyait l'occasion d'être comblée et qu'elle n'allait pas laisser partir une si belle occasion. Lorsque Logan était parti, elle n'avait connu que des désillusions avec Dan et Keith, des relations sans lendemain où ses ex ne lui avaient apporté aucune satisfaction. Elle voulait faire oublier à son bellâtre tout ce qu'il avait connu jusqu'à présent. Elle désirait à imprégner complètement les pensées de son chou qu'après leur instant, il repenserait à cet instant désirant recommencer. Elle pensait ainsi à d'éventuelles rivales qui pourraient le lui prendre. Ainsi, elles ne pourront rivaliser avec elle.

     

    Elle malaxa vigoureusement son intimité le prenant à pleine bouche et faisant des va et viens torrides pour le désarçonner. C'était plus que parfait qu'il gémit de plaisir. Il voulait qu'elle recommence tellement ses attentions étaient inoubliables. Il fallait dire qu'elle connaissait ses points faibles. Rien qu'en l'entendant, cela donnait d'autres idées à la déesse des plus coquines. Elle désirait tant ressentir ses attentions sur son corps. Elle n'en pouvait plus d'attendre. Elle se glissa sur le canapé amenant son beau gosse tout contre elle, serrant son emprise autour de sa taille et léchant sa joue pour le faire frémir. C'était merveilleux qu'il vint au lobe de son oreille lui murmurant à quel point elle était une déesse divine aux courbes ravageurs. Elle aimait ses compliments et même le voir complètement sous son influence qu'elle joua la gênée pour le toucher. Il voulait juste le bonheur de son amante, de celle qui lui faisait tourner l'esprit. Il caressa avec tendresse la joue de sa belle l'embrassant avec fougue et passion puis descendant ses baisers le long de sa poitrine et son ventre. Elle était tellement aux anges qu'elle ferma les yeux désirant davantage d'attentions de la part de son beau gosse. Elle caressa le bas de son corps léchant le haut de son torse en approchant de son nombril pour l'enflammer. Il était dingue des atttentions de sa douce. Elle aimait ce moment en train de devenir des plus passionnels qu'elle rêvait d'en vivre d'autres et de plus en plus intense. Il fallait dire que ce beau mâle l'inspirait grandement. Elle l'incita à procurer une douceur à son intimité pour le troubler. Il était tellement conquis qu'il était incapable de dire non à sa douce. Il combla les attentes de sa déesse la titillant subtilement avec la langue et l'embrassant au niveau de l'intérieur de sa cuisse. Elle était littéralement aux anges. Elle sentait que lui aussi connaissait si bien les endroits qui la rendaient dingues. Elle le voulait tant contre lui en cet instant. Elle mordilla son cou puis le haut de son torse et laissant sa langue parcourir sa peau pour le dérouter. Il frissonnait de désir voulant la garder auprès de lui. Il désirait tant lui offrir tous les plus beaux cadeaux du monde afin de faire d'elle sa reine. Elle aimait tant sa douce chaleur qu'elle voulait y rester le plus longtemps possible à parcourir sa peau exquise. Il lui faisait tellement envie. Avec toutes les attentions dignes des contes de fées, il était des plus inspirées. Il voulait montrer à son amante à quel point il était charmé par ce qu'il avait sous les yeux. Il procura une douceur de nouveau à son intimité puis à son nombril. Elle aimait tant cette attention qu'elle se cambra pour le savourer pleinement. Le voyant aussi accro à elle, celle-ci était encore plus attirée, intriguée, troublée et curieuse par cet homme. Les deux amants étaient attirés tels des aimants. Leurs corps bouillonnaient littéralement l'un auprès de l'autre. Il était inévitable que leur moment charnel arrivait à grand pas.

     

    Logan pensait que sa vie à Tree Hill était loin derrière lui lorsqu'il avait quitté le lycée après ce que Nathan avait provoqué. Il avait tenté d'oublier cette ville, ce qu'il avait vécu avec cette belle brune, mais aussi avec Deb. Il voulait tirer un trait mais on ne pouvait jamais dicter les sentiments que l'on pouvait ressentir. Etant de nouveau à Tree Hill, il était perdu entre sa situation actuelle et son passé. En étant auprès de Deb, une créature aussi charmante qu'envoûtante, il oubliait tous ses soucis, toutes ses interrogations et tout ce qui se passait actuellement. Le monde n'avait plus d'emprise sur lui. Il était préoccupé simplement par sa princesse en cet instant. En la regardant, il se mordilla la lèvre d'un désir pour tenter de se contrôler. Plus il était à ses côtés, plus elle lui faisait un effet d'enfer. Il embrassa coquinement la joue de sa belle atteignant ses lèvres doucement et mordillant le creux de son cou. Il désirait lui prodiguer les meilleures attentions afin que celle-ci l'ait également en tête. Il était admiratif de la belle, tellement séduit par sa beauté resplendissante qui ferait palir le diable en personne. Il était capable de tout pour y arriver. Deb voulait croquer son chou et ce par tous les moyens possibles. Elle lui procurera des attentions plus que divines afin de le rendre accro et l'affâmer. Ainsi, il la réclamera. Elle pinça ses fesses remontant ses mains le long de son dos en le griffant bestialement pour le titiller. Il était subjugué par cette beauté envoûtante. Il caressa les cheveux de la belle descendant le long de son cou si délicat puis de son bras. Son attention l'exaltait complètement qu'elle s'en mordilla intensément la lèvre. Elle tentait de se contrôler mais c'était tellement difficile. Logan était à ses yeux tellement à croquer. Elle mordilla son index coquinement le descendant sur son cou et lui faisant un clin d'oeil pour l'intriguer. Il était complètement bouche bée, surpris de voir à quel point elle pouvait être une tentatrice et cela lui plaisait. Il se remémorait son passé et même parfois, il se demandait ce qui se serait passé s'il avait pris le risque de vouloir une relation plus que suivie avec elle. Il savait que cela n'aurait pas été possible à l'époque et puis il était tombé fou amoureux par la suite. Aujourd'hui, il ignorait ce que deviendrait cette relation. Cela le perturbait mais en même temps, rien que de la voir, il remettait ses questions à plus tard. Incapable de résister à une telle divinité, il effleura la cuisse de la belle remontant lentement le long de son ventre et de sa poitrine l'espaçant de baisers tendres et la mordillant par endroit. Elle était presque au septième ciel à cet instant profitant de l'instant merveilleux en remontant sa jambe contre le bas du corps du beau mâle. La peau de celle-ci était pour les yeux du jeune homme d'une douceur indescriptible. Il voulait y laisser ses mains afin de profiter de ce corps si parfait pour lui. Avec ce qui se passait, elle comptait bien jouer avec lui pour le torturer. Il ne pourra pas réfléchir correctement.

     

    Elle le bascula sur le dos faisant mine de prendre à pleine bouche son intimité puis laissant lentement sa langue toucher le bout et procurant une douceur à son index pour l'enflammer. Il était complètement fou d'elle. Il la mettait au supplice. Il lui tardait de passer aux choses sérieuses tellement il la désirait. Elle aimait se montrer coquine et augmenter le jeu la satisfaisait pleinement. Elle savait qu'avec lui, elle pouvait montrer chacun de ses côtés sans aucune retenue. Du côté du beau jeune homme, il était charmé ne pouvant s'empêcher d'admirer la belle créature. Inspiré, il lui murmura à l'oreille de continuer tellement elle était parfaite. Il était séduit par la divine déesse qu'il ne pouvait plus retenir ce qu'il ressentait. Elle était de son côté tellement aux anges qu'il était temps de se montrer encore plus perverse. Le beau gosse devenait aux yeux de la jeune tellement séduisant, attentionné, la perle rare en somme car elle pouvait s'adonner à toutes ses envies. Elle désirait faire monter la température petit à petit. Elle lui murmura à l'oreille qu'ensemble ils dépasseront les limites du plaisir charnel et qu'ils s'en souviendront toute leur vie tout en titillant son menton avec son index pour le troubler. Elle voulait marquer ses esprits et vu à quel point il rougissait, sa manoeuvre était une totale réussite. Pour le beau canon, la déesse occupait ses pensées. Chaque parcelle de son corps parlait pour lui. Elle lui faisait un effet inextricable, tellement intense que c'était une torture de ne pas céder. Elle agrippa l'arrière de sa cuisse l'effleurant puis léchant le haut jusqu'à approcher de son intimité pour le désarçonner. Il la voulait auprès de lui. Son désir à son égard augmentait à mesure de ce que la belle lui procurait. Il était complètement en son pouvoir, et il voulait lui montrer à quel point il était à elle. Il était désormais attacher à la jeune femme. Elle le désirait elle aussi plus que tout. Elle aimait jouer, provoquer et plus encore mais elle savait que cela augmentait ce qu'elle ressentait à l'égard du jeune homme. Ce corps, ses lèvres... elle rêvait de le posséder entièrement sur le champ.

     

    Maintenant qu'ils en étaient tous les deux à ce stade, Logan n'arrivait plus à réfléchir ni même à penser à l'extérieur. Pour lui, c'était comme s'il était seul aux côtés d'une belle créature. Le monde n'existait même plus. Il la bascula la mettant sur le dos, prenant sa jambe tout près de lui et remontant des baisers assez fougueux tout le long jusqu'à l'intérieur de sa cuisse. Au fur et à mesure de ses baisers, le désir submergeait la jeune femme et montait même en flèche. Ce qu'il lui procurait était un enchantement de saveurs, même plus que divin. Elle n'avait même pas de mots pour décrire cet instant tellement il était merveilleux. Aucun autre homme n'avait réussi à lui faire un tel effet. Elle tenait à garder cette perle rare à ses côtés, et peu importe ce qu'elle devrait faire, elle était capable de tout. Elle arriva près de ses lèvres les mordillant puis l'incitant à titiller son intimité et à lui procurer une douceur pour le désorienter. Ainsi il commença en titillant d'abord l'intimité de celle-ci avec la langue le caressant ensuite du bout des doigts puis procurant une douceur digne d'une déesse comme elle. Il voulait la voir combler. C'était ce qu'il y avait de plus important pour lui en cet instant. C'était tellement enivrant et parfait qu'elle poussa des gémissements de plaisir. Cela comblait de bonheur le beau brun qu'il continua accélérant du bout des doigts. C'était tellement intense que ses gémissements s'accéléraient. Jamais elle n'avait pris autant de plaisirs en cet instant. Le temps l'avait rendu encore plus à croquer et elle aimait ça. Elle désirant tant le ressentir pleinement en elle. Résister à la tentation de le croquer était pour elle plus qu'insupportable. Elle laissa son index parcourir sa poitrine, chaque parcelle et léchant son index à la fin pour l'inviter à la tentation. Elle voulait le mettre au supplice mais c'était sans compter qu'elle l'était également. Comme quoi elle savait que le jeu auquel elle s'adonnait pouvait parfois être à double-tranchant. Il était attiré davantage par la belle créature. Il voulait ressentir davantage d'attentions de la part de sa créature au physique de rêve. Elle bougea telle une tigresse griffant bestialement son torse et le mordillant par endroit pour l'exciter. Il n'en pouvait plus. Il avait tellement chaud. Il trouvait que c'était inhumain de l'amener à ressentir cela. Il voyait bien qu'en plus de la divine femme si angélique à ses yeux, il y avait une véritable diablesse en elle. Il voulait tant passer à l'acte et vivre un instant exceptionnel à ses côtés. De son côté, le voir ainsi sous son influence la satisfaisait pleinement, mais à ses yeux, cela était insuffisant. Selon elle, il n'était pas encore assez affamé. Elle procura une douceur à son nombril donnant un coup de langue pervers et coquin sur son torse pour le dérouter. C'était exquis qu'il mordilla le creux de son cou la couvrant de baisers sur sa poitrine. Sa chaleur était pour la belle d'une telle intensité qu'elle ne voulait faire qu'un avec son corps.

     

    Logan était perdu avec tout ce qu'il ressentait pour Deb en cet instant. Il avait tellement envie de lui montrer à quel point elle était selon lui parfaite en tout point, une femme qu'il avait toujours rêvé de rencontrer et dont d'ailleurs celui-ci s'était réalisé. Deb était pour lui mieux encore que dans ses souvenirs. Il l'embrassa au niveau de son épaule remontant le long de son cou et caressant ses fesses. C'était plus que sensuel pour elle, charnel qu'elle l'emmena à descendre le long de son corps pour l'amener à passer la vitesse supérieure. Il désirait que cet instant inoubliable ne s'arrête jamais. Le bonheur commençait même à le submerger. Deb avait un pouvoir encore plus important sur lui que de la simple attirance. Complètement envoûté, il procura une douceur au niveau de son nombril arrivant près de son intimité et caressant ses cuisses. Elle était complètement accro à sa douce chaleur. Elle ferait tout pour que cet instant dure le plus longtemps possible. Elle avait envie de rattraper le temps perdu. Elle voulait maintenant être joueuse et l'incitait à l'amener sur des sentiers plutôt inconnus. Elle prit ses mains avec l'une des siennes les mettant à l'arrière et mordillant le lobe de son oreille en lui murmurant qu'il se souviendra de cet instant à tout jamais s'il reste sage pour l'ébranler. Il était complètement surpris par la tentatrice mais en même temps ébloui par une telle beauté. Il se sentait le plus veinard au monde d'être auprès d'une telle femme. Ce n'était pas souvent que l'on rencontre une telle déesse. En même temps, pour les hommes, c'était à chaque fois des légendes. Logan, lui, avait cette chance d'être auprès de l'une d'elles. Seulement, il savait qu'en même temps, c'était se brûler les ailes, mais là, il s'en fichait éperdument. Il était capable d'aller au bout du monde pour une telle beauté. Elle aimait contrôler les choses. Il fallait dire que cet homme était pour elle plus qu'exceptionnel. Il était d'une beauté à couper le souffle au corps digne des dieux grecs, bref un véritable apollon dans lequel elle voudrait tant rester dans ses bras. Elle prit son intimité à pleine bouche faisant des va et viens torrides et donnant un coup de langue vigoureux remontant vers l'intérieur de sa cuisse pour le rendre dingue qu'il voudra goûter au plaisir de la chair et du vice le plus longtemps possible. Il s'approchait du septième ciel qu'il en poussa des gémissements de plaisir des plus intenses. De son côté, elle ne pouvait plus se contrôler que son corps parlait du désir qu'elle ressentait à son égard. Le beau gosse voyait bien qu'elle aussi n'en pouvait plus d'attendre. Il comptait bien jouer de la situation. Il titilla ses lèvres les léchant discrètement et frappant légèrement ses fesses. Elle n'était pas habituée à ce qu'il lui fasse cela, mais c'était des plus agréables et intenses. Elle découvrait une autre parcelle de sa personnalité et cela le rendait irrésistible. Pour elle, il était fini le temps du jeu, et il fallait passer à une autre étape : celle du plaisir.


     

    Elle joua diaboliquement de sa poitrine tout contre son corps de manière sensuelle et laissant son index la caresser pour le troubler. Il était hypnotisé par cette enchanteresse. Ses attentions étaient pour lui le prélude d'une douce mélodie. Il la réclamait, il la désirait plus que tout. De son côté, elle voulait toute son attention, qu'il soit même prêt à la suivre peu importe où elle se rendrait. Elle lécha son avant-bras mordillant son épaule et laissant une trace au creux de son cou pour l'allumer. Il ressentait un désir des plus inextricables qu'il s'en mordilla la lèvre pour se contrôler. Seulement, cela ne marchait pas du tout qu'il alla vers le lobe de son oreille lui murmurant à quel point elle était une déesse exquise et parfaite, celle qu'il avait toujours recherché et rêvé. Elle vibrait littéralement à son contact. Le désir la rongeait de l'intérieur tellement c'était une torture. Il n'était plus possible pour elle d'attendre sinon elle resterait à jamais frustrée. Il ressentait également la même chose. Pour eux, c'était l'instant d'exprimer ce qu'ils ressentaient au travers d'un instant mémorable.


     

    Elle bougea telle une diablesse s'approchant dangereusement de son intimité et guidant les mains de son beau gosse sur son corps pour l'enflammer. Il vivait une véritable torture sur l'instant. Il était à la merci de la belle n'attendant que le moment où enfin il ne ferait qu'un avec sa douce. Elle aimait voir sa belle réaction, mais elle désirait le croquer plus que tout. Elle serra son emprise au niveau de sa taille augmentant la cadence pour le titiller davantage. Il était ébloui, le regardant avec tout ce qu'il pouvait ressentir sur elle à cet instant. Pour la belle, celle-ci voulait ne faire qu'un avec son bellâtre. Les deux passèrent finalement à l'acte dans un instant bien mémorable et torride. La belle déesse guida les mains de son chou sur son corps alors qu'elle accéléra ses mouvements. Elle voulait le rendre dingue. Entre eux, c'était bien charnel, intense. Il n'en pouvait plus mais pourtant il continuait. Rien qu'en regardant sa belle, il était inspiré à la combler, même s'il allait littéralement explosé. Deb avait un effet des plus indescriptibles sur lui. Elle profitait de cet instant. Enfin, elle revivait ce moment qui était si agréable. Cela était même mieux que dans ses souvenirs. Il se libéra complètement elle. Elle était de son côté au septième ciel qu'elle poussa un cri d'un plaisir plus qu'inoubliable. Elle avait retrouvé son chou, et elle comptait revivre ses instants encore et encore. Cette fois-ci, il n'était plus question pour elle de le voir disparaître sans avoir de nouvelles. Epuisée, elle vint dans ses bras et Logan se laissa faire la prenant en affichant un sourire radieux. Ils se reposèrent tous les deux dans les bras l'un de l'autre. Qu'allait-il arriver entre eux ?

     

     

    Pendant ce temps, Elizabeth et Daniel arrivèrent tous les deux au domicile de cette dernière. Celle-ci pouvait enfin souffler par rapport à ce qui était arrivé en boite. Elle aurait aimé que ce moment avec ce bellâtre soit parfait là-bas mais malheureusement son passé et même un boulet avaient dérangé ses plans. Maintenant qu'elle était chez elle et en plus seule avec lui, elle pouvait se rattraper. Elle avait l'intention de le croquer et de passer un instant des plus mémorables en sa compagnie. Il était à ses yeux plus que charmant, d'une telle classe, rafiné, plutôt bel homme. Jamais elle n'avait été attirée par un homme comme elle l'était auprès de lui. Elle voyait le potentiel de celui-ci, mais surtout, en sa présence, elle pouvait enfin penser à la liberté, au bonheur d'être enfin traité comme une femme qui pouvait être aimée et vivre des instants torrides. Elle voulait enfin mettre un terme au fait qu'elle avait cotôyé des hommes minables, froid, et violents. Elle se montrera charmante et coquine pour le piéger. Pour lui, il était plus qu'agréablement surpris par ce qu'il ressentait pour la belle. Elle avait réussi à le déstabiliser de par sa danse torride comme même ses confidences et le fait qu'elle l'ait défendu. Il était intrigué par la belle et voulait en savoir plus. D'habitude, il aurait tout fait pour se sortir de là, voyant même une véritable opportuniste et une fille facile mais Elizabeth semblait être bien différente.

     

    Daniel descendit de la voiture, allant vers la portière passager d'Elizabeth et l'ouvra tel un gentleman. Elizabeth était conquise par ce qu'il faisait. Elle comptait en profiter. Elle passa tout près du courps de ce bellâtre afin de ressentir sa douce chaleur contre la sienne et approchant son visage près du sien pour le troubler. Il était troublé par cette divine apparition mais il devait résister. Seulement leur petit moment fut interrompu quand une arme était pointée en direction du cou d'Elizabeth. Elle leva les mains. Pour Daniel, c'était le moment de trop. Il fallait faire payer celui ou celle qui faisait cela. En plus, pour le jeune homme, la personne qui tentait de faire cela était lâche car elle se cachait dans le noir. Il allait sauver la belle et ne pas se laisser faire par qui que ce soit. S'il y avait quelqu'un encore qui s'en prenait à la divine déesse, il allait faire des ravages. 

     

    E (effrayée) : « Mais qui êtes-vous ?

     

    D (se montrant calme mais déterminé pour essayer de démêler la situation) : Je ne sais pas qui vous êtes, mais vous avez intérêt à faire votre apparition si vous ne voulez pas d'ennui. Parti comme c'est, vous allez en avoir, c'est certain. »

     

     

    Daniel et Elizabeth étaient de nouveaux dans une situation inextricable. Allaient-ils pouvoir s'en sortir ? Daniel pourra sauver la belle ? 

     

     

    De leur côté, Derek et Claire étaient en route pour la demeure de celui-ci. La jeune femme était satisfaite d'avoir réussi sa manœuvre et d'être auprès de ce chou. Il fallait dire qu'elle y était allée comme il faut dans le rôle de la femme en détresse. Elle voyait l'occasion de faire mal à Haley, la femme de son demi-frère et d'agir contre elle. En apprenant à côtoyer les Scott et ayant mené son enquête avant d'arriver chez eux, elle avait su que la jeune femme aimait prendre soin de ses élèves. Elle s'était rapprochée de sa proie, au point même de l'embrasser. Elle voulait passer à la vitesse supérieure et croquer ce beau gosse. Elle se montrera protectrice et séductrice pour le piéger. Pour Derek, aider cette divine femme qu'était Claire était une très bonne action. Il était le genre de personne à aider son prochain. Il était vrai qu'il devait aller voir Haley mais il ne pouvait pas laisser cette jeune femme sur la route et en mauvaise posture. Il était là, à l'aider mais vite, il était séduit par cette femme aux courbes ravageurs à la fois perdue et pourtant tellement belle. 

     

    Les deux arrivèrent à destination. C'était une demeure des plus somptueuses avec une piscine bien grande mise en évidence par les lumières. On pouvait clairement voir qu'elle était spacieuse et même, il y avait une petite demeure uniquement pour les invités. Claire voyait bien qu'elle avait auprès d'elle le jackpot, bien loin de ses intentions de départ mais elle restait pour l'instant sur son objectif. Derek allait descendre quand soudain, celle-ci prit son bras le caressant sensuellement et effleurant sa joue pour le troubler. Il était complètement subjugué par la belle. Il ne pouvait s'empêcher de la contempler tellement elle était ravissante. Il frissonnait agréablement sous son contact. Elle aimait le voir dans cet état mais elle comptait augmenter la température et ce lentement. Elle prétextera vouloir le remercier pour mieux capter son attention. Elle voulait le rendre fou d'elle qui ferait tout pour la combler étant incapable de lui résister.

     

    C (jouant la gênée en effleurant ses lèvres pour mieux le troubler) : « J'aimerai tant te remercier pour tout ce que tu as fait pour moi bel ange. Apprendre à te connaître davantage est quelque chose de vraiment précieux pour moi. Je suis chanceuse d'être auprès d'un homme tellement prévenant, charmant, et au visage des plus angéliques.

     

    D (influencé) : Je ne pouvais pas laisser une si belle déesse aux courbes des plus parfaites dans une telle situation. Et puis grâce à ce qui est arrivé, je peux enfin connaître quelqu'un d'aussi belle et ravissante. C'est plutôt moi le plus chanceux d'être à tes côtés bellissima car tu illumines ma soirée. 

     

    C (jouant la touchée et la joueuse en effleurant son bas-ventre, rapprochant son visage tout près du sien en titillant ses lèvres et effleurant son cou pour éveiller du désir) : Tu sais parler comme toujours aux femmes beau brun. Je ne pouvais pas me trouver mieux qu'en étant en ta compagnie pour cette soirée. On va pouvoir voir ce que va donner cette si belle soirée qu'en dis-tu ?

     

    D (perdu et attentionné) : Etre auprès de toi est déjà un tel bonheur ma déesse. Que désires-tu faire ma douce colombe ? 

     

    C (se montrant coquine en embrassant subtilement et perversement sa joue, approchant sa main près de l'intérieur de sa cuisse pour le faire frémir) : Tout ce que tu as toujours désiré, même ce que tu n'as jamais exprimé mon ange.

     

    D (déstabilisé) : Je....

     

    C (se montrant joueuse en posant d'abord son index sur ses lèvres puis mordillant subtilement le creux de son cou et le haut de son torse pour l'enflammer) : Chut mon chou, et profitons de cet instant des plus mémorables. »

     

     

    Elle s'approcha ses lèvres des siennes titillant son menton avec son index et l'embrassant avec fougue et passion pour le désarçonner. Ce baiser était des plus intenses, sensuels et fougueux qu'il passa sa main sur la joue de celle-ci descendant le long de son cou. Il désirait résister mais l'attirance qu'il ressentait pour la belle créature était bien trop forte. Son charme avait eu de l'effet sur lui. Il se sentait si déstabilisé et pourtant il ne pouvait s'empêcher de vouloir être auprès d'elle et de profiter de sa douce chaleur. Jamais il n'avait ressenti cela auparavant, c'était troublant. De son côté, ses lèvres étaient d'une douceur des plus exquises qu'elle rêvait d'y rester le plus longtemps possible. Celui-ci prolongea le baiser le rendant bien intense. Son baiser était pour elle juste une merveille qu'elle pensait à vouloir ressentir davantage d'attentions de sa part et vivre cet instant charnel qu'elle désirait tant. Il était de son côté plus qu'ébloui par cette demoiselle que penser rationnellement était compliqué. Qu'allait-il arriver par la suite ? 

     

    Fin de l'épisode. 

     


    votre commentaire
  • Episode 14 Entre les mains d'une diablesse
     

     

    Dans une des demeures de la ville vivait une famille : il s'agissait des Callahan. L'heure des cours et du travail étaient terminés depuis un moment. Toute la petite famille était rentrée depuis un moment. Dans cette demeure, il n'y avait uniquement que des femmes. Où étaient les hommes dans tout cela ? Ils n'étaient pas là durant très longtemps. Le seul qui avait réussi à tenir le plus longtemps n'était autre que le père des enfants de Victoria, un homme plutôt fortuné et jouissant d'une influence sur la ville, mais celui-ci était décédé depuis maintenant six ans d'une soi-disant crise cardiaque. Seulement, rien n'avait prouvé le contraire. Ainsi, Victoria avait hérité à sa mort de la fortune et ainsi a mené l'éducation de main de maître de ses filles : Cassandra et Queen. Seulement, rester seule avec les deux enfants n'était pas l'idéal surtout pour garder un train de vie où elle pouvait user de toute son influence sans que personne ne résiste. Même si elle était une femme d'affaires sans scrupule, elle cherchait la perle idéale afin d'accroitre sa richesse et son pouvoir. D'ailleurs, elle avait un projet bien mystérieux en tête et elle comptait se servir de ses filles pour l'obtenir. Elle se montrera douce et persuasive pour les piéger.

     

    Cassandra était l'ainée de la famille, et elle était la plus réservée de la famille. Elle n'était pas du genre à faire des vagues, bien au contraire. Tout ce qu'elle désirait c'était de bien travailler et de réussir à la fin à se sortir de l'influence un peu trop grande de sa mère qui avait tendance à trop lui dire ce qu'elle devait faire. C'était très pesant pour la jeune femme car tout ce que la belle désirait, c'était que sa mère puisse voir ses capacités. Seulement, à chaque fois, pour tous les points positifs, Cassandra était toujours eclipsée par sa jeune soeur Queen, une femme qui n'avait pas froid aux yeux et qui était capable de tout pour avoir l'homme qu'elle désirait, les possessions et obtenir un plaisir plus qu'inoubliable. Cassandra était celle qui croyait que le grand amour existait. Ainsi, selon sa conviction, quand elle le rencontrerait, elle le saurait immédiatement du plus profond de son être que c'était lui. Elle avait rêvé à de nombreuses reprises ce à quoi pourrait ressembler ce bellâtre, ce qui se passerait à ses côtés. Elle était quelqu'un de romantique, peut-être rêveuse mais elle désirait avant tout changr d'avis. Elle n'avait jamais osé se battre pour réaliser ses rêves. Elle avait rencontré quelqu'un qui s'appelait Nicolas. Seulement après des semaines d'une relation qu'elle pensait idyllique, elle surprenait son homme avec une fille et pas n'importe qui. Celui-ci l'avait trompé avec Queen lui disant bel et bien que toute leur relation n'était que pure comédie, qu'il se servait d'elle et qu'il la manipulait dans le but de la détruire. Elle n'avait qu'une envie : partir loin de cette famille de dégénérée. Elle avait fait une fugue suite à ce qui était arrivée mais sa mère avait vite fait de la rattraper. Depuis, elle était pistée sur ce qu'elle faisait et ça lui déplaisait fortement. De plus, les relations avec sa soeur étaient éléctriques. Son seul moment où elle se sentait bien, c'était lorsqu'elle avait rencontré Derek, son petit chou et son rayon de soleil. Elle était apaisée, et jamais elle n'avait aussi été attirée par quelqu'un qu'en le voyant. Elle n'avait pour l'instant jamais osé l'aborder. Mais depuis que sa soeur se mettait à le chauffer, cela la mettait hors d'elle. C'était impensable qu'une trainée puisse tenter de corrompre un bellâtre comme lui. Elle était prête à tout pour mettre loin de lui cette diablesse.

     

    Queen, elle, avait déjà l'idée en tête d'avoir Derek auprès d'elle et elle ne reculerait devant rien pour y arriver. Il était vrai que par le passé, elle avait mis à mal sa soeur en lui prenant ce qu'elle avait à savoir son ex. Pour elle, Cassandra ne méritait rien du tout mis à part la misère. Queen était une jeune femme qui rêvait de pouvoir et de richesse et surtout de mettre chaque homme littéralement à ses genoux. Elle aimait user de son pouvoir, même de son influence et ce même le plus loin possible. Loin ? Chut, elle aimait garder le secret. En tout cas, il lui tardait une nouvelle confrontation avec sa soeur et de voir sa mère intervenir. De toute façon, elle savait bien que Cassandra n'était pas du genre à crier, à montrer ce qu'elle désirait car elle avait l'esprit de vouloir le bonheur des siens au détriment de son propre bonheur. Queen trouvait l'attitude de Cassandra absolument misérable et scandaleux surtout vu les atouts que les femmes de la famille possédaient.

     

    L'attente de la diablesse fut récompensée car il était temps pour les femmes de se réunir autour de la télévision, devant l'une des séries que la matriarche suivait. C'était une obligation pour les filles de suivre avec elles cette série. Victoria aimait avoir la main mise et le contrôle sur ses filles. Elles se réunirent autour d'un bon repas. Pour la matriarche, c'était l'occasion de recadrer Cassandra et de l'amener à réaliser ses plans. Toute la petite famille s'asseya à table attendant impatiemment le début de la soirée. Le diner fut servi et cela avait l'air délicieux. Il s'agissait de tournedos accompagnés de champignons et de pommes de terre. Chaque femme était prête pour leurs plans. Queen commença les hostilités. Elle titilla sa soeur au niveau de sa taille histoire de montrer qu'elle avait des petits bourlets. Cassandra était agacée qu'à chaque fois sa soeur puisse faire quelque chose de ce genre. Elle se sentait complexée. Elle avait beau essayé de lui dire que c'était dérangeant, mais à chaque fois Queen continuait. Ainsi l'ainée repoussa la main de sa soeur avec insistance et la regardant l'air menaçant. Victoria n'aimait pas les voir se disputer alors elle mit les choses au clair.

     

    V (déterminée en les mettant toujours en compétition et menaçant son ainée pour les déstabiliser) : « Cassandra, depuis quand je t'ai dit de ne pas agir comme cela ? Tu lui dis gentiment de ne pas continuer au lieu de la repousser comme une brute. Nous sommes des gens civilisés alors. Alors maintenant excuse-toi auprès de Queen et que ça saute, sinon, tu auras une punition à la mesure de ta faute. Tu sais ce qui t'attend n'est-ce pas ?

     

    C (essayant de la faire changer d'avis) : C'est à moi de présenter mes excuses alors que c'est elle qui a commencé son cirque ? Tu sais très bien que je n'aime pas que l'on me touche à ses endroits, ça me rend encore plus complexée. Je pensais que tu allais me défendre pour une fois. Seulement, il y en a toujours eu que pour ta chouchou. A côté, moi, je ne suis qu'une fille invisible qui a intérêt à être parfaite si je veux être acceptée de toi. Tu ne pourrais pas pour une fois lui demander de présenter des excuses à mon égard ?

     

    Q (essayant de la faire sortir de ses gonts afin d'avoir l'approbation de sa mère) : Mais Maman, pourquoi l'écouter ? Elle se laissait toujours faire quand c'était Papa qui le faisait.

     

    C (énervée et triste car son père était quelque chose de sacrée) : Tu ne touches pas à Papa t'as compris ? Tu n'as jamais aimé Papa. Tu as toujours été jalouse de la relation privilégiée que j'avais avec lui. Il n'est plus là, il nous a quittés. Alors te dire que tu peux faire comme lui c'est comme l'insulter alors tu sais ce que je vais te dire ? La ferme !

     

    V (se montrant déterminée et ferme pour les déboussoler) : Cassandra, c'est à toi de présenter des excuses et Queen n'a rien fait. Fais ce que je te dis que l'on regarde ensuite la série en paix. Et puis tu n'as rien à dire après les erreurs que tu as commises ? Tu as laissé un beau parti s'enfuir je te rappelle. Tu aurais pu avoir une bonne place plus tard. Seulement, tu n'en fais qu'à ta tête. Et maintenant, où tu en es ? Tu es célibataire, toujours en quête de l'homme idéal, de celui qui sera attentionné, un tel prince que tu pourras te réfugier dans ses bras. La quête du grand amour est futile ma chérie. Tu crois franchement que le monde tourne autour de cette quête intérissable de bonheur ? Réveille-toi ! C'est chacun pour soi. Il suffit juste de se battre et de se servir des hommes pour obtenir une bonne place.

     

     

    C (énervée) : Alors tu m'en veux à moi ? Alors que le tout a été balayé parce que ce connard m'a trompé avec ma propre soeur, oui cette garce qui se sert de tout ce qu'il y a autour d'elle sans penser aux conséquences. Cete famille me déçoit de plus en plus. Je ne comprends pas comment je peux être dans une famille de dégénérée notoire.

     

    V (donnant une gifle à sa fille ainée, se montrant ferme et subtil pour les déboussoler toutes les deux) : Et alors ? Au moins Queen sait se battre pour obtenir ce qu'elle veut. Et toi alors ? T'as même pas été capable de le garder, de montrer toutes tes capacités et au lieu de cela, il a réussi son jeu te détruisant. Ca te permettra d'une certaine façon de viser un peu plus haut si tu vois ce que je veux dire sauf si tu laisses ta soeur mener le jeu. Est-ce que tu vas enfin me montrer Cassandra que tu es une véritable Callahan ? Parce que tout ce que je vois c'est une pleurnicheuse qui se laisse marcher sur les hommes et que d'ailleurs ceux-ci arrivent à te contrôler.

     

    Q (fière d'être encore plebiscitée par sa mère, cachant ses intentions et rajoutant une couche pour déboussoler sa soeur) : Je te rendrai fière, ne t'inquiète pas maman. C'est pas comme une certaine personne. Tu n'as jamais supporté que j'ai plus d'atouts que toi, que je sais mieux me débrouiller. Tu n'as été que la fifille à son papa chéri. Il t'a trop couvé.

     

    C (folle de rage, mettant le diner à terre et donnant une gifle à sa soeur pour la remettre à sa place) : Je supporte tes écarts de conduite, je supporte que tu sois ma soeur mais je te hais. Je te hais profondément. Je rêve qu'un jour tu payes pour tout ce que tu as fait, m'as fait et m'as pris. Tu n'es qu'une trainée ma petite. Tu n'es qu'une garce ! Tu crois que je t'envie ? Mais arrête de fumer la moquette connasse ! Au moins Papa m'a élevé pour être une fille bien. S'il était là, il serait complètement dégouté de voir cette table, cette mascarade de famille. Si tu crois ensuite Maman que je vais m'excuser, tu te goures. Queen m'a détruite mais toi tu l'as encouragé, tu as fait de moi ce que je suis. Crois-moi, je ferai comme j'entends pour mener ma propre vie, pour arriver à obtenir tout ce dont j'ai toujours désiré. Si je dois subir des désillusions, j'en subirai, si je dois me faire marcher sur les pieds, je laisserai, mais à chaque fois, je me releverai. Contrairement à vous deux, j'ai une force que personne ne peut même pas imaginer. Il ne faut pas me chercher, pas appuyer sur la corde sensible. Continuez comme vous le faites. Ce n'est pas une vengeance que vous allez connaître, mais ma furie et elle ne s'arrêtera jamais de s'abattre sur vous deux. Alors Queen, va te faire foutre ! Et Maman, va te faire foutre aussi ! Si jamais d'ailleurs mère, tu tentes de m'arrêter ou de me retrouver, je te jure que je trouverai un moyen pour que plus jamais tu ne puisses exercer une influence. Je m'en fous aussi de ta série de merde qui passe ce soir et qu'on est obligés de regarder. Non, mais il y a tellement mieux ailleurs, et tu nous fais passer une soirée de merde. J'en ai assez de tout cela, j'en ai même marre, marre tu m'entends maintenant ? Alors tchao.

     

    V (prenant sa main serrant fermement pour la faire changer d'avis) : T'es contente de toi ? T'as réussi ton petit numéro ? Si tu crois que tu vas me parler comme cela de même qu'à ta soeur, tu te goures ma petite. Reprends-ta place au lieu d'essayer d'attirer l'attention ici. C'est que nous avons autre chose à penser et puis c'est loin d'être une série de merde. Ses filles montrent tout ce qu'elles ont dans le ventre pour avoir ce qu'elles veulent. Tu peux ne pas aimer mais tu te la fermes face à moi. Puis aussi, du respect à ta soeur. Tu reviens à ta place maintenant et tu obéis à ta mère !

     

    C (folle de rage et repoussant sa mère) : Dans le « va te faire foutre » qu'est-ce que tu n'as pas compris hein ? Et t'as vu comment tu me parles ou même comment tu te comportes à mon égard ? J'en ai assez. C'est terminé.

     

    Q (voulant la mettre hors de contrôle pour la désarçonner) : Tu n'es même pas capable d'affronter tes propres ennemis en face.

     

    C (fulminant et la giflant de nouveau) : Tu veux que je te montre peut-être ? Lâchez-moi ! »

     

    Cassandra quitta la table et la demeure laissant les deux autres membres de la famille en plan. La jeune femme en avait marre de leur comportement. Elle voulait s'aérer l'esprit, même si elle n'avait aucun but précis. Qu'allait-elle faire par la suite ? Victoria avait perdu sa bataille face à sa fille pour l'amener à réaliser ses projets mais elle n'avait pas dit son dernier mot. Elle comptait bien la retrouver et la mettre au pas. Qu'allait-elle faire ? Queen, elle, avait réussi sa mission et haut la main mettant sa soeur en conflit direct avec sa mère. Sachant que la soirée avait été gâchée, elle avait l'intention de sortir sachant bien qu'elle n'avait aucune obligation de rester. Comment allait-elle procéder ? Que comptait-elle faire une fois à l'extérieur ?

     

     

    Au poste de police, Nathan avait subi une attaque tout comme son père. Personne ne savait qui avait agi ainsi à part des personnes bien au courant de l'attaque. Avec ce bruit, Nathan s'était couché pour éviter qu'il ne lui arrive quoi que ce soit. Sa devise était « sauve qui peut ». Il préférait tout bonnement se recroqueviller plutôt que d'aller voir ce qui se passe. Il ne voulait absplument pas se faire tuer désirant par la suite se venger de toutes les personnes qui l'avaient mis dans cette situation. Il pensait à son pire ennemi Logan puis à sa mère, sa femme et son fils. Seulement en dernier lieu, il pensait à son père, celui qui l'avait élevé dans le but de tout réussir et sans se soucier des autres. Il avait pu discuter avec celui qu'il méprisait. Seulement, il n'y avait plus aucun bruit. Même s'il détestait cet homme, cela l'inquiétait. Il criait pour que quelqu'un l'entende. Seulement personne ne répondait à son appel, comme s'il n'y avait personne aux alentours. Là, il s'inquiétait davantage, se demandant ce qui était en train d'arriver. Pleins de questions vinrent à son esprit. Et si finalement il lui arrivait quelque chose dans la cellule ? Il avait vraiment peur. Il n'était pas du genre à attendre. Il fera tout pour se faire remarquer.

     

    Il se remit de nouveau à crier et le plus fort possible. Il sentait que sa gorge pouvait en prendre un sale coup, mais cela lui importait peu. Il voulait à tout prix rester en vie. Des policiers s'approchèrent. Ils ne devaient pas venir, mais malheureusement, ceux près des cellules n'étaient plus de ce monde. Ils remarquèrent que c'était un travail de pro. Les policiers avaient donc conscience qu'avec ce qu'il venait d'arriver, il y avait une grande faille de sécurité à combler et le plus rapidement possible. Certains se mirent donc à appeler du renfort et d'autres continuèrent leur chemin. Ses derniers étaient près du but. Nathan n'aimait pas attendre. Soudain, il vit ses policiers. Pour le jeune Scott, c'était enfin la délivrance qu'il espérait tant. Les policiers ne le remarquèrent même pas. Alors il cria d'autant plus pour se faire remarquer. Il détestait cordialement que l'on ne fasse pas attention à lui. C'était un Scott et il ressemblait d'autant plus à son père pour cela. Il savait qu'il fallait se montrer ferme pour arriver à ses fins. Seulement, il entendit la conversation des policiers et là, il sut que son père venait de décéder. Ce n'était pas le grand choc pour le fils Scott loin de là. C'était une délivrance.

     

    N (déterminé et paniqué) : « Non, mais mon père n'est plus de ce monde et vous me laissez en cage. Faites-moi sortir de là bande d'incapables ! »

     

    Nathan se trouvait encore en prison se retrouvant piégé comme un animal. Allait-il réussir à sortir ? Avait-il un plan en tête profitant ainsi du meurtre de son père ?

     

     

    En même temps, dans la demeure Callahan, le départ de Cassandra avait provoqué un sacré remue-ménage. Victoria était encore troublée par ce qu'avait fait sa grande fille mais elle pouvait compter sur sa petite dernière, celle dont elle était toute fière, car elle mettait tout en oeuvre pour arriver à ses fins. Seulement la matriarche ne savait pas où était capable d'aller réellement sa petite puce. Elle l'apprendra à ses dépends.

     

    De son côté, Queen était toute heureuse. Maintenant qu'elle avait mis en boule sa soeur, il était temps pour elle de sortir. Elle avait entendu parler d'une soirée en boite qui était démentielle. Cependant, il fallait être majeur mais cela n'était pas important pour elle. Elle avait déjà une idée pour rentrer. Il fallait dire que ses atouts étaient un avantage non négligeable pour faire tomber la sécurité. Elle aurait l'occasion d'user de tous ses charmes sur les garçons là-bas également, les utiliser dans le but d'être la reine de la soirée. Elle était capable d'absolument de tout pour arriver à ses objectifs. Elle comptait lui rappeler à quel point elle était la fille dont sa mère pouvait être fière. Elle jouerait la fille prévenante pour l'amadouer. Elle se montrera toute innocente et la fille modèle pour la piéger.

     

    Queen posa sa main sur l'épaule de sa mère pour l'attendrir. Elle lui faisait croire qu'elle était présente pour elle et ce peu importe ce qui pouvait se passer. En réalité, elle servait surtout ses intérêts. La jeune fille n'était pas du genre à étaler ses émotions et surtout à les montrer réellement. Elle avait conscience que cela pouvait la desservir. Par contre, quand elle ne se contrôlait pas, les coups de colère pouvaient avoir de graves conséquences sur les personnes qui pouvaient être proches. Victoria n'était pas complètement dupe, mais au moins jouer le jeu lui permettait de voir les intentions de sa fille.

     

    Q (se montrant attentionnée en s'excusant et effleurant son épaule pour l'amadouer) : « Je suis désolée pour ce qui est arrivé. Je comprendrais parfaitement si tu étais déçue par cette soirée. Tu nous en veux pas ?

     

    V (jouant le jeu en se montrant rassurante pour observer la suite des évènements et la pousser à dévoiler son manège) : Vous êtes mes filles. Je ne vous en veux pas. Ta s?ur n'obéit pas, mais je la remettrai dans le droit chemin. Tu me rends fière de tes actions. Tu iras loin ma chérie. C'est pas grave pour la soirée. Ca se rattrapera.

     

    Q (se montrant prévenante pour l'attendrir) : Tu es sûr que ça va ? N'hésite pas à me le dire sinon.

     

    V (se montrant attentionnée et accélérant le jeu en la mettant devant le fait accompli pour la désarçonner) : Ca va ma chérie, mais que tu prennes soin de moi, ça cache quelque chose. Dis-moi ce que tu veux exactement.

     

    Q (jouant l'innocente pour la dérouter) : Mais pourquoi tu penses cela ? Qui te dit que j'ai quelque chose en tête ?

     

    V (se montrant ferme en usant de bons mots pour la désarçonner) : Oh, je te connais pour savoir comment tu agis quand tu as besoin de mon autorisation. Alors dis-moi que désires-tu ?

     

    Q (voyant l'occasion de la manipuler avec sa proposition pour mieux cacher ses intentions) : J'aimerai aller voir une amie tout simplement. Elle m'a invité à la rejoindre chez elle. Je peux ?

     

    V (doutant de celle-ci mais laissant faire cependant pour voir jusqu'où ira sa fille) : Très bien, mais tu devras être rentrée avant 2 heures du matin sauf si tu veux que j'agisse en conséquence.

     

    Q (satisfaite mais cachant ses émotions) : Je ferai selon ta volonté Maman, alors à tout à l'heure. »

     

    V (souriant légèrement) : A tout à l'heure. »

     

    Queen partit plutôt satisfaite. Elle savait qu'elle pouvait s'adonner à tout ce qu'elle avait envie. Pour Victoria, elle allait rester chez elle, mais cependant, en sa fille, elle n'avait pas confiance sur le lieu où elle allait se rendre. De plus, elle avait à gérer Cassandra et le fait qu'elle soit partie sans donner aucune indication. Elle devait gérer au plus vite les situations. Qu'allait faire Queen ? Comment agira Victoria en rapport avec ses filles ?

     

     

    Du côté d'Elizabeth et de Daniel, la situation était plus que délicate. En effet, Elizabeth était de nouveau prise au piège face à une personne qui voulait lui faire du mal, désirait tant la tuer ou de s'en servir comme monnaie-d'échange. Le plan de la belle était de nouveau à remettre à plus tard à cause de cette situation. Cela l'énervait, cela la rendait même folle de rage au plus profond de son être. Elle était près du but pour ressentir les attentions de son canon mais voilà l'individu qui la tenait l'empêchait de réaliser son rêve. Seulement, agir était plus que difficile. Elle ignorait qui pouvait être l'individu qui la tenait. Elle savait que ce n'était pas Mandy, qu'elle ne serait pas aussi stupide pour agir de la sorte même si elle était guidée par la vengeance. Alors les idées se bousculèrent dans son esprit. Ne pas savoir était sa plus grande frustration. Elle allait bientôt découvrir de quoi il en retournait. Même si elle était curieuse, elle était surtout inquiète pour le bellâtre qui devait assister à tout cela encore une fois. Elle désirait plus que tout qu'il ne lui arrive rien. Il était vrai qu'elle ne le connaissait pas encore comme elle le désirait, mais elle était attirée par ce canon digne des dieux grecs de l'Olympe avec des yeux envoûtants et un charisme que jamais elle n'avait vu auparavant. Elle rêvait de se retrouver dans ses bras et de vivre cet instant charnel. A force d'être loin de lui, son désir ne faisait que s'accroitre. C'était même difficile d'y résister tellement la tentation était intense. Elle pensait que la situation pouvait lui permettre d'atteindre son objectif. Elle montrerait sa force et une pointe de fragilité faisant tout afin de le protéger pour le toucher. Ainsi, elle le charmerait davantage qu'elle occuperait encore plus ses pensées. Elle pourra par la suite le croquer et en faire sien. Elle ne voulait pas laisser partir cette chance de goûter à ses instants de plaisir, d'un bonheur plus qu'inoubliable. En sa présence, elle était comme sur un nuage se sentant valorisée, aimant cette sensation qui parcourait tout son corps. Cet homme lui faisait un effet des plus indescriptibles. Elle se montrera perdue, charmante et entreprenante pour le piéger.

     

    Pour le beau gosse, cette situation intenable de voir la belle dans une telle position était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Daniel était une personne calme, sachant contrôler chacune des actions avec minutie. Cependant, quand quelqu'un l'énervait, il le montrait en personnalisant la vengeance à la mesure du crime que l'ennemi venait de commettre. L'adversaire en retour n'arrivait pas à répliquer et se retrouvait pris dans un piège inextricable. Il aurait pu en finir avec la divine créature sous ses yeux, ne pas être au coeur de ses problèmes mais celle-ci avait quelque chose de spécial et d'unique qui l'intriguait. Il voulait savoir ce qu'elle pensait, aimait et détestait. Il désirait tellement la voir sourire. A ses yeux, ce serait merveilleux. Déjà, le visage de la belle le charmait. Elle l'avait touchée comme aucune autre ne l'avait fait auparavant. D'habitude, il ne se mêlait pas des problèmes des autres mais pour cette enchanteresse, il était capable de tout. Il revoyait ses positions à ses côtés. Il se disait pourtant qu'il faudrait se reprendre en main mais impossible. La belle l'attirait tel un aimant.

     

    Finalement, les deux sortirent de leurs pensées. En effet, la personne qui avait Elizabeth en otage venait de montrer son visage. Il s'agissait de Robbie, l'un des hommes de main de Bianca, celle qui lui avait demandé de s'occuper d'Elizabeth. Il avait l'occasion de se racheter envers sa patronne et cela le rendait plus que fier. Il avait peur de la décevoir et de recevoir le châtiment qui irait avec cet échec. Il avait l'intention après sa mission de retrouver son homme et de rattraper le temps perdu. L'imprévu, c'était que la jeune femme était accompagné et pas avec n'importe qui : avec Daniel.

     

    Robbie l'avait rencontré alors qu'il avait tenté simplement de lui parler connaissant l'influence qu'il pouvait avoir. Seulement, Daniel l'avait tout bonnement ignoré, le laissant sur la touche. Il n'aimait pas les personnes dans son genre, même cela l'horripilait. Robbie avait été triste ce jour-là, mais il avait dû avancer.

     

    Le jeune envoyé plaça son arme tout contre la tempe de la belle pour montrer qu'il mener les choses et que rien ne pouvait l'arrêter. La divine créature laissa transparaître sa peur en jouant de son regard pour attendrir sa proie. Le bellâtre ne supportait pas de la voir ainsi. Il savait qu'il fallait jouer de finesse et de doigté pour sortir la belle de cette situation. Il ne voulait faire encourir aucun risque à son ange. Il comptait faire croire à son ennemi qu'il menait la danse alors qu'en réalité, il serait en train de la perdre. La déesse de son côté, aimait voir la réaction de son canon qu'il lui tardait que cette situation se termine pour retrouver son chou et enfin ressentir la douce chaleur de son corps. Robbie, lui, savait qu'il fallait se montrer ferme et déterminé en face de Daniel. Il ne devait rien laisser transparaître sinon il perdrait.

     

    E (restant calme et tentant de négocier en usant de bons mots pour se sortir de la situation et toucher également sa proie) : « Agir comme cela ne t'apportera que des ennuis et t'amènera directement dans la case prison. De plus en tentant de me tuer, tu seras marqué à jamais. Est-ce que tu veux vivre avec cela sur la conscience ? Réfléchis avant de faire quoi que ce soit, surtout que tu dois sûrement agir pour quelqu'un. Est-ce que cette personne a pensé une seule seconde à ton avenir ? D'ailleurs qui t'a demandé de venir vers moi ? Tu dois prendre les bonnes décisions. Pose ton arme et on pourra trouver un terrain d'entente. Tu ne veux pas qu'il y ait des blessés n'est-ce pas ?

     

    R (obstiné et perdant son sang-froid en appuyant son arme sur la tempe de la jeune femme et lui faisant du chantage pour la déstabiliser) : Non, mais tu crois qu'avec ses mots tu vas me faire changer d'avis ? Tu crois que j'ai peur de quoi que ce soit ? C'est que tu me connais mal ma petite crois-moi. La seule personne qui m'intéresse c'est toi. Alors si tu ne veux pas qu'il lui arrive quoi que ce soit, tu as intérêt à faire ce que je te dis, t'as compris ? Et puis si tu veux savoir qui m'envoie, tu n'as qu'à me suivre, au moins ta curiosité sera assouvie ma chère.

     

    D (posé et déterminé en provoquant son ennemi pour qu'il se détourne de la belle créature) : Tu ne devrais pas jouer avec cela femmelette. Ce genre de jouet se retournera toujours contre toi. SI tu étais un vrai mec, tu te rendrais compte des conséquences de ton acte avec un tel jouet. Seulement, tu ne sais pas penser. Ton cerveau doit ressembler à une huître et encore, elle doit être plus intelligente. Tu n'es pas capable de me faire quoi que ce soit. Tu n'as rien dans les corones pour agir. Au lieu de t'en prendre à des femmes, pourquoi ne pas t'en prendre à quelqu'un de plus fort ? As-tu peur de te prendre une raclée et de rentrer auprès de la personne qui t'emploie à gros coup de pied au derrière ? A moins que tu ais la trouille et vu comment tu agis cela doit être le cas. Alors tu as du courage ? Relâche la belle demoiselle et viens vers moi si tu l'oses ! Je parie déjà que tu ne le feras pas comme ça. Prouve-moi que je me trompe.

     

    E (essayant de raisonner son assaillant en jouant la compréhensive avec une pointe de chantage et se montrant forte pour captiver son bellâtre) : Je comprends ton sentiment, le fait que tu as besoin de tout contrôler. Seulement, tu as toutes les cartes en main comme tu peux le constater. Tu m'as et tu peux choisir le moyen de m'amener sans qu'il y ait nécessairement des problèmes. Tu es capable de prendre la bonne décision. Tu devrais même m'écouter. Par contre, si tu oses toucher à ce beau brun, je te jure que je te le ferai payer très cher et tu n'y survivras pas longtemps. Bel ange, je ne veux pas qu'il t'arrive quoi que ce soit. Je serai anéantie sans t'avoir à mes côtés. J'ai tellement peur pour toi. Tu es un prince si charmant, sexy et au regard de braise et je n'ai envie que d'une seule chose : être auprès de toi constamment. Oh, que j'aimerai te faire goûter aux plaisirs du vice bébé et te montrer à quel point tu ne pourras ensuite plus t'en passer.

     

    R (colérique et recadrant les choses) : Non mais tu crois ma petite que je suis en train de rigoler ? Que je me fous de ta gueule ? Mais je peux te tuer là de suite et j'en aurai fini avec tes bêtises. Je ne suis pas comme les mecs que tu peux convaincre par tes charmes. J'ai d'autres aspirations qu'une femme dans ton genre, et ça ne me fait aucun effet. On m'a dit d'en finir avec toi alors je vais en finir et ça ne va pas trainer. Tu n'auras pas l'occasion de faire des galipettes avec lui, ni même d'être en sa présence plus longtemps. Tu es condamné très chère. Prépare-toi à en finir, et cela ne sera pas du joli. Ca t'apprendra à essayer de me contrôler. Je déteste, je hais que quelqu'un fasse ce genre de chose. Ca me met hors de moi. Je suis assez grand pour prendre mes propres décisions alors tu te la fermes et l'autre aussi se la ferme, c'est clair ?

     

    D (déterminé, rassurant, charmé et faisant tout pour la belle créature) : Que tu veuilles me protéger ma divine reine, cela me touche. Je ne laisserai cependant pas qu'il t'arrive quoi que ce soit sous le prétexte même de me protéger, je m'y refuse. Je suis grand, et j'ai même de la ressource pour te sortir de là et pour nous sortir de là mon ange. Je ne laisserai personne nous mettre à terre et même en plus, si l'attaque provient d'une femmelette dans son genre. Tu as un tel regard si charmant, des lèvres si sexy qui me donnent envie de t'embrasser et j'ai tant envie de te serrer dans mes bras. Ton corps m'envoûte complètement. Tu me rends fou, et jamais je n'ai ressenti cela auprès de quelqu'un. Je te comblerai tel une reine et je ferai tout pour que rien ne nous dérange. Cela en est fini des cons, des perturbateurs qui veulent nous séparer. Je leur montrerai qui est Daniel Thomas ma belle et douce créature. Toi par contre je vois que le seul moyen que tu as de répondre à un obstacle c'est de t'énerver facilement. Tu n'as aucun argument sur ton acte ? C'est clairement pathétique, comme si tu n'as que la violence en tête. Je ne vois qu'un sale gamin pour lequel il a peur de perdre son précieux jouet. Sois un homme bordel et arrête de brandir ce jouet. Viens discuter face à face. Mais si tu continues comme tu le fais à te comporter comme un gamin, tu obtiendras une punition à la mesure de ton comportement. Tu regretteras de t'être opposé à moi. Qu'un homme face du mal comme ça, c'est clairement un lâche.

     

    E (se montrant prévenante, protectrice et déterminée pour protéger son beau gosse) : Toi, tu ne comprendras jamais ce qu'est le fait de tenir à quelqu'un et de faire tout ce qu'il faut pour qu'il soit en sécurité. Je ne laisserai personne faire du mal à un être aussi exceptionnel, attentionné, un tel prince qui lorsqu'il arrive dans une pièce ou l'extérieur, l'illumine tout simplement. Oui, je me sens bien, et toi ça t'arrive peut-être de penser à quelqu'un ? Qu'est-ce que cette personne qui t'accompagne dans la vie va pouvoir dire si tu fais du mal à quelqu'un et sans défense en plus ? Oh toi beau gosse, je rêve d'être auprès de toi. Tu me fais tant chavirer et je rêve de poser mes lèvres tout contre ton corps, mordiller ta peau et d'en parcourir chaque parcelle jusqu'à ton intimité te faisant vibrer comme jamais. C'est un programme des plus alléchants n'est-ce pas ? Rien que d'y penser hum, enfin tu sais.

     

    R (furieux, la giflant et commençant à appuyer sur la détente) : Ca suffit vous deux, où est-ce que vous vous croyez ? Et puis tu crois très chère que toutes tes petites allusions y compris à ma vie privée vont avoir un effet sur moi ? D'abord, ma vie ne te regarde pas et puis il est d'accord avec moi alors ton plan ma chère, tu peux l'oublier en beauté. Au lieu de donner des leçons toi sur ton haut perchoir de mec richissime, tu n'as qu'à arriver plus près pour me les donner. Tu me dis que je suis lâche, mais de nous deux, tu l'es. Tu es juste impuissant. J'ai le contrôle et tu n'as rien. Je peux à tout moment appuyer sur la détente, oh, mais je vais le faire de suite tiens.

     

    D (déterminé à sauver l'enchanteresse, se mettant en colère et joueur) : Ca se voit que tu n'es qu'un lâche et en plus avec un « il » ? Voilà, même avec une réponse évasive, tu as répondu de suite à une grande question. En plus d'être un connard, une femmelette, tu es violent. Mais prends quelqu'un à ta taille. Tu crois que je suis lâche ? Mais contrairement à toi, je suis debout sans tenir quelqu'un en otage et j'affronte les obstacles. Toi, tu ne le fais nullement. Est-ce responsable, adulte même ? Non, je ne crois pas. Tu l'auras voulu. Il va y avoir des conséquences de ta connerie, il y en a toujours. »

     

    Daniel avait conscience qu'en prononçant ses mots, il provoquerait son ennemi. Ainsi, son adversaire aurait toute son attention sur lui et Elizabeth pourrait se libérer de lui. Robbie tomba immédiatement dans le panneau. En effet, celui-ci regardait Daniel avec insistance et surtout furieux. Jamais personne ne l'avait défié de cette façon. Il pensait qu'en étant aux services de Bianca, il ferait suffisamment peur aux ennemis mais c'était tout le contraire. Elizabeth, elle, voyant que son assaillant était concentré sur Daniel, avait l'opportunité de s'en sortir. Elle n'allait en aucun cas laisser une telle chance lui filer entre les doigts. Elle pensait pouvoir préserver son canon des ennuis avec cet assaillant mais il venait de lui sauver la vie. Elle lui montrerait toute sa reconnaissance pour mieux l'attraper.

     

    Elle asséna un coup à l'estomac afin de déstabiliser son adversaire. Le fait d'avoir le dessus sur lui satisfaisait l'égo de la belle demoiselle. De son côté, Robbie était plus que déstabilisé et n'avait pas eu le temps de reprendre sa victime laissant tomber son arme. L'échec était inacceptable pour lui. Elle courut donc vers son bellâtre qui était plus qu'heureux de la voir saine et sauve. Il était charmé par la belle qu'il ne put s'empêcher d'afficher un sourire. Aucune femme auparavant n'avait réussi à lui faire un effet de ce genre. Il désirait tellement que la belle soit heureuse. Il ferait tout pour la protéger. A ce moment-là, Robbie, en ayant repris son arme, courut alors pour rattraper la belle, espérant reprendre le contrôle. Il craignait la réaction de Bianca si elle savait encore qu'il avait échoué. Alors, il tentait le tout pour le tout pour éviter que son cauchemar se réalise. Seulement, Daniel n'avait pas l'intention de le laisser faire. Il était hors de question qu'il arrive quoi que ce soit à sa belle créature.

     

    Alors dès qu'il vit sa belle près de lui et en sécurité, il se précipita près de l'adversaire lui assénant un bon coup de poing sur son visage et sur son estomac. Daniel était certes quelqu'un de prudent, mais quand il tenait à quelqu'un, il était capable de tout pour protéger cette personne. Robbie, à cet instant, laissa de nouveau tomber son arme déstabilisé par les coups qu'il avait pu recevoir. Daniel était fort pour lui, mais il ne s'avouait pas vaincu. Le bel homme lui, était satisfait de donner une bonne leçon à cet individu qui avait gâché le moment qu'il aurait pu partager avec la divine créature. Seulement, l'ennemi approcha sa main pour reprendre son arme. Elizabeth voyait le danger et il était hors de question de perdre son bellâtre. Alors elle s'approcha des deux et surtout de l'arme pour protéger son chou. Cette situation lui permettrait de se rapprocher de lui et de le croquer. Il en serait tellement reconnaissant qu'il ferait tout pour la remercier. Daniel essaya de la convaincre de ne pas faire cela, mais c'était impossible. Il se surprenait à être touché par ce qu'elle faisait pour lui. Il était certain qu'elle n'était pas une fille qui courrait après son argent vu ce qu'elle effectuait.

     

    Les choses s'accélèrent quand Robbie tenta également de prendre l'arme. Il ne voulait pas que la jeune femme puisse prendre le contrôle. Daniel ne le montrait pas mais il craignait le pire vu comment les choses étaient en train de tourner. Il s'ensuivit un combat entre les trois. La confusion règnait en main de maître. On n'arrivait pas à distinguer qui donnait les coups et qui les recevait. Soudain, un coup de feu retentit. L'un des trois s'était fait tirer dessus. Le silence règna en main de maître pendant quelques instants. On pouvait se demander qui avait reçu le coup et surtout s'il était fatal. Finalement, celle qui avait donné le coup de feu semblait être Elizabeth. Elle avait l'arme en main. Jamais elle n'aurait cru tirer sur quelqu'un ne serait-ce qu'une seule fois de sa vie. C'était un tel choc. Robbie était la victime. Il avait reçu la balle fatale directement dans la tête. Daniel allait bien, mais sachant ce qui venait d'arriver, il ferait tout pour qu'elle soit en sécurité. Il s'approcha d'elle la prenant dans ses bras et caressant sa joue pour tenter de l'apaiser et lui montrer sa présence. Son attention était si exquise, si douce et merveilleuse qu'elle voulait ressentir davantage son corps contre le sien dans un instant à jamais marqué dans leurs mémoires. Voyant l'opportunité, elle comptait jouer la carte de la personne qui semblait perdue mais essayant de rester forte pour l'avoir. Dès lors, elle caressa la joue de son bellâtre l'embrassant timidement puis fougueusement et passionnément pour le désarçonner. Ses lèvres étaient si douces et exquises qu'elle voulait y rester le plus longtemps possible. Il était charmé par la belle créature, envoûté par ce corps de rêve qu'il avait sous les yeux. Il voulait résister mais c'était impossible tellement cette enchanteresse lui faisait un effet des plus indescriptibles. Ainsi il prolongea le baiser le rendant des plus torrides. Cela exaltait tout l'être de la déesse qu'il lui tardait de ressentir davantage d'attentions. Elle le trouvait encore plus irrésistible. Résister à la tentation était un supplice. Il frissonnait sous son doux contact. Il aimait être auprès d'elle, pouvoir enfin lui montrer qu'il était loin d'être insensible à ses charmes et même qu'il la trouvait plus que parfaite. Il était déstabilisé par tant de beauté et de qualité. Il aimerait que le temps s'arrête pour que plus jamais les deux ne soient séparés. Qu'allait-il arriver entre eux ? Que comptait faire Daniel pour protéger la belle ? Etait-il prêt à tout pour cela ? 

     

     

    Lucas était arrivé au poste de police vu ce qui était arrivé en boite. Il pensait à l'enfer qu'il était en train de vivre. Tout lui était arraché et ce sans qu'il ne puisse faire quoi que ce soit. Il y avait d'abord Peyton qui avait été tuée puis sa mère kidnappée et il avait attisé la haine d'Elizabeth qui s'était réfugié auprès de son pire ennemi Daniel. Il rêvait de pouvoir se défouler, de montrer à quel point il détestait perdre le contrôle mais voilà, il ne pouvait pas vu la situation. Il savait qu'il ne devait pas agraver son cas.

     

    Il avait été interrogé par un policier qui avait déjà une opinion toute faite sur les Scott. Il fallait dire que le père avait été à l'époque arrêté puis condamné pour le meurtre de son propre frère. Pour le jeune Scott, le fait d'être arrêté et emmené par la suite en cellule. Il pouvait voir que la police avait eu des ennuis et pas des moindres. Il tenta alors de se débattre pour ne pas rentrer en cellule. Il ne fallait surtout pas qu'il soit là-dedans. Il se rendait compte qu'il avait commis des actes abominables et que maintenant plus personne ne pourrait l'aider. Il arriva dans la cellule. Il tenta de crier pour se faire entendre mais rien à faire. Les policiers l'avaient laissés. C'était dur pour lui. Il ne savait plus quoi faire. Il se perdit dans ses pensées se demandant bien qui pourrait le défendre en tant qu'avocat. Plus il réfléchissait et plus à ses yeux, la situation était désespérée. Soudain, il entendit du bruit non loin de sa cellule. Il avait l'impression que c'était quelqu'un qu'il connaissait. Peut-être c'était son frère. En tout cas, il voulait de suite en avoir le coeur net pour pouvoir ensuite réfléchir à une autre solution s'il s'était trompé.

     

    L (curieux) : « Nathan, c'est toi ? »

     

    Pour l'instant, personne ne répondit à sa question. Il appréhendait tout de même la situation. En effet, entre les deux frères, c'était plutôt tendu et ce à cause de Claire qui avait réussi à créer un fossé entre eux. Il avait peur que les retrouvailles soient tendues. Est-ce Nathan dans la cellule ? Comment vont se passer les retrouvailles si c'est le cas ?

     

     

    Du côté de Deb et Logan, ils étaient enlacés dans les bras l'un de l'autre. Ils en profitaient pour s'embrasser langoureusement. Le beau gosse aimait être auprès de sa divine déesse. Il était tellement admiratif d'une beauté enchanteresse. Il se demandait encore comment il était possible d'être auprès d'une femme fatale comme elle. Il pensait être dans un rêve mais c'était la réalité. Il ne pouvait s'empêcher de penser à de si beaux souvenirs en sa compagnie. Il aurait aimé résister à cette tentatrice mais elle lui faisait un effet indescriptible. Il se sentait tellement bien à ses côtés, loin de tout ce qui le rendait mélancolique de son passé. Il aimait la douceur de ses lèvres, la sentir contre lui. Il aimait lui montrer à quel point il tenait à elle. Il voulait rester constamment à ses côtés mais il avait conscience que cela allait se terminer vu le fait qu'il devait retourner au poste de police. Rien qu'à cette pensée, il était des plus tristes surtout que c'était de retrouver des personnes sans intérêt.

     

    L'enchanteresse de son côté, était des plus satisfaites d'avoir retrouvé son chou, de pouvoir ressentir la chaleur de ses attentions contre son corps. Elle en voulait davantage. Il savait la combler comme personne. Elle avait envie de profiter de sa présence et même d'un nouveau round de plaisirs aussi exquis que charnels. Il fallait dire que les hommes qu'elle avait pu rencontrer en dehors de lui n'étaient que des merdeux sans avenir. Elle désirait l'affâmer, le mettre tellement au supplice qu'il ne pourrait plus se passer d'elle. Elle se montrera coquine et à son écoute pour le piéger.

     

    Elle mordilla son cou léchant subtilement sa joue et posant son index sur ses lèvres pour l'enflammer. Il était complètement envoûté par la belle créature qu'il aimerait ressentir davantage d'attentions. Il devait pourtant y aller, reprendre le travail, mais c'était comme si la tentatrice l'emmenait vers des plaisirs inexplorés. Il était incapable de penser rationnellement auprès d'elle. De son côté, sa chaleur exaltait tout son être qu'elle avait envie de le croquer de suite mais elle devait résister pour que leur autre moment soit encore plus mémorable. Il était tel un dieu grec canon et attentionné qu'il était hors de question de laisser cette perle rare. Il fallait donc marquer son esprit à tout jamais.

     

    D (se montrant attentionnée puis coquine en avouant de faux sentiments, caressant l'intérieur de sa cuisse et frôlant son intimité pour le titiller) : « Jamais je ne me suis sentie aussi bien qu'en étant auprès d'un prince si sexy, charmant et au regard qui me fait fondre littéralement. Ton sourire me fait tant craquer. Tu as un tel effet sur moi. T'avoir retrouvé est la plus belle chose qui ne me soit jamais arrivée depuis longtemps. Tes lèvres me tentent tant bébé. J'ai envie de t'embrasser sur le champ, de rester le plus longtemps possible sur tes lèvres tellement elles sont exquises et sexy. Tu me donnes tant d'idées mon chou. Ton cou me donne envie de le mordiller, de laisser mes baisers parcourir ton torse en laissant ma langue parcourir chaque parcelle jusqu'à ton intimité. Et tu sais comment je terminerai ? Je mordillerai l'intérieur de ta cuisse la léchant jusqu'à ton intimité où ensuite je la prendrai à pleine bouche y allant lentement d'attentions aussi divines que charnelles puis faisant des va et viens torrides faisant monter un désir. Tu ne pourras pas résister à m'en demander d'autres trésor. C'est un beau programme n'est-ce pas ?

     

    L (conquis et gêné) : Avec tant de compliments comme cela ma douce colombe, tu vas me faire rougir. Si c'est ta mission, elle est plus que réussie ma déesse. Tu me rends dingue mon ange. Ton sourire me fait tant craquer. Ton corps est un tel enchantement que je ne pourrai m'empêcher de le contempler et de laisser mes mains parcourir chaque parcelle. Je suis complètement envoûté. Tu es d'une beauté parfaite ma reine, tellement exquise et si resplendissante. Ton sourire est tellement à tomber. Je rêvais de le revoir, il m'avait manqué tout comme toi ma chérie. Tu es une telle déesse. Je te construirai un autel et même davantage pour toi bellissima. Je voudrai combler le moindre de tes désirs, mais dis-moi quel est ton désir le plus cher. Ta présence illumine ce lieu à mes côtés, je suis le plus chanceux qui soit. Je ne pouvais rêver mieux.

     

    D (jouant l'allumeuse en laissant sa langue parcourir au niveau de son nombril et le long de son torse pour le faire frémir) : J'en rougis rien qu'à ses mots aussi divins. Ca me manquait ses mots de ta voix si sexy mon chou. Tu me combles comme jamais je ne l'aurai imaginée bel ange. Montre-moi à quel point tu as envie de moi, de revivre cet instant inoubliable des plus charnels et torrides. J'aime quand tu me fais vibrer bébé. Rien qu'en sentant la douce chaleur de ton corps, je sens que je te fais de l'effet, ne le nie pas. Avoue que je te fais envie trésor. Tu rêves d'un autre moment en ma compagnie où je laisserai mes mains parcourir tout ton corps et laissant les tiennes arriver jusqu'à ma poitrine. Tu ne veux pas que je m'amuse toute seule beau gosse n'est-ce pas ?

     

    L (sous l'influence de la belle et séduit) : Tu me rends fou, tu m'obsèdes littéralement. J'ai tellement envie de toi, c'est que tu me mets au supplice avec ton petit jeu ma déesse. Pouvoir admirer ton corps, pouvoir prodiguer toutes ses attentions est un rêve pour moi. Tu es tellement séduisante que te résister est impossible ma belle. Je désire te montrer à quel point tu me fais un effet de dingue. Je n'en peux plus d'être si loin de toi, viens près de moi.

     

    D (voyant une occasion de jouer avec lui en bougeant telle une féline, mordillant ses lèvres coquinement et pinçant ses fesses pour le torturer) : Alors prends-moi mon chou, montre-moi ce que tu sais faire mais en ayant prévenu le poste de police que tu ne seras pas disponible pour tout le reste de la nuit. Reste avec moi trésor, et crois-moi le plaisir que l'on a vécu toi et moi ne sera rien comparé à ce que je te réserve. Tu feras ça pour moi n'est-ce pas ?

     

    L (déstabilisé et complètement troublé) : Tu joues avec moi, tu me tortures, c'est inhumain ce que tu me fais, et je ferai tout rien que pour te voir combler ma douce colombe. Je vais au poste et je reviens vite te rejoindre. Vu comme je te connais, tu risques de me surprendre à mon arrivée.

     

    D (se montrant joueuse en malaxant son intimité et mordillant le lobe de l'oreille pour le dérouter) : Oh, c'est que tu me connais si bien trésor, tu ne vas pas en revenir de ma surprise. Rien qu'à cette surprise, tu vibres à mon contact je le sens comme je vibre au tien mon bel apollon. Je vais redéfinir chacun de tes fantasmes que tu ne cesseras de penser à moi. Reviens-moi vite mon chou adoré et crois-moi, tu seras ébloui par ce que je te réserve. »

     

    Deb était une véritable tentatrice qui aimait jouer. Elle aimait avoir le contrôle. Elle savourait ce qu'elle voyait dans les yeux de son amant ce qui satisfaisait pleinement son égo. Elle était même littéralement aux anges. Jamais elle n'avait été aussi comblée qu'en étant à ses côtés. Elle savait qu'elle le reverrait et bien vite. Logan de son côté était plus qu'influencé par cette divine diablesse. Il n'en croyait pas ses yeux d'être auprès d'une telle femme fatale. Pourtant, il était à ses côtés. Il admirait cette belle apparition. Il n'en pouvait plus d'être si loin d'elle. La laisser était si difficile pour lui, mais il était encore plus incité à revenir auprès d'elle. Il voulait la combler comme jamais elle ne l'avait été. Il désirait lui apporter le meilleur.

     

    A cet instant, elle amena son bellâtre tout contre elle l'embrassant avec fougue et passion en titillant sa langue dans un moment torride et mordillant son cou coquinement pour exalter du désir. Il était incapable de résister à cette belle créature. Il en était devenu accro qu'il désirait garder la chaleur de sa belle près de lui. De son côté, le désir la submergeait littéralement qu'elle voulait y céder afin de le posséder de nouveau. Résister à cette envie était mission impossible. Elle devait rester dans sa stratégie afin que son bellâtre devienne dépendant de ses attentions. Il vint à elle prolongeant ce baiser en le rendant des plus mémorables. Auprès de cette belle déesse, il était inspiré. Voir un sourire sur le visage à croquer de la belle était pour lui un cadeau des plus inestimables. Il ne pouvait plus se passer de cette enchanteresse. Elle aimait ressentir ses lèvres contre les siennes à tout jamais tellement elles étaient des plus douces et exquises. Elle frissonnait tant sous son contact. Il était troublé et déstabilisé par cette bellissima sous ses yeux. Sa chaleur l'exaltait littéralement. Seulement pour la déesse, il était temps de se séparer. C'était tellement dur de ne pas le prendre tout contre elle. Elle rêvait de le combler de toutes les attentions à faire palir le diables en personne. Elle lui mordilla le lobe de l'oreille lui murmurant de revenir vite et qu'elle lui manquait déjà affreusement en léchant sulfureusement sa joue pour l'inciter à vite revenir. Ainsi, il serait complètement obsédé par sa personne. Elle aimait ressentir sa douce chaleur qu'elle voulait sentir son corps contre le sien. Il était désarçonné par la divine créature. Il voulait pouvoir être auprès d'elle et constamment. C'était inhumain de ne pas rester à ses côtés alors qu'elle lui procurait un bonheur intarrissable. Il était plus que conquis par cette belle enchanteresse qu'il lui murmura qu'il reviendra vite retrouver sa déesse aux courbes des plus généreuses qui le faisait fondre et craquer tout en donnant un baiser somptueux tout près des lèvres de celle-ci. Elle fondait sous ses attentions. Il la comblait comme elle en a toujours rêvé. Elle aimait avoir retrouvé sa perle rare. Elle ferait tout pour que personne ne vienne le lui prendre et ainsi protéger ses moments les plus précieux en la compagnie du beau canon. Il était plus que charmé par la belle. C'était comme s'il était envoûté. Finalement après un signe de la belle, les deux se rhabillèrent et se quittèrent par la suite alors qu'ils étaient affamés l'un comme l'autre. Les deux amants étaient bel et bien attirés tels des aimants. Que comptait faire Logan ? Que réservait Deb comme surprise ?

     

     

     

    Pendant ce temps, Skills lui, était rentré chez lui et depuis un moment d'ailleurs. Il avait préféré s'isoler depuis son road-trip avec Lucas et le baiser. C'était déstabilisant pour lui. Lucas était son meilleur ami, presque comme un frère et il avait tout bonnement tout détruit. Il était en train littéralement de revoir ses priorités concernant son amitié avec Lucas. De plus, il se sentait comme seul. Il fallait dire que parler du baiser qu'il avait échangé avec son meilleur ami à d'autres amis proches n'était pas simple. Il était perdu se recroquevillant devant son ordinateur à écouter de la musique triste tel le groupe Chicago avec la chanson Hard To Say I'm Sorry. Si quelqu'un comptait le surprendre, il lui dirait sans doute que ce n'était pas son style de musique mais il s'en foutait royalement. Il avait bon nombre de secrets qu'il avait préférés ne jamais dévoiler de peur qu'on le juge. Pour lui, même s'il faisait parfois le pitre, se livrer totalement était mission difficile. Il n'arrivait pas à faire confiance.

     

    Seulement, ce moment qu'il vivait était soudainement interrompu quand quelqu'un frappa à la porte. Il ne s'attendait vraiment pas à ce quelqu'un vienne le voir. Il n'avait plus de nouvelles de Micro. Nathan ne l'appelait même pas. Il ne savait pas ce qui arrivait à Brooke non plus, ni même à tout son entourage. Il était comme déconnecté de la réalité de la vie quotidienne de son entourage. Il décida curieux d'ouvrir la porte et à sa grande surprise, c'était quelqu'un qu'il connaissait plus que bien. Il s'agissait de son ex qui n'était autre que Naomi Baxter.

     

     

    Les deux avaient vécu une relation des plus torrides et passionnées alors qu'ils étaient à New York le temps de quelques mois. Ils s'étaient rencontrés dans une boite de nuit. Elle était en présence d'un homme qui était peu recommandable et lui était seul. Elle avait vu l'occasion de se débarrasser de son boulet et de séduire Skills. Elle avait un objectif des plus mystérieux mais elle était quelqu'un de bien secrète. Rien ne devait contrecarrer ses beaux projets. Alors qu'il était seul, la belle diablesse était venue le voir en lui offrant un verre et surtout prétextant qu'elle devait échapper à un homme qui lui voulait du mal. Elle comptait sur cette stratégie pour attiser son côté protecteur et le piéger. Elle se montrera despérée et charmante pour l'attraper. Skills était une personne qui prenait soin des autres même des personnes qu'il ne connaissait nullement particulièrement des filles. Alors il s'était mis en tête de la protéger allant voir l'homme en question. Il lui asséna un coup de poing pour défendre l'honneur de la belle. Il y avait eu par la suite une bagarre où Skills ne s'en était pas trop mal sorti mais il avait eu des blessures sur le visage. Pour Naomi, la première phase de sa mission était plutôt réussie. Elle se montra des plus prévenantes envers lui en le remerciant pour ce qu'il avait fait et de le soigner en l'amenant chez elle. Skills ne voyait pas que la belle était en train de lui tendre un piège. Pourtant, il sauta dedans, ne voyant qu'une splendide et envoûtante créature. Suite à ce qui était arrivé, les deux s'étaient rendus dans la demeure de la belle. Ils s'étaient rapprochés et passèrent à l'acte dans un moment des plus passionnels que jamais Skills n'avait connu auparavant. Par la suite, les deux s'étaient rapprochés, apprenant mieux à se connaître. La belle d'ailleurs avait un peu plus de mal à tenir ses engagements en vue de la mission qu'elle devait réaliser. Elle commençait à ressentir des sentiments pour le jeune homme. De son côté, il tombait fou amoureux de la belle. Il voulait rester auprès de cette enchanteresse, voir jusqu'où ils pourraient aller mais l'engagement lui faisait peur. Finalement, il avait pris la fuite ne lui laissant aucune nouvelle. Pour la belle, c'était un affront qui devait se payer. Elle avait effectué des recherches pour le retrouver et la voici à Tree Hill. Elle avait l'intention de se venger de son ex mais pour cela, elle jouerait la carte de la finesse. Il ne fallait pas qu'il se doute de quoi que ce soit. Elle se montrera juste un peu ferme et gentille tout de même pour le piéger. Ainsi dans son dos, elle pourra agir pour le faire payer. Elle se disait qu'il devait y avoir des personnes intéressantes et liées au passé de Skills pour le blesser. 

     

    Les deux quittèrent leurs pensées lorsque Skills posa sa main doucement et tremblant légèrement sur l'épaule de la jeune femme. Il se sentait coupable de ce qu'il avait fait à la belle lorsqu'il était parti sans rien dire. Il avait conscience qu'il avait commis une grossière erreur en la laissant alors qu'il aurait pu être heureux auprès d'elle. Ce n'était pas souvent en plus qu'une telle apparition venait auprès de lui. Il appréhendait ce que la jeune femme était venu faire ici. Il était toujours envoûté par la belle mais il n'osait pas aller plus loin. Il pensait qu'il n'avait plus le droit d'être en compagnie d'une si belle déesse. Il savait qu'il avait fait un bel affront. De son côté, la belle créature frissonnait sous son doux contact mais elle devait rien laisser transparaître pour mener le jeu. Naomi aimait bien la réaction de son ex. Cela satisfaisait pleinement son égo car celui-ci devait se demander ce qu'il l'avait amené sur les lieux. Elle ferait mine de jouer celle qui le recherchait ayant eu peur de ce qui pouvait lui arriver pour le désorienter et attiser son côté protecteur. Ainsi, il ne saurait plus quoi penser. Il se sentirait perdu et tourmenté. Elle se montrera douce et désemparée pour le piéger. Ensuite, elle pourra lui sortir le grand jeu et le mettre à terre.  

     

    N (jouant la rassurée et la désemparée se jettant dans ses bras en effleurant son bas du dos pour le troubler) : « J'ai mené tellement de recherches pour te retrouver. Enfin tu es là, mais qu'est-ce qui s'est passé ? J'ai eu une peur bleue de te perdre mon joli tu n'imagines même pas.

     

    S (perdu) : Naomi mais je... comment ?

     

    N (se montrant gentille et joueuse en avouant de faux sentiments, posant son index sur ses lèvres et effleurant sa joue pour le déstabiliser) : Chut, et ne te pose pas de questions mon beau. Je tiens à toi plus que tout. Jamais je n'ai été aussi bien qu'en ta présence. Je t'aime voyons. Qu'est-ce qu'une femme ne ferait pas pour l'homme qu'elle aime ? Je suis tout simplement heureuse que tu sois en bonne santé. Mais qu'est-ce qui s'est passé ? Explique-moi.

     

    S (désorienté) : Je... je ne sais.. Entre, je t'en prie. »

     

    Skills ne savait pas du tout quoi penser de la venue de la belle. Comment avait-elle fait pour le retrouver ? Croyait-elle vraiment qu'il avait disparu et non le fait qu'il s'était enfui ? Beaucoup de questions vinrent à l'esprit du jeune homme qui s'en retrouvait tourmenté. Il se sentait coupable de ce qu'il avait fait, et vu comment la déesse était en cet instant, ce qu'il ressentait était en train littéralement de s'accroître. Il se demandait combien de temps il allait tenir. Bref, il laissa un espace à la jeune femme afin qu'elle puisse rentrer. La diablesse avait réussi la première étape. Plus, elle le voyait tourmenté et plus cela satisfaisait son égo. Elle voulait continuer sur ce terrain pour voir jusqu'où Skills pourrait aller avant de dire totalement ses sentiments et pourquoi il était parti. Disons que c'était la psychologie à l'envers à savoir jouer une comédie pour mieux pousser les autres à dire la vérité. Elle passa au plus près afin de ressentir la chaleur de son corps près du sien et roulant des hanches ensuite pour mieux le torturer. Il ne pouvait s'empêcher d'admirer la divine tentatrice. Il s'en voulait encore plus de l'avoir laissé. Un homme n'aurait pas laissé une perle rare partir comme cela. Seulement, il ignorait qu'au début, elle l'avait manipulé. Sa chaleur l'exaltait qu'elle voulait de son côté encore plus jouer avec lui pour le titiller. Elle aimait avoir du pouvoir et surtout s'en servir. Cela pouvait l'emmener vers sa vengeance. Que comptait faire Naomi ? Quels étaient ses plans à l'époque ? Comment Skills pourra-t-il s'en sortir ? Se retrouvera-t-il au contraire piégé et devra-t-il affronter ses regrets ?

     

     

    Dans un endroit reculé, les Hawkins étaient pour la première fois tous réunis depuis fort longtemps après avoir vécu des épreuves plus que douloureuses.  En effet, les frères étaient trop longtemps séparé suite au fait que James s'était fait passé pour mort. Cela avait causé un grand fossé dans la famille et également des tensions. James s'en voulait d'avoir causé autant de mal et tout cela parce qu'il était rentré dans l'organisation où était Bianca et où il avait succombé à de nombreuses reprises aux charmes de cette divine diablesse. Il avait malheureusement contracté trop de dettes et il était redevable envers elle. Il comprenait mieux que n'importe qui ce par quoi Ethan était passé. Il avait fallu s'éloigner pour mieux se préparer et contrecarrer les plans de celle-ci. Il avait conscience que l'éloignement pouvait l'immuniser des charmes de la belle. Celle-ci savait comment s'y prendre pour le faire succomber. Il avait failli retomber dans ses bras mais heureusement ses frères étaient là pour le soutenir. Il avait appris maintenant que le seul moyen de détrôner la belle diablesse était de se battre avec ses frères mais cela ne sera pas facile. La première chose qu'il devait accomplir était de se faire pardonner. Il savait que les choses ne seraient pas simples car ses frères étaient du genre rancunier.

     

    Ethan avait dû prendre les choses par la suite : devenir un ainé et surtout un exemple. Cela n'avait pas été facile. James avait toujours été un grand modèle pour lui. Il l'admirait, et le fait en plus qu'il y ait peu d'écarts, cela favorisait le lien fusionnel entre les deux. Quand il avait été séparé de lui, cela avait été un crève-coeur. Il ne savait pas comment se comporter surtout par rapport à son jeune frère Michael. Il avait été distant au début, mais petit à petit, il avait rattrapé le temps perdu. Il s'était permis ensuite d'être heureux en sortant avec Elizabeth avec qui il voyait vivre tout le reste de son existence. Il l'aimait tant, du plus profond de son être. Cet amour était si magnifique. Ils étaient heureux tous les deux jusqu'à ce que l'on tente de faire du mal à sa bien-aimée. Il avait tout pris à sa place et cela avait eu pour conséquence de le changer. Il était devenu plus lunatique, plus violent et même plus possessif. Cela avait causé les tensions avec Michael et particulièrement lorsque sa dulcinée l'avait trompé avec ce même frère. Il lui avait été plus facile de se mettre au jeu et de perdre tellement que pour rembourser, il devait travailler pour Bianca. Il n'avait pas été capable de résister aux charmes de cette diablesse non plus et qu'il se trouvait à présent pris au piège. Heureusement que ses frères étaient là pour l'aider. Il avait compris maintenant qu'il ne devait plus garder de secrets ou se metre en colère. Cependant, ce qu'il avait fait en arrivant à Tree Hill allait le poursuivre et il ne savait pas comment s'en sortir. Seul l'union faisait la force afin de contrecarrer les plans d'un ennemi aussi rusé que Bianca.

     

    Michael avait toujours été à l'écart des problèmes sauf si c'était de garder le secret. Cela n'était pas facile pour lui, sachant les relations qu'il avait manquées à cause de cela. D'une certaine façon, il en voulait à son frère Ethan de ne pas s'être confié, d'avoir déposé sa colère sur lui. C'était vrai qu'il avait merdé en convoitant sa dulcinée Elizabeth, mais cela avait déjà merdé auparavant. Michael trouvait qu'Ethan aurait pu se confier dès le début. Certes, Ethan avait été là pour lui, mais le petit dernier aurait voulu rendre la pareille. Heureusement, les choses s'étaient arrangés. Ethan lui avait pardonné mais surtout, il lui donnait l'occasion de se racheter. Seulement, c'était difficile de cacher les choses, et même s'il avait rencontré Brooke, une femme qui l'attirait et le charmait, il se devait d'être auprès de sa famille. Seulement, il avait révélé une partie de la vérité à la belle et cela allait le poursuivre. Il craignait qu'elle soit en danger à cause de lui. Retrouver James après tout ce temps sans lui était plus que perturbant. Il ne savait pas comment se comporter. Peut-être qu'en étant à son écoute, cela lui permettrait d'en savoir plus sur son grand frère. Il regrettait finalement que sa famille n'ait pas eu une vie normale et ordinaire.

     

    Les trois sortirent de leurs pensées quand James frappa contre le mur plutôt énervé de n'avoir rien pu faire contre Bianca encore une fois. Il commençait légèrement à perdre espoir. Il se demandait même avec ses frères comment il pouvait enfin être libre de cette femme. Il avait de la ressource, des armes dont il peut avoir sans problème, mais voilà, Bianca n'était pas une cible facile. Michael, désirant aider et réconforter, posa sa main sur son épaule. James sentait cette chaleur réconfortante mais ce n'était pas suffisant. Il pensait qu'il ne méritait pas de telles attentions. Alors, il déplaça doucement la main de son frère s'éloignant légèrement de lui. Michael était triste de voir son frère si distant. Ethan de son côté, n'aimait pas que sa famille se déchire comme ça. Il se sentait coupable d'avoir mis de la distance alors qu'il procédait aux missions et qu'il se perdait dans les ténèbres alors il ne voulait pas que cela continue avec ses frères. Il comptait y mettre bon ordre. Selon lui, la dispute n'était pas la meilleure des choses pour se sortir de la situation. Il fallait parler stratégie.

     

    E (se montrant déterminé pour pouvoir amorcer les choses et réconcilier tout le monde) : « Bon, ce n'est pas tout ça, mais maintenant nous sommes réunis, ce n'est pas rien. On ne doit en aucun cas mettre de la distance entre nous. Les secrets ont fini par nous mener finalement à cette extrémité. Est-ce que l'on va continuer comme cela ? Si c'est comme ça on risque de se faire tuer par Bianca. Vous voulez ça les gars ou quoi ? On ne va pas laisser cette femme nous prendre tout. On a déjà perdu tant de choses.

     

    M (plutôt triste, curieux mais compréhensif) : Tu as raison. On doit penser avant tout à se sortir de là. Cependant comment on va pouvoir faire face à Bianca ? Et comment on va se protéger d'elle ? Tu sais James, je voulais t'aider à t'apaiser. 

     

    J (déterminé et restant à distance) : C'est vrai. On doit rester unis. Tu as posé de bonnes questions. Pour Bianca, il va falloir s'armer pour pouvoir dignement se protéger. Ensuite, on pourra partir en croisade et la piéger. Je sais, ce n'est pas simple, mais à trois, et avec les connaissances que nous avons d'elle, on pourra la neutraliser. Je sais Michael, mais je n'ai plus l'habitude que l'on prenne soin de moi. Et puis, c'est à moi de prendre soin de vous. J'ai failli en vous laissant tous les deux.

     

    E (le rassurant) : Pourquoi pas, c'est un début, mais il va falloir voir les détails pour réaliser cela. On doit être avant tout prudent si on veut réussir. Neutraliser ses gorilles qui n'ont pas de corones, ce sera facile, mais être face à elle, c'est une autre histoire. J'ai été charmé par elle, je l'avoue, et je sais que toi aussi James. Peut-être que le seul à pouvoir s'approcher d'elle, c'est toi Michael. Moi et James, on pourra l'avoir par derrière et l'endormir. James, tu peux nous laisser t'aider tu sais. Après tout, nous sommes tes frères et nous sommes là pour te soutenir tout comme tu nous soutiens. On ne t'en veux pas. Tu es là maintenant et tu nous as sauvés de Bianca, c'est ce qui compte.

     

    M (prévenant, surpris et montrant tout son soutien) : Bien sûr que les détails comptent. Les gorilles, c'est une formalité. Vraiment ? Que je sois devant Bianca ? Et vous n'avez pas peur que je sois sous son charme aussi ? Je suis flatté et heureux d'avoir ta confiance Ethan. Et toi James, t'en penses quoi ? Sinon, tu sais, Ethan a raison grand frère. Tu nous as permis d'être là, et l'important, nous sommes tous les trois. Ensemble, on pourra triompher mais il faudra tout se dire.

     

    J (souriant légèrement et se montrant rassurant) : Je sais que d'être devant Bianca ne sera pas simple mais on pourra nous la prendre de vitesse comme ça. On a un semblant de quelque chose. J'espère que cela suffira. Ne t'inquiète pas Michael, tu pourras t'en sortir. Je pense que tu es le meilleur de nous trois. J'ai saisi l'idée les gars. Je vous propose de partir immédiatement pour se dégotter des armes et ensuite, on pourra agir. Ca vous convient ?

     

    E (satisfait) : C'est parfait. Et je suis ravi que tu ais tout saisi. On va pouvoir commencer à reformer la famille.

     

    M (souriant légèrement et touché) : Ses mots me touchent, tu n'imagines pas. Je suis d'accord, partons vite d'ici. »

     

    Les frères se mirent en route pour un endroit leur permettant de récolter des armes. James avait l'impression d'être enfin en famille. Il se sentait bien pour la première fois et ce depuis longtemps. Ca lui faisait un bien fou. Ethan, depuis que James était de retour, se sentait libérer comme d'un poids qu'il n'était pas capable de prendre. Il avait l'impression d'être en paix avec lui-même mais sa colère était toujours autant présente. Michael se sentait pour la première fois entouré et ce sans que les secrets ne soient dominants au sein de la famille. Il se sentait pour la première fois serein, et surtout il était mis en valeur. Vont-ils réussir à piéger Bianca par la suite ? Auront-ils un plan encore plus élaboré ? L'un des trois peut-il faillir au cours de la mission ?

     

     

    De leur côté, Haley et Chloé étaient à la recherche de Mandy depuis qu'elle avait tenté de se venger d'Elizabeth et mis un certain chaos au sein de la boite de nuit. Les deux soeurs étaient des plus inquiètes concernant la jeune brune. Il fallait dire qu'elle s'était attirée de sérieux ennuis avec la police et que son avenir semblait bien compromis.

     

    Haley, même si elle s'entendait pas bien avec sa soeur Mandy, elle voulait quand même le meilleur pour elle. Elle pensait que si la belle brune avait agi ainsi, c'était que quelque chose de grave avait dû se produire. Elle était curieuse de savoir ce qu'il était arrivé et donc de résoudre par la suite le problème.

     

    Chloé, elle, était proche de Mandy. Elle avait conscience que celle-ci avait de sérieux ennuis mais sans en connaître précisemment tous les détails. Elle savait que sa sœur avait perdu quelqu'un en qui elle tenait beaucoup. Elle avait tenté de la soutenir, mais elle se rendait compte que vu l'action de sa sœur, elle avait échoué lamentablement. Elle se sentait coupable et désirait plus que tout montrer le bon chemin à Mandy. Seulement, elle savait que cela ne serait pas facile et qu'il y aurait d'innombrables tensions.

     

    Les filles avaient décidé d'aller directement chez Haley afin de continuer les recherches. Sans vraiment parler, elles se disaient finalement que Mandy aurait pu aller sur le lieu pour se protéger. Soudain, elles se retrouvèrent nez à nez avec Mandy qui n'était pas vraiment satisfaite d'être là et Alison qui venait de débarquer.

     

    Alison était une autre soeur James, plutôt calme et terre à terre. Elle était encore plus sérieuse qu'Haley mais au niveau relationnel, elle était instable. Elle savait choisir les hommes qui devaient l'accompagner. Le dernier était un ringard dont elle l'avait surpris se rendre directement chez une femme qu'elle détestait cordialement. Elle s'était rendue à l'intérieur et les avait surpris tous les deux en pleine action. Elle avait décidé de partir et de rejoindre ses soeurs. Elle n'allait pas spécialement en parler car elle était blessée dans son égo mais qui sait, si jamais on la poussait à bout. Alison était quelqu'un qui ne se confiait que très peu voir difficilement. Ses soeurs le savaient parfaitement et étaient tristes lorsque celle-ci avait pris une certaine distance. Pour Alison, le fait d'être ici était difficile. Elle n'était pas très famille. Elle savait que les retrouvailles seraient plus que compliquées. Elle ignorait ce qui était en train d'arrivée.

     

    Mandy, elle, n'avait qu'une idée en tête : éviter les flics. Elle pensait que peut-être sa soeur Haley, même si c'était tendu entre elles, pouvait l'aider à se cacher. Après tout, elle avait pensé que celle-ci, faisant parti des Scott, une famille plutôt terre à terre. Elle espérait que les tensions n'allaient pas être au-dessus de ce qu'était la famille finalement. Seulement, elle n'avait pas prévu qu'Alison viendrait voir Haley de même que Chloé. Avec Alison, la relation n'était pas au beau fixe. Elle ne comprenait pas comment sa soeur pouvait ne rien dire et surtout prendre autant de distances avec la famille. Elle risquait de s'énerver contre elle par rapport à sa présence ici. Avec Chloé, c'était différent. Elles étaient complices. Elle se souvenait même lorsqu'elle avait pu lui parler de son petit ami. Chloé avait été là pour la soutenir, lui montrant la voie pour enfin ne plus souffrir. Cependant la belle brune ne l'avait pas écouté car sa conception était que quand on faisait du mal à quelqu'un, Enfin, Mandy était auprès de la famille, et elle sentait littéralement que c'était un guet-apens. Elle comptait leur montrer qu'il n'y avait pas besoin de tout le monde pour essayer de la convaincre d'arrêter son cirque. Après tout, elle faisait ce qu'elle voulait et quand elle le voulait. 

     

    Les quatre sortirent de leurs pensées quand Mandy commença à partir. Elle en avait déjà marre d'être auprès de toute la famille. Pour Chloé, il était hors de question de la voir partir. Il fallait trouver une solution pour elle. Selon sa conception, les James pouvaient arriver à aider Mandy mais à condition que l'intéressée soit là et que tout le monde soit réunie autour d'elle. Mandy n'aimait pas qu'on lui dise ce qu'elle devait faire. Alors elle retira avec violence sa main, bien décidée à accomplir sa volonté. Seulement, Haley, en voyant que cela commençait à dégénérer décida de crier un bon coup. Cela lui faisait du bien car elle évacuait toute la frustration qu'elle ressentait avec les évènements et le fait que sa vie n'était pas du tout ce qu'elle désirait.

     

    H (se montrant obstinée pour réunir tout le monde) : Bon, Mandy, tu n'as pas intérêt à sortir d'ici. On est là pour t'aider, pour t'apporter notre soutien après ce que tu as fait dans la boite. On ignore ce qui est arrivé exactement, enfin mis à part que Lucas était présent là-bas mais on est présent. Au lieu de t'enfuir comme ça, tu dois faire confiance à ta famille. Ainsi on pourra te protéger. Si tu pars seule, qui va le faire hein ? Alison, c'est une surprise que de te retrouver, même des plus agréables. Je suis tellement ravie de te voir. Comment tu vas ?

     

    C (se montrant prévenante pour amadouer sa soeur) : On tient à toi Mandy, on tient à toi plus que tout et rien que de penser qu'il puisse t'arriver quoi que ce soit, on en est déjà malade de chagrin. Dis-nous ce qui se passe voyons. Ainsi, on pourra t'aider comme il se doit. Alison, mais je suis également heureuse de te revoir. Alors dis-nous, qu'est-ce qui se passe dans ta vie en ce moment ?

     

    M (plutôt exaspérée) : Voilà toujours la même chose : connaître les faits afin de pouvoir aider. Vous ne pouvez pas protéger votre soeur sans poser de questions ? Ce n'est pas ça la famille à ce qu'elle soit présente et ce peu importe ce que l'on a fait ? Je rêve que Quinn et Taylor soient là, au moins, elles m'auraient comprise. Et tiens, Alison, qui refait son apparition, c'est curieux. Vous vous êtes dit et si on se réunit pour faire entendre raison à Mandy ? Vous me dégoûtez toutes et ce autant que vous êtes. Chloé, je pensais que tu m'écoutais, sans même te poser des questions. A croire que je me trompe sur les miens, si je peux appeler cela ainsi.

     

    A (essayant de dire ce qu'elle ressentait) : Je ne sais pas ce qui se passe, ce que tu as fait mais une chose est certaine : je suis là Mandy pour toi peu importe les évènements, peu importe ce que l'on doit faire par la suite. On est toutes là. On peut t'apporter protection. Il suffit pour toi d'être avec nous. Je suis désolée de te déranger rien qu'avec ma venue en tout cas. Oh, en ce qui me concerne, on doit voir cela plus tard mais je suis heureuse de vous voir les filles, c'est certain.

     

    H (exaspérée) : Alison, mais tu n'as pas à t'excuser pour être là. Il n'y a pas de soucis, on parlera de toi, de ce que tu ressens en ce moment plus tard. On doit se concentrer sur une seule chose. Et puis Mandy, tu te sens prise au piège, je peux te comprendre, mais ce n'est pas la peine de t'en prendre à nous. Si tu as quelque chose à dire, alors accouche de suite et que l'on en finisse.

     

    C (sceptique) : Haley, je ne suis pas certaine qu'avec ce genre de méthode, on puisse obtenir des résultats.

     

    M (énervée) : Tu sais ce que je vais dire Haley ? Allez chier dans vos caisses ! Si vous croyez que je vais rester avec des faux-cul dans vos genres, c'est pas la peine. Je me débrouillerai seule. Si vous tentez de me rattraper, je vous jure que ça fera mal. 

     

    A (gênée) : Mais... Mandy ?

     

    Seulement Mandy décida de partir précipitemment laissant tout le monde sur le carreau. La belle brune n'aimait pas les réunions et surtout si cela concernait une seule personne. Elle préférait se débrouiller seule. Elle ne savait pas encore ce qu'elle allait faire, mais une chose était certaine : elle ne laisserait pas cette réunion impunie envers ses autres soeurs. Qu'allait-elle faire ? Les autres étaient bien surprises de ce qui avait pu arriver. Elles n'avaient pas prévu une telle réunion. Elles avaient plutôt improvisé mais cela avait braqué leur soeur. Elles devaient maintenant tout faire pour la ramener à la raison. Que comptaient-elles faire ?

     

     

    Dans la voiture devant la demeure de Derek, Claire sentait qu'enfin elle s'approchait du but, qu'elle pouvait obtenir tout ce qu'elle désirait à savoir mettre à mal les Scott au travers de ce bellâtre et particulièrement en visant Haley. Sentir la chaleur de son corps près du sien et particulièrement ses lèvres l'exaltait littéralement qu'elle était prête à posséder ce bellâtre. Elle était intriguée et attirée par ce beau gosse au visage angélique. Elle le trouvait même attentionné et un tel prince. Il était une perle rare à ses yeux et elle ne le laisserait pas s'échapper. Seulement, son ambition commençait à prendre le dessus. Elle voyait un moyen de l'assouvir finalement tout en restant sur son objectif. Elle voulait l'inciter à avoir auprès d'elle une relation secrète et qu'il soit à jamais tous les deux. Elle se montrera douce, prévenante et séductrice pour le piéger.

     

    De son côté, Derek était plus que troublé par cette belle créature. Il ne pensait pas qu'en sauvant une telle beauté, il se retrouverait dans une telle situation. Il était incapable de penser rationnellement tellement il était envoûté par cette beauté. Il ne pouvait s'empêcher d'admirer les courbes généreuses de la belle ainsi que ses lèvres sexy. Il voulait de nouveau pouvoir les ressentir tout contre les siennes et ainsi que son corps auprès de lui. Il désirait résister mais c'était impossible. Il était attiré par cette déesse tel un aimant. Elle était à ses yeux tellement belle, ravissante. Il ne pouvait se détacher de ce regard ravageur, sexy et envoûtant. Il n'arrivait pas à croire qu'elle soit à ses côtés, qu'une telle femme puisse le fréquenter mais pourtant, c'était la réalité. Il se pensait des plus chanceux. Seulement il ignorait qui était cette diablesse.  

     

    Elle lui procura une douceur à son index mordillant son poignet pour le faire frémir. Cette douceur était à ses yeux un enchantement de saveurs qu'il en désirait davantage poussant un léger soupir de satisfaction. Il était littéralement conquis par cette divine créature. Il ne pensait pas qu'en sauvant une telle beauté, il se retrouverait dans une telle situation. Il était incapable de penser rationnellement tellement il était envoûté par cette beauté. Il ne pouvait s'empêcher d'admirer les courbes généreuses de la belle ainsi que ses lèvres sexy. Il voulait de nouveau pouvoir les ressentir tout contre les siennes et ainsi que son corps auprès de lui. Il désirait résister mais c'était impossible. Il était attiré par cette déesse tel un aimant. Elle était à ses yeux tellement belle, ravissante et même parfaite. Il ne pouvait se détacher de ce regard ravageur, sexy et envoûtant. Il n'arrivait pas à croire qu'elle soit à ses côtés, qu'une telle femme puisse le fréquenter mais pourtant, c'était la réalité. Il se pensait des plus chanceux. Seulement il ignorait qui était cette diablesse.

     

    Elle lui procura une douceur à son index mordillant son poignet pour le faire frémir. Cette douceur était à ses yeux un enchantement de saveurs qu'il en désirait davantage poussant un léger soupir de satisfaction. Il était littéralement conquis par cette divine créature. Pour la tentatrice, sa peau était d'une douceur exquise qu'elle voulait ressentir son corps contre le sien dans un instant des plus mémorables, charnels et torrides.

     

    C (se montrant prévenante puis coquine en mordillant son cou puis le haut de son torse pour le faire frémir) : « Tu aimes ce genre d'attentions je le sens trésor. Oh, je compte t'en procurer d'autres que tu n'es pas prêt d'oublier crois-moi. Je sens que tu es attiré par moi bel ange, ne le nie pas. Ton corps parle pour toi bel ange. Je sens lorsque je laisse mes baisers touchent ta peau, tu frissonnes agréablement, ton regard me montre à quel point je suis si splendide à tes yeux. Ne r