• Chapitre 1 : Le choix d'une femme

     

     

    Chapitre 1 : Le choix d'une femme

     

    Cher journal,

     

    Alors que je me trouve allongée sur mon lit seule en attendant de la suite des évènements que j'écris ses quelques mots sur ce qui s'était produit il y a de cela peu de temps. Ce monde était de loin peuplé en majorité par des personnes nocives, malhonnêtes et manipulateurs. Finalement, pour survivre, il fallait de loin ne pas faire partie des gentils sinon on se ferait manger tout cru. Alors depuis toujours, je m'étais dit que pour survivre, il fallait faire chanter ses personnes manipulatrices et corrompues en particulier nos dirigeants. Je m'appelle Serena Cartwright cher journal, et même si je suis une prostituée qui tente simplement de survivre à ce monde cruel où il n'était pas bon d'être généreux et serviable. Dans ma position, j'en avais vu de ses types malhonnêtes, enclin à vouloir accroitre leur pouvoir et leur fortune. Leur dépouiller de ce qu'ils avaient était plutôt jouissif à mes yeux. Il y en avait un que j'avais reçu qui pouvait être placé parmi les êtres les plus puissants et capables de tout pour garder leur pouvoir. De plus, il était en plus marié mais voilà, même s'il semblait ranger, il avait en lui cette perversion qui ne demandait qu'à sortir. Il s'appelait Brendan Carlson mais de notre rencontre, et de ce qui avait pu arriver mais auparavant, je devais te parler de qui j'étais.

     

    Au début, j'étais loin d'être comme cela, venant d'une famille plutôt conventionnelle et qui se suffisait à ses propres moyens. Mes parents avaient ouvert leur petite entreprise qui proposait des aides pour les personnes en difficulté dans différents domaines. C'était très louable, selon ce que l'on pouvait appeler « l'humanité » mais cela ne permettait pas d'obtenir des attentions et des présents comme s'il en pleuvait. J'étais une princesse et alors ? Cher journal, tu peux penser tout ce que tu veux de moi mais je m'en fous royalement. D'ailleurs, je savais très tôt que j'avais l'arme la plus efficace avec moi à savoir mon visage angélique. En effet, dès qu'ils me laissaient seule, je pleurais frappant du pied pour les faire rappliquer. Ainsi, ma mère vint me voir me prenant dans ses bras et me chantant une belle berceuse. J'adorais tellement la voix de ma mère que je redemanderais encore qu'elle puisse chanter. Elle était un rayon de soleil. Finalement, mon père vint voir ce qui se passait inquiet aussi mais je savais qu'il ne faisait cela qu'en apparence. Il n'était pas ravi d'avoir une fille à savoir moi. Il aurait préféré un fils de telle sorte à transmettre tout son savoir. Il avait du mal à se dire que c'était différent avec moi. Cela m'affectait à un point mais je devais être forte. J'avais appris qu'il ne fallait pas accorder sa confiance comme cela. Cependant, je m'amusais à le titiller au mieux en valorisant le lien fusionnel que j'avais avec ma mère. Le voir complètement à la fois déstabilisé et enragé satisfaisait pleinement mon égo. Seulement, je n'avais pas fini de le torturer loin de là. J'étais rancunière, il fallait le dire. Alors, à un autre moment, je m'étais chargée de son cas lorsque ma mère lui avait demandé de prendre soin de moi alors que c'était le moment où d'habitude j'allais nager. J'avais pensé que le meilleur moyen pour le piéger était de l'amener à être accusé de négligence et même mise en danger. J'étais cruelle et alors, il le méritait bien ce connard de la pire espèce. Je me montrerai cruelle et déterminée pour atteindre son objectif. Alors lorsqu'il m'emmena à la piscine, j'attendais patiemment qu'il ne fasse plus attention à moi pour agir. Finalement, je n'avais pas eu à attendre bien longtemps pour faire ce que je désirais. Je vins à feindre de me noyer pour le mettre devant une situation des plus inextricables. Tout le monde était en train de regarder ce qui arrivait, se demandant où était la mère ou le père. Mon enfoiré de patriarche ne faisait même pas attention à ce qui se passait, je pouvais l'apercevoir et c'était ce qui me donnait encore plus la conviction qu'il fallait le mettre hors d'état de nuire. Il ne vint qu'à réagir plus tard en voyant une femme le prévenant que j'étais en train de me noyer. C'était un sombre crétin que je ne pouvais qu'apercevoir. Il vint finalement me chercher me sortant de l'eau. Il m'engueulait sur ce qui était arrivé mais heureusement pour moi, ma mère vint à arriver assistant à cette scène. Je pouvais voir sa colère dans ses yeux, cette rage indescriptible que seule une personne ressentait lorsque l'on s'en prenait à quelqu'un qui comptait le plus à ses yeux. J'adorais tant comment elle l'avait matée comme personne, le rabaissant à un être insignifiant et inférieur, même un insecte. C'était plutôt marrant de le voir dans cet état. C'était dans ses instants om j'aimerais voir le temps s'arrêter en un clin d'oeil. En tout cas, de là où je me trouvais, j'assistais à une dispute intense et qui allait mener directement au divorce de mes parents. Tout le monde me disait que j'allais souffrir de ce moment, que cela allait être un bouleversement, mais cela n'allait être que pour mon bien et celui de ma mère au contraire. Personne ne pourrait ainsi nous séparer. Bien sûr, mon souhait était loin de se transformer en une douce réalité. En effet, ma mère avait dû se prendre un travail qui lui prenait un temps monstre. Les attentions et les présents me manquaient tellement que j'avais dû me rabattre sur autre chose. Au début, il pouvait y avoir la personne qui me gardait à savoir ma tante afin d'obtenir l'attention et les cadeaux nécessaires mais elle était plus que nocive et surtout enclin à me pourrir la vie. Je détestais ce genre de personnes, même je les haïssais du plus profond de mon âme. Je m'étais promis à cet instant que j'allais détruire tout ce en quoi elle tenait. Malheureusement, je n'avais pas eu l'occasion de le faire. En effet, alors que normalement, elle devait venir me chercher à l'école, je ne l'avais pas vu et c'était cela le plus étrange dans l'histoire. La direction avait appelé ma mère qui était venu immédiatement me chercher. J'avais vu dans le regard de ma mère à quel point elle était paniquée et cela me troublait à un point indescriptible. Finalement, ma mère m'amena chez ma tante pour la trouver et s'expliquer sur ce qui avait pu arriver. J'avais tenté de la convaincre de ne pas le faire lui expliquant qu'elle m'avait manqué et que l'on pouvait rattraper le temps perdu avec une moue pour l'amadouer mais rien n'y faisait. Je rentrai avec ma mère à l'intérieur et on vit un horreur sans nom. En effet, j'avais pu voir le corps inanimé de ma tante qui avait été tuée. Immédiatement, je m'étais cachée dans les bras de ma mère tellement c'était l'horreur. Je me posais bon nombre de questions mais ce qui était le plus étrange c'était de voir que ma mère ne me donnait aucune explication, même qu'elle me trimbalait par la suite à droite et à gauche. Cependant, il n'était pas question que je laisse ses tourments dicter ma conduite. Je m'étais concentrée sur les instants où je me trouvais à l'école. Je me disais que c'était à cet endroit que je trouverais le sous-fifre idéal susceptible de satisfaire le moindre de mes désirs. L'idéal même c'était de trouver un héritier. Il y en avait d'ailleurs un qui serait le candidat idéal. En effet, il s'agissait d'un jeune héritier d'une famille influente et fortunée. Je pensais que le meilleur moyen pour atteindre mon objectif était de jouer la jeune fille toute perdue ayant besoin d'un guide pour s'y retrouver. Quoi de mieux que de jouer la jeune fille toute nouvelle dans un endroit qu'elle n'a jamais exploré. Je me montrerai désorientée et effrayée pour le piéger. Je vis que ce jeune homme était adepte des sorties dans la cour et particulièrement du banc pour se prélasser. Je ne comprenais pas quelques fois pourquoi les personnes faisaient ce genre de chose mais bon, ce n'était que mon simple avis. Je préférais de loin faire cela avec quelqu'un c'est plus divertissant enfin bref. Je m'approchai du jeune homme en roulant des hanches sensuellement pour le troubler. Celui-ci sortit vite de ses pensées en voyant une telle apparition en moi qu'il en était charmé. Il était tout de même curieux de ma présence qu'il en vint à me poser des questions. Je savais donc que ma stratégie était gagnante et qu'il fallait continuer sur cette voie. Je jouai la personne désorientée en expliquant que j'étais toute nouvelle dans ce lieu pour l'amadouer. Je pouvais voir à quel point il était troublé au vue de ses joues toute rouge. Cependant, vu les questions qu'il me posait, il était bien curieux. En effet, il me demandait d'où est-ce que je venais, pourquoi j'étais seule et si quelqu'un d'autre m'aidait. Je devais tout faire pour que tout mon plan ne tombe pas à l'eau. Il n'y avait qu'un seul moyen à savoir la confidence en gardant tout de même certaines choses pour moi pour attiser son côté protecteur. Si seulement il savait tout à mon sujet, il prendrait la fuite à coup sûr. Alors, je me confiai gardant tout de même la partie sur ma tante et le fait que j'étais trimbalée à droite et à gauche. Finalement, celui-ci vint à me dire qu'il comptait m'aider et me protéger. J'avais réussi à avoir mon sous-fifre au point même qu'il prenait mes affaires et me couvrait alors que je séchais les cours. C'était une si belle vie à l'époque et j'adorais ça. D'ailleurs, il m'offrait bon nombre d'attentions et de cadeaux somptueux. Décidément, j'avais tiré le bon numéro. Quelques temps après, de sous-fifre, je vis que celui-ci pouvait être le candidat idéal pour que j'obtienne la gloire et la fortune tant espérée. Il était vrai que j'avais constatée le regard de ses hommes sur ma personne. J'adorais tant cela et même cela m'amusait. Je voulais en profiter davantage. J'étais d'ailleurs plutôt exigeante jetant les crétins qui étaient loin d'arriver à ma hauteur. Il y avait réellement de ses cons de services qui pensaient qu'il suffisait de se montrer bien supérieur et déjà gagnant. Ils ignoraient à quel point j'aimais mener le jeu. Je jetai littéralement les crétins comme de vieilles chaussettes. J'étais tellement satisfaite. Par contre, pour ma cible, j'avais de beaux projets. Le meilleur moyen était que je me rapproche davantage de lui en étant sa confidente. J'avais l'idée de lui proposer un dîner où on pourrait se confier et où j'aurais l'occasion de lui sortir doucement le grand jeu. Ensuite, je pourrai pleinement le croquer selon mes désirs. Je serai malicieuse et tentatrice pour le piéger. Ainsi, alors que le dîner allait bientôt arriver, je m'habillai avec une robe plutôt courte histoire de mieux attirer l'attention. Je savais qu'il aimait tout particulièrement mes tenues et avec celle-ci je faisais mouche. Je me disais par contre à son arrivée qu'il fallait laisser un souvenir des plus mémorables. Alors naturellement, lorsqu'il sonna, je me mettais contre le mur lui faisant une moue en ouvrant pour le troubler. Au vue de son regard si charmé, j'avais réussi à merveille ma manœuvre mais je savais que c'était loin d'être fini. J'étais du genre à soigner le moindre détail pour arriver ensuite à réaliser mes désirs les plus chers. Je l'amenai au salon où finalement on commençait cette soirée comme je l'espérais. On se rapprochait tous les deux se confiant sur beaucoup de thèmes. Cela aurait pu m'inciter à ne pas aller plus loin. Il était vrai qu'en le connaissant encore plus, je découvrais un jeune homme si prévenant, mystérieux et encore plus attirant. Cependant, je devais toutefois continuer sur ma stratégie. Je vins vers le jeune homme lui volant doucement un baiser tout près de ses lèvres pour l'amadouer. Je remarquais à quel point celui-ci était plus que charmé vu ses joues rouges. D'ailleurs, il me le prouvait en m'embrassant d'un baiser plus que passionné. J'adorais tant ce moment que je le prolongeais le rendant torride et inoubliable. Puis finalement, on passait à l'acte dans un moment des plus mémorables. Je me sentais chanceuse d'avoir trouvé la personne idéale pour obtenir tous les présents et le pouvoir tant espéré mais voilà, je tombais de haut lorsque je découvris une triste vérité. En effet, la proie que je visais me trompait ouvertement avec une blondasse sans cervelle et qui se sentait supérieure. C'était ma mission de:les remettre à leur place. Alors, je me mis à surveiller mes ennemis pour trouver leur point faible grâce à des sous-fifres que j'avais pu amener à ma cause. Là, je découvris que cet enfoiré se déguisait en une jeune femme. C'était plutôt jouissif car là, j'avais un point faible que je pouvais exploiter et ce pendant bien longtemps. L'idée était à la fois de le faire chanter et de faire courir les rumeurs pour mieux les achever. J'étais rancunière, même à un point inimaginable mais il ne fallait surtout pas me chercher. Les deux auraient dû l'éviter mais ils allaient comprendre leur douleur. J'agissais en deux temps trois mouvements. Je me montrerai cruelle et obstinée pour atteindre mon objectif. J'allais voir tout d'abord mon ennemi lui intimant que s'il ne voulait pas voir son petit secret sortir au grand jour, il devait me payer une petite fortune et ce de manière quotidienne. Il fallait bien que je m'assure quelques petits plaisirs de temps en temps. Ainsi, il se retrouvait complètement pris au piège. D'ailleurs, je pouvais sentir à quel point il avait peur. Cela sentait à des kilomètres la poule mouillée, c'était jouissif. Je pouvais en profiter encore et encore. Je ne me lassais pas d'un tel spectacle. Finalement, celui-ci accepta sachant bien qu'il n'avait pas d'autre choix. Finalement, je n'avais pas trouvé la proie idéale mais depuis cet épisode, je faisais attention aux choix de mes victimes. Disons que j'étais devenue fine observatrice et cela m'aidait.

     

    Après ce moment, j'avais des relations plutôt brèves. Je savais fortement qu'ils ne me mèneraient pas loin. Alors, je ne me gênais pas pour les jeter comme de vieilles chaussettes. Il était vrai que j'attisais la colère et la jalousie de ses rejetés comme des jeunes grognasses qui rêvaient d'être comme moi mais cela m'était égal. Cette situation m'amusait à un point indescriptible et je voulais en savourer bien davantage. J'aurais pu avoir une vie selon mes désirs mais une tragédie vint à tout bouleverser au sein de mon existence m'emmenant à faire des choix non conventionnels. En effet, alors que je sortais de cours, que je n'avais pas séché, je vis ma mère qui m'attendait. C'était plus que curieux qu'elle me fasse une telle surprise mais je me laissai prendre au jeu. Je découvrirais bien tôt ou tard le pourquoi de cette arrivée soudaine mais voilà des individus arrivèrent près de nous. Ils tuèrent ma mère sous mes yeux. J'étais complètement horrifiée par cette scène. Je ne pouvais même plus bouger le petit doigt. Cette image s'imprégnait complètement dans mon esprit. J'aurais voulu pouvoir partir comme cela tout d'un coup mais j'étais incapable d'effectuer quoi que ce soit. Seulement, il m'avait fallu qu'un tout petit coup qui signifiait que j'étais visée également pour me faire partir en courant. C'était une période difficile au sein de mon existence. J'avais perdu tous mes repères. J'étais seule et surtout sans le moyen d'avoir les moyens nécessaires d'obtenir toutes les attentions que je désirais. Au début, c'était dur de pouvoir s'adapter à ce genre de situation. Je ne savais pas comment agir ni comment faire mais il me fallait m'adapter. Alors, je demandai directement aux passants un peu d'argent. Je me servais particulièrement des atouts face aux hommes qui passaient dans le coin pour recevoir un peu plus d'argent. Je m'en sortais un peu mais c'était loin d'être suffisant. Je savais qu'il fallait passer à la phase suivante. Alors, je me servis de mon corps avec les hommes que je rencontrais pour pouvoir obtenir toutes les attentions et les cadeaux que je pouvais rêver. C'était loin d'être ce que je désirais mais je devais me faire une raison pour mieux me sortir de cette situation. En même temps, j'avais de beaux cadeaux ce qui me réconfortait. Peu à peu, je m'habituais à ce qui arrivait. Je me construisais une certaine vie et c'était plus que satisfaisant. Seulement, je rêvais de beaucoup plus. Le sommet était ce que je voulais atteindre à tout prix. Le seul moyen était de trouver la perle rare qui pourrait m'amener à sortir de cette situation précaire et de retrouver une situation confortable. Je me montrerai subtile et entreprenante pour atteindre mon objectif. Je réussis à trouver la proie idéale pour me sortir de ma situation. Je devais saisir l'occasion. Je mis mes atouts en valeur m'approchant telle une féline et murmurant des mots doux pour l'appâter. Celui-ci était complètement troublé mais il essayait tout de même de résister à cette attraction. Il voulait me connaître davantage, savoir ce que je désirais tant. Cependant, c'était plus compliqué pour lui de résister. Il désirait m'avoir dans ses bras et me procurait des sensations si délicieuses. Je savais bien à quel point j'avais réussi à l'attirer et je le manoeuvrais comme personne. Résultat, on vivait un moment des plus mémorables. D'ailleurs, je n'avais pas eu besoin de demander davantage que celui-ci voulait m'amener dans sa demeure me promettant de prendre soin de moi. J'étais aux anges car enfin, je pouvais sortir de la rue. Cependant, je n'avais pas du tout prévu ce qui m'attendait pour la suite. En effet, celui-ci me proposait d'être une prostituée. J'étais comme abasourdie par une telle proposition. Je ne voulais pas du tout me lancer dans cette situation mais cet enfoiré ne me laissait pas le choix. C'était soit la rue, soit ce nouveau métier. Je n'avais eu d'autre choix que de me mettre à cette nouvelle vie remplie d'incertitudes.

     

    Maintenant, cela faisait plusieurs années que j'exerçais ce métier et j'en avais rencontré de ses hommes que ce soit des personnes influentes ou même celles qui étaient proches du pouvoir. J'étais bien placé pour connaître le moindre de leurs secrets. J'étais loin d'être la fille docile qui se laissait faire alors qu'elle avait accepté un pacte avec le diable. J'étais devenue une diablesse en personne finalement. Au lieu de me faire payer comme le ferait une prostituée traditionnelle, je me servais des petits secrets de mes clients pour avoir toute l'attention et les cadeaux qu'une princesse méritait d'avoir. Par contre, j'avais secrètement envie de trouver les responsables du meurtre de ma mère. Je sentais qu'à force, je pourrais tomber sur quelqu'un qui saurait la vérité. Je rêvais de leur faire payer et ce au centuple. Il ne fallait surtout pas qu'ils puissent s'en sortir. Au fond de moi, je pourrais me dire que je m'élèverais sans que rien ne puisse me retenir. Mes atouts étaient mes armes de prédilection pour arriver à mes fins. Je me montrerai coquine et entreprenante pour les piéger.

     

    Sachant que vous connaissez mon histoire, maintenant, il était temps de relater ce qui se passait là tout récemment et en particulier si je réussissais particulièrement mon objectif. Revenons donc sur ma cible à savoir Brendan Carlson, un homme plutôt régulier qui plus est. En effet, je pouvais le voir deux fois par semaine et toujours avec une envie non conventionnelle. C'était à croire que sa femme ne pouvait jamais le satisfaire. Cela satisfaisait pleinement mon égo et je jouais de mes charmes pour l'avoir encore plus près de moi. Je pouvais obtenir tout pleins de secrets. Auparavant, je devais te parler de ce que je connaissais de lui avant tout. Cela permettrait ainsi de découvrir ce que je recherchais chez lui.

     

    Brendan faisait partie de l'une des familles les plus riches de la ville. Il était le fils d'un homme plutôt puissant et qui avait une grande influence sur la communauté. Il était tout aussi cet être que je recherchais, celui qui était bien placé au niveau du pouvoir en lui-même. Je savais qu'avec ce genre de famille, je pourrais apprendre des choses croustillantes voire même de les utiliser à bon escient. Il était le candidat idéal. De ce que je savais déjà, celui-ci était plutôt réticent à suivre les instructions du patriarche. Il rêvait de pouvoir vivre de musique et surtout d'art. Le fait même de jouer la comédie était son fantasme absolu. D'ailleurs, combien de fois il voulait jouer des scènes lors de nos moments ? Je ne comptais plus le nombre à force. Je pouvais très bien le faire chanter sur ses petits travers mais je trouvais que c'était loin d'être suffisant. Je voulais trouver la chose qui l'obligerait à réaliser le moindre de mes désirs. Ensuite, je le ferai chanter avec cette découverte en disant que je révélerai tout à sa femme pour le piéger. Je serai coquine et déterminée pour réaliser mon souhait.

     

    Le jour de ma rencontre avec Brendan, c'était finalement comme les autres fois. J'avais tout préparé dans le moindre détail en commençant par ce que je portais. Je m'habillai avec une tenue plutôt sexy afin de pouvoir attirer directement son attention. Je savais parfaitement que cela donnerait lieu à différentes interprétations mais cela était justement le but recherché. Je désirais casser la résistance de cet homme pour en faire littéralement ce que je voulais. J'accompagnai mon look avec un maquillage sobre histoire d'être bien armée. Je me mis contre le mur pour le captiver lors de son arrivée. Alors qu'il frappa à la porte, j'ouvris et là, je constatais ma réussite. En effet, ses yeux ne pouvaient se déloger de ma tenue et cela satisfaisait à fond mon égo. Je me rapprochai de lui en roulant des hanches sensuellement et en titillant doucement ses lèvres avec les miennes pour l'appâter. Sa chaleur m'exaltait littéralement que je voulais passer à la vitesse supérieure. Il était complètement fasciné par ma personne qu'il ne pouvait pas bouger. Cela me réjouissait à un point indescriptible. Je le fis rentrer en effleurant le bas de son dos et frôlant ses fesses pour le déboussoler. Tout simplement, je voulais le tenter, l'amener à perdre le contrôle. J'installais de suite le fait de mener le jeu et c'était jouissif.

     

    Ainsi, je pris sa gorge avec ma main en laissant mes ongles imprégner sa peau et léchant les traces pour l'enflammer. Il était tellement conquis par ma personne qu'il ne pouvait s'empêcher de me contempler. Je désirais que ce moment continue encore et encore. Il aimerait tellement me résister mais je vis bien à quel point je lui faisais un effet indescriptible. Il suffisait de voir ce teint rougeâtre sur ses joues pour le constater pleinement. Il ne pouvait pas s'empêcher de penser autrement qu'à une seule personne à savoir moi. En effet, son portable sonnait mais il le laissait de suite sur le côté en l'éteignant. Au moins, j'avais pleinement son attention. Je savais bien qu'il voulait me voir dans une tenue bien sexy et c'était ce qui m'avait incité à me mettre en valeur pour ce rendez-vous. Bien sûr qu'il pouvait penser que ce qu'il vivait était un rêve mais je me débrouillais toujours pour le ramener dans ma réalité. De mon côté, sa chaleur exaltait tout mon être que je désirais le croquer tout cru sur le champ mais le but était de l’affamer encore et encore jusqu'à ce que je puisse lui soutirer sans qu'il n'oppose la moindre résistance ce que je désire. Je raffolais tant du pouvoir que j'avais sur lui. Je l'embrassai bestialement mordillant son cou jusqu'à son torse pour le faire frémir. Il avait l'impression que je lisais pleinement sans ses pensées et c'était ce que je faisais finalement. En effet, lorsque je me trouvais avec des clients, je faisais tout pour anticiper ce qu'ils désirent et donc les mener par le bout du nez. Je pouvais sentir à quel point il adorait ce que je procurais que je vis au travers de son corps qu'il en réclamait plein d'autres. Je pouvais de suite voir qu'il me voulait et cela me réjouissait. Je comptais bien le faire languir. J'adorais les mettre au supplice, c'était ma spécialité. J'agrippai sa taille avec ma jambe incitant le beau gosse avec ses mains à effleurer ma cuisse et l'approchant de mon intimité pour le torturer. Il était si séduit qu'il ferait tout pour me rendre heureuse. Je sentais bien que normalement, il ne devrait pas penser juste à moi mais à sa petite femme mais voilà, je réussissais à lui faire oublier pleinement celle qui ne lui apportait que monotonie à longueur de journées. J'adorais tant sa douce chaleur que je rêvais de ressentir son corps contre le mien dans un instant bien charnel. Je guidai sa main jusqu'à ma poitrine afin qu'il puisse la prendre à pleine main pour le faire frémir. Il était si influencé qu'il se laissa faire sans problème affichant un sourire malicieux. Je voyais à fond que je lui plaisais mais c'était loin d'être suffisant vu qu'il n'avait rien tenté. Je voyais bien à quel point il me voulait. Il lui suffisait de passer le cap. Certes ce que je lui faisais était considéré comme inhumain mais pour en avoir plus, je devais le tenter encore et encore. Ainsi, il sera complètement accro à ma personne. Je voyais qu'il était sur le point d'être complètement accro. Il suffisait de pousser encore plus loin la stratégie. Mon souhait était tout simplement de transformer ses fantasmes en réalités merveilleuses. Il semblait que celui-ci voulait réaliser mes souhaits, même les plus beaux rien que par son regard si envoûtant porté sur moi. Cela m'incitait à être plus inventive, plus diabolique, plus malicieuse, plus perverse pour l'amener à être totalement dépendant de moi. Il pouvait toujours tenter de m'échapper mais cela lui serait impossible. Rien que par sa manière d'esquisser un sourire ou de poser son regard sur tout mon corps, je le sentais conquis. Le désir me submergeait que je désirais vivre d'autres moments emplis de plaisir et du vice. Je léchai frénétiquement sa joue glissant sa main sous son pantalon et boxer en titillant son intimité pour le désarçonner. Je le sentais si conquis qu'il rêvait de passer aux choses sérieuses. Je désirais voir son côté coquin et joueur.

     

    J'incitai le beau brun avec ses mains à effleurer chaque parcelle de ma peau pour l’appâter. Je le vis tellement charmé rien qu'en l'admirant se mordiller la lèvre. Je désirais lui faire éveiller en lui un désir des plus inextricables que jamais il n'aurait pu ressentir auparavant. Je voulais lui ôter toute capacité de penser et même de voir ce qu'il y avait autour de lui. Il fallait que je sois simplement sa seule préoccupation. Je le sentais tout de même heureux. Cela m'incitait encore plus à continuer ma manoeuvre. Je remarquais bien à quel point il adorait ça quand j'étais coquine et je comptais l'être davantage. Il était subjugué mais ce n'était rien comparé à ce que je lui réservais. Je comptais bien l'inciter à céder aux vices. Je voyais bien à quel point il aimerait de suite voir sa belle surprise. J'allais le faire patienter. Je désirais le torturer intérieurement, le mettre totalement au supplice. Ainsi, il deviendra mon partenaire de jeu et voudra continuer pour l'éternité. Il vint en moi me procurer tout ce dont j'avais toujours désiré et c'était si enivrant, si grisant. J'en voulais plus,. Il était si heureux mais je n'en avais pas terminé avec lui. Je raffolais de ses gémissements d'un plaisir inégalable. J'étais davantage comblée lorsqu'il n'arrêtait pas de m’appeler « belle créature ». C'était si mémorable ce que je vivais que je désirais voir ce moment perdurer encore et encore. Je poussai des gémissements de plaisir bougeant telle une tigresse et lui murmurant de continuer tellement c'était divin. Ce moment continuait de manière plus rapide et intense au point que l'on ne pouvait plus se quitter. Là, je vins à le retourner le poussant contre le mur et griffant sa cuisse bestialement pour l'ébranler. Il devait adorer vu le léger gémissement de plaisir que j'avais entendu. Je vis combien il ne pouvait pas me résister et cela satisfaisait pleinement mon égo. Je ne savais pas ce qu'il pouvait se demander mais au vu de son regard sur moi, cela voulait tout dire sur la perfection que j'étais à ses yeux et le fait qu'il lui était impossible d'être là en cet instant. Sa chaleur exaltait tout mon être que je rêvais de ressentir son corps contre le mien dans des moments bien endiablés et charnels. Je le pris bestialement par le cou mordillant sa lèvre en sang et l'embrassant sauvagement en laissant ma langue mêler une danse endiablées avec la sienne pour le désorienter. Je voulais le voir totalement à ma merci qu'ainsi, il pourrait satisfaire la moindre de mes volontés. Je m'approchai de la main mise totale sur ce bellâtre et je m'en réjouissais d'autant plus. Je désirais ressentir ses douces attentions quitte même à arrêter le temps si cela s'avérait nécessaire et était possible. Je n'en pouvais plus d'être loin de lui. Mon jeu par contre ne se retournait pas contre moi bien au contraire. J'aimais tellement jouer que je voulais que cela ne s'arrête jamais. Je savais que ce moment de plaisir et de vice serait encore plus inoubliable. J'avais connu des hommes par le passé mais là, il me procurait tellement de sensations des plus merveilleuses. Je le sentais tellement conquis qu'il était prêt à voir ce que je réservais d'autre. Il suffisait de voir ce regard si troublant comme ce sourire malicieux pour le constater. Je laissai mes ongles imprégner la peau de son cou léchant les traces de sang jusqu'au haut de son torse et effleurant ma poitrine pour le mettre au supplice. Je voyais bien qu'il vibrait que je rêvais de passer à la phase suivante. J'adorais tant le voir à ma merci. Seulement, je désirais qu'il me réclame, qu'il crie mon nom. Niveau torture, j'allais très loin. J'avais de très beaux cadeaux en réserve. Il était complètement fasciné et je le voyais par cette bouille angélique qui souriait encore plus. Je mordillai au niveau de son bas-ventre pinçant ses fesses et titillant son intimité pour le désorienter. Il était totalement influencé rien que par le fait qu'il se laissa faire par mes manoeuvres. Il n'imaginait pas comment je réussissais à lire en lui comme dans un livre ouvert. Il était heureux c'était sûr mais je pouvais l'emmener sur un océan perpétuel de bonheur. D'ailleurs son corps parlait pour moi et c'était un délice. Maintenant, je rêvais de le voir prendre des initiatives. Je voulais être comme la femme idéale pour lui. Je voyais ce beau gosse comme une perle rare à croquer, un dieu grec si sexy. Ses attentions étaient d'une telle perfection et sans nom que j'aimerais créer une boucle temporelle pour savourer pleinement ses délicieux cadeaux. Je l'incitai à aller vers le bas de mon corps afin d'enlever ma lingerie sexy et mieux titiller mon intimité pour le faire bouillir de désir. Je le voyais complètement ébloui qu'il n'en bougeait plus. Je raffolais d'un tel moment si extraordinaire et inoubliable. Résister à la tentation était une torture que je voulais passer à la vitesse supérieure. Je constatais à quel point il était attiré par moi tel un aimant. Je savourais pleinement cet instant de plaisir et je ressentais que lui aussi. Je désirais lui procurer des attentions tellement sensuelles qu'il ne pourrait jamais oublier cet instant. Je ne pouvais m'empêcher de jouer avec mes proies, les torturer à un tel point qu'elles ne pourraient plus jamais s'éloigner de moi. Je pouvais demander à mes cibles tout ce que je désirais. J'aimais voir les hommes si soumis à ma personne, aussi admiratif comme de voir à quel point ils étaient attentionnés envers moi. Avec le beau canon, c'était au-delà de toutes mes espérances. Le rendre fou était tellement difficile car j'avais envie de céder à ce désir de plus en plus intense.

     

    Je le poussai violemment sur le dos bougeant telle une tigresse et agrippant sa cuisse avec ma main pour exalter un désir des plus incontrôlables. Il était sous mon charme rien que par la manière dont je sentais ses mains effleurant tout mon corps. Il ne pouvait plus m'échapper ou cela lui serait plus que compliqué. Je voulais tant ressentir ses attentions si sensuelles, divines et perverses encore et encore. Je remarquais bien à quel point il était aux anges et que cet instant était inoubliable. Il était temps de tenter des choses sublimes. Je notais qu'il était fin prêt, qu'il m'avait dans la peau mais ce n'était pas encore le moment. Je raffollais tant de ses yeux qui contemplaient mon corps. J'adorais de l'avoir entre mes griffes que je voulais encore le titiller davantage. J'aimais donner au jeu une saveur tellement charnelle ce qui était par la suite incomparable. Je voulais dominer les choses. Je voulais lui casser toutes les barrières de telle sorte à ce qu'il cède à l'interdit. Je léchai intensément son cou jusqu'à sa joue coinçant la tête de mon beau gosse jusqu'à ma poitrine afin de ressentir ses exquises attentions pour le dérouter. Je rafollais de ses attentions que je voulais en ressentir davantage et rendre les choses encore plus savoureuses. Je vibrais totalement à son contact qu'il m'était impossible de garder le contrôle en mordillant frénétiquement la lèvre. Je le sentais d'autant plus accro à ma personne rien qu'en sentant ses doux baisers exquises sur ma poitrine et me mordillant légèrement. Je le constatais totalement dépendant de moi. Je voyais bien que l'aboutissement de mon projet était proche. Je frissonnais totalement que je poussai un soupir de plaisir me cambrant pour profiter pleinement de cette sensation divine. Je fondais littéralement sous ses attentions. Je ne devais pas perdre cette perle rare. Je comptais tout faire pour accomplir le moindre de mes désirs. Si quelqu'un essayait de m'empêcher d'accomplir mon destin, je sortirais mes griffes les faisant payer au centuple. Je rêvais de pouvoir dévorer chaque parcelle du corps du beau canon sur le champ. Mon être était littéralement dévoré de l'intérieur. Je le vis si fasciné rien qu'en sentant sa caresse sur ma joue et la manière dont il me prenait par le cou. C'était si intense pour moi que j'affichai clairement un sourire coquin. Je voyais le joueur en lui et cela m'enchantait. Il me procurait une sensation tellement divine que je désirais voir ce moment se prolonger à tout jamais. Je voulais l'avoir à tout jamais en mon pouvoir. Je m'approchai telle une féline laissant ma jambe frôler la sienne, donnant des baisers intenses et enflammés puis mordillant chaque parcelle de son torse pour le déstabiliser. Je sentais qu'il voulait que je continue ma manoeuvre et il allait être servi. Je ressentais à quel point il était accro à ce que je lui faisais subir et cela satisfaisait pleinement mon égo. C'était dans ses instants que je voyais que mes cibles étaient en mon pouvoir et rien ne pouvait me faire plus plaisir que cela. Cependant, je devais en rajouter une couche afin d'obtenir pleinement leur attention et que rien ne puisse entraver le chemin vers la réalisation pleine et entière de tous mes désirs. Sa peau était si douce que je voulais ressentir davantage sa douce chaleur. Jouer était si exaltant. J'étais bien consciente que cela poussait le jeu au-delà de tout ce que je pouvais imaginer et cela me réjouissait à un point indescriptible. Je le trouvais si charmant, prévenant et canon. Cela pourrait être un prince mais il y avait bien autre chose et je saurais tôt ou tard la vérité. Il n'était pas question de le laisser s'échapper. Je désirais pouvoir être à ses côtés et être la seule pour lui qui comptait. Il était vrai que lors de toutes mes rencontres, je n'avais vu que des vermines, des connards de bas étage que je jetais telle des vieilles chaussettes mais avec lui sous ses yeux, c'était bien différent, bien plus compliqué tellement le désir m'envahissait complètement. J'avouais qu'il me faisait de l'effet mais rien ne devait entraver le but de ma manoeuvre. Je laissai ma langue parcourir sa peau douce et exquise jusqu'à son intimité en titillant légèrement le bout et laissant mes doigts transparaître tout le désir que je ressentais au travers de mes caresses pour le dérouter. Je ressentais à quel point il ne pouvait plus être si loin de moi et cela laissait présager ce qu'il y avait de mieux pour la suite. Je comptais bien le combler au-delà de toute espérance. Je vis son sourire coquin et j'adorais ça. Cela le rendait encore plus séduisant et à croquer. Ce moment était tellement inoubliable et charnel. Nous étions tous les deux sur la même longueur d'ondes. Il était fin prêt à passer à l'étape supérieure mais le laisser mariner encore était ce qu'il y avait de mieux. Sa chaleur était tellement exaltante que je voulais passer à la vitesse supérieure. Je ne désirais pas me détacher de ce corps de bel apollon qui me faisait chavirer. J'avais tant d'idées coquines à l'esprit que je désirais les assouvir pleinement. Je prodiguai une douceur à son nombril le mordillant jusqu'à arriver tout près de ce que je désirais et griffant sauvagement son torse jusqu'au sang pour le déboussoler. Son cri était totalement plaisant que je rêvais de l'entendre de nouveau et ce à tout jamais. Son regard en disait long sur le fait qu'il me réclamait et j'affichai un sourire coquin. Ce moment était incomparable que je voulais voir ce qu'il était capable de faire. Je pris à pleine main son intimité la malaxant et léchant subtilement ses lèvres pour le torturer. Je raffolais encore plus de ses gémissements de plaisir, c'était si merveilleux. Ce qui était d'autant plus plaisant c'était de voir chaque parcelle de son corps parler du désir qu'il ressentait à mon égard. Cet homme était la perfection incarnée. Je savourais ses instants si merveilleux et mémorables. Je désirais voir ce moment continuer à tout jamais. Je ne pouvais plus me passer de sa douce chaleur. Je ne voyais qu'un seul moyen pour passer aux choses sérieuses à savoir de faire monter la pression pour mieux le faire bouillir d'un désir incomparable.

     

    Je griffai le bas de son dos mordillant le creux de son cou et laissant ma main remonter le long de sa jambe jusqu'à son intimité pour le dérouter. Je ressentais à quel point il était en train de fondre sous mes attentions. Même cela confirmait mes sensations lorsqu'il se mordilla intensément la lèvre. C'était clair que je lui faisais de l'effet ce qui augmentait d'autant plus mon sourire. Il me procurait un bien incomparable que je voulais le garder à tout jamais. Je savais pertinemment que j'attirerais la jalousie de nombreuses personnes en étant auprès de lui mais cela m'était égal. Si seulement, elles savaient ce que je réservais, elles réagiraient différemment. Je voyais en lui tout ce qu'il pourrait m'apprendre et cela était inestimable comme le fait qu'il pourrait m'apporter bien davantage. J'étais satisfaite rien qu'à l'idée enfin d'arriver à mes fins. J'avais conscience que j'utilisais la bonne stratégie pour atteindre mon but. Je guidai les mains du beau gosse vers mes cuisses et mes hanches tout en mordillant ses lèvres coquinement et lui faisant un clin d'oeil coquin pour le provoquer. Je voulais le rendre tellement dingue qu'il rêverait de recommencer ses moments encore et encore y pensant même la nuit. J'admirais son regard sur ma lingerie sexy et envoûtante que je bougeai sensuellement pour mieux le troubler. J'adorais son audace quand il s'approchait de mon intimité. J'étais aux anges avec ce qu'il me procurait que je poussai un gémissement de plaisir. Il sentait ce que j'adorais mais je n'allais pas me dérouter de mon but final bien au contraire. Je sentais que cela l'amènerait à être davantage inventif. Je sentis sa douce caresse au niveau de mon bas du dos approchant même de mon oreille et entendant ses mots tellement délicieux comme quoi j'étais sublissime, que j'étais ce qu'il y avait de plus beau à contempler en ce bas monde. Même, il n'en avait pas fini au point d'entendre que j'étais un ange tombé du ciel qui le rendait le plus heureux au monde. Je savais désormais qu'il était pleinement en mon pouvoir et que je pouvais faire ce que je désirais.

     

     

     

     

     

    ....

     


    votre commentaire
  • Félicitations

     

     

    Félicitations au blog qui a passé les 12500 visiteurs depuis sa venue sur cette plateforme. :D :D :D Merci à tous de le suivre infiniment depuis son retour.


    votre commentaire
  • Félicitations

     

    Félicitations au blog qui a passé les 12000 visiteurs depuis sa venue sur cette plateforme. :D :D :D Merci à tous de le suivre infiniment depuis son retour.


    votre commentaire
  • Félicitations

     

    Félicitations au blog qui a passé les 11500 visiteurs depuis sa venue sur cette plateforme. :D :D :D Merci à tous de le suivre infiniment depuis son retour.


    votre commentaire
  •  Titre des chapitres

     

     

    Voici les titres des chapitres de la fic My secret diary

     

    Chapitre 1 : Le choix d'une femme

    Chapitre 2 : 

    Chapitre 3 : 

    Chapitre 4 : 

    Chapitre 5 : 

    Chapitre 6 : 

    Chapitre 7 : 

    Chapitre 8 : 

    Chapitre 9 : 

    Chapitre 10 : 

    Chapitre 11 : 

    Chapitre 12 : 

    Chapitre 13 : 

    Chapitre 14 : 

    Chapitre 15 : 

    Chapitre 16 :

    Chapitre 17 : 

    Chapitre 18 : 

    Chapitre 19 : 

    Chapitre 20 : 

    Chapitre 21 : 

    Chapitre 22 : 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires